Vous êtes sur la page 1sur 62

Veille et Intelligence

Economique

Mohamed Elghet MALAININE

1
Objectifs :

 Montrer l'utilité de L’intelligence économique comme


instrument d'anticipation au service de la décision et de l'action.

 Rendre compte des méthodes et des outils de veille,


d’intelligence stratégique et fournir une description précise et
concrète de la manière d'organiser ce processus de veille

 En définitive, permettre aux participants de s’approprier, à la


fin de la formation, les concepts et les méthodes de L’intelligence
économique.

2
Plan de la formation
 Chapitre 1 : Définitions et enjeux de l'intelligence économique et
de la veille
 Définitions et champs d’étude de la veille
 La stratégie de l’entreprise et la surveillance de
l’environnement
 L’intelligence économique : observer – prévoir - agir
 chapitre 2: Démarche d’intelligence économique
 Processus de veille stratégique
 Démarche IE
 Cours 3: Les outils de la veille
 Systèmes d’information
 Internet

3
Définitions et enjeux de l'intelligence économique
et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille
La veille stratégique ?

 La Veille Stratégique est le processus par lequel l’entreprise observe,


recherche, localise, traite, analyse, et diffuse l'Information Stratégique à
des buts Décisionnels et Compétitifs.
 L’ensemble de ces activités anticipe les « signaux d'alerte » dans le but
de créer des opportunités de marché pour son entreprise et de réduire
ainsi les risques liés à l'incertitude...

 La Veille Stratégique est donc un « Système d'Information » ouvert sur


l’extérieur ayant pour objet l’écoute de l’environnement de l’entreprise
pour capter et anticiper les grandes tendances à venir, et ainsi de conforter
le processus de décision interne.
 Les informations analysées peuvent être de nature : scientifiques,
techniques, concurrentielles, commerciales... On parlera alors de Veille
Technologique, Veille Concurrentielle, Veille Commerciale

4 ...
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


La matière première de la veille
 La données :
 Elément brut qui n’a pas été traité ni mis en contexte

 L’information ;
 Ensemble de données traitées et interprétées pour faire ressortir un fait
 Différents types d’informations :
• B. les informations blanches, directement et librement accessibles,
• G. les informations grises, accessibles indirectement et de manière détournée,
• N. les informations noires, collectées de manière illégale, illégitime, voire par
espionnage.

 La connaissance :
 Informations travaillées, conceptualisées, croisées et exploitées afin de parvenir à une
action ou une décision.
 La connaissance permet de produire de nouvelles données, informations et
connaissances.

 Le savoir :
Ensemble de connaissance.

5
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


Pourquoi faire de la veille?
 Mieux gérer et traiter les ressources informationnelles

 Accroître la productivité

 Identifier des spécialistes et des experts

 Analyser des tendances

 Élaborer des dossiers de recherche

 Favoriser l’innovation de produits et de procédés

 Être en mesure de réagir rapidement à l’information

 Systématiser le processus de recherche, traitement et dissémination de


renseignements

6
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


À quoi sert la veille ?
 À transformer les informations en renseignements

 À aider le décideur dans sa prise de décision

 À réduire les incertitudes

 À saisir les opportunités

 À augmenter la collaboration entre individus et unités

 À devancer la concurrence

 À influencer les décideurs

 À agir plus rapidement

7
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


La matière première de la veille
 La données :
 Elément brut qui n’a pas été traité ni mis en contexte

 L’information ;
 Ensemble de données traitées et interprétées pour faire ressortir un fait
 Différents types d’informations :
• B. les informations blanches, directement et librement accessibles,
• G. les informations grises, accessibles indirectement et de manière détournée,
• N. les informations noires, collectées de manière illégale, illégitime, voire par
espionnage.

 La connaissance :
 Informations travaillées, conceptualisées, croisées et exploitées afin de
parvenir à une action ou une décision.
 La connaissance permet de produire de nouvelles données, informations et
connaissances.

 Le savoir :
Ensemble de connaissance.
8
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


De façon plus précise voici des exemples d’utilité :
 pour augmenter la capacité d’innovation de l’entreprise ;

 pour réagir plus vite : être prêt au bon moment donc anticiper en amont ;

 pour détecter suffisamment tôt à quel changement il faudra (peut-être)


s’adapter ;

 pour économiser des ressources, car « trop tard c’est plus cher » ;

 pour anticiper les ruptures et éviter les surprises stratégiques mauvaises ;

 pour réduire les risques et augmenter la sécurité ;

 pour gagner des clients nouveaux

9
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille
Modes de fonctionnement de la veille?
 Le processus de Veille Stratégique peut fonctionner selon deux modes
distincts : le mode « commande » et le mode « alerte ».

