Vous êtes sur la page 1sur 18

La centralisation et la décentralisation

deux modes d'administration et


d'aménagement de
l'exercice des compétences administratives
La centralisation
• la centralisation détermine au sein de l'administration
d'Etat les rapports entre l'administration centrale et ses
représentants locaux
• Elle prend généralement la forme de la
déconcentration.
• Dans la centralisation, l'Etat est l'unique personne
juridique à laquelle il incombe de satisfaire les besoins
d'intérêt général ; les circonscriptions territoriales ne
constituant qu'un découpage administratif sans vie
juridique propre.
• la centralisation absolue est difficilement réalisable en
pratique.
La centralisation administrative
• une forme d’organisation administrative basé sur la principe de la source unique
de pouvoir
• L’Etat est la seule et unique source de direction, L’administration elle-même est
unie au sein d’une même entité puisque sa gestion s'effectue par les autorités de
l’Etat, et non par des autorités locales.
• système qui ne reconnaît pas l’existence juridique des collectivités territoriales et
qui concentre la gestion des affaires nationales et locales entre les mains du
pouvoir central
• Dans les rapports entre l'administration centrale et ses représentants locaux, la
centralisation absolue (dite aussi concentration) est impraticable.
• la centralisation sous sa forme la plus rigoureuse ne reconnaît aux collectivité
aucune vie juridique ; l’Etat seule personne publique pour l’ensemble du territoire
national assume seule sur son budget par ses agents la satisfaction de tous les
besoins d’intérêt général l’administration d’Etat y est rigoureusement
hiérarchisée , le pouvoir de décision est concentré au sommet de la hiérarchie
entre le mains des ministres
La concentration administrative
• Dans ce système toutes les décisions sont prises par le pouvoir central et exécutées ensuite sur place par des
agents qui représentent les autorités centrales, et ces représentants locaux sont des fonctionnaires.

• Dans ce système, le pouvoir de décision se trouve entièrement concentré au sommet de la hiérarchie entre les
mains des agents centraux (ex. les ministres).

• ses avantages c’est la rapidité des décisions, les résultats obtenus sont rapides puisqu’il n’y a qu’une seule volonté
qui part du sommet de l’Etat jusqu’à la base

• ses inconvénients sont nombreux : le pouvoir central risque d’être débordé par le nombre d’affaires à traiter et
par la complexité des tâches quotidiennes qui ne cessent de se multiplier et de se développer.
• les autorités centrales sont trop éloignées des affaires locales et des intérêts locaux
• le système d'organisation de l'Etat qui permet au pouvoir central d'exercer l'ensemble des fonctions et de prendre
l'essentiel des décisions administratives intéressant le territoire national.
• Soit il prend la forme de la concentration ou la forme de déconcentration
• La prédominance des organes centraux de l’Etat dans la conception et l’exécution ainsi que la détermination des
besoins collectifs des citoyens.
• L’existence des structures administratives hiérarchisées de l’Etat.
• La concentration du pouvoir de décision entre les mains de l’Etat.
• une forte concentration du pouvoir de décision entre les mains de l’administration centrale
La déconcentration administrative
remettre d’importants pouvoirs de décision dans des matières plus ou moins étendues à des agents locaux répartis sur l’ensemble du
territoire national et liés au pouvoir central par une obéissance hiérarchique.

• permet de décharger le pouvoir central et d’obtenir des décisions mieux élaborées et mieux adaptées aux exigences locales.

• Son inconvénient c’est que les organes locaux sont dans une situation de dépendance à l’égard du pouvoir central (celui-ci peut
annuler des décisions prises au niveau local).

• il n’existe pas une seul chef à la tête de l’autorité nationale, mais plusieurs représentants destinés à diriger l’action d’une
circonscription délimitée.

