Vous êtes sur la page 1sur 34

Les Contentieux au travail

Cas Français

Encadré Par:
Mr. BOULGHALEGH
1
2
Partie 1 : Définition &types
1/ Qu’est-ce que le contentieux ?
2/ types du contentieux au travail : Individuels et collectifs

Mode de règlement des conflits : Cas français


1/ les Conflits individuels : Prud’homme
2/ les Conflits collectifs
3/ les Solutions Possibles pour résoudre ces contentieux

Cas pratique
Cas de La Grève SNCF Récente

Conclusion

3
Partie 1 : contentieux, conflits au travail
Les Contentieux
Qu’est-ce que le contentieux ?

Le contentieux au travail, signifie la


procédure juridique destinée à faire juger
un litige entre l’employeur et l’employé

4
Les types de conflits

• 1- le conflit individuel :
Ils surviennent entre l’employeur et l’employé
dans le cadre d’un contrat de travail ou
d’apprentissage.
Il peut se déclencher en cas de :
• Un licenciement personnel,
• Une action en harcèlement,
• Un conflit sur les heures supplémentaires.

5
• 2- Les conflits collectifs :

• Les conflits collectifs du travail sont les différends qui


surviennent à l’occasion du travail et dont l’une des
parties est une organisation syndicale ou un groupe
de salariés.

• c’est la défense des intérêts collectifs et


professionnels qui est ici visée. (Ex : la liberté
syndicale, la révision des salaires, la durée du travail,
l'hygiène et la sécurité).

6
La grève : définition et
caractéristiques

La grève est une cessation collective et


concertée du travail pour des motifs
professionnels, afin d’exercer une
pression sur l’employeur. Ainsi la grève
perlée qui est une réduction
volontaire de la productivité n’est pas
considérée comme une grève car la
cessation de travail n’est pas totale.

7
Les caractéristiques de la grève :

la cessation
la concertation
collective

les motifs
professionnels.

8
Sont considérées comme licites toutes celles qui
portent sur :

 la rémunération,

 les conditions de travail,

l'exercice du droit syndical,

 la crainte de licenciement.

9
10
Effets sur le contrat de travail
la grève et le contrat de travail

Emmanuel Mounier, né à Grenoble le 1ᵉʳ avril 1905,


mort à Châtenay-Malabry le 22 mars 1950, est un
philosophe français, fondateur de la revue Esprit et
à l'origine du courant personnaliste en France

« le premier temps du dialogue est celui de l'opposition ».

11
La grève a pour effet de suspendre le contrat de travail c'est-à-dire que l'employeur ne
verse pas le salaire puisque le travail n'est pas fourni.

Le chef d'entreprise doit respecter le droit de grève : il ne peut prendre de sanctions


pour seuls faits de grève et ne peut embaucher des salariés sous contrat à durée
déterminée ou en intérim pour remplacer les grévistes car cela porterait atteinte au droit
de grève.

12
Dans une affaire récente, des salariés ayant participé à une grève sont
licenciés pour faute grave. Leur employeur leur reproche notamment une
absence injustifiée et l’instauration d’un climat conflictuel.

Pour la Cour de cassation, leur licenciement est nul : l’employeur ne leur


reproche pas une faute lourde, mais « seulement » une faute grave. De plus, le
motif du licenciement, qui est tiré de leur participation à cette grève, est
illégal. Le licenciement est donc nul.

13
La grève et le salaire
La grève a pour conséquence directe le non versement du salaire
pendant la période d'arrêt de travail ; c'est l'effet synallagmatique du
contrat de travail
La règle est différente pour les salariés non-grévistes qui n'ont pas pu accomplir
le travail normal. Si ceux-ci ont tout fait pour rester à la disposition de
l'employeur (et même si celui-ci a été empêché de leur fournir du travail) le
salaire reste dû.

 La suppression du salaire n'entraîne pas la suppression des droits à la Sécurité sociale

14
Les modes de règlement des conflits
• 1- le règlement du conflit individuel :

Le Conseil
de
prud'hommes

15
En France , le conseil de
prud'hommes est une
juridiction de premier degré
des litiges nés à l'occasion de
l'exécution ou de la rupture
du contrat de travail
entre employeurs et employés

16
• Le litige porté devant le conseil de prud'hommes doit
concerner un problème individuel régi par le code de
travail.

• Par exemple : l'application d'une convention


collective, la contestation d'un licenciement, la
rupture d'un contrat d'apprentissage, l'homologation
d'une transaction.

• Toujours dans les mêmes conditions, le conseil de


prud'hommes est compétent pour statuer sur un
litige opposant deux salariés.