 Le mode commande signifie que la recherche active d’une information de


veille stratégique est déclenchée par la demande expresse (la commande)
d’un supérieur hiérarchique qui exprime ainsi un besoin ponctuel
d’information. L’initiative est donc du côté de l’utilisateur potentiel de
l’information (un responsable, par exemple).

 Le mode alerte signifie que la recherche active d’information est


continue de la part de certaines personnes (traqueurs) et que ces
personnes alertent, de leur propre initiative, le supérieur hiérarchique (ou
d’autres personnes) lorsqu’elles jugent avoir trouvé une information
intéressante, alors que ce supérieur n’a pas exprimé un besoin particulier
d’information. L’initiative est donc du côté de l’animateur de la veille
stratégique.
10
Définitions et enjeux de l'intelligence
économique et de la veille

Définitions et champs d’étude de la veille


Types de veille :
 Veille concurrentielle
La veille concurrentielle traite les concurrents actuels ou potentiels, les
nouveaux entrants sur le marché (pouvant lier leur apparition à l’émergence
de produits de substitution). L’information recueillie peut couvrir des
domaines très divers :

 gamme des produits concurrents;


 circuits de distribution;
 analyse des coûts;
 organisation et culture d’entreprise;
 évaluation de la direction générale;
 portefeuille d’activités de l’entreprise.

11
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Types de veille
Veille commerciale
La veille commerciale concerne les clients (ou les marchés). Il s’agit de
prendre en considération l’évolution des besoins des clients. À l’heure du
développement des techniques de fidélisation, la veille commerciale implique
le suivi et l’analyse des réclamations. Celle-ci s’intéresse également aux
fournisseurs. Cette veille se développe notamment dans les services achats.
La recherche d’information est certes focalisée sur le coût des services, mais
s’intéresse également à différentes garanties (délai de livraison, continuité de
la relation, qualité des produits et services, adaptabilité, etc.)

12
: Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Types de veille
Veille stratégique ou environnementale
Par définition, tout type de veille est stratégique. On peut
tout de même dire que cette veille englobe le reste de l’environnement d’une
organisation. Ce type de veille inclut généralement les éléments de
l’environnement politique, social, culturel et juridique. Selon le type
d’organisation, la veille stratégique ou environnementale – encore appelée
veille globale ou sociétale – sera axée sur des aspects différents de la vie
économique. Ce type de veille nécessite une solide planification car les cibles
de veille peuvent toucher un large éventail de thèmes.

13
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Types de veille
Veille gouvernementale

La veille dite gouvernementale traite notamment de sujets propres aux


institutions et
administrations publiques. Ces thèmes peuvent couvrir différents champs
d’intérêts et se rapprocher dans certains cas de ce qui se fait en entreprise.
Généralement les thèmes portent sur :
les politiques publiques;
les stratégies gouvernementales;
les plans d’intervention, les programmes;
les lois et règlements;
les analyses et évaluations des politiques ou programmes.

14
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Types de veille
Veille technologique

La veille technologique est l'observation et l'analyse de l'environnement


scientifique, technique et technologique et des impacts économiques
présents et futurs, pour en déduire les menaces et les opportunités de
développement
C'est la veille que l'entreprise consacre essentiellement au
développement des technologies avec tout ce que cela comporte en terme de
découvertes scientifiques (recherche fondamentale et recherche appliquée),
d'innovation de produits ou de services, d'évolution des procédés de
fabrication, d'apparition de nouveaux matériaux ou concepts, de constitution
de filières ou de sophistication des systèmes d'information.

15
: Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Catégories de sources Principales sources d’information

Institutions Administrations, organisations internationales, associations, centres de


recherche, instituts, fondations, universités,…

Groupes partenaires Sous-traitants, fournisseurs, clients, concurrents, groupements


professionnels, financiers,…

Sources électroniques Moteur de recherche, listes de discussion, banques de données,


carnets…

Réseaux personnels Clubs, collègues, confrères, …

Fournisseurs d’information Presse, librairies, bibliothèques, serveurs et courtiers, banques de


données, centres d’information, …

Événements Colloques, salons, voyages d’études, visites industrielles …

Consultants et experts Écoles d’ingénieurs, universitaires, experts, centres techniques,


consultants, bureaux d’études, …

Internes Knowledge Management, Système d’Information décisionnel


16
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et
de la veille
Définitions et champs d’étude de la veille

Quelles sources pour quelle veille ?

