Vous êtes sur la page 1sur 60

E C O L E S U P E R I E U R E D E T E C H N O LO G I E D ’A G A D I R

2 ANNEE GE

M9
INSTRUMENTATION
CH 1
GENERALITES

2
Introduction
Dans de nombreux domaines (industrie, recherche scientifique, services, loisirs ...), on a
besoin de contrôler de nombreux paramètres physiques (température, force, position,
vitesse, luminosité, ...).
Le capteur est l'élément indispensable à la mesure de ces grandeurs physiques.

Définition :
La mesure est l'opération qui consiste à donner une valeur à une observation

La chaîne de mesures

3
Qu’est ce qu’un capteur ?

Un capteur transforme une grandeur physique en une grandeur


normée, généralement électrique, qui peut être interprétée par
un dispositif de contrôle commande.

4
Définitions

 Etendue de mesure : Valeurs extrêmes pouvant être mesurée par le capteur.

 Résolution : Plus petite variation de grandeur mesurable par le capteur.

 Sensibilité : Variation du signal de sortie par rapport à la variation du signal


d'entrée.
Exemple : Le capteur de température LM35 a une sensibilité de 10mV / °C.

 Précision : Aptitude du capteur à donner une mesure proche de la valeur vraie.

 Rapidité : Temps de réaction du capteur. La rapidité est liée à la bande passante.

5
Éléments de métrologie (définitions)

 Le mesurage : C'est l'ensemble des opérations ayant pour but de déterminer une valeur d'une
grandeur.

 La mesure (x) : C'est l'évaluation d'une grandeur par comparaison avec une autre grandeur
de même nature prise pour unité.
Exemple : 2 mètres, 400 grammes, 6 secondes.

 La grandeur (X) :Paramètre qui doit être contrôlé lors de l'élaboration d'un produit ou de
son transfert.
Exemple : pression, température, niveau.
On effectue des mesures pour connaître la valeur instantanée et l'évolution de certaines
grandeurs. Renseignements sur l'état et l'évolution d'un phénomène physique, chimique,
industriel.

6
Éléments de métrologie (définitions)

 L'incertitude (dx) : Le résultat de la mesure x d'une grandeur X n'est pas complètement


défini par un seul nombre. Il faut au moins la caractériser par un couple
(x, dx) et une unité de mesure. dx est l'incertitude sur x. Les incertitudes
proviennent des différentes erreurs liées à la mesure.

Ainsi, on a : x-dx < X < x+dx

Exemple : 3 cm ±10%, ou 3 cm ± 3 mm.

 Erreur absolue (e ) : Résultat d'un mesurage moins la valeur vraie du mesurande. Une erreur
absolue s'exprime dans l'unité de la mesure.
e=x-X
Exemple : Une erreur de 10 cm sur une mesure de distance.

7
Éléments de métrologie (définitions)

 Erreur relative (er ) : Rapport de l'erreur de mesure à une valeur vraie de mesurande. Une
erreur relative s'exprime généralement en pourcentage de la grandeur
mesurée.

er =e /X ; er% = 100er

Exemple : Une erreur de 10 % sur une mesure de distance (10 % de la


distance réelle).

8
Classification des signaux

Signal continu : C’est un signal qui varie ’lentement’ dans


le temps : température, débit, niveau.

C’est la forme de ce signal qui est important : pression


cardiaque, chromatographie, impact.

C’est le spectre fréquentiel qui transporte l’information


désirée : analyse vocale, sonar, spectrographie.

Il informe sur un l’état bivalent d’un système. Exemple :


une vanne ouverte ou fermée.

Chaque impulsion est l’image d’un changement d’état.


Exemple : un codeur incrémental donne un nombre fini
et connu d’impulsion par tour.

Echantillonnage : C’est l’image numérique d’un signal


analogique. Exemple : température, débit, niveau.

9
Les types d'erreurs classiques
 Erreur de ZERO : OFFSET  Erreur d’ECHELLE ou de GAIN

 Erreur de LINEARITE  Erreur d’hystérésis : le résultat dépend de la mesure précédente

1
0
Grandeurs d’influence

Grandeur physique autre que le mesurande dont la variation peut modifier la réponse du
capteur :

 Température : modifications des caractéristiques électriques, mécaniques et dimensionnelles

 Pression, vibrations : déformations et contraintes pouvant altérer la réponse

 Humidité : modification des propriétés électriques (constante diélectrique ou résistivité).


