Vous êtes sur la page 1sur 46

Pompes centrifuges

UFR- hydraulique-machine hydraulique

1
Plan
• Introduction
• Classification-Terminologie
• Theories des pompes
• Couplage et point de fonctionnement
– Couplage en série
– Couplage en parallèle
– Point de fonctionnement d’une pompe
• Application
– Calculer le point de fonctionnement
– Problèmes de fonctionement Cavitation
2
Analyse dimensionnelle et similitude
3
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

introduction
Machine qui assure un transfert d’énergie mécanique ou électrique en
énergie hydraulique, qui se traduit par des débits et des pressions.

L’ échange d énergie à deux possibilités :

• Pompes
• Turbine

Énergie mécanique
Pompe Énergie hydraulique
ou électrique

Énergie mécanique
Turbine
Énergie hydraulique ou électrique

4
Introduction Classification -Terminologies

•Importance des machines hydrauliques

Domaines principaux d’application :

•Production d’énergie électrique


•Extraction et traitement des hydrocarbures
•Traitement et distribution d’eau
•Les transports
•L’industrie
•L’habitat

5
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

D’après l’équation de Bernoulli, l’énergie d’un fluide est :

v2 p
EZ 
2 g g

On peut classer trois types de pompes en fonction du terme dominant :

1. Machine du 1er type :


élever uniquement la masse liquide par la variation de sa cote
exemples : Norias et vis d’Archimède

6
Norias et vis d’Archimède

7
2. Machine du 2ème type :
l’élévation résulte de la variation de la vitesse du fluide
exemple : pompes centrifuges

8
3. Machine du 3ème type :
l’élévation résulte de la variation de la pression du fluide
exemples : pompe à piston et pompe à engrenage

9
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Terminologie

Une pompe se compose d’ un rotor et d’ un stator :

- le rotor ou bien la roue, produit de l’énergie


- le stator ou le corps de la pompe, dirige l’eau vers la roue et l’éloigne à la sortie de la
pompe.
- tubulure d’aspiration
- tubulure de refoulement

Calcul de la hauteur manométrique totale HMT

-Cas d’ une pompe à axe horizontal


Ha Hr

Va Vr

V 2r
V 2a
H  Hr  Ha   10
2g 2g
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

-Cas d’ une pompe à axe vertical

Hr

Vr 2
H  Ha  Hr  Vr
2g Ha

Rendement de la pompe

Mesure le degré de perfectionnement de la pompe

gQH
 
Parb 11
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Courbes caractéristiques

12
Théories des pompes
Introduction

Le principe est la transformation d’énergie mécanique en énergie hydraulique grâce


Au diffuseur de la pompe
Triangle des vitesses

  

V  U W
U tangente à la circonférence avec :


W tangente à l’aube
Puissance mécanique - couple- hauteur manométrique et rendement

Le fluide attaque l’aube au point A1 (r1) et s’en échappe en A2 (r2). La


particule fluide de masse dm se déplace du point A1 au point A2 en dt.
La variation du moment cinétique est égal au couple exercé par la roue sur
le fluide.

Puissance échangée entre la roue et le fluide

Avec

la hauteur manométrique théorique


Le rendement

Le rendement d’une pompe est défini comme le rapport entre la puissance


hydraulique fournie au fluide et la puissance mécanique Pa disponible sur l’arbre
moteur. Cette puissance est sensiblement inférieure à la puissance mécanique
exprimée dans les aubages du fait des frottements entre les différents éléments
constituant la pompe (roulements ou paliers, joints d’étanchéité).
Le rendement est exprimé par :
Symboles normalisés des schémas hydromécaniques
Pertes de charges

• Pertes de charges linéaires : frottement du


fluide contre les parois modélisé par la L v2
formule de DARCY hf  f
D 2g
f est donnée par la formule de COLE BROOK

1 2.51
Avec Re le nombre adimensionnel de  0.86 ln( D  )
Reynolds : f 3.7 Re f

 est la rugosité de la conduite VD


Re 

 est la viscosité cinématique en m2 / s

v2
• Pertes de charges singulières : frottement hs  k
du fluide sur les singularités du circuit 2g
hydraulique

19
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Couplage des pompes

Dans l’utilisation pratique des pompes, on cherche souvent :

- A augmenter la hauteur Hr
- A augmenter le débit Q

2 possibilités :
- couplage en série
- couplage en parallèle

20
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Couplage en série

On considère deux pompes P1 et P2.


Le couplage en série est obtenu en branchant la conduite
d’aspiration de P2 sur la conduite de refoulement de la
pompe P1.

