Vous êtes sur la page 1sur 43

Y.

ELHASSANI

GÉOSTRATÉGIE II
Géostratégie: c’est quoi?

 La géostratégie des entreprises est l’étude


des interactions entre l’espace géographique
et les décisions stratégiques de l’entreprise.
 Etymologie: Géographie+ stratégie.

 L’impact de l’espace géographique sur les stratégies de l’entreprise doit être


examiné non seulement dans les dimensions physiques de la géographie
(position… etc.) mais également dans ses dimensions culturelles,
économiques, historiques…etc.
Géostratégie: pourquoi?
 L’objectif de la géostratégie pour une entreprise est de conquérir
ou de préserver une position de force privilégiée dans un lieu, une
région, un pays, une zone ou dans le monde.

* L’arme économique remplace la puissance militaire. (Joseph S.


Nye parle de soft power ).
* La rivalité idéologique de la guerre froide a fait place à une
concurrence économique mondiale (Edward Luttwak).

 Exemples:
 Tensions France-USA sur le dossier agriculture.
 Tensions Airbus –Boeing
 Tensions marques de voiture françaises et asiatiques au Maroc.
Géostratégie: pourquoi?

Vision géostratégique des entreprises

Vision géoéconomique de l’Etat

Vision géopolitique de l’Etat


Géostratégie: pourquoi?
 L’ensemble des visions permet d’acquérir ou de maintenir
une position de force dans un contexte de concurrence
économique mondialisée: Renforcement du potentiel
économique et social du pays.

 La capacité géoéconomique d’un Etat dépend de son


dispositif géoéconomique.

 Le dispositif géoéconomique d’un pays doit regrouper


l’ensemble des instruments qui sont à la disposition de ses
entreprises : le capital humain, la formation, la recherche
et le développement, la stratégie commerciale (made in+
actions commerciales étatiques), les moyens
diplomatiques, l’intelligence économique… etc.
Géostratégie: pourquoi?

 La libéralisation des échanges à favorisé


l’apparition de firmes multinationales dotées
de stratégies véritablement planétaires.
 Les États se sont engagés – aux côtés de leurs
entreprises nationales – dans des politiques
de conquête de marchés extérieurs et de
prise de contrôle de secteurs et de zones
d’activité considérés comme stratégiques.
Géostratégie: pourquoi?

 La puissance que procure la conquête d’un


espace :
 Causes:
 Maîtrise des technologies clés
 Maitrise des attentes de la cible,
 Production ou commercialisation d’un
produit ou d’une gamme de produits
sensibles…
Géostratégie: comment ?

 Quelques pistes
 Préparation du territoire: soutien de l’Etat.
 Rivalités de pouvoir sur des territoires et sur
les opportunités qui s’y trouvent.
 Systèmes d’information et d’intelligence
économique.
 Recherche de légitimité sur le territoire.
 Stratégies offensives ou défensives.
 Réflexion stratégique.
Exemple 1: Stratégie d’entente

 Dans une guerre entre deux entreprises sur un


territoire. Apres analyse et réflexion, Le futur
vaincu, évaluant correctement la situation,
reconnaît son échec, planifie un recul ou lance
une négociation. Le vainqueur potentiel accepte
de négocier, puisqu'il a la certitude d'obtenir,
sans combat inutile, le résultat auquel tendait sa
stratégie.

 Exemple:Yoplait, Candia au Maroc.