Dégradation de l’isolation électrique.

 Champs magnétiques : création de fém d’induction pour les champs variables ou modifications
électriques (résistivité) pour les champs statiques

 Tension d’alimentation : lorsque la grandeur de sortie du capteur dépend de celle-ci


directement (amplitude ou fréquence)

11
Grandeurs d’influence

Nécessité de :

 Réduire les grandeurs d’influence (tables anti-vibration, blindages magnétiques…)

 Stabiliser les grandeurs d’influence à des valeurs parfaitement connues

 Compenser l’influence des grandeurs parasites par des montages adaptés (pont de
Wheastone)

12
Caractéristiques d'une chaîne de mesure informatisée

13
Le système d'unités internationales et ses symboles

14
Le système d'unités internationales et ses symboles

Liens entre les unités S.I. et celles employées dans


d'autres pays (USA)

15
CH 2
CLASSIFICATION DES CAPTEURS

16
1. Les différentes familles des capteurs

Si l'on s'intéresse aux phénomènes physiques mis en jeux dans les capteurs, on peut
classer ces derniers en deux catégories.

 CAPTEURS ACTIFS.
 CAPTEURS PASSIFS.

17
1.1. CAPTEURS ACTIFS
Fonctionnant en générateur, un capteur actif est généralement fondé dans son principe
sur un effet physique qui assure la conversion énergie électrique de la forme d’énergie
propre à la grandeur physique à prélever, énergie thermique, mécanique ou de
rayonnement.

Les plus classiques sont :

 Effet thermoélectrique :
Un circuit formé de deux conducteurs de nature chimique différente, dont les jonctions sont portées
à des températures T1 et T2, est le siège d'une force électromotrice d'origine thermique e(T1,T2).

 Effet piézo-électrique :
L'application d'une contrainte mécanique à certains matériaux dits piézo-
électriques (le quartz par exemple) entraîne l'apparition d'une déformation et
d'une même charge électrique de signe différent sur les faces opposées.

18
1.2. CAPTEURS ACTIFS

 Effet d'induction électromagnétique :


La variation du flux d'induction magnétique dans un circuit électrique induit une tension électrique
(détection de passage d'un objet métallique).

 Effet photo-électrique :
La libération de charges électriques dans la matière sous l'influence d'un
rayonnement lumineux ou plus généralement d'une onde
électromagnétique.

 Effet Hall :
Un champ magnétique B et un courant électrique I créent dans le matériau
une différence de potentiel UH.

 Effet photovoltaïque :
Des électrons et des trous sont libérés au voisinage d'une jonction PN
illuminée, leur déplacement modifie la tension à ses bornes.

19
1.2. CAPTEURS ACTIFS

20
1.3. CAPTEURS PASSIFS

Il s'agit généralement d'impédance dont l'un des paramètres déterminants est sensible à
la grandeur mesurée. La variation d'impédance résulte :
 Soit d'une variation de dimension du capteur, c'est le principe de fonctionnement d'un grand nombre
de capteur de position, potentiomètre, inductance à noyaux mobile, condensateur à armature mobile.

 Soit d'une déformation résultant de force ou de grandeur s'y ramenant, pression accélération
(armature de condensateur soumise à une différence de pression, jauge d'extensomètre liée à une
structure déformable).

21
2. CORPS D’EPREUVE ET CAPTEURS COMPOSITES

Pour des raisons de coût ou de facilité d’exploitation on peut être amené à utiliser un capteur, non pas
sensible à la grandeur physique à mesurer, mais à l’un de ses effets.

Le corps d’épreuve est le dispositif qui, soumis à la grandeur physique à mesurer, produit une grandeur
directement mesurable par le capteur.

22
3. CAPTEURS INTEGRES

C’est un composant réalisé par les techniques de la micro-électronique et qui regroupe sur un même
substrat de silicium commun, le capteur à proprement dit, le corps d’épreuve et l’électronique de
conditionnement.

23
4. LE TRANSMETTEUR

Le rôle du transmetteur

24
4.1. Le rôle du transmetteur
C’est un dispositif qui converti le signal de sortie du capteur en un signal de mesure standard. Il fait le lien
entre le capteur et le système de contrôle commande (figure ci-dessous).

