Vous êtes sur la page 1sur 27

Diagnostic bactériologique de la

tuberculose
Plan
• Introduction.
• Rappel des fondamentaux bactériologique.
• Diagnostique bactériologique:
• Phase près-analytique.
• Phase analytique:
 Bacilloscopie.
 Culture (décontamination).
 Antibiogramme.
• Conclusion
Introduction
• La microbiologie a un rôle central dans le diagnostic
positive de la tuberculose qui est une maladie due à
des Mycobactéries du complexe tuberculosis
principalement Mycobacterium tuberculosis.
• De ce fait elle a était dès le début intégré dans le
programme national de lutte contre la tuberculose.
• D’où la nécessité d’un management de la qualité de ce
diagnostic, à la fois en terme de sensibilité et de
spécificité des techniques utilisées, qui sont à la charge
du laboratoire de microbiologie.
• Mais cela passe aussi par une proche coopération avec
les différents acteurs de cette lutte
Rappel des fondamentaux
bactériologique.
• Aérobie strict

• Paroi bactérienne riche en lipide (cire)

• Lenteur de croissance

• Plasticité du génome
Aspects bactériologiques
fondamentaux
Aérobie strict:
• En rapport avec son tropisme pulmonaire.
• C’est ce qui a amenée à la principale distinction
entre la tuberculose pulmonaire riche en
bactérie

• De la tuberculose extra-pulmonaire pauvre en


bactérie
Aspects bactériologiques
fondamentaux
• Paroi bactérienne riche en lipide, appelé
acides mycolique (cire).
• Elle est à la base d’une Particularité
caractéristique qui est l’Acido-Alcoolo-
Résistance.
Aspects bactériologiques
fondamentaux
• Constitue une barrière pour la plus part des
antibiotique

• Elle est la cible de beaucoup d’anti tuberculeux


Lenteur de croissance

• Culture lente.
• Temps de génération de 20h
Plasticité du génome
• Pas de plasmide

• Mutation fréquente

• Résistance au antituberculeux
en perpétuel ascension
Le diagnostic bactériologique
-Phase près-analytique:
• Type de prélèvement;
• Renseignements cliniques;
• Recueil et transport.
-Phase analytique:
• Bacilloscopie;
• Culture;
• Antibiogramme;
• Diagnostique moléculaire.
Phase près-analytique: Type de
prélèvements
De la qualité du prélèvement dépend la qualité du
résultat
• Prélèvement d’origine pulmonaire:
-Crachat=expectoration?;

-Tubage gastrique;
-L’aspiration bronchique;
-PDP.
• D’origine extra pulmonaire:
-Tous types de prélèvements;
-Prélèvement contaminé et prélèvement non contaminé.
Phase près-analytique:
• Renseignement clinique: Imprégnation,
Radiologie, prise antérieur d’antituberculeux,
contrôle…etc.
• Recueil et transport: Dans des pots stérile qui
se ferment hermétiquement, et qui doivent
surtout être Opaques .
Phase analytique:
sécurité
Phase analytique:
Bacilloscopie
• Réservé au prélèvement d’origine pulmonaire car il
contient assez de Bacille pour être recherché à
l’examen direct (5000-10000 BAAR par ml).
• Elle signe la contagiosité du patient.
• L’émission de bacille étant inconstante, il faut donc
multiplier les prélèvements.
• Leur recherche se fait par coloration de frotti, elle est
basé sur le principe de l’acido alcolo résistance.
• Les colorations les plus utilisées sont celles de
Ziehl-Neelseen , et plus rarement celles de l’Auramine.
Phase analytique:
Bacilloscopie
Phase analytique:
Bacilloscopie
Phase analytique:
Bacilloscopie
Phase analytique:
Bacilloscopie
Avantages:
• Rapide.
• Spécifique si Tuberculose pulmonaire patente.
Inconvénients:
• peut sensible.
• Technicien dépendant.
• Ne permet pas l’étude de la résistance.
Phase analytique:
Culture
• La plus sensible pour le diagnostic positif (y compris
par rapport à la biologie moléculaire)
• Dépend sensiblement de la phase près-analytique.
• Concerne tous les prélèvements.
• Nécessite une décontamination préalable des
prélèvements hébergeant une flore commensal ( cas
des crachats par exemple) .
• Se fait sur des milieux contenant une source de lipide,
en Algérie c’est le Lowenstein Jensen (pomme de terre,
huile, œuf)
• Elle se positive après un mois en moyenne.
La décontamination.
• Réservé pour les prélèvements pluri-bactérien.
• Utilise la faculté des bacilles tuberculeux à résisté à certain
composé chimique tel que les base faible ,et les acides
faible.
• Problème: vus la résistance relative des bacilles
tuberculeux, il n’existe pas de système de
décontamination parfait:
Tuée les contaminant VS ne pas tuée le BK.
• Exemple de méthode de décontamination:
 PETROFF (avec ou sans neutralisation)
 KUBICA.
 Bromure ou Chlorure de Cetyl pyridinium…etc.
Phase analytique:
culture
Phase analytique:
Culture
• Avantage:
-Sensible ce qui la rend le fer de lance du
diagnostique bactériologique
-Possibilité d’effectué un antibiogramme.
• Inconvénients:
-Lente ,mais cette lenteur à était amélioré par
l’introduction de milieu liquide, et de la biologie
moléculaire.
-Nécessité d’un plateau technique adapté.
Petite halte

• Bacilloscopie(-) culture (+) c’est possible?


• Ouiiiiiiiiiiiiiiiii

• Bacilloscopie (+) culture (-) c’est possible?


• Non jusqu’a preuve du contraire.
Phase analytique:
Antibiogramme
• Une méthode spécifique c’est la méthode des
proportions.
• Nécessite un mois supplémentaire
Phase analytique:
Antibiogramme
• Actuellement l’antibiogramme n’est pas systématique
,il est demandé uniquement devant un échec
thérapeutique.
Et est réservé uniquement au laboratoire de référence à
savoir l’institut pasteur

• Oui mais….
• Avec la diffusion des Souches multi résistantes va-t-il
pas devenir systématique???
Conclusion
• On ne diagnostique pas la tuberculose.

• On ne traite pas la tuberculose.

• On ne préviens pas la tuberculose.


Conclusion
ON LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE