Vous êtes sur la page 1sur 42

INTERPRETATION DES

DIAGRAPHIES
1- Introduction
• Il existe plusieurs niveaux d'interprétation
des diagraphies.
• Sur le chantier, sans calcul, rapide, ce qui
permet de prendre les décisions qui
s'imposent.
• Quelques jours plus tard, avec l'aide de
l'ordinateur et en faisant des calculs plus
complexes. Dans ce cas, il faut souvent
disposer de renseignements
complémentaires.
• Beaucoup plus tard, au niveau d'un champ
pétrolier. On peut alors reprendre
l'interprétation de chaque forage en
affinant.

• Établir des corrélations entre plusieurs


puits.
2- Log composite
• Le log composite est un document ou sont
portés tous les enregistrements en notre
possession.
• Ceux-ci doivent être calés aux bonnes
profondeurs pour un suivi précis des
couches.
• A partir du log composite, on fait une
interprétation qualitative:

• - Repérer les zones à grande résistivité.

• - Repérer les zones à radioactivité


minimum.
• La deuxième étape consiste à détecter les
réservoirs et donc repérer les zones
poreuses et perméables.

• Ceci peut se faire de plusieurs façons.


A partir de la PS
• Définir la ligne de base des argiles :

- Si Rmf < Rw, délimiter et retenir les


zones de déflexion positive.
- Si Rmf > Rw, délimiter et retenir les
zones de déflexion négative.
- Pas d'information si la P.S. est plate.
A partir du gamma ray

• Retenir les zones à radioactivité minimale.

• Repérer les niveaux d'argile.


A partir du microlog

• Délimiter et retenir les zones de


séparation positive.
A partir du diamètreur

• Délimiter et retenir les zones à dépôt de


mud-cake.
3- interprétation quantitative

• La caractérisation de fluides en place peut


se faire par comparaison et superposition
des courbes de résistivité.
• On peut obtenir Rw par le log P.S.

• On peut mesurer Rt sur une courbe


adéquate. ( latérolog, grande normale,
induction, etc).
• On connaît Rmf à partir des
caractéristiques de la boue.

• Rxo est donné par le microlog, la petite


normale, les micro dispositifs etc.
Calcul des saturations
• Pour un même niveau, il n'y a pas lieu de
changement de porosité et donc Phi reste
la même F est inchangé.
On peut donc écrire:
• Pour un même réservoir Rmf/Rw est une
constante.

• Deux cas peuvent alors se présenter.

– Zone à eau

– Zone a hydrocarbures
A - zone a eau
• Comme Rmf/Rw est une constante il en
découle que pour une zone à eau le
rapport Rmf/Rw = Rxo/Rt = constant et
maximum.

• C'est le rapport qui est une constante et


non les valeurs de Rxo et de Rt.

• Si Rmf est > Rw le rapport est > l et si Rmf


< Rw le rapport est < l.
b- zone a hydrocarbures

• Dans ce cas Sw est inférieur à 1 et en


général Sw<Sxo car Shr<Shc.

• Le rapport (Sw/Sxo)2 va diminuer par


rapport à ce qu'il était dans la zone eau.
• Le rapport Rmf/Rw lui reste constant.

• Puisqu'il s'agit du même niveau.

• Donc Rxo/Rt va diminuer et devenir en


général inférieur 1.

• Donc dans la zone à eau le rapport Rxo/Rt


est maximum.
Dès que le rapport Rxo/Rt
commence à diminuer c'est
l'indice d'une zone à
hydrocarbures.
• Cette méthode n’est applicable que:

• - s'il existe une zone à eau;

• - dans les formations propres;

• - lorsque l'invasion est suffisamment


bonne pour obtenir une valeur de Rxo
correcte.
La nature de l'hydrocarbure
sera déterminée par les logs
Neutron-Densité.
4- Lecture des porosités
• comparer des courbes de porosité, et les
superposer.

• Pour pouvoir comparer deux logs de


porosité, comme le densité et le neutron
par exemple, il faut que les échelles soient
convenablement choisies.
• Si le neutron est calibré calcaire, avec 3
unités de porosité (en %) par division,
• et le densité avec 0.05 g/cc par division.

• les échelles sont dites compatibles

• si l'on amène le 0 % de porosité du


neutron sur la valeur de la matrice calcaire
(2.71 g/cc).
• les deux logs doivent se superposer au
bruit près pour autant que l'on ait une
formation calcaire avec comme fluide
de l'eau.
Si les deux courbes ne sont pas
confondues, cela peut provenir
 - d'une lithologie non calcaire ;

 - de la présence d'argile ;

 - de la présence d'hydrocarbures surtout


de gaz
5- détermination de la lithologie
• Les constituants des roches peuvent être
identifiés par les cross plot

• - Densité-neutron
• - Neutron-sonic
• - Sonic-densité
Ou en utilisant les 3 enregsitrements
en meme temps

• appelle cette méthode d'interprétation le


MN plot.
• On calcule M et N.
• Si une formation contient plusieurs de ces
minéraux, elle pointera à l'intérieur d’un
triangle.

• triangle anhydrite - dolomie- quartz

• triangle dolomie- quartz - calcaire.


• En fonction de la connaissance
géologique de la région, on choisira le
triangle approprié.

• Les flèches sur cette figure représentent la


direction de l'effet du gaz, de l'argile ou de
la porosité secondaire.

Vous aimerez peut-être aussi