Le couple capteur + transmetteur réalise la relation linéaire entre la grandeur mesurée et son signal de
sortie.

25
4.2. Le Paramétrage d’un transmetteur
Le transmetteur possède en général au moins deux paramètres de réglage; le décalage de zéro et
l’étendue de mesure.
Si le transmetteur possède un réglage analogique, pour paramétrer le transmetteur il suffit (respecter
l’ordre) :

 De régler le zéro quand la grandeur mesurée est au minimum de l’étendue de mesure (réglage
du 0 %);

 De régler le gain quand la grandeur mesurée est au maximum de l’étendue de mesure (réglage
du 100 %);

26
5. RACCORDEMENT ELECTRIQUE
5.1. Le TRANSMETTEUR

On peut séparer trois types de transmetteur :


 Les transmetteurs 4 fils (dits actifs) qui disposent d’une
alimentation et qui fournissent le courant I. Leur schéma
de câblage est identique à celui des régulateurs.

 Les transmetteurs 3 fils sont des transmetteur 4 fils,


avec les entrées moins reliées.

 Les transmetteurs 2 fils (dits passifs) qui ne disposent


pas d’une alimentation et qui contrôlent le courant I
fournie par une alimentation externe.

27
5.2. Le Schéma de principe d’une boucle de courant

Une boucle de courant 4-20 mA est composée:

 D’un générateur, qui fournie le courant électrique I


 D’un ou plusieurs récepteurs, qui mesure le courant électrique I qui les traverse

Remarque
 Le courant I sort par la borne + du générateur
 Et entre par la borne + des récepteurs

28
6. LE TRANSMETTEUR INTELLIGENT

Le transmetteur intelligent est un transmetteur muni d’un module de communication et d’un


microcontrôleur.

Le module de communication permet :

 De régler le transmetteur à distance;


 De brancher plusieurs transmetteurs sur la même ligne

29
6. LE TRANSMETTEUR INTELLIGENT

Le microcontrôleur permet :

 De convertir la mesure en une autre grandeur, appelée grandeur secondaire. Par exemple, il peut
convertir une mesure de différence de pression en niveau.

 De corriger l’influence des grandeurs d’influence sur la mesure.

30
6.1. AVANTAGES METROLOGIQUE DU TRANSMETTEUR ”INTELLIGENT”

 De convertir la mesure en une autre grandeur, appelée grandeur secondaire. Par


exemple, il peut convertir une mesure de différence de pression en niveau.

 Précision. En effet, le transmetteur possède moins de composants analogiques.


Les grandeurs d’influences sont compensées. La non linéarité du transducteur
peut être corrigée

 Répétabilité.

 Auto surveillance,

 Position de repli Traitement du signal

 Filtrage

31
6.2. AVANTAGES A LA CONFIGURATION ET A LA MAINTENANCE

 De convertir la mesure en une autre grandeur, appelée grandeur secondaire. Par


exemple, il peut convertir une mesure de différence de pression en niveau.

 Convivialité

 Accès à distance

 Standardisation

 Diagnostic

 Forçage du signal de sortie

 Archivage des configuration

32
6.3. PARAMETRAGE

33
7. CHOIX D’UN TRANSMETTEUR

Le choix d’un Transmetteur se fait selon plusieurs critères, à savoir :

 Etendue de mesure

 Températures

 Environnement

 Zones dangereuses (Boîtier antidéflagrant)

34
8. FONCTIONS, SYMBOLISATION, SCHÉMA TI

8.1. FONCTIONS,
Le capteur peut être associé avec plusieurs fonctions :

 La fonction indicateur local,

 La fonction indicateur à distance,

 La fonction transmetteur

35
8. FONCTIONS, SYMBOLISATION, SCHÉMA TI

8.2. SYMBOLISATIONS,
Le capteur peut être associé avec plusieurs fonctions :
La norme NF E 04-203 définit la représentation symbolique des régulations, mesures et
automatisme des processus industriels.

Les instruments utilisés sont représentés par des cercles entourant des lettres définissant la
grandeur physique réglée et leur(s) fonction(s). La première lettre définie la grandeur physique
réglée, les suivantes la fonction des instruments.

