Vous êtes sur la page 1sur 24

PAGE NOIRE

Machine synchrone
• Constitution
Le stator identique à la machine asynchrone: bobinage polyphasé (en général branché
en Y), qui engendre un champ tournant.
Pour les fortes puissances, le rotor est bobiné. Son alimentation est en courant continu
peut être assurée par un collecteur à deux bagues (beaucoup plus simple que celui d’une
MCC)
Pour les petites puissances (usuellement < 10 kW), le rotor est à aimants permanents.
N'ayant ni collecteur ni balais, le moteur est appelé "brushless".
• Utilisations :
Ils sont utilisés en forte puissance (1 à 10 MW - compresseur de pompe,
concasseur); toutefois pour faire varier la vitesse, il faut faire varier la
fréquence des courants statoriques.
Il faut un moteur auxiliaire pour les faire démarrer
Il a donc fallu attendre le développement de l’électronique de puissance pour
commander des moteurs autosynchrones ou synchrones auto-pilotés
(TGV Atlantique – 1981 : 8 moteurs de 1100kW ).

Dans le domaine des faibles puissances, les rotors sont à aimants permanents
(moteurs brushless).
L’intérêt de ces moteurs réside alors dans la régularité de la vitesse de
rotation (lecteur de disques et cassettes, programmateur, servomoteur).
Ils sont moins fragiles et ont de meilleures performances que les MCC (
vitesse:30000tr/min) mais sont plus difficiles à piloter.
• Modèle électrique :
Vitesse de synchronisme = vitesse du champ tournant :
Ws = w/p en rad/s ou ns = f/p en trs/s
loi des mailles (1) V = E + (RJ )+ jLw J
fcem (loi de Lenz) (2) E = dF/dt= jwF
Fonctionnement en moteur Fonctionnement en générateur
jLwJm jLwJg
V.J.cosj>0 V
V.J.cosj<0 E
RJm RJg
V.J.sinj>0 E V.J.sinj>0 V

j 
 j
Jm Jg

Jm Jg
j j 

V V
V.J.cosj>0 E V.J.cosj<0 E

V.J.sinj<0 jLwJm V.J.sinj<0 jLwJg

RJg
RJm

Jg est par convention dans le sens opposé à Jm


La machine synchrone peut donc consommer ou fournir
de la puissance active et consommer ou fournir de la
puissance réactive ceci toujours en gardant sa fréquence
de rotation strictement égale à la fréquence du réseau

Photo

Il est même possible de régler l’excitation de la machine


de manière à avoir un cosj=0 on dit que l’excitation est
optimisée
• Couple du moteur synchrone
On a C.w = P =3.V.J.cos j soit C= 3.V.J.cos j / w
Hs est créé par la somme des courants J1, J2 et
J3 et est en phase avec J1

Hr crée la fem E dans le bobinage de la phase 1 en


tournant à la pulsation w, on a
E=JwFr K (coefficient lié au bobinage)
donc E est en avance de p/2 par rapport à Hr. Le
déphasage entre J1 et E : est donc de p/2 -q

De plus en négligeant R qui est faible dans le


diagramme de Fresnel on remarque que
Ecos=V1cosj
jLwJ1 Soit C= 3.E.J.cos  / w
V1
C= 3.E.J.cos (p/2 –q) / w
E


j C= 3.E.J. sin q / w
J1
• Etude du couple du moteur synchrone
C= 3.E.J. sin q / w

Comme pour une MCC le couple est proportionnel au courant et la


fcem à la vitesse de rotation.

Le couple est maximum pour q=p/2

Si la charge est telle qu’on obtient q=p/2 une légère augmentation


de celle ci et C va diminuer avec sinq; le moteur décroche et n’a
plus de couple.

Pour pouvoir maîtriser la rotation d’un tel moteur il faut connaître q


donc  angle entre J et E d’où le schéma de commande possible
suivant:
• Commande vectorielle d’un moteur synchrone
principe
• Détermination des éléments du modèle

Pas de problème pour la mesure de R


Pour la mesure de Lw c’est plus délicat:

Faisons tourner la machine à l’aide d’un moteur auxiliaire.La MAS


est alors génératrice. Si l-on met en court-circuit les phases de
l’induit, la tension aux bornes de chacune d’elles est nulle; on peut
alors écrire
E=R.J.cc + j.L.w.Jcc
Le même essai à vide permet de déterminer E: Vv=E on peut alors
écrire
E²=(R.Jcc)² + (L.w.Jcc)²

E²(R.Jcc)²
Soit : L.w=
Jcc
MAIS

Même si Jcc est proche de Jn en faisant cet essai on travail à faible


excitation (E est petit car V=0). Le champ magnétique dans la
machine est donc moins important qu’en marche normale.
Ceci n’aurait pas d’importance si le circuit magnétique n’était pas
saturé, mais pour éviter de construire des machines trop imposante on
travail légèrement en saturation donc à L.w plus faible.

Ev

Ie
Ien
ALORS

Pour déterminer L.w on préfère un essai sur une charge purement


réactive. Dans ce cas pour obtenir le courant nominal dans une
phase (Jn), il faudra une excitation beaucoup plus importante donc
un champ magnétique plus important.
Dans le diagramme de Fresnel V et E seront quasi colinéaires (on
néglige R.J ) et on btient
L.w.J = Ev - V

V R.J

Ev L.w.J
J
http:// www.techno-science.net

http://fr.wikipedia.org/wiki

http://sitelec.free.fr/cours/msyn.pdf

http://stielec.ac-aix-marseille.fr/

http://sciences-physiques.ac-dijon.fr/documents/PhysiqueAppliquee/PhysiqueAppliquee.htm

http://www.syscope.net
http://assocampus.ifrance.com

Physique appliquée term F3 NATHAN

Les bases de l’électrotechnique VUIBERT

Guide du technicien
Moteur asynchrone
Note: la valeur maximale du rendement
est = 1 - g.

Bilan énergétique du moteur asynchrone