Sources formelles Sources


informelles

Revues Presse Sites Brevets Norme Études Infos Rapport Livres Autres
spécialisées généralist Intern , s lois publique légale s média
e et marque s s annuels s
s
Veille x x x xx x xx x
concurrentielle
Veille marché, x x x xx x x x x
marketing
Veille xx x xx x x x x
technologique
Veille x x x xx x x
réglementaire
Veille x x x x x xx
environnemen-
tale
Sujets x xx xx x x x
généraux

17
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille

La notion de la stratégie

« La stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à


long terme d’une organisation puis à choisir les modes d’action et d’allocation
des ressources qui permettront d’atteindre ces buts et objectifs ».
Il ressort de cette définition que :
la stratégie engage l’ensemble des ressources détenues par l’entreprise et
ce, sur une longue période.
Que la stratégie concerne en premier lieu la détermination des objectifs de
l’entreprise qui se déclinent alors en actions propres à remplir ces
objectifs.
Que la stratégie enfin détermine le niveau des moyens à mettre en œuvre
pour atteindre les objectifs définis.

18
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille

La notion de la stratégie
Ceci revient en définitive à répondre à trois questions en même temps :
que produire ?
comment faire pour réaliser cette production ?
-avec quels moyens dois-je le faire ?

Conséquence
La décision stratégique repose alors sur deux piliers :
L’Analyse de l’environnement : l’entreprise se positionne dans un marché
concurrentiel par rapport à ses concurrents directs et en fonction de l’état du
marché (environnement technologique, concurrentiel, social, culturel…).
La connaissance des capacités propres de l’entreprise qui déterminent le
champ d’action stratégique possible puisque celui-ci repose sur la
mobilisation des ressources disponibles ou sur la recherche de ressources
complémentaires (compétences de l’ entreprise, ses forces et ses faiblesses).

19
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille

Le management stratégique et la planification stratégique.

L’expression management stratégique décrit, un ensemble


d’opérations allant de la planification stratégique au contrôle (ou à l’évaluation)
stratégique.
Nous définissons alors le management stratégique comme un
processus global de planification et de contrôle des variables ayant un
impact important sur l’organisation.
Si la gestion stratégique est un processus global de planification et de contrôle,
alors la planification stratégique constitue une composante de l’ensemble du
management stratégique.

20
: Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille

La notion de la stratégie

Connaissance de Analyse des capacité de


l’environnement l’entreprise

Direction
générale

stratégie

Objectifs Modes d’Action Moyens

21
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille

Les différents comportements de l’entreprise

Passive : • Pré-active :
– ne fait rien – évite les dangers
– en tire parti
Ré-active :
– veille • Pro-active :
– évite les dangers – influence le marché

22
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : observer – prévoir - agir

Définition de l’intelligence économique

« C’est une démarche organisée, au service du management stratégique de


l’entreprise, visant à améliorer sa compétitivité par la collecte, le traitement
d’informations et la diffusion de connaissances utiles à la maîtrise de son
environnement (menaces et opportunités) ; ce processus d’aide à la décision
utilise des outils spécifiques, mobilise les salariés, et s’appuie sur l’animation
de réseaux internes et externes » -
«« L’ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement, de
distribution et de protection de l’information, en vue de son exploitation, utile
aux acteurs économiques et obtenu légalement. Elle prolonge les différentes
actions de la veille et de protection du patrimoine en intégrant précisément les
stratégies d’influence ( guerre d’information) et les réalités culturelles liées à
chaque entreprise, à chaque région. » »
« C’ est un cycle d'informations dont la finalité est la production de
renseignements stratégiques et tactiques »

23
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : observer – prévoir - agir

L'intelligence économique met en perspective l'information, cherche à lui donner


du sens et surtout à faire en sorte qu'elle devienne facteur de décision et d'action .
Les trois composantes de l’Intelligence économique sont :

La veille;
L’info-guerre/ L’utilisation offensive de l’information;
La protection du patrimoine informationnel

24
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : Info-guerre

Définition

« Le concept de guerre de l’information est un concept très vaste qui


englobe indistinctement toutes les actions humaines, techniques, technologiques
(opérations d’informations) permettant de détruire, de modifier, de corrompre, de
dénaturer , les flux d’informations ou les données d’un tiers (pays, États, entités
économiques …) en vue de brouiller, d’altérer sa capacité de perception, de
réception, de traitement, d’analyse et de stockage de la connaissance. »
Il existe trois déclinaisons de la guerre d’information. Il y’a la guerre par,
pour, et contre l’information.. Dans le premier cas, il s’agira d’affaiblir l’adversaire
et de bloquer sa capacité d’action. Dans le second, il importe de maîtriser les
canaux de diffusion de l’information. Enfin, le troisième aspect relève de la sécurité
des systèmes d’information, puisqu’il s’agit ici d’empêcher le concurrent d’émettre
de l’information.

