Vous êtes sur la page 1sur 29

Banque Centrale du

Congo

Cadre stratégique,
juridique et opérationnel
du marché des valeurs
du Trésor

Document préparé par MBULA ea LOONDO, PAMBU PAMBU, BAPEBABO ILUNGA &
MBULUKU MATONDO (CTDPI/BCC)

Août 2018
Plan de la présentation

• Généralités sur le marché des valeurs du Trésor


• Emission des valeurs du Trésor et politiques
macroéconomiques
• Cadre juridique du marché des valeurs du Trésor en
RDC
• Cadre opérationnel du marché des valeurs du Trésor
en RDC
• Economie de différents textes soumis à la validation
de la Banque Centrale
I. Généralités sur le marché des VT (1-3)
Ce point fournit une idée succincte de l’importance d’un marché des VT
dans une économie donnée.

• Faiblesse de l’appareil fiscal pour couvrir tous les besoins publics


(fonctionnement courant de l’Etat et financement des
investissements);

• Proscription du financement monétaire (Banque Centrale et le


système bancaire). En RDC, le financement par la Banque Centrale
est prohibée (loi n° 005/2002 du 07 mai 2002 et loi n° du 13 juillet
2010 relative aux finances publiques);

• Baisse de l’aide publique au développement.


I. Généralités sur le marché des VT (2-3)
Entre plusieurs stratégies applicables, les Etats ont la possibilité de
recourir à l’emprunt sur le marché. Ce faisant, ils ont le choix entre un
emprunt sur le marché extérieur ou sur le marché intérieur.

Ils peuvent même combiner les deux méthodes.

L’emprunt sur le marché extérieur a plusieurs contraintes:

 augmentation du volume de la dette publique extérieure ;


 pression sur les réserves internationales avec le service de la dette;
 application d’une prime de risque élevé en raison de la faible
notation internationale d’un pays tel que la RDC, en ce qui concerne
le risque de crédit et le risque-pays, contrariant ainsi l’objectif d’un
financement à faible coût.
I. Généralités sur le marché des VT (3-3)
La mise en place d’un marché intérieur des VT est-elle privilégiée
parce qu’elle ouvre la possibilité de s’endetter dans sa propre monnaie
avec un niveau de risque et de coût faibles.

Un tel marché intérieur, lorsqu’il est performant, permet le


développement des émissions des titres privés dans la mesure où les
titres d’emprunt de l’Etat pourront servir de benchmark.

Il renforce en outre certaines politiques macroéconomiques dans la


perspective de l’émergence du pays.
II. Emission des VT et politiques
macroéconomique (1-3)
L’émission des VT a des implications sur diverses politiques
macroéconomiques :

 renforcement de la politique budgétaire en cas d’ancrage des règles


budgétaires dans le fonctionnement de l’Etat ;
 adoption d’une stratégie de croissance basée sur des politiques
contra-cycliques ;
 ouverture de nouvelles opportunités pour l’amélioration de la politique
monétaire et de change ;
 adaptation de la politique et de la stratégie gestion des réserves de
change en fonction de la nouvelle donne ;
 possibilité d’implémenter des mécanismes de résorption de
déséquilibre de la balance des paiements ;
 etc.
II. Emission des VT et politiques
macroéconomique (2-3)
La mise en place d’un marché des VT s’inscrit dans une stratégie
globale développement du marché financier national avec comme
objectif la monétisation croissante des actifs financiers.

Sur ce point, il convient d’afficher les ambitions dès le départ comme


l’ont fait les Emirats Arabes Unis, Singapour et, plus récemment,
l’Angola en raison de la concurrence que se font les places financières
en mettant en exergue la qualité de leurs écosystèmes financiers.

Veut-on un marché global, régional ou local sans liens particuliers avec


d’autres places financières ?
II. Emission des VT et politiques
macroéconomique (3-3)
En considérant le principe selon lequel les places financières se font
concurrence, l’ambition affichée devra se refléter à coup sûr dans:

 la stratégie de communication appropriée vis-à-vis des marchés


(communication d’influence);
 le rayonnement attendu du marché (codification internationale des
titres, codification du marché et opinion de l’Organisation
internationale des commissions de valeurs mobilières, en sigle
OICV, sur l’organisation du marché des VT à mettre en place );
 l’engagement du pays d’améliorer la qualité des institutions et des
politiques publiques ;
 l’adoption d’une stratégie cohérente et de long terme de
développement du marché financier national ;
 la qualité du cadre juridique adopté.
III. Cadre juridique du marché des VT (1-
9)
D’entrée de jeu, au delà des ambitions à afficher, le cadre juridique
devra être réaliste et évolutif en considération de l’état actuel de
l’écosystème financier congolais. Quelles sont les sources de ce cadre
juridique?