Exemple 2: Marché africain
** Les opérateurs de téléphonies mobiles. Alors que le nombre d'utilisateurs de
téléphones en Afrique a dépassé la barre des 500 millions fin 2010, les sociétés se
livrent une bataille sans merci pour conquérir de nouveaux clients.
 Orange affiche ses ambitions: «L'Afrique est notre priorités Nous pensons y
doubler notre chiffre d'affaires d'ici à 2015». La filiale de France Télécom vise 7
milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015 dans les pays émergents,
représentés à 90% par l'Afrique.
 Vodafone a investi 2,4 milliards de dollars pour accroître sa participation au
capital du premier opérateur d'Afrique du Sud, Vodacom.
 Le britannique et l'indien Bharti Airtel sont entrés dans une guerre des prix qui
les a conduits à proposer les «sms» à un penny (1,2 centime d'euro) au Kenya. Et
sur les dix dernières années, l'égyptien Orascom, le sud-africain MTN et le
koweitien Zain ont investi environ 13 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros) en
Afrique.
** La société Générale parie sur le bassin méditerranéen et l'Afrique et compte
ouvrir près de 500 agences dans les cinq ans à venir. Les principaux groupes
bancaires africains sont également très présents et compte bien continuer à
capter de nouveaux clients, à l'image du camerounais Afriland First, du gabonais
BGFI ou des marocaines Attijariwafa Bank et BMCE Bank.
Débat:
Géopolitique/Géostratégie

Géostratégie Géopolitique

Politique
Guerre
Problèmes de définition:

 Il n’existe aucune définition satisfaisante de la


géostratégie.

 La stratégie s’est toujours intéressée au lieu de


bataille: le marché , dans son aspect temporel et
spatial.

 La géographie détermine-t-elle intrinsèquement la


stratégie ou lui impose-t-elle seulement un
conditionnement extrinsèque ?
 L’influence de la géographie sur la politique varie d’une société à l’autre : elle est fonction du degré
d’évolution technologique et administrative, qui définit selon Ratzel la Raumbewältigung ou
capacité à maîtriser l’espace46. Le milieu exerce un implacable déterminisme sur les peuples
primitifs ;"La ruée périodique des nomades vers les terres cultivées est une loi de la nature", écrit
René Grousset47. A l’inverse, dans des sociétés plus développées, on observe une certaine
indépendance vis-à-vis des contraintes naturelles et les facteurs politiques équilibrent les facteurs
géographiques : il n’y a plus déterminisme mais conditionnement. Or, avec l’industrialisation, ce
conditionnement lui-même tend à se diluer. La première révolution industrielle, celle de la
machine à vapeur, rétrécit considérablement les distances terrestres et affranchit la navigation du
régime des vents. La seconde voit l’automobile succéder au chemin de fer, l’avion abolir les
barrières montagneuses, l’électricité transmettre l’information en temps réel. Encore ces moyens
de transport ou de communication supposent-ils des relais : l’autonomie des premiers modèles
d’automobiles et d’avions est faible, les câbles transocéaniques émergent de loin en loin, la portée
des émetteurs radiophoniques ne dépasse pas leur hémisphère, etc. Mais avec la troisième
révolution industrielle, l’atome, le satellite, l’électronique pulvérisent toutes les limites
imaginables et les sociétés les plus avancées s’affranchissent globalement des contraintes
géographiques. Si l’espace demeure une condition sine qua non de toute activité humaine, il cesse
d’être un acteur de l’Histoire et tend à devenir sa scène passive.
 L’indifférence croissante aux facteurs spatiaux s’est d’abord affirmée dans le domaine des
techniques, mais ses effets sont allés bien au-delà : on assiste aujourd’hui à une véritable
déterritorialisation des rapports socio-économiques et politiques. A la recherche des plus bas
coûts salariaux, les multinationales déplacent leurs usines par toute la surface du globe avec
d’autant plus de facilité qu’informatisation et télécommunication permettent le contrôle à
 Le futur vaincu, évaluant correctement la
situation, reconnaît son échec ou sa défaite
inéluctable, capitule à temps pour ouvrir une
négociation. Le vainqueur putatif accepte de
négocier, puisqu'il a la certitude d'obtenir,
sans combat inutile, le résultat politique, au
moins en partie, auquel tendait sa stratégie.
LE TERRITOIRE
 L’entreprise s’inscrit dans un espace et elle est
elle-même un espace.
 L’espace comme lieu de survie biologique, de
l’existence psychologique et de la sociabilité,
structure les relations.
 Les décisions stratégiques subissent les effets
des:
 Communautés
 Groupes de pressions
 Partis politiques
 Pôles de compétitivités
 Régions d’accueil .
DEFINITIONS:

 Le territoire est appréhendé comme un espace rassemblant


autour de valeurs et de problématiques communes des
acteurs civils, économiques et sociaux.