25
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : Info-guerre

Méthodologies

Les opérations de guerre de l'Information se répartissent dans le domaine


économique en 3 catégories :
tromperie (désinformation, manipulation, discrédit du concurrent),
contre-information (identification des points faibles de l’adversaire,
exploitation de ses contradictions, utilisation de l’information vérifiable),
résonance (faire de « l’agit-prop »,optimisation de caisses de
résonances, création de réseaux d’influence, animation de forums de
discussion).

26
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : Info-guerre
LES PRINCIPES D’ATTAQUE DANS LA GUERRE D’INFORMATION

Le direct L‘indirect L’anticipation

Conflit bipolaire : Conflit multipolaire : Conflit autocentré :


Un contre un Tous contre tous Un contre tous

Objectif : Objectif : Objectif :


Agir sur la situation et le Agir sur le système, les Agir sur ses propres forces et
rapport de force règles et les relations sur le contexte
entre acteurs

Les principes techniques Les principes techniques Les principes techniques et


et leurs limites et leurs limites leurs limites

Combattre et vaincre Vaincre sans combattre Vaincre avant de combattre


Mécanisme action-réaction. Mécanismes de Mécanismes de redéploiement.
Surenchère d’attaques et de délocalisation. Jeux de Maîtrise d’une sphère
contre-attaques, montée aux menaces dissuasives et d’influence o`la capacité de
extrêmes de la violence. d’encerclement frappe soit plus puissante que
But : La victoire décisive. But : Garde l’avantage celle de tous les adversaires
Limites : Destruction ou dans la répartition des réunis.
épuisement mutuel forces. But : Maintenir sa supériorité
Limites : complexité et Limites : rigidité, fuite en avant
fragilisation du système

Les règles de la tactique Les règles de la tactique Les règles de la tactique

L’escalade La dissuasion Le redéploiement


Attaque au centre. Se retrancher solidement. Maillage des forces : création
Concentration des forces et Dissémination et du point d’appui, du levier et de
de la puissance de feu sur encerclement. Guérilla : la sphère d’influence. Analyse
les points clefs. Recherche esquive de la force et des faiblesses adverses.
de l’attaque décisive attaque des faiblesses Recherche de l’action unique.
adverses. Recherche de
l’avantage

Les lois de la stratégie Les lois de la stratégie Les lois de la stratégie


Guerre totale Guerre limitée Guerre éclair
Détruire les forces adverses. Garder sa liberté de Maintenir sa supériorité.
Moyen : la puissance, l’axe mouvement. Moyens : la Moyens : la surprise, le
d’alliance fondé sur l’intérêt mobilité, l’anneau de redéploiement évolutif, et le
commun et le coalition fondé sur le verrouillage de la sphère
commandement militaire danger commun et le d’influence
unifié renseignement

27
Sécurité de l’Information &
Contre-Intelligence

28
1. Introduction

 Sécurité :
– 1. Situation dans laquelle qqun qqch n’est exposé à aucun danger, à
aucun risque d’agression physique, d’accident, de vol, de
détérioration
– 2. Situation de qqun qui se sent à l’abri du danger, qui est rassuré

29
Les enjeux

 Cela n’arrive qu’aux autres

 Discrétion des auteurs et des vicitimes (chiffre noir)

30
2. Les composantes de la
sécurité

 2.1. Technologique

 2.2. Technique

 2.3. Informationnelle

31
2.1. La composante
technologique

 la cybercriminalité

“Le crime informatique est tout acte intentionnel


associé d’une manière ou d’une autre aux ordinateurs,
dont la victime a ou aurait pu subir une perte, et dont
l’auteur a ou aurait pu subir un gain”
Donn Parker

32
Les attaques

 Pénétration du réseau (hacking)

 Blocage du serveur (bombardement par des paquets


d’informations)

 Atteinte aux données (virus, spyware, trojan,…)

33
Les parades

 Firewall
 Anti-spam
 Logiciels anti-virus (actualisation)
 Modifications des mots de passe
 Cryptage

34
2.2. La composante technique

 Toutes les précautions du monde ne peuvent vous


protéger des erreurs en amont.