① la Constitution de la RDC dont l’article 122, point 11, que la loi fixe
les règles concernant les emprunts et engagements financiers de
l’Etat;
② la loi, principalement la la loi n° 11/011 du 13 juillet 2011 relative
aux finances publiques qui renferme des dispositions générales
précisant certaines règles à respecter en matière d’emprunt de
l’Etat ;
③ les principes de l’OICV;
④ les principes généraux adoptés par la majorité des émetteurs
souverains et les prescriptions des institutions financières
internationales dont la RDC est membres (FMI, Banque mondiale
et CNUCED) en ce qui concerne la viabilité et la soutenabilité de la
III. Cadre juridique du marché des VT (2-
9)

Ensuite viennent:

⑤ les actes réglementaires (décret n° 18/025 du 11 juin 2018 fixant


les modalités d’émission et de remboursement des bons du Trésor
et des obligations du Trésor, l’arrêté ministériel n°
017/CAB/MIN.FIN/2016 du 18 mars 2016 portant création,
organisation et fonctionnement du Comité des Titres de la Dette
Publique Intérieure et l’arrêté ministériel n°
030/CAB/MIN.FINANCES/2018 du 30 août 2018 portant mesures
d’application du décret n° 18/025 du 11 juin 2018);
⑥ les conventions entre le Gouvernement et la Banque Centrale;
⑦ les textes adoptés ou proposés par la Banque Centrale.
III. Cadre juridique du marché des VT (3-
9)

En considération de ces sources, des ambitions et de l’état de


l’écosystème financier national, le cadre juridique proposé comporte
deux couches de règles :

 les règles d’ordre budgétaire basées sur les dispositions de droit


interne et les recommandations des institutions financières
internationales;

 les règles d’organisation du marché des VT en tant que marché de


capitaux basées sur les principes généraux promues par l’OICV et
les normes d’organisation des émissions des VT adoptées par la
majorité des émetteurs souverains.
III. Cadre juridique du marché des VT (4-
9)

Règles d’ordre budgétaire

Elles concernent les matières suivantes :

 les principes, les objectifs et la stratégie de gestion de la dette


publique, lesquelles doivent être connues et diffusées ;
 les rôles du Parlement et du Gouvernement dans les émissions des
VT;
 la précision des rôles et responsabilités des autorités
gouvernementales investies des prérogatives d’émission des
emprunts (Ministre des Finances) et de gestion des produits de
l’emprunt (Ministre du Budget) ;
 la validation préalable des projets publics à financer par l’emprunt
(Ministère du Plan) ;
III. Cadre juridique du marché des VT (5-
9)

 le contrôle des finances publiques orienté sur les émissions des VT


(contrôle administratif par le Ministre des Finances, le contrôle
interne budgétaire par le Ministre du Budget, contrôle de la
discipline budgétaire par la Cour des comptes, audit des finances
publiques par l’Inspection générale des finances et contrôles
parlementaires) ;

 la mise en place des critères de performance budgétaire. En ce qui


concerne le marché des VT, cette exigence de performance se
traduit dans l’obligation d’amélioration constante de la qualité des
politiques et institutions publiques en tenant compte du contrôle par
le marché (prime de risque et risque de change), pour baisser
davantage la prime de risque et le risque de change (Indice CPIA,
notation COFACE, Euler, Ducroire, Moody’s & Fitch).
III. Cadre juridique du marché des VT (6-
9)

Règles d’organisation du marché des VT en tant que


marché de capitaux

Les règles d’organisation des marché de capitaux sont promues


par l’Organisation internationale des commissions des valeurs
mobilières, en sigle OICV. Selon l’OICV, l’organisation d’un
marché de capitaux s’articulent autour de 30 principes.

Les textes juridiques proposés se sont largement inspirés de ces


principes, tout en prenant en compte certaines spécificités de
l’environnement dans lequel prendra corps ce marché de valeur
du Trésor.
III. Cadre juridique du marché des VT (7-
9)
Les principes généraux retenus pour l’organisation du marché des VT
congolais sont :

 l’institution d’une autorité de marché en vue de la régulation et de la


surveillance du marché des VT sur une base quotidienne ;
 la consécration de l’indépendance de l’autorité de marché ;
 l’agrément des intermédiaires financiers (spécialement les
institutions financières non bancaires) même si au départ le système
est ouvert ;
 la protection des investisseurs (vis-à-vis de teneurs des comptes) ;
 l’échange d’informations avec les autres autorités de régulation ;
 la transparence et l’intégrité des opérations ainsi que leur conformité
à certaines normes financières internationales (LBCFT, législations
fiscales, sanctions internationales visant certains Etats et
personnes, etc.;
 la bonne fin des opérations grâce à des infrastructures de post-
III. Cadre juridique du marché des VT (8-
9)
L’ensemble de ces principes sont consignés dans le décret n° 18/025
du 11 juin 2018 fixant les modalités d’émission et de remboursement
des Bons du Trésor et Obligations du Trésor et dans l’arrêté ministériel
n° 030/CAB/MIN.FINANCES/2018 du 30 août 2018 portant mesures
d’application du décret n° 18/025 du 11 juin 2018 fixant les modalités
d’émission et de remboursement des Bons du Trésor et Obligations du
Trésor.

Ces textes déterminent notamment : (i) la nature des VT ; (ii) la


technique de leur émission; (iii) la dématérialisation des VT ; (iv) la
rémunération des investisseurs (idée d’une zone franche fiscale) ; (v)
les modalités de remboursement des emprunts.
III. Cadre juridique du marché des VT (9-
9)
D’autres textes juridiques sont nécessaires pour le déroulement des
opérations. Ils seront produits et proposés, selon le cas, à la signature
du Ministre des Finances ou du Gouverneur :

 Le Comité des Titres publics sur le marché intérieur, en sigle CTDPI,


institué par l’arrêté ministériel n° 017/CAB/MIN.FIN/2016 du 18 mars
2016, lequel est notamment chargé de la mise en œuvre de tous les
aspects liés à la mise en place du marché intérieur des VT ;

 la Banque Centrale, en sa qualité d’entreprise de marché (autorité


d’administration) ou en sa qualité d’autorité de marché.

L’idée est d’améliorer le cadre opérationnel du marché des VT.


IV. Cadre opérationnel du marché des VT
Promouvoir le marché des VT
(1-3)
DG/PM&OB

Autorité de marché
Appuyer le Gouvernement dans DAE/DRS Surveillance
la définition de la stratégie
d’endettement & des prévisions 1) Transparence du
marché ;
2) Intégrité du marché
Organiser des séances ;
d’adjudication & de négociation DOBAMA 3) Approbation des
confirmer les transactions Front Office programmes
Assurer les communications d’émission des
financières obligations ;
Proposer les conventions de
DOBAMA 4) Protection des
marché Middle Office investisseurs non
Calculer la courbe de taux membres du
marché ;
Gérer les opérations de post- DOBAMA DSP 5) Recherche et
marché: enregistrement, routage Back Office SCR&LT développement ;
des ordres, compensation, 6) Rapport de
règlement des créances, DOBAMA DOBAMA surveillance aux
mouvement des comptes autorités.
Comptes DCT &
espèces et titres
Codifier les titres Courants Codification
IV. Cadre opérationnel du marché des VT
(2-3)
Souscription Adjudication Post-marché
Tenue des compte- Négociation multilatérale Gestion des garanties
titres Communications
Négociation
bilatérale
financières

Contrôle Oversight des


bancaire Compliance
infrastructures de
marché

DSIF Audit Interne DSP

Autorité de marché
IV. Cadre opérationnel du marché des VT
(3-3)
Liaisons fonctionnelles entre l’autorité de marché et les structures
externes
Structures de contrôle
Ministre du
externe des finances
Budget publiques
Ministre des CENAREF
Finances Approbation de la
Réponses à des Parquet
réquisitions
note
d’informations
accompagnant les
émissions des
Proposition de Obligations Réponses à des
sanction ou de réquisitions Réponses à
sanction par d’informations des
l’Autorité de marché réquisitions
Rapport de d’informations
surveillance au Habilitation
Ministre des des OPJ de
Finances l’Autorité de
marché
Autorité de marché
V. Economie de différents projets de
textes
Cinq textes ont été soumis à la validation de la Banque Centre. Ils sont
considérés à ce stade comme essentiels pour le lancement du marché
des VT. Les autres textes seront produits par le CTDI ou la Banque
Centrale au fur et à mesure de l’évolution des activités du marché.