Pour le même débit, la pompe P1 fournit la charge H1


et la pompe P2 fournit la charge H2. Il en résulte que
Que la caractéristiques globale de ce couplage s’obtient
En sommant pour un débit donné , les hauteurs fournies
Par chacune des deux pompes.

21
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

H Ce mode de couplage permet un gain important en hauteur


( pompes multicellulaire).Très peu utilisé en adduction d’eau

P1+P2

P2

H1+H2

P1

H2
H1

22
Q Q
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Couplage en parallèle

Les deux pompes aspirent isolement de l’eau, les


deux Conduites de refoulement aboutissent sur une
A
conduite de refoulement commune.
Si on néglige les pertes de charge entre les sorties
des pompes et le point de jonction A, les débits Q1
et Q2 s’établissent de telle sorte qu’on ait l’égalité
des charges au point de branchement A.

Donc la caractéristique globe du couplage s’obtient en sommant pour une charge Ha


donnée (H1=H2=Ha)

23
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

H Ce mode de couplage est le même que pour une pompe à deux


ouies d’aspiration ( doubles entrée). Gain important en débit.

P2
P1+P2
P1

Ha Q1+Q2

24
Q
Q1 Q2 Q1+Q2
Couplage d’une pompe avec des conduites en série

25
Couplage d’une pompe avec des conduites en parallèle

26
Coup de bélier
Le coup de bélier est un ensemble de phénomènes hydrauliques complexes
provenant de la modification brutale du champ de vitesse et de pression dans une
conduite. Autrement dit, c’est l’arrêt brutal de la circulation de l’eau lorsqu’un
organe provoque une modification rapide du débit

Exemple : Arrêt/marche brusque d’une pompe ou Ouverture et


fermeture brusque d’une vanne

Une onde de célérité C met un temps t pour parcourir une conduite de


longueur L en aller retour
En variation brutale du régime d’écoulement, la surpression ou dépression
est donnée par la formule de Joukovski-Allievi :

En variation lente du régime d’écoulement, la surpression ou dépression est


donnée par la formule de Michaud :
Protection contre le bélier hydraulique
En pratique, par mesure de sécurité, on prévoira un dispositif anti bélier dès que

PFA : Pression de Fonctionnement Admissible


Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Pour déterminer la hauteur HTM :


B
-Bernoulli entre le point A et 1 :
Patm V 12 P1
 Z 0  hasp  Z1  
g 2 g g
Hg
-Bernoulli entre le point 2 et B
: Z3
V 22 P2 Patm
Z2   Z3  href
2 g g g

hasp et href désignent respectivement A


les pertes de charge à l’aspiration et le Z2
Refoulement.

L’énergie fournit par la pompe est égale au Z0 Z1


Surplus d’énergie à la sortie de la pompe Plan réf
Par rapport à l’entrée
30
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

P2 V 22 V 12 P1
HMT  (  Z 2  )  ( Z1   )
g 2g 2 g g
On combine les trois équations, on obtient :

HMT=(Z3-Z0)+href+hasp

Ou encore :
HMT=Hg+ ∆H

∆H regroupe les pertes de charge linéaires et singulières

La perte de charge linéaire peut se mettre sous la forme :


H  K1Q 2
La perte de charge singulière peut se mettre sous la forme :
H  K 2Q 2
31
Introduction Classification -Terminologies Couplage et point de fonctionnement

Donc on peut écrire : H  KQ 2

On trace sur le système d’axe Q-H la courbe appelée caractéristique


résistance du réseau

La pompe doit vaincre la hauteur géométrique et


les pertes de charges .
Le point de fonctionnement de la pompe est
L’intersection entre la caractéristique de la
Pompes Q-H et la courbe résistance du circuit
Hydraulique.

32
Application

• On pompe de l’eau à partir d’une citerne à l’aide d’une pompe immergé, vers un
réservoir dans un bâtiment. Le débit transporté est de l’ordre de 2 m3/h. le circuit
hydraulique schématisé dans la figure ci-dessous présente les caractéristiques
suivantes :

• -Hg=40 m (hauteur géométrique total)


• -L=500 m (longueur développée de la tuyauterie)
• -Diamètre de la conduite 40 mm
• -Les pertes de charges singulières sont produites par :
» -Flotteur K= 4
» -Clapet-Crépine k=3.5
» -6 coudes normaux k=0.5
» -Coude en T k=1
» - Robinet k=0.2