• Ces représentants de l’autorité centrale disposent d’un pouvoir propre de décision, toutefois soumis à l’autorité centrale supérieure à
laquelle ils sont subordonnés

• Le supérieur hiérarchique dispose en effet d’un grand pouvoir sur l’agent : il impose des directives à suivre, que l’agent ne peut
remettre en cause.
• La déconcentration administrative est largement appliquée au Maroc concernant les gouverneurs et autres agents d'autorité ils
disposent d'importants pouvoirs propres tout en demeurant soumis à l'autorité hiérarchique du pouvoir central.
• une modalité de répartition des compétences au sein d’une même entité juridique l’Etat au profit des échelons locaux qui ne sont pas
dotés d’une personnalité morale spécifique. Il s’agit de confier à des représentants du pouvoir central des compétences assumées
jusqu’alors directement par différents ministères les bénéficières de ces délégations sont des fonctionnaires qui restent dans une
relation hiérarchique avec l’autorité centrale. Ils ne sont pas soumis à un contrôle démocratique par les élections
• La délégation des pouvoirs effectués par l’Etat est faite exclusivement au profit de ses représentants qui sont répartis sur le territoire
national.
• Les autorités déconcentrées ne disposent pas d’un pouvoir autonome, mais restent soumises au contrôle de l’Etat notamment les
ministres
• Quelque soit le système constitutionnel adopté, le pouvoir central ne peut pas
matériellement prendre lui-même toutes les décisions administratives (ce qui
répondrait à la notion de concentration administrative). Deux techniques
d'aménagement du pouvoir administratif sont alors envisageables :
• la première consiste à permettre au gouvernement de déléguer son pouvoir de
décision ou de signature à ses subordonnés
• la seconde consiste à faire attribuer certaines compétences d'i importance
particulière à ces subordonnés par des textes législatifs (on parle dans ce cas de
transfert de compétences) ou réglementaires (il y a alors délégation de
compétences).
• dans les deux situations et sur le plan juridique il y a transfert (par une loi) ou
délégation (par un acte réglementaire) de compétent Mais ce qui les distingue,
c'est l'importance des compétences déléguées et la volonté politique d'en assurer
la permanence, dan: souci de rendre l'administration plus proche des administrés.
• il faut noter que si la déconcentration est appliquée habituellement au sein de
l'administration d'Etat et régit les rapports entre supérieurs et subordonnés, elle
peut très bien être appliquée au sein des collectivités locales sous forme de
délégation de compétences.
La décentralisation
• décentralisation définit les rapports qui existent entre
l'administration d'Etat et l'administration locale.
• La décentralisation repose sur la reconnaissance, par le
pouvoir central, des intérêts distincts devant être gérés
par des entités juridiques distinctes de l'Etat, ces
entités reçoivent de l'Etat ,…. de gérer leurs propres
affaires et sont à cet effet dotées de personnalité
juridique. En outre, les collectivités décentralise
disposent de compétences propres et des moyens
financiers humains nécessaires à leur gestion. Il existe
deux formes décentralisation:
La décentralisation
• tâches administratives, des pouvoirs de décision sont remis sur
l’ensemble du territoire à des organes qui ne sont pas des agents du
pouvoir central mais qui sont les représentants des citoyens (ex. la
commune).
• un système assez démocratique parce qu’il permet de faire
participer les administrés à la gestion des affaires qui les
concernent directement.
• les collectivités locales disposent d’une existence juridique, elles
possèdent également des organes propres pour la gestion de leurs
affaires, ces organes sont élus par les membres de la collectivité
elle-même. Les collectivités locales disposent aussi de l’autonomie
financière, elles ont des ressources propres, mais il ne s’agit pas
d’une autonomie absolue ; ainsi des techniques juridiques ont été
prévues afin de permettre au pouvoir central d’exercer un contrôle
sur les collectivités, c’est ce qu’on appelle la tutelle,
Décentralisation territoriale
• a pour objet de permettre à des collectivités locales de gérer leurs affaires elles-mêmes, par
l'intermédiaire d'organes à caractères représentatif. Elle repose ainsi sur deux éléments :
• l'existence de collectivités locales, c'est-à-dire de communautés humaines spécifiques,
• Un organes propres, élus en principe.
• Elle est Étroitement liée à la démocratie libérale, elle permet d'adapter l'action administrative aux
aspirations des habitants, tout en donnant l'occasion à un grand nombre de personnes (les élus) de
s'occuper des affaires publiques. Une authentique décentralisation repose sur l'élection.
• Les collectivités locales sont cependant placées sous le contrôle de l'Etat. C'est la loi qui fixe leur
