Vous êtes sur la page 1sur 6

La gestion de la crise par l’entreprise

1- Les origines du scandale

Un scandale industriel et sanitaire lié à l’utilisation par le groupe


Volswagen de 2009 à 2015, de différentes techniques visant à réduire
frauduleusement les émissions polluantes de (Nox et de CO2) de
certains de ses moteurs diesel et essence lors des tests d’homologation
• Le 18 septembre 2015, l'agence environnementale américaine
(EPA) accusait le constructeur d'avoir enfreint des
réglementations anti-pollution à l'aide d'un logiciel truqueur
installé sur des centaines de milliers de véhicules diesel
fabriqués à partir de 2009. Très vite, le "Dieselgate" prend de
l'ampleur : Volkswagen reconnaît avoir équipé de ce logiciel 11
millions de véhicules dans le monde, dont 8,5 millions en
Europe. Le logiciel incriminé enclenchait un mécanisme interne
de limitation des gaz polluants pendant les contrôles anti-
pollution.
Les réactions du groupe Volkswagen

On peut résumer les actions correctives prises par le groupe en deux grandes étapes:

1 ère phase: la nuance et ordre de silence

2 ème phase: Assumation de responsabilité


1 ère phase: La négation et ordre de silence

Le groupe à nier l’affaire au nom de son président du directoire Martin Wintekorn et a affirmer que ces
différences sont dues a des problèmes techniques et des conditions inattendues en situation réelle.
2 ème phase: Assumation de la responsabilité

- Après la sortie des résultats de l’enquête mené par l’agence américaine du protection de l’environnement EPA, le groupe
automobile VW se trouve d’une situation a affirmer sa culpabilité et reconnait avoir fraudé les moteurs de 500.000 véhicules
concernées aux Etats-Unis mais c’était d’une manière vague et sans explications en essayant de minimiser les choses. Plus
pire Volkswagen n’a pas intégré les propriétaires concernés par cette duperie dans sa communication.
Après on va assister a un licenciement du PDG Martin Wintekorn et c’est Matthias Muller qui vient prendre sa place le boss
de sa filiale Porsche, ce dernier déclare s'engager à faire tout son possible pour développer et mettre en œuvre les normes de
conformité et de gouvernance les plus strictes au sein du groupe , ce qui va notamment se traduire par un dépôt de plainte et
une enquête interne.

- Le nouveau PDG se positionne et déclare que le groupe est prêt a payer les amendes judiciaires pour indemniser les clients
avec une somme qui s’élève 78 milliard d’euros.

Vous aimerez peut-être aussi