17
2/ Le règlement du Conflit collectif :

• Les conflits collectifs s'achèvent en principe


par la signature d'un protocole d'accord entre
l'employeur et les grévistes. Il peut être
obtenu par les voies de la conciliation, de la
médiation ou de l’arbitrage ou même le lock
out

18
La Conciliation :
• L'employeur et les salariés grévistes essaient de
rapprocher leurs points de vue grâce à un tiers, le
conciliateur.

• Le président de la commission de conciliation invite les


représentants des parties à une succession de
réunions.

• A l'issue de ces réunions il est établi un procès verbal


qui constate l'accord ou le désaccord sur la fin du
conflit.

19
La Médiation :
• La procédure de médiation est engagée à la
suite d'un échec de la conciliation ou
directement si les parties en font la demande.

20
• Le médiateur est une personnalité qualifiée,
désignée en fonction de son autorité morale ou
de ses compétences (professeur de droit, expert
en droit social….).

• Après un travail d'analyse, le médiateur


convoque ensuite les parties dans le but de se
mettre d'accord sur une solution.

21
• Si un accord se dessine le médiateur émet, dans un délai d'un
mois, une "recommandation". Cette recommandation peut
ensuite être acceptée ou refusée par les parties dans un délai
de huit jours.

En cas d’acceptation

Recommandation devient
immédiatement applicable

22
En cas de refus

l'administration rend publique la


recommandation du médiateur ainsi
que les positions des parties

23
 Arbitrage
Est un Mode de résolution de litiges de nature Juridictionnel mais privé

Juridictionnel privé

Le recours a Les noms sont choisis par les


l’ensemble parties
Des décisions de Et non par des juges de
Justice l’Etat, recours a l’arbitrage se
base sur assentiment de 2
parties pas imposés

24
 Lock Out
La décision de fermeture de l'établissement prise par l'employeur, généralement
en réponse à une grève de son personnel se dénomme "lock-out". Le lock-out est
régulier lorsque le chef d'entreprise a dû fermer en raison de ce qu'il se trouvait
empêché par une cause extérieure et irrésistible de donner du travail à ses
salariés.

 l'employeur peut recourir au lock-out en cas de grève


illicite c'est à dire lorsque les grévistes ont des
revendications illégitimes ou utilisent des modes d'action
prohibés

25
Partie 2 : Les contentieux : solutions & cas
pratique
• Que faire pour éviter les conflits ?
• L’entreprise doit se doter d’un bon directeur des
Ressources humaines qui pourra désamorcer les
conflits éventuels;
• systématiser le recours aux modes de règlement
amiable des différends;
• rendre obligatoire le recours à la conciliation auprès
d’un individu impartial pour régler les conflits
individuels de travail.
• le développement de l’arbitrage social.

26
Cas pratique : La grève de la SNCF

27
• Les syndicats de la SNCF (l’intersyndicale CGT-UNSA-Sud-
CFDT) ont entamé mardi 3 avril un mouvement de grève
inédit, et ce jusqu’au 28 juin.

28
• Les syndicats ont inauguré un type de grève
d'un genre nouveau : la grève perlée.

29
Les raisons derrière la grève SNCF
• L'extinction du statut du cheminot;

• L'ouverture à la concurrence;

• Un changement de statut avant une


privatisation ;

• L'opinion publique en arbitre.

30
 Le Premier ministre Édouard
Philippe a débuté ses entretiens
avec les représentants des
syndicats de salariés.

• Dès les premières rencontres, deux annonces :

 il y aura de nouvelles discussions à Matignon;


 le gouvernement pourrait déposer des
amendements à cette réforme de la SNCF, devant le
Sénat, dans trois semaines.

• Pour la CGT, pas de quoi interrompre la grève. 31


• Edouard Philippe a choisi de tendre la main aux
syndicats. Il a décidé de les rencontrer le 7 mai à
Matignon, pour des discussions bilatérales autour de
la réforme de la SNCF.

• La rencontre s’est achevée par la décision de


continuer la grève, de la part des syndicats, en
attendant ce qui va se décider dans les prochaines
rencontres.

32
• Une légère hausse des grévistes, Ce jeudi, 24
Mai 2018, 22e jour de grève depuis le
lancement du mouvement 54,7 % des
conducteurs SNCF étaient en grève.

33
Conclusion
Le conflit qu’il soit collectif ou individuel, il est
soumis à des Protocoles du règlement qui
doivent résoudre en tous cas le litige,
Toutefois, il y a des situations où la phase
contentieuse ou la phase judiciaire ne suffit
Pas et on doit forcement recourir à une phase
post-contentieuse et demander l’intervention
Des instances internationales,

34