Vous êtes sur la page 1sur 55

Professeur Germain BESSARD

Faculté de médecine de Grenoble


Université Joseph Fourier

Voies d’administration des médicaments

Support pédagogique de l’enseignement présentiel,

2005-2006
Les voies d’ administration
des médicaments
Voies d’ administration des médicaments
Voies sans effraction
Voies entérales
voie orale, voie sub-linguale, voie rectale
Voie pulmonaire
Voie percutanée
Voies locales (oeil, oreille, peau,...)
Voies avec effraction
Voies parentérales voie veineuse, voie
musculaire, voie sous cutanée
Voies locales (articulaire, thécale,...)
différentes voies d’administration des médicaments

inhalation
per sub-
os linguale intra-
veineuse
poumon

cœur
digestif

poumon
tube

v. porte foie système cave

a
o
r
t
rectale e
v. hémorroïdale inférieure
sous-cutanée
intra-musculaire
transdermique
Voie orale
Médicament « par la bouche », dégluti,

avantages:
pratique +++,
(ambulatoire, répétable, mise en œuvre simple),
économique,
grandes quantités,
Voie orale
Limites:
•intolérance
•instabilité du médicament
•non résorption
•coopération du sujet (coma, enfant)
•physiologie normale (troubles digestifs)
•compatibilité avec alimentation,
•latence d'action
•effet de premier passage hépatique,
•cycle entéro-hépatique,
•imprécision de la biodisponibilité
Voie orale

effet de premier passage entérique,


effet de premier passage hépatique
cycle entéro-hépatique,
Effet de premier passage hépatique
Cycle entéro-hépatique
Voie sub-linguale

Médicament non dégluti,


résorbé par muqueuse buccale,
Sous la langue
différentes voies d’administration des médicaments

inhalation
per sub-
os linguale intra-
veineuse
poumon

cœur
digestif

poumon
tube

v. porte foie système cave

a
o
r
t
rectale e
v. hémorroïdale inférieure
sous-cutanée
intra-musculaire
transdermique
Muqueuse de la cavité buccale

• Zone sous linguale, richement vascularisée,


Cavité buccale

la muqueuse des joues participe aussi à la résorption,


Voie sub-linguale

avantages:
pas de destruction digestive,
rapidité d’ action,
pas d’ effet de premier passage,
pas de cycle entéro-hépatique,
Voie sub-linguale

inconvénients
médicaments tolérés uniquement,
résorbés,
absence de troubles digestifs,
coopérativité du patient (enfant),
quantités limitées,
Voie rectale
différentes voies d’administration des médicaments

inhalation
per sub-
os linguale intra-
veineuse
poumon

cœur
digestif

poumon
tube

v. porte foie système cave

a
o
r
t
rectale e
v. hémorroïdale inférieure
sous-cutanée
intra-musculaire
transdermique
Voie rectale

avantages:
pas de destruction gastrique,
relative rapidité d’ action,
effet de premier passage limité,
pédiatrie: facilité d'emploi
Voie rectale

inconvénients:
• médicaments tolérés,
• résorption aléatoire,
• inutile en cas de diarrhée,
• coopérativité du patient,
• effet de premier passage partiel,
• possible cycle entéro-hépatique,
• praticabilité,
Administration parentérale des
médicaments
En milieu hospitalier, environ 40%
des médicaments sont administrés
par voie parentérale

Kwan J, AJHP 1989;46:320-5


la voie intraveineuse,
• 1628: William Harvey décrit pour la première fois
la circulation sanguine
• 1657: Sir Christophen Wren effectue la première
injection intraveineuse chez l’homme, à l’aide d’une
plume d’oie reliée à une vessie de porc (injection de
«vinum emeticum»)
• 1935: Gallie et Harris décrivent pour la première
fois la perfusion en continu
• env. 1940: Carrel décrit l’utilisation d’une pompe
électrique pour faciliter la perfusion
LA VOIE INTRAVEINEUSE,

Avantages
– Effet très rapide, voie de l’urgence
– Pas de dégradation des principes actifs dans le
système digestif, dans le foie (1er passage)
– Contrôle précis des quantités
– Contrôle des concentrations injectées
(perfusion)
LA VOIE INTRAVEINEUSE,

