Vous êtes sur la page 1sur 11

CULTURE POLITIQUE

En Finlande, 12 ministères sont responsables de la préparation et de


l'administration de leurs propres domaines d'activité.
Petite «frontière» avec une

histoire de conflits
Faisant partie de l'empire suédois depuis le XIIIe siècle, la Finlande devient en 1809 un Grand-Duché autonome de l'empire russe.
• En 1860, la Finlande acquit sa propre monnaie, le markka ou marque finlandaise
• La constitution adoptée en 1906 a établi - en tant que premier pays européen - le suffrage universel. Au même moment, l'ancienne assemblée de quatre
domaines fut remplacée par le parlement national monocaméral, l'Eduskunta, lors des premières élections de 1907.
• La Finlande a déclaré son indépendance de la Russie le 6 décembre 1917. Une guerre civile brève mais âpre entre les rouges et les blancs a éclaté en 1918
et a été remportée par les forces gouvernementales dirigées par le général Mannerheim.
• La constitution adoptée en 1919 a donné à la Finlande une forme de gouvernement républicain associée à de puissants pouvoirs pour le président
• Le système semi-présidentiel a été adopté après l'échec des projets d'importation d'un monarque allemand
• De 1917 aux années 1930, la Finlande était un pays très divisé et politisé: une guerre civile, un conflit linguistique, un puissant mouvement d'extrême droite
(mouvement Lapua des années 1930).
• La première coalition ocre rouge a été formée en 1937 entre les partis social-démocrate et agraire
• Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Finlande a mené deux guerres contre l'Union soviétique, la guerre d'hiver (1939-1940) et la guerre de
continuation (1941-1944), conformément aux dispositions de l'accord d'armistice conclu avec l'Union soviétique. 1944-1945 - unissant les différents camps
contre un ennemi commun
• Dans le cadre de l'accord de paix, la Finlande a été contrainte de céder un territoire important, principalement de la région de Carélie, à l'Union
soviétique. L'accord de paix a également conduit à des liens économiques et politiques étroits avec le voisin oriental, consolidés dans le Traité d'amitié, de
coopération et d'assistance mutuelle (FCMA) signé en 1948.
• La fin de la guerre froide a radicalement changé la donne: la FCMA a été abolie en 1991
• La Finlande a demandé à adhérer à la Communauté européenne (CE) en 1992 et a rejoint l'UE en 1995
• La Finlande a rejoint la troisième phase de l’Union économique et monétaire (UEM) parmi les premiers pays - et a joué un rôle actif dans le développement
de la politique étrangère et de sécurité de l’UE
• Le pragmatisme et la faculté d'adaptation sont les qualités principales de la politique nationale de l'UE. Les traits de comportement
• influencé par les expériences de l'époque de la guerre froide
• L’histoire de la Finlande en tant que «zone frontalière» continue d’influencer à bien des égards la culture et le comportement politiques nationaux - une
petite zone frontalière neutre entre les deux blocs de pouvoir (ou entre l’est et l’ouest), la sécurité et même la survie nationale étant au centre des
préoccupations
L'homogénéité de la
population
• La population finlandaise compte 5,5 millions d’habitants et
devrait rester à peu près au niveau actuel dans un proche
avenir
• Les langues officielles sont le finnois, parlé par 88% des et le
suédois, première langue de 5,3% de la population citoyens
• 72% des Finlandais sont luthériens
• Culturellement, la Finlande est toujours homogène. 6,2% du
étaient d'origine «étrangère», tandis que 4,2% avaient
passeports étrangers (2015).Les Estoniens et les Russes sont les
plus grands groupes
• Néanmoins, la Finlande est devenue rapidement plus
multiculturel depuis le début des années 1990
Changement structurel
• Ce qui distingue la Finlande dans une comparaison européenne est la longue
prédominance du secteur primaire (agriculture et sylviculture) dans économie
• Après la seconde guerre mondiale, les marchés des pâtes et papiers en plein essor,
et les réparations de guerre à l'Union soviétique ont rendu nécessaire augmenter la
part de l’industrie métallurgique dans les industries finlandaises. sortie. Cependant,
le secteur secondaire de l’économie n’a jamais est devenu aussi important en
Finlande qu'au Royaume-Uni, en Allemagne ou dans de nombreux autres pays
d'Europe centrale
• À partir des années 1970, la Finlande est rapidement devenue une société
postindustrielle dans laquelle le secteur tertiaire de l'économie (services publics et
privés) mobilisait plus de la moitié de la population active. En 2011, 74% de la
population active travaillait dans le secteur tertiaire
• La part de la main-d'œuvre forcée employée par le secteur primaire
(essentiellement l'agriculture, la sylviculture et la pêche) est passée de près de 70%
dans les années 20 à moins de 5% actuellement.
Pays unitaire («centre» fort)
• La Finlande est un pays unitaire qui n’a jusqu’à présent aucune institution régionale
élue démocratiquement
• La province autonome d'Åland de langue suédoise compte un peu moins de 30
000 habitants
• Le pays est divisé en 311 communes en 2017 (452 en 2000), dont la majorité est en
termes de population plutôt que de petites communes rurales.
• Alors que les administrations municipales sont responsables d'une grande partie
des dépenses totales du gouvernement, le niveau infranational ne constitue pas
une contrainte importante pour le gouvernement national. Les dépenses des
administrations locales sont principalement liées à la mise en œuvre de la
législation nationale (principalement l'éducation, les soins de santé et la sécurité
sociale)
• Une réforme majeure des services de santé et des services sociaux comprend la
mise en place de conseils régionaux directement élus («comtés»). Les premières
élections régionales sont (actuellement) prévues pour octobre 2018. Les comtés
fourniront nombre des services précédemment gérés par municipalités,
notamment les soins de santé et les services sociaux
Pas de tradition de démocratie