Il s’agit de:
1. Règlement général du marché des VT;
2. Règlement sur le Système de conservation, règlement et livraison
des titres;
3. L’Ordre de Service définissant la répartitions de responsabilités des
Organes de la Banque dans les émissions des VT ;
4. L’Ordre de Service définissant les missions et l’organisation de
l’autorité de marché ;
5. Le Code de déontologie des membres de l’autorité de marché.
V. Economie de différents projets de
textes
I. Le règlement général du marché des VT (Instruction)

Comme précisé à son article 1er, l’objet du Règlement est de définir les
règles applicables :
 à l’organisation du marché des VT;
 aux marchés primaire et secondaire des VT;
 à la conservation et à la circulation des VT;
 à la compensation et au règlement des opérations sur les VT ;
 à la conduite des Participants et des Professionnels assujettis ;
 à la surveillance et à la régulation du marché des VT;
 au régime des sanctions.
V. Economie de différents projets de
textes
Le chapitre II du projet de Règlement général porte sur l’organisation
du marché des valeurs du Trésor précise les fonctions centrales du
marché, toutes ces missions étant assumées par la Banque Centrale :
 autorité de marché;
 entreprise de marché;
 dépositaire central de titres;
 gestionnaire du système de règlement-livraison;
 agence nationale de codification;
 agent de règlement.

Sous d’autres cieux, ces missions sont confiées à plusieurs structures.


Il en découle une concentration de risques opérationnels excessive à
charge de la Banque Centrale. D’où la nécessité d’appliquer le principe
de la muraille de Chine entre fonctions incompatibles (Voir projet d’OS
sur la répartition de responsabilités).
V. Economie de différents projets textes

II. Le règlement du système de CRLT (Instruction)


Ce texte, à caractère générale, précise les conditions d’utilisation des
infrastructures opérées par la Banque Centrale pour la CRLT à
l’attention de tous les émetteurs et les teneurs conservateurs. Ainsi,
oblige-t-il la Banque Centrale à opérés certains choix en ce qui
concerne:

- le système de négociation (bilatéral et multilatéral);


- la compensation globale des positions des participants ;
- les conditions d’ouverture et de tenue d’un compte d’émission;
- les relations entre la Banque Centrale et les teneurs conservateurs
des titres;
- l’ouverture d’un compte espèces dédiés aux opérations de post-
marché;
- le modèle de règlement en monnaie étrangère.
V. Economie de différents projets de
textes
III. L’Ordre de Service définissant la répartitions de
responsabilités des Organes de la Banque dans les émissions des
VT

Ce texte précise les différents rôles assumés par la Banque Centrale


dans le cadre des émissions des VT dans l’objectif de professionnaliser
les interventions de l’institutions avec des responsabilités claires des
personnes impliquées : promotion du marché des VT dans le cadre du
Comité de place, participation à la préparation des émissions,
entreprise de marché, dépositaire central, agence nationale de
codification, opérateur du système de règlement-livraison, agent de
règlement et autorité de marché.

Il institue également un mécanisme de coordination entre, d’une part,


l’autorité de marché et, d’autre part, la DSIF, l’Audit Interne et la DSP et
ce, pour éviter des contrôles redondants.
V. Economie de différents projets de
textes
IV. L’Ordre de Service définissant les missions et l’organisation de
l’autorité de marché
Ce texte précise les missions de l’autorité de marché en tenant compte
d’une part, de son double rattachement (Ministre des Finances et
Gouverneur) et, d’autre part, des collaborations nécessaires qu’elle est
appelée à entretenir les structures chargées du contrôle externe des
finances publiques, les autorités judiciaires et les régulateurs étrangers.

Il insiste par ailleurs sur l’indépendance fonctionnelle des membres de


l’Autorité, en interne et en externe, grâce à la muraille de Chine, le
rattachement au Gouverneur, la qualité des personnes animant
l’autorité, la collégialité dans la prise de décision, etc.

Sur le plan organique, l’autorité de marché est portée par une structure
légère avec comme conséquence une création de postes de travail
réduite à l’essentiel (7 postes de travail au minimum).
Positionnement de l’Autorité de marché dans l’organigramme
général de la Banque

HD

Autorité de marché

Surveiller

Intermédiaires/banque DOBAMA DSP


s ou autres

27
5. Economie de différents projets de
textes
V. Le Code de déontologie des membres de l’autorité de marché

Les membres de l’autorité de marché sont astreints à certaines


obligations et à des devoirs pour préserver leur indépendante et leur
efficacité. Le projet de Code de déontologie met un accent sur:
- la contribution des membres à la réalisation de la mission de
l’autorité de marché;
- les valeurs et principes éthiques à observer;
- le devoir de discrétion et de confidentialité;
- le comportement irréprochable vis-à-vis de certaines libéralités;
- l’interdiction d’effectuer des opérations sur les valeurs du Trésor;
- la gestion des conflits d’intérêts.
Merci