Inconvénients
– difficulté d’administration
(matériel, technique, conditions cliniques)
– risques techniques
(extravasation, piqure artère,...),
– risques infectieux
– risques toxiques,
– conditions: stérilité, apyrogènicité, miscibilité
– coût
La voie intraveineuse avec un dispositif d’infusion,

Perfusion par gravité Perfusion avec système


d’assistance

Pousse-seringue
(ou «seringue électrique»)
Pompe

Pompe à comptage Pompe volumétrique


de gouttes
PERFUSION PAR GRAVITE,

• Avantages
– nécessite peu de matériel
– rapide à mettre en place
• Inconvénients
– peu précise
– débit dépend de
• la pression veineuse
• la hauteur entre la perfusion et le site d’injection
Doit être réservée aux situations où une faible
précision est acceptable (ex: hydratation)
TAILLE DES GOUTTES
• Influencée par
– température
– pression atmosphérique
– nature et forme de l’orifice de formation
de gouttes
– vitesse de formation
– type de fluide
• viscosité
• tension de surface
VARIABILITE DU NOMBRE DE GOUTTES

Médicament Diluant Concentration Gttes/ml

NaCl 0.9% 19
Glucose 5% 18

Rivotril NaCl 0.9% 1 mg/100 ml 20


Métronidazole NaCl 0.9% 500 mg/100ml 20

Cordarone Glucose 5% 300 mg/100 ml 30


Sandimmun NaCl 0.9% 50 mg/ 100 ml 33
Taxol Glucose 5% 15 mg/100 ml 30

H. Ing, Pharmacie des HUG


PERFUSION AVEC SYSTEME D’ASSISTANCE

• Avantages
– pour toutes les situations
– grande précision, même pour des volumes faibles
(quelques ml/j)
– perfusion rapide de grands volumes (L/h)
– confort (patient, personnel soignant)
• Risques
– électrocution
– injection d’air
– dysfonctionnement du système
– écoulement libre
Voie musculaire
avantages
effet rapidité « intermédiaire »
quantité précise,
possible pour solutions non miscibles,
permet préparations retard+++
(antibiotiques, neuroleptiques),
Voie musculaire

inconvénients
technique,
seulement médicaments stériles, apyrogènes,
risques locaux (fibrose, lésions nerveuses),
troubles de résorption,
zones utiles (n-né, répétition),
Nouveau né, prématuré,
Des masses musculaires de faible volume avec
une vascularisation peu développée ont une
capacité de résorption limitée,
Voie sous-cutanée

avantages:
effet rapidité « intermédiaire »
quantité précise,
pour solutions non miscibles,
préparations retard possibles,
Voie sous-cutanée

inconvénients:
résorption tributaaire de la vascularisation
(problème en cas de collapsus cardio-vasculaire)
Voie percutanée
percutanée pour diffusion générale
par opposition à « cutanée » = voie locale,

intérêt:
simplicité, praticabilité
résorption étalée, libération prolongée
Voie percutanée
Percutanée pour diffusion générale par
opposition à « cutanée » = voie locale,
Limites:
effet indésirable de traitements « cutanés »
(corticoïdes, camphre)
nécessité d'une peau saine, non cornée,
résorption mal dosée,
tachyphyllaxie (trinités),
Voie pulmonaire

produits volatils et gazeux,


action rapide,
action à visée locale (bêta-mimétiques
bronchodilatateurs), risque général,
action générale: anesthésiques volatils et
gazeux
Nb* fumée du tabac : nicotine, agent
« ganglioplégique »; cannabis: THC; opium:
morphine
I E
Valve de
Ruben
I E
Valve de
Digby-Leigh
Conscience Réponses somatique
Mémorisation et du SNA

Hypnose Antinociception

Anesthésie balancée

Myorelaxation
Force musculaire

Monitorage multimodal de l ’anesthésie


Voie administration = acte médical

Intra-artérielle,
Intra-rachidienne (intra-thécale): dans le LCR,
Intra-cardiaque: dans les cavités cardiaques,
Intra-articulaire: épaule, genou, …
Péri-durale: espace entre dure mére et paroi
du canal rachidien,
Voies locales

Cutanée,
oculaire,
digestive ( lumière digestive),
Articulaire,
………

Risque de diffusion générale,


Inhalation