organisation, leur fonctionnement et leurs attributions. (la loi 111 112 113/14 )
la division du territoire en collectivités :
Le territoire marocain est en effet divisé en régions, préfectures, provinces et communes.
Cette division du territoire opérée par les instances centrales ne fait pas perdre à ces dernières leur
pouvoir au niveau local.
Les entités locales sont en effet considérées comme des prolongements de l’action centrale l existe
donc un contrôle ( la tutelle)
C’est le système dans lequel des tâches administratives, des pouvoirs de décision sont remis à des
organes qui ne sont pas des agents du pouvoir central, mais qui sont des représentants des citoyens.
La décentralisation fonctionnelle ou
par services
• Décentralisation fonctionnelle ou technique
• Chaque division dispose en effet de certaines attributions, qui résultent de l’octroi
à ces territoires de la personnalité morale. Il s’agit d’une technique de gestion
administrative qui permet au pouvoir central de laisser aux entités locales la
responsabilité de leurs décisions.
• NB :Le statut de l’établissement public est quant à lui particulier puisqu’il se situe
alors entre la déconcentration et la décentralisation dans la mesure où bien qu'il
bénéficie du statut de personne moral, il se soumet à un contrôle strict, sous la
forme de tutelle.
• Ce sont des établissements publics chargés de gérer un service public
(universités, hôpitaux publics, musées nationaux…). Ils bénéficient de la
personnalité morale et de moyens propres, mais ne disposent que d’une
compétence d’attribution qui correspond à l’objet même du service public qui
leur est transféré.
• Selon l’article 135 la constitution de 2011 : les collectivités territoriales au Maroc
sont les régions, les préfectures et provinces et les communes…Les conseils des
régions et des communes sont élus au suffrage direct. Toute autre collectivité est
créée par la loi…
• Il s'agit de certains services nettement
individualisés par leur objet, leur structure et
qui sont mis, en quelque sorte, hors de la
hiérarchie, dotés de la personnalité juridique,
d'un patrimoine et d'organes autonomes,
chargés de diriger leurs actions.
Normalement, ces services reçoivent le statut
d'« établissements publics ».
La régionalisation
• La régionalisation politique
• lorsqu’elle tend à reproduire au niveau des régions une
forme quasi-étatique de gouvernement qui se reflète à
travers, d’une part, l’adoption de structures de pouvoir
similaires à celles de l’Etat et jouissant de compétences
plus ou moins larges et, d’autre part, la mise en place
d’un ordre juridique régional qui a pour effet
d’instaurer des rapports hiérarchiques entre les régions
et les collectivités subrégionales et de se superposer
graduellement à l’ordre juridique étatique dont
l’importance décroît au fur et à mesure que
s’élargissent les compétences accordées aux régions.
La régionalisation
• La régionalisation fonctionnelle
• lorsqu’elle donne aux régions la possibilité
d’exercer certaines fonctions leur permettant
de contribuer au développement économique
et social des populations locales et nationales
sans que cela requière le plaquage de la forme
étatique au niveau régional.
L’ADMINISTRATION D’ETAT :
• L’administration d’Etat au Maroc se compose d’organes
centraux et d’organes locaux.
• A–Les organes centraux : Il s’agit du roi et du
gouvernement.
• Les organes locaux de l’administration d’Etat : Ils ont
pour mission de poursuivre l’action de l’administration
sur le plan local, et d’assurer sur l’ensemble du
territoire national l’exécution des décisions arrêtées au
niveau central.
• Ils sont constitués par les services extérieurs et les
agents d’autorités

Les services extérieurs
• Ce sont les différentes délégations régionales qui sont
chargées dans la limite de leur compétence territoriale
de représenter le ministère sur le plan local, et ils sont
chargés de la mise en oeuvre de la politique des
administrations centrales sur le plan local.
• Certains ministères n’ont pas de présence sur
l’ensemble du territoire national, la nature de leurs
activités ne nécessite pas le déploiement d’aussi larges
moyens, alors que d’autres ont une plus large présence
(santé, éducation, intérieur).
Les agents d’autorités
• L’agent d’autorité est le représentant de l’Etat et du
pouvoir exécutif au niveau des différentes divisions
territoriales administratives du pays, Il s’agit des
gouverneurs, des caïds, et super caïds, des pachas, des
administrateurs et administrateurs principaux.
• Les gouverneurs sont seuls parmi les agents d’autorité
qui possèdent la double qualité : celle d’agent de l’Etat
et organe exécutif des collectivités locales (provinces,
préfectures et régions), le reste des agents sont des
représentants du pouvoir exécutif au niveau de leurs
circonscriptions.