33
HMT en fonction du débit du circuit hydraulique

Q(m3/h) 0.5 1 1.5 2 2.5 3 4


Avec :
j 0 0.003 0.005 0.008 0.012 0.017 0.031
hL  jL

0 1 2.5 4 6 8.5 15.5 et


hL
v2
hs   k
0.007 0.0285 0.064 0.114 0.1785 0.256 0.457 2g
hs

HMT(m) 40 41.53 42.56 44.11 46.17 48.75 55.95

HMT= Hg+ h +
L
hs
34
Le point de fonctionnement de la pompe Hp et Qp

PH  gQHMT  250w
. La puissance hydraulique
gQHMT
. La puissance sur l’arbre Parb   333w

35
36
Problème de fonctionnement des pompes : Cavitation

La cavitation est la vaporisation du liquide contenu dans la pompe quand il est


soumis à une pression inférieure à la pression de vapeur d’eau saturante.
Ce phénomène se produit à l’orifice d’aspiration de la pompe ; des bulles
apparaissent dans les zones où la pression est la plus faible (entrée des aubes
de roue des pompes centrifuges).
Conséquence de la cavité

La cavitation est un phénomène à éviter absolument,


car il entraîne de graves conséquences :
-Erosion du matériau pouvant aller jusqu'au perçage
des aubes de turbine des pompes centrifuges.
-Augmentation du bruit et des vibrations générés par
la pompe.
-Chute des performances des pompes avec
diminution importante de la hauteur manométrique
totale, du débit et du rendement
Causes de la cavitation

•Augmentation de la hauteur géométrique d’aspiration


•Augmentation de la température du liquide
•Diminution de la pression atmosphérique par augmentation de l’altitude
•Augmentation du débit de pompage
•Augmentation de la vitesse du fluide

Notion de NPSH
•Le critère qui sert à définir la pression nécessaire à l’aspiration
pour obtenir un bon fonctionnement de la pompe, est de
maintenir en tout point du fluide une pression supérieure à la
pression de vapeur saturante, c’est le « NPSH » « Net Positive
Suction Head »
• Pour qu’une pompe fonctionne normalement (sans cavitation), il faut que le
NPSH disponible (calculé) soit supérieur au NPSH requis (indiqué par le
constructeur).

• Les conditions d’aspiration sont d’autant meilleures que la différence entre


les deux est grande.
Calcul du NPSH disponible pour une pompe aspirante dans une nappe d’eau
à l’air libre

NPSH = (Patm – Pv)/eg – J asp - Z

Pv = Pression de vaporisation du fluide


J asp= Pertes de charge de la conduite d'aspiration
Analyse dimensionnelle et similitude

1 Introduction

Actuellement, on ne conçoit et on ne construit de structures hydrauliques


Importantes qu’après avoir fait des études approfondies sur modèles réduits
ou maquettes. Analyse dimensionnelle permet à l’ingénieur concepteur
d’organiser et de simplifier l’expérience et d’en analyser le résultat
En général, pour des raisons de coûts, l’étude d’un prototype se fait sur une maquette.
Il faut donc transposer les résultats de la maquette au prototype : ce sont les
conditions de similitudes
Position du problème

Du point de vue mathématique, un problème d’hydraulique peut être résolu :

A l’aide :
- des équations dynamiques
- des principes de conservation
- de l’équation d’état du fluide
- des conditions initiales et des conditions aux limites

On obtient un système d’équations très complexe et souvent impossible à


résoudre (en particulier pour les écoulements turbulents).

Nous avons donc deux solutions:


• Soit faire des approximations et obtenir une solution
approchée du problème
• Soit avoir recours à l’expérience

Donc on est amené à réaliser :


des prototypes (modèles en vraies grandeurs)
ou des maquettes (modèles réduits)
2 Analyse dimensionnelle directe

Consiste à déterminer des paramètres sans dimension qui caractérises les


Écoulements dans les ouvrages hydraulique. Le principe est basé sur
l’homogénéité des deux membres de toute relation de caractère physique

Exemple:

Établir l’équation donnant la distance parcourue pendant le temps T par un corps


En chute libre.
d  f ( P, G , T )
Soit d  KP a G bT c
Avec K un cœfficient sans dimension
Cette équation doit être dimensionnellement homogène :

F L T  F (L T
0 1 0 a b _ 2b
)T c

On trouve a=0, b=1 et c=2

d  KGT 2
3-Différents types de similitude
Similitude géométrique
D1/D2= b1/b2=K

D est le diamètre de la roue, B largeur à la sortie

Similitude cinématique

Triangles des vitesses semblables entre points homologues