35
Les attaques

 La fraude

 La falsification

36
Les parades

 L’identification

 L’authentification

37
2.3. La composante
informationnelle
 Vulnérabilité de l’être humain (le capital intellectuel)

 Limite des technologies (exemple des banques)

 Besoin de communication (monde commercial,


scientifique,…)

 Modification des habitudes (le FBI et son bibliothécaire


électronique)

38
Les attaques

 Les voyages et les hôtels


 Les foires et expositions
 Les communications et les bavardages
 La gestion des licenciements et des départs
 Les étudiants et les journalistes
 Les faux cabinets d’embaûche
 Les rumeurs, hoax, désinformations

39
Les parades

 L’audit de sécurité

 Le plan de sécurité global et systématique


– une politique de sécurité globale
– un audit de sécurité

 La stratégie de contre-intelligence

40
3. L’arme de l’information

 De la stratégie à l’espionnage

 Affaire Perrier
 Commission Rogatoire Internationale
 Rétention de PC à la douane
 Affaire SNECMA / Messier-Dowty
 Opérations Azalée, Caribou et Café noir
 Echelon

41
4. L ’audit de sécurité

 Identifier les menaces et les agresseurs potentiels


– Stratégie de l’entreprise ?
– Inventaire du patrimoine
– Identification des risques et failles
– Imaginer les motivations de l’agresseur
– Risques de complicité interne
– Retours d’expérience
… pour établir un plan global de sécurité

42
5. La stratégie de
contre-intelligence

 Etablir les éléments à protéger, les étapes de la


démarche et les règles à suivre

 Méthodologie en 10 points

43
La stratégie de contre-intelligence

1. Tenir à jour une liste des vulnérabilités et risques potentiels

- stockage des données


- personnes sensibles
- étapes critiques

44
La stratégie de contre-intelligence

2. Protéger les systèmes informatiques de l’intrusion et de


l’infection

- protéger les bases de données


- gérer la sauvegarde
- solution anti-virus
- cryptage

45
La stratégie de contre-intelligence

3. Assurer la confidentialité des données et des documents

- classifier, gérer et protéger


- niveaux de confidentialité
- documents sensibles
- protection des locaux
- documents abandonnés

46
La stratégie de contre-intelligence

4. Sensibiliser et former le personnel

- sensibilisation
- formation
- responsabilisation
- politiques de sécurité

47
La stratégie de contre-intelligence

5. Gérer la communication externe

- vérifier les acteurs externes


- clauses de confidentialité
- liste des interventions
- qualification des personnes

48
La stratégie de contre-intelligence

6. Gérer les visites dans l’entreprise

- identifier
- différencier interne/externe
- liste préalable
- réponses aux questions

49
La stratégie de contre-intelligence

7. Mettre en place des procédures de sécurité

- endroits appropriés
- contrôle des accès
- choix du mode de communication
- origine douteuse
- code éthique
- charte “sécurité”

50
La stratégie de contre-intelligence

8. Personnifier la fonction sécurité

- désignation des responsables


- coordination
- audits de sécurité réguliers

51
La stratégie de contre-intelligence

9. Anticiper les crises

- cellule de crise
- qui fait quoi dans quelles conditions et avec quels délais ?

52
La stratégie de contre-intelligence

10. Développer une politique de contre-information

- arguments face aux attaques

53
Définitions et enjeux de l'intelligence économique et de la veille
L’intelligence économique : cycle de renseignement

54
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique


Préalables : C’est une phase très importante voire essentielle. Elle a pour but
d’informer et de former l’ensemble des collaborateurs et les acteurs de la veille
sur les enjeux et les méthodes employées. Ses principaux points sont :
1 - Sensibilisation
2 - Prise de connaissance de la situation
3 - Définition des enjeux
4 - Traduction en axes de veille
5 - Diagnostic de l'organisation et des pratiques
6 - Recensement des sources
7 - Évaluation des écarts
8 - Recommandations : catégories d'information à collecter, hiérarchisation des
sources, proposition d'outils, de méthodes et d'une organisation adaptée à la
culture de l'entreprise (collecte , circulation, traitement et éventuellement
stockage)
9 - Mise en place
10 – Accompagnement