directe
Les référendums nationaux, consultatifs, ont été utilisés à deux reprises: en
1931 sur l'interdiction de l'alcool et en 1994 sur l'adhésion à l'UE.
• Le nouvel amendement constitutionnel (2012) renforce la démocratie
directe en introduisant l'initiative citoyenne
• Il faut au moins 50 000 signatures pour soumettre une initiative de
nouvelle loi à l'Eduskunta
• Le mécanisme s'est avéré (étonnamment) populaire et a facilité le débat
sur des questions qui, autrement, ne seraient pas à l'ordre du jour
politique - mariages entre personnes du même sexe, interdiction de
l'élevage d'animaux à fourrure, suédois en tant que matière obligatoire,
etc.
• Des tensions ont également été constatées, notamment au Parlement: la
question de savoir comment rassembler la démocratie électorale
représentative et l’initiative citoyenne constitue un exemple de
démocratie nouvelle et plus directe entre les élections.
Décolleté centre-périphérie
• Territorialement, la Finlande est le huitième plus grand
pays d'Europe. Les régions de l'est et du nord sont peu
peuplées. La capitale Helsinki et ses environs comptent
plus d'un million d'habitants
• L'industrialisation et le déplacement vers les villes se sont
produits plus tard que dans la plupart des pays
européens
• Alors que l’agriculture n’a pas une grande importance
économique, l’agriculture et la campagne en général
ont une grande valeur sentimentale pour les Finlandais -
la stratégie consistant à «attacher les gens à la terre»
(petites fermes, propriétaires de forêts)
Zones de développement régional
en Finlande et cohésion territoriale
• En Finlande, le développement polycentrique est en train de devenir une
stratégie clé de la politique régionale. Au début des années 2000, les RDZ
sont présentes dans de nombreux plans et stratégies de développement
nationaux et régionaux. Cependant, comme indiqué ci-dessus, malgré
les stratégies nationales et les pratiques régionales et locales concernant
les ZDR, il n’existe pas encore de définition, de stratégie ou de mise en
œuvre claire pour eux. Les RDZ finlandaises varient en taille, en
ressources, en organisation, en administration et en performances.
• Certaines sont situées entre les principales agglomérations urbaines, mais
il existe également des zones de développement régional dans des
zones plus périphériques. Néanmoins, les autorités nationales considèrent
les ZRZ comme des outils permettant de surmonter les désavantages liés
aux régions périphériques en associant un centre et des localités plus
périphériques à des partenariats afin de renforcer leur potentiel
endogène.

Vous aimerez peut-être aussi