36
8. FONCTIONS, SYMBOLISATION, SCHÉMA TI

8.3. SCHEMAS TI,


Un schéma tuyauterie et instrumentation (en anglais Piping and Instrumentation Diagram ou
Process and Instrumentation Diagram, abrégé P&ID) est un diagramme qui définit tous les
éléments d'un procédé industriel.

Il est le schéma le plus précis et le plus complet utilisé par les ingénieurs pour la description d'un
procédé.

Dans un schéma tuyauterie et instrumentation, les instruments de mesures sont indiqués ainsi que
leurs caractéristiques. On trouve 3 types de capteurs :

 les indicateurs
 les enregistreurs
 les éléments de contrôle

Les instruments sont indiqués par un cercle dans lequel on trouve les renseignements sur le type de
capteurs ainsi qu'un numéro d'identification

37
8. FONCTIONS, SYMBOLISATION, SCHÉMA TI

8.3. SCHEMAS TI,

38
8. FONCTIONS, SYMBOLISATION, SCHÉMA TI

8.3. SCHEMAS TI,

39
CH 3
DIFFERENTS TYPE DE CAPTEURS

4
0
1. CAPTEURS A EFFET PIEZOELETCRIQUE

1.1. Effet piézoélectrique


Une force appliquée à une lame de quartz induit une
déformation qui donne naissance à une tension
électrique.

1.2. Capteur de force


La tension VS de sortie sera proportionnelle à la force F :
VS = k.(F+F) = 2k.F
avec K constante.

41
1. CAPTEURS A EFFET PIEZOELETCRIQUE

1.3. Capteur de Pression


Définition : Lorsqu'un corps (gaz, liquide ou solide ) exerce une force F sur une paroi S
(surface); on peut définir la pression P exercée par ce corps avec la relation ci-dessous :

On rappelle que : 1 kg = 9,81 N

Unités : 1 bar = 105 Pa = 100 000 N/m² ≈ 10 000 kg/m² ≈ 1 kg/cm²

42
1. CAPTEURS A EFFET PIEZOELETCRIQUE

1.3. Capteur de Pression


Le capteur de force est inséré dans la paroi d'une enceinte où règne une pression P.
Une face du capteur est soumise à la force F (pression P) et l'autre face est soumise à la force F0
(pression extérieure P0 ).

Il s'agit ici d'un capteur de pression qui mesure la somme de la pression extérieure P0 et de la
pression de l'enceinte P.

43
1. CAPTEURS A EFFET PIEZOELETCRIQUE

1.4. Capteur d'accélération


L'augmentation de vitesse V du véhicule donne une accélération a qui induit une force F exercée par
la masse sur le capteur.
On a donc :
F = m.a mais uS = 2k.F

Donc

44
1. CAPTEURS A EFFET PIEZOELETCRIQUE

1.5. Récepteur à Ultrason


La réception d'un son engendre une variation de pression à la surface du récepteur.
Un capteur de pression sur cette surface donnera donc une tension image du signal ultrasonore.

45
2. CAPTEURS A EFFET HALL

2.1. L'effet Hall


Un barreau de semi-conducteur soumis à un champ
magnétique uniforme B et traversé par un courant I,
est le siège d'une force électromotrice UH sur deux
de ses faces.

La tension de Hall UH est définie par la relation ci-dessous :

Si on maintient le courant I constant, on a donc une tension UH proportionnelle au champ


magnétique B :

46
2. CAPTEURS A EFFET HALL

2.2. Capteur de champ magnétique


La structure typique d'un capteur de champ magnétique est la suivante :

La sensibilité de ce capteur pourra être ajustée en agissant sur I et sur A.

47
2. CAPTEURS A EFFET HALL
2.3. Autres applications
 Capteur de proximité:

Le capteur détecte l'approche de l'aimant placé au


préalable sur un objet.

 Mesure de l'intensité d'un courant électrique sans "ouvrir " le circuit


Le courant I crée un champ magnétique proportionnel à ce courant :

Le capteur donne une tension US = k.B = k'.I avec k et k' Constantes.


C'est le principe des pinces ampèremétriques (mesure de forts
courants de 1000A et plus).
Avantages :
- plus de détérioration des ampèremètres "classiques".
- pas de danger car le fil reste isolé (pas besoin d'ouvrir le circuit).
- rapidité d'intervention.
48
3. CAPTEURS A EFFET PHOTOÉLECTRIQUE
3.1. L’effet photoélectrique
Un semi-conducteur est un matériau pauvre en porteurs de charges électriques (isolant).
Lorsqu'un photon d'énergie suffisante excite un atome du matériau, celui-ci libère plus facilement un
électron qui participera à la conduction.

