Vous êtes sur la page 1sur 17

DESCRIPTION :

 La ferti-irrigation consiste à injecter les éléments


nutritifs avec l’eau d’irrigation pour leur permettre
d’être rapidement absorbés par les cultures. Sans
eau, pas d’absorption possible par les racines. Le
goutte à goutte permet aussi d’ajuster de façon
permanente la quantité apportée. Une fois le
réseau de goutte à goutte installé, la ferti-
irrigation est un investissement vite rentabilisé qui
nécessite seulement une cuve et une pompe
doseuse. Il procure de nombreux bénéfices :
 fractionnement de l’apport d’engrais tout au long du
cycle cultural
 modulation de la dose par élément nutritif en
fonction des besoins à chaque stade
 augmentation d’efficience de 1O à 3O% pour
l’azote et réduction du risque environnemental
 passage rapide des éléments nutritifs aux plantes et
réduction du risque d’insolubilisation
 économie de temps de travail aucun passage de
tracteur : absence de dégât en végétation et de
tassement du sol
 La ferti-irrigation est l´application simultanée et
localisée d´eau et d´engrais à travers le système
d´irrigation. L´objectif de la ferti-irrigation est de
maintenir la disponibilité de l´eau et des
nutriments à un niveau optimal pour une
performance maximale dans les conditions
environnementales disponibles.
System ou station de ferti-irrigation :

Figure 1 exemple de salle ferti- irrigation


Figure : un autre exemple de station de fertigation
Figure 3 exemple de system de contrôle

Figure 4 exemple de system de contrôle


Les principales règles de la
fertigation ou ferti-irrigation :

 Les principales règles de la fertigation sont les


suivantes:
 L'engrais utilisé doit être bien solubilisé dans l'eau
afin d'éviter le colmatage.
 La pression doit être maximale en tête de station et
au niveau des rampes afin de permettre l'injection de
la solution nutritive, l'ouverture maximale des orifices
et d'éviter la pénétration de l'air dans les conduites
d'eau et, par conséquent la mauvaise répartition de
l'eau dans la parcelle.
 Les filtres doivent être régulièrement nettoyés et
fonctionnels ; ils doivent être installés avant le
système d'injection des engrais afin de nettoyer
l'eau (hydro cyclone, éliminant les particules de
sable ; filtres à disques ou à tamis, éliminant les
impuretés des eaux de surface, algues, argiles…) et
après injection de la solution nutritive afin d'éliminer
les impuretés des engrais non dissoutes, risquant
d'obturer les orifices ou les goutteurs.
 Au moment d'une injection rapide de la solution
nutritive, la pression diminue au niveau des
dispositifs de distribution d'eau, ce qui présente le
risque d'une mauvaise uniformité de fertigation. Il
faut donc étaler l'injection sur une certaine durée
pour garder la sécurité d'une bonne uniformité
d'irrigation.
 • Le système de fertigation doit être muni d'un
dispositif d'anti -retour pour empêcher la solution
nutritive de retourner au puits ou à la source d'eau
à l'arrêt de la distribution d'eau (protection de la
nappe d'eau de la pollution et de la contamination
par les nitrates).
 • Pour les pompes électriques, il faut que le
système de fertigation soit commandé à partir du
système de pompage afin d'arrêter la fertigation
en même temps que le pompage.
 Il faut faire un bon choix du système d'injection de
l'engrais : généralement c'est le venturi qui est utilisé ;
parfois la pompe doseuse de différents types,
hydraulique, électrique…etc. L'important est le
dimensionnement dans ce choix. S'il s'agit du venturi, il
faut qu'il soit adapté à la quantité de solution nutritive
à injecter. Souvent, le venturi est tellement petit qu'il est
incapable d'injecter une certaine quantité de solution
nutritive, suivant une concentration voulue, pendant une
certaine durée déterminée ; la chute de pression
empêche la fertigation ; l'agriculteur se trouve obligé
de reprendre ses calculs de fumures et de les répartir
sur plusieurs préparations, ce qui est gênant !
 • Faire un bon choix des engrais, les plus solubles
possibles.
 Le bac de préparation de la solution nutritive (SN)
doit être surélevé, muni d'un robinet en bas, à une
dizaine de centimètres du fond pour empêcher les
précipités d'engrais de passer au bac suivant.
 • Un autre bac, récoltant le surnageant, doit être
positionné à un niveau au-dessous du premier ; on
prendra soin pour faire passer le surnageant de la SN
à travers un filtre tamis très fin.
 • Avec un pH mètre et un EC mètre, on contrôlera les
mesures d'acidité et de salinité du bac de la SN. Les
apports d'eau et d'éléments nutritifs doivent être
répartis en phases du cycle biologique de la plante,
suivant ses rythmes de croissance. Les doses des
éléments seront traduites en doses d'engrais par secteur
d'irrigation.

Vous aimerez peut-être aussi