55
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Le processus de la veille est composé de 9 phases principales:

Etape1- Expression des besoins en information


Etape 2 - Choix des sources d’information
Etape 3 - Recherche et collecte de l’information
Etape 4 - Traitement de l’information (analyse, synthèse et formatage1)
Etape 5 - Stockage de l’information (mise à jour et destruction)
Etape 6 - Diffusion de l’information (« pull » et « push »)
Etape 7- Utilisation de l’information
Etape 8 - Exploitation des retours d’expérience (feedback) : réalisé par les
destinataires, pour améliorer la pertinence de l’information.
Etape 9 - Contrôle : permet d’optimiser le processus de veille.

56
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 1 : Expression des besoins en information

Cette phase fondamentale prend en compte les objectifs stratégiques


de l’entreprise. Elle permet de définir le périmètre de la veille. L’expression
des besoins permet de formaliser, avec l’analyse des domaines d’activités
stratégiques (DAS) et des facteurs clefs de succès(FCS) de l’organisation, les
attentes des collaborateurs et aussi de révéler les besoins latents en
information.
Dans un environnement en constante mutation, les besoins en
information des organisations évoluent très rapidement. Il est indispensable de
les actualiser régulièrement et, si nécessaire, de faire évoluer les axes de
veille.

57
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 2 : Identifier les sources d’information

L’identification les sources d’information (sourcing) constitue une


étape essentielle à tout processus de veille , elle devient cruciale, avec en
corollaire le problème d'authentification et de validation de ces informations
qui de plus en plus ne seront plus formatées dans le cadre de bases de
données formelles
Phase 3 : Recherche et collecte de l’information
Cette phase est également appelée « traque ». Les veilleurs ou «
traqueurs » explorent les sources et collectent l’information « utile ». Une
première sélection l’informations est réalisée en fonction de leur utilité et de
leur véracité.

58
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 4 : Traitement de l’information

La gestion des flux et des espaces : procédures de circulation, de


classement et d’archivage de l’information
La qualification de l’information : le tri, la sélection et l’indexage
de l’information « utile » pour l’entreprise en général ou pour un
service en particulier
La capitalisation du savoir : mémorisation des savoirs et des
savoir-faire de l’entreprise
L’analyse et la synthèse : mise en relation des informations et
préparation de notes d’informations régulières et de
"rapports d’étonnements"

59
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 5 : Stockage de l’information

Les informations issues de la veille ne sont pas toujours utilisées en


temps réel et un laps de temps plus ou moins long peut s’écouler entre leur
collecte et leur exploitation. La mise en place d’une procédure de stockage de
l’information peut se faire sous différentes formes (par exemple : base de
données, entrepôt de données (data warehouse)formelles
Phase 6 : Diffusion de l’information
La communication interne : organiser un système d’information transversal, descendant
et montant dans l’entreprise
La représentation externe : affirmer sa présence sur un marché en diffusant de
l’information à caractère commercial, technique...
Le lobbying : influencer son environnement de manière à favoriserses propres intérêts
L’entretien des réseaux : partage d’information dans une relation de connivence dans
des réunions de veilleurs en interneou dans un club d’exportateurs à l'extérieur
La guerre de l’information : usages offensifs et défensifs de l’information dans des
contextes de concurrence exacerbée

60
chapitre 2: Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 7 : Utilisation

Une fois l’information « utile » collectée, traitée puis diffusée, elle doit
être utilisée. Cette utilisation justifie la mise en œuvre du processus de veille.
Elle permet de mesurer l’utilité de l’information diffusée et de guider le veilleur
dans ses actions futures.
Phase 8 : Retour d’expérience (feedback)
Phase essentielle de succès du processus de veille, le retour
d’expérience donne de la valeur à l'information et fournit au veilleur des
précisions telles que :
L’utilité et la pertinence de l’information diffusée
La véracité de cette information
La nécessité de poursuivre les recherches d’information
La possibilité de passer à un autre axe de veille
Cette phase, souvent négligée, améliore le processus de veille

61
Démarche d’intelligence économique

Processus de veille stratégique

Phase 9 : Contrôle

Peu pratiquée dans les organisations ayant mis en place un


processus de veille, cette phase améliore l’efficacité de la veille et son
impact sur la performance de l’organisation. Cette phase de contrôle se
fait au moyen de tableaux de bord qui incluent des critères et des
indicateurs qualitatifs, quantitatifs, financiers et d’utilisation.

62