 Un territoire est conçu comme un espace géographique


investi par une population humaine.
 Le territoire de l’entreprise est l’ensemble des lieux, locaux,
régions, nationaux et internationaux dans lesquels
s’inscrivent les activités de celle-ci.
 Le territoire peut être aussi le lieu même de la production
du bien ou du service : c’est l’espace organisationnel
interne.
Le territoire est :
 Une histoire
 Un patrimoine
 Une géographie
 Des paysages
 Un climat
 Une société locale
 Un état d’esprit, une mentalité
 Une infrastructure, des administrations
 Une dynamique locale, de l animation du mouvement
 De la nouveauté….
** Ces facteurs influencent par leur quantité et leur
qualité. Ils doivent être homogènes et cohérents.
Environnement
écologique

Environnement Environnement
sociodémographique Territoire technique

Environnement
économique
Caractéristiques d’un territoire
 Le territoire est un système: il a une dynamique
propre, des forces et des freins.

 Il est en développement dans un contexte


mondialisé, concurrentiel et moderne.

 Le territoire est en concurrence : les pressions et


menaces concurrentielles l’entourent.

 Chaque territoire est singulier.


Attrait du territoire

L’attrait du Territoire repose sur deux facteurs:


 Son attractivité sa masse.
( zones urbaines, zones peuplées, ressources primaires,
fournisseurs…).

 Son attraction: la vitesse d’activation de


ses molécules ( Energie des molécules et élasticité des
liaisons).

NB: Le territoire subit le syndrome du convoi.


La vitesse d’un ensemble d’acteurs reliés les uns aux autres est
égale à celle du plus lent.
Attractivité du territoire
 Les modes de vie:
 Comment les personnes vivent au quotidien
 Les conditions matérielles (logement, consommations…)
 Les structures sociales (famille et vie domestique)
 La pratique des activités économiques ( production,
consommation, activités sociales
 L’infrastructure:
 les institutions administratives, juridiques et financières

** NB: La cohésion du territoire tient aux liens interpersonnels


et partant à l’homogénéité des différents facteurs.
Attraction du territoire

 Technologie et pratique innovante

 Qualification et formation continue

 Le territoire doit disposer d’un capital de


liaisons interchangeables. (Elasticité des
liaisons)
Avantage compétitif sur un T

 Deux facteurs décisifs:

 LE TEMPS ET L’INFORMATION

 La population du T évolue dans le temps par


renouvellement naturel ou par migration spatiale en
import ou export évolution du besoin en
information.

 Dans quel temps se construit le développement dans le territoire?


 Quelles sont les informations utiles?
Pressions sur le territoire

 La frontière du territoire est perméable :


(échanges ):
Accroissement de la mobilité , de la
communication et des échanges.
 Nomadisme: cadres dirigeants, inventeurs,
créateurs, experts, ingénieurs…etc.
Enjeux du nomadisme sur le
territoire
 Une population peut ne pas rester dans le territoire
mais garder des lien affectifs, familiaux ou d’ordre
professionnel avec lui Non résidents attachés
au territoire

 Affection Compagnes de lobbying, de


sensibilisation, mécénat territorial, sponsoring
local...

 Désaffection citoyens et entreprises


indifférents à la cause du territoire.
Typologie des territoires

 Le territoire immobile: Ressources.

 Le territoire en mouvement: Performance et


compétition des molécules.

 Le territoire en changement: développement et


compétitivité face au changement.

 NB/ Le territoire peut être à la fois immobile, en


mouvement et face au changement.
Options stratégiques

 Le territoire immobile stratégies de


dotation.
 Le territoire en mouvement les
stratégies d’expérience et d’apprentissage,
les stratégies de spécialisation et de
différentiation
 Le territoire face au changement
stratégies de diversification basées sur
l’imagination et !’anticipation.
Le territoire à un stock

 Le stock du territoire renvoie à l’effectif de la


population et à sa composition en catégories.

