Vous êtes sur la page 1sur 18

COMAS

Td chu bab el oued


Service de réanimation médicale
DÉFINITION:

 Atteinte de la Substance Réticulée


Activatrice Ascendante (SRAA) du tronc
cérébral.
 Elle peut être définit comme un trouble de la
conscience de soi et de l’environnement ou
rupture de la vie de relation
 seule la réaction aux stimulations nociceptives
peut persistée.
 La différencie de l’obnubilation (patient répond à
un ordre oral et écrit)
 et de la stupeur (persistance de la réponse au
stimuli par un geste ou une parole) .
II. PRISE EN CHARGE EN URGENCE

 obtenir auprès de toute personne (famille, médecin, pompiers, voisins) le


maximum de renseignements : antécédents, circonstances entourant le
coma, prise de toxique, mode d’installation progressif ou brutal, signes
d’accompagnement, crises convulsives, traumatisme.

 Un examen initial rapide est indispensable pour s’assurer de l’intégrité des


fonctions vitales ventilation, TA, rythme cardiaque, température par un
monitorage qui justifient des gestes d’urgence

 faire un dextro (glycémie capillaire) pour éliminer une hypoglycémie ;


 Puis réaliser un examen général : auscultation cardiaque et pulmonaire,
palpation abdominale ; rechercher une raideur de nuque, une hémiplégie,
des troubles oculomoteurs évidents,

 déshabiller le malade, rechercher toutes indications externes d’une


étiologie évidente : traumatisme, purpura, trace de piqûres, etc.

 Examen neurologique : score de Glasgow, état des pupilles


EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

 Ils dépendront du contexte. Les principaux examens demandés sont :


 des examens biologiques (glycémie, ionogramme, fonctions rénale et
hépatique, gaz du sang,

 numération formule sanguine, bilan d’hémostase, alcoolémie, amoniémie,


etc.), recherche de toxiques dans le sang et les urines, dosage du
monoxyde de carbone,
 hémocultures en cas d’hyperthermie ;
 un ECG (électrocardiogramme), une radiographie du thorax ;
 un scanner cérébral sans injection en urgence pour préciser la nature
lésionnelle d’un coma réalisé même en l’absence de cause évidente ou de
signes de focalisation ;
 une IRM encéphalique en urgence, justifiée en cas de suspicion de
thrombophlébite cérébrale ;
 une ponction lombaire devant toute suspicion de méningite ;
 un électroencéphalogramme en cas de coma métabolique (par exemple,
encéphalopathie hépatique) ou en cas de suspicion de crise convulsive.

•Etat des pupilles
•Isocore réactif ou aréactif
•Anisocorie
•Myosis serré
DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL

 Névrose hystérique +++


 • Clignement des cils

 • Résistance à l’ouverture des paupières

 • Evitement du membre supérieur

 Looked in syndrome

 Protubérance

 Paralysie des 4 membres

 Paralysie des nerfs crâniens

 Conscience normale

 Mutisme akinétique

 Le patient ne parle pas n’obéit pas

 les yeux ouverts ne bouge pas


ETIOLOGIES
coma
1. Hématome extradural
traumatique 2. Hématome sous-dural

•Toxique Vasculaire
non •Métabolique Dégénératif

traumatique •Post-comitial anoxique


•Infectieux
Hémorragie Sous-
Arachnoïdienne

Hémorragie
intracérébrale
Infarctus cérébral
 C. Prise en charge thérapeutique
 Elle comporte :

 – maintien de la ventilation. Les indications thérapeutiques


(sonde à oxygène, intubation, ventilation assistée) sont
posées en fonction de l’encombrement des voies
aériennes, de la fréquence respiratoire, des gaz du sang ;
 – maintien de la circulation : voie veineuse centrale, apport
hydro électrolytique, utilisation de vasopresseurs, scope
ECG et monitoring PA, sondage urinaire et surveillance de
la diurèse ;
 – administration de glucose : systématique devant tout
coma inexpliqué (en association à la vitamine B1 chez le
patient éthylique ou dénutri) ;
– traitements spécifiques :
traitement de la cause : correction de troubles
hydroélectrolytiques ou métaboliques,
 antibiothérapie en cas de méningite, antidote en cas
d’intoxication, contrôle d’une activité
 épileptique (Valium® ou Rivotril®),
 en cas d’oedème cérébral : utilisation de Mannitol® par
voie veineuse,
 traitement chirurgical d’un hématome, d’une tumeur,
mise en place d’une valve en cas d’hydrocéphalie,
 prévention des complications de décubitus (accidents
thromboemboliques, escarres, etc.),
 prise en charge des séquelles physiques et
psychiques.