3.2. Les photorésitances


Une photorésistance est une résistance dont la valeur varie en fonction du flux lumineux qu'elle reçoit.

49
3. CAPTEURS A EFFET PHOTOÉLECTRIQUE
3.3. Les photodiodes
Une photodiode est une diode dont la jonction PN peut être soumise à un éclairement lumineux.

Courbe : Le graphe I = f(U) pour une photodiode dépend de l'éclairement ( Lux ) de la jonction PN.

50
3. CAPTEURS A EFFET PHOTOÉLECTRIQUE
3.3. Les photodiodes

51
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.1. Capteurs potentiométriques de déplacement
a) Principe
Pour mesurer la position d'un objet, il suffit de le relier mécaniquement au curseur C d'un potentiomètre
(schéma ci-dessous).

52
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.1. Capteurs potentiométriques de déplacement
a) Utilisations

53
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.2. Capteurs à jauges d'extensiométrie
a) Principe

La résistance d'un conducteur est donnée par la relation :

La déformation du conducteur (jauge) modifie la longueur l entraînant une variation de la résistance R.

La relation générale pour les jauges est , où K est le facteur de jauge.

54
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.2. Capteurs à jauges d'extensiométrie
b) Fonctionnement d'une jauge simple
La jauge est constituée d'une piste résistive collée sur un support en résine. Le tout est collé sur le corps dont
on veut mesurer la déformation.

Remarque :
Dans le cas d'une
contraction, la résistance
de la jauge serait

R0 - ∆R.

55
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.2. Capteurs à jauges d'extensiométrie
b) Conditionneur de signal (pont de Wheatstone)
La jauge étant un composant purement résistif, il faut l'associer à un circuit électrique pour obtenir une
tension image de la déformation.

Le circuit souvent utilisé est appelé "pont de Wheatstone". Il est ici constitué d'un générateur de tension
associé à 4 résistances dont une est la jauge (schéma ci-dessous) :

56
4. CAPTEURS À RÉSISTANCE VARIABLE PAR DÉFORMATION
4.2. Capteurs à jauges d'extensiométrie
b) Conditionneur de signal (pont de Wheatstone)
La tension de sortie v du pont a l'expression suivante :

En général, la variation ∆R est petite devant R0 ; la relation se simplifie alors pour devenir quasi-linéaire :

57
5. CAPTEURS DE TEMPÉRATURE
5.1. Thermomètre à thermocouple

On constate que si la température T2 est différente de T alors il apparaît une tension U aux bornes des deux fils
1

soumis à la température T1.

Le phénomène inverse est aussi vrai : si on applique une tension, alors il y aura un échauffement ou un
refroidissement au point de liaison des deux conducteurs ( modules à effet Peltier ).

Application : Mesure des hautes températures ( 900→ 1300°C ).

58
5. CAPTEURS DE TEMPÉRATURE
5.2. Thermistance
Une thermistance est un composant dont la résistance varie en fonction de la température.
En première approximation, la relation entre résistance et température est la suivante :

59
5. CAPTEURS DE TEMPÉRATURE
5.3. Capteurs à sortie numérique directe
On trouve actuellement sur le marché, des capteurs de température à sortie numérique directe de type série. Il
s'agit notamment des capteurs DALLAS qui sont classés en deux catégories :

a- Les capteurs à sortie I2C ( 2 fils ) DS1621


Ce capteur DS1621 peut mesurer une température variant de -55°C à 125°C
avec une précision de 0,5°C.
Pour transmettre la mesure ( 9 bits ), il utilise la norme I2C qui consiste à
transmettre en série les bits de mesure sur la ligne SDA en synchronisation
avec la ligne SCL ( horloge ).

b- Les capteurs 1 Wire ou i-button ( 1 fil ) DS1820


Ce capteur DS1820 peut mesurer une température variant de -55°C à 125°C
avec une précision maximale de 0,125°C.
Pour transmettre la mesure ( résolution réglable de 9 à 12 bits ), il utilise la
norme i-button qui consiste à transmettre en série sur un seul fil, le résultat
de la mesure.

60

Vous aimerez peut-être aussi