Vous êtes sur la page 1sur 18

Tassement

LGV
Le contenu de l’étude géotechnique

I. Une enquête préalable


• L’examen des caractéristiques principales du projet

• Une visite détaillée des lieux

• La consultation des documents susceptible de fournir des

informations sur le site


• La connaissance des sols de fondation : par des Sondage
 Préciser la position des éléments constituant le sol
 Identification des sols soumis au champ de contraintes
Ces sondages comprennent des forages, des essais in situ et
des prélèvements d’échantillons pour examens ou analyse en
laboratoire
II. L’analyse de l’enquête

• Des coupes et profils géologiques et géotechniques

• les diverses caractéristiques des sols nécessaires à l’élaboration du


projet et à revenir en vue des calculs .
• le régime des différente circulations et nappes d’eau

• l’étude de la sensibilité au gel des sols de surface

• l’agressivité des sols et des eaux à l’égard des matériaux de construction

• s’il y a lieu , l’étude du comportement des sols à l’égard des


sollicitations dynamique
III. Interprétations en vue du projet et de sa
réalisation

• Exécution des terrassement

• Stabilité des talus provisoires ou définitifs , ainsi que les soutènement

• Drainage , rabattement de nappe et étanchéité des ouvrages enterrés

• Mode de fondation possible

Interaction
SOL/STRUCTURE
Classification des sols

Ménard donne pour les sols cohérents les correspondances


suivantes:

 EM/pl< 5 argiles remaniées ou triturées


 5<EM/pl<8 argiles sous-consolidées
 8<EM/pl<12 argiles normalement consolidées
 12<EM/pl<15 argiles légèrement sur consolidées
 EM/pl>15 argiles fortement sur consolidées.

Règle pratique:

Si EM/pl vaut environ 10 le sol est normalement consolidé.


Si ce rapport a une valeur plus élevée, le sol est sur consolidé.
Tassement d’une fondation superficielle
Formule de Menard

Tassement à 10 ans d'une fondation rigide superficielle


encastrée d’au moins une largeur B

Terme déviatorique Terme sphérique

Pour une fondation près de la surface, ajouter 20%


•q: contrainte moyenne verticale appliquée par la
fondation
•σv: contrainte verticale totale avant travaux à la base
de la fondation
•λc et λd: coefficients de forme
•αc : coefficient rhéologique
•B :largeur ou diamètre de la fondation
•B0: une dimension de référence = 0,60 m
•EC et ED: modules pressiométriques équivalents
dans la zone volumique et dans la zone
déviatorique, respectivement
modules pressiométriques :

• Ec= E1
Ec= valeur du module EM dans la couche 1 située immédiatement sous la fondation
• Ed :

coefficients de forme λc et λd:


coefficient rhéologique αc :
Caractéristiques de la compressibilité

 Pression de reconsolidation σ' p


 entre A et B :
 faible tassement
 contraintes auxquelles le sol a déjà
été soumis
 à un moment ou à un autre de son
histoire géologique, le sol a été
soumis à une pression ≤ σ' p
 entre B et C :
 forte compressibilité le sol ne peut
pas supporter plus que σ' p sans se
déformer de façon importante
 le sol est soumis à des contraintes
supérieures à toutes celles qu'il a
déjà connues
 courbe vierge de compressibilité
Classification des sols selon la compressibilité

Prélèvement d'un échantillon de sol à une profondeur donnée


 contrainte effective à laquelle était soumis le sol : σ'v0
 essai œnométrique : σ' p
le sol est normalement consolidé(NC) : Si σ'vo =σ’p

 application d'une surcharge au sol


→ tassement suivant courbe vierge

 dans le passé
→ ce sol a tassé uniquement sous son
propre poids
Sol sur consolidé(SC) : Si σ'vo <σ’p

 ™à un moment antérieur de son histoire


→ ce sol a été soumis à une contrainte
supérieure au poids des terres actuel
Ex : érosion, excavation, changement de
niveau de la nappe phréatique

Sol sous-consolidé :Si σ'vo >σ’p

 consolidation primaire pas terminée


→ le sol n'a pas encore été soumis à
une contrainte aussi élevée que σ'v0
(poids des terres actuel)
Ex : remblai récent, mal compacté
Intérêt de la classification

 fondations sur sol sur consolidé


σ'vo + Δ σ′ <σ’p faibles tassements, voire
négligeables

 fondations sur sol normalement


consolidé
σ'vo + Δ σ′ =σ’p toute surcharge entraîne un
tassement, dépendant de c c

 fondations sur sol sous-


consolidé
σ'vo + Δ σ′ >σ’p inconstructibles sans
traitement particulier déformations
même sans surcharge
Choix des modules

Ep/q=la moyenne harmonique des modules dans les couches p à q

Exemple

Si les modules ne sont pas connus de 9B/2 à 8B, mais sont supposés plus
grand que les modules des couches sus-jacentes, on a

Si les valeurs de 3B à 8B ne sont pas connues


Cas d’une couche molle intercalaire

Ed’ :module pressiométrique dans le domaine déviatorique où, dans la couche molle,
on substitue à Em un module de même ordre de grandeur que celui des autres
couches
Em :module pressiométrique moyen de la couche molle
α :coefficient rhéologique de la couche molle
Δqm :valeur de la surcharge verticale au niveau de la couche molle
Tassement de fondations multiples

pm= pression moyenne exercée par le bâtiment


=W/ Ω (surface de la fouille)
≈n( niveaux bâtis, y compris la toiture)x10kN/m2
q0= contrainte totale verticale initiale au fond de fouille
pm-q0 = supplément de pression
wm(pm-q0) = tassement d’un radier sous la pression moyenne
pm-q0
p= pression exercée par une semelle
p–pm= supplément de pression
ws= ws(p-pm)
w= tassement d’une semelle = wm+ ws
Conclusion

L’essai pressiométrique procure des caractéristiques de déformation nuancées


permettant d’appréhender correctement le calcul des tassements.

Contrairement à l’oedomètre, L’essai pressiométrique donne des paramètres pour


de pressions du même ordre de grandeur que celles exercées sous les constructions

Le prix plus élevé que celui du CPT est largement compensé par le gain réalisé sur le
prix de l’ouvrage.

Le MPT étant exécuté dans un trou de forage, il peut être réalisé dans ou au-delà de
couches résistantes telles que pierres de sable, graves, cailloux, etc.

Le MPT permet de mettre en évidence un horizon rocheux (schisteux) altéré là ou le


CPT bloque dès la rencontre de l’horizon altéré.

Dans les vases et sols très mous, l’essai pressiométrique permet d'avoir des
paramètres corrects, moyennant le choix d’une gaine suffisamment souple, alors
que le CPT dont les tiges peuvent descendre sous leur propre poids, n’est pas assez
sensible.