 La population se compose de personnes ()


ayant un site d’établissement résidentiel, des
caractères individuels, une appartenance à des
groupes (), des comportements, des activités et
des relations.
Facteurs de succès sur le
territoire.
 Identifier avant les autres les opportunités
favorables;
 Dénicher les ressources humaines;
technologiques a l’intérieur ou l’extérieur du
territoire pour répondre à ces opportunités;
 Savoir combiner les ressources;
 Communication image et marketing;
 Etre rapide.
Niveaux de l’option stratégique

Orientations générales

Stratégie de l’entreprise

Stratégies sur le DAS

Stratégies fonctionnelles
Questionnements de base:

 Soumission aux milieu ou résistance?


 Se focaliser ou diversifier?
 Construction ou retrait?
 Impartition ou concentration verticale?
Idéologies stratégiques sur un territoire

 Stratégies de pénétration,
 Stratégie de maintien,
 Stratégies de croissance,
 Stratégie de retrait.
La pénétration:

 Marché porteur prix qualité des produits


pénétration facile.
 Marché saturé:
 Stratégies d’acquisition,
 Stratégies concurrentielles.
Le statu quo

 Maintenir l’activité de l’entreprise à un niveau


stable:
** Défendre l’existant.
Les stratégies de croissance sur le territoire

 Stratégie interne ( potentialités internes),


 Stratégie externe ( fusion, acquisition),
 Stratégie intra-entreprise ( concentration
verticale),
 Stratégies inter-entreprises ( stratégies
d’alliances).
les stratégies concurrentielles sur un
territoire

 Les stratégies génériques:

 La domination par les coûts,


 La différenciation,
 La focalisation.
Les alliances sur le
territoire
 L’alliance renvoie à toute forme d’entente explicite ou
implicite, entre deux ou plusieurs entreprises, sur un
territoire.
 Les entreprises alliées sur des produits et des territoires
peuvent continuer à être concurrentes sur les autres
 Les alliances:
 **stratégies de volume( économies d’échelle)
 **stratégies de complémentarité ( synergie entre
pôles scientifiques, technologiques, partage de
moyens, franchissement d’un effet de seuil , formation
supérieure…
 Exemple: Alliance entre les professionnels du
tourismes pour la promotion d’un territoire ( offre
touristique).
Les stratégies de croissance en
dehors du territoire
 Les stratégies d’internationalisation:
 Exportation de produits,
 Investissement productif,
 Les systèmes contractuels ( franchise/
concession).

 Risques pour le territoire: Mobilité de la


population, Mobilité des entreprises, Mobilité
des capitaux.
L’impartition:

 Il s’agit pour une entreprise de se procurer à


l’extérieur du territoire, des services ou des biens
matériels constitutifs d’un ensemble.
 Formes:
 L’exécution de travaux ( techniques particuliers
ou prestation de travail).
 La réalisation de produits: fabrication d’un objet.
 La prestation de services: conseil, assemblage,
distribution, …etc.
 L’exploitation en licence: ( franchise, concession).
Enjeux de la croissance sur
un territoire
 Brevet et licences.
 Acquisition.
 Diversification:
 ** par le marché cible,
 **par le produit,
 **par le système de production.
La diversification

 La diversification horizontale: exploiter les


canaux de distribution existant pour écouler les
nouveaux produits.
 Diversification verticale: intégration verticale en
amont ou en aval.
 La diversification concentrique: assurer des
applications portant sur une technologie ou une
distribution semblables.
 La diversification conglomérale: absence de liens
entre les anciens produits et les nouveaux.
Les stratégies de dégagement

 Options: ( abandon définitif ou provisoire)


 Abandonner le territoire;
 Abandonner le produit;
 Abandonner les deux.
 Causes:
 Manque de rentabilité: concurrence, culture
locale (en interne et en externe), recul de la
demande.
 Choix: focalisation sur un segment ou un produit
à forte valeur ajoutée.