Vous êtes sur la page 1sur 40

Le préromantisme et le romantisme

Histoire =
Révolution française (1789) : liberté, égalité, fraternité
Napoléon 1er (1804) = climat d’instabilités, incertitudes
économiques et idéologiques
République (et non plus monarchie)
Ironie : conquête de l’Europe au nom de la «Liberté»
symbole d’espoir pour les Français
1815 : défaite de Waterloo

Ensuite : restauration monarchie, nouvelle révolution (1830),


nouveau roi, 2e République (neveu Napoléon1er), …

climat d’instabilités, incertitudes


Révolution française : a servi bourgeoisie

Développement de l’imprimerie :
littérature de masse romans-feuilletons (journaux)
éducation, démocratisation peuple
A. Dumas, Balzac, Eugène Sue, etc…

Romantisme : Débuts XIXe siècle


Influence étrangère (Allemagne, Angleterre)

Histoire, politique, peinture, musique, littérature, etc., ….


À la raison classique, oppose : passion

Vision mécaniste de l’univers : vision organique


divin = nature
Le romantisme est un état d’âme
Homme romantique : libre / autonome
unique symbiose avec la nature
En allemand : «Sturm und drang» (tempête et passion)
Thèmes romantisme : Déchirements intérieurs

Lyrisme : élans sentiments personnels,


enthousiasme, inspiration
Ennui (fin des grandes épopées, grands projets)

Gouffre intérieur Je : sentiments intimes


Absence de douleurs = désœuvrement

Souffrance = fatalité et privilège


Subjectivité exaltée :

folie / suicides /…

Nature s’oppose à Culture :

vraie et saine vs raison qui dénature Homme

Évasion : passé, ailleurs (enfance, voyages), rêveries

Amour : Puissant, troublant mais fatalité


Voué à l’échec : conventions sociales
Durée : de 1789 à 1857
Extraits : « Les souffrances du jeune Werther » de Goethe (p. 15 – l. 24)
« Le lac » de Lamartine (p. 24 à 26),
« La dame aux camélias » Dumas fils (p. 47-48)
Le réalisme
De 1850 au XXe siècle Fin de la noblesse,
bourgeoisie se consolide
Révolution industrielle : progrès, 1res banques, etc., …
accentue écarts classes sociales
1857 : Madame Bovary (G. Flaubert)
Vie quotidienne contemporaine

Fresques sociales : travers des personnages

Auteurs : scientifiques (apparence d’objectivité)

Extraits : L’assomoir de Zola (p. 76-77)


Madame Bovary de Flaubert (p. 80-81)
République
Guerre (1870) : France vs Allemagne = défaite France
Consternation et abattement : 1870 à 1895
Conséquences Dépression économique : pertes financières
Croissance industrielle continue
Changements sociaux + technol.
Réformes sociales: Enseignement primaire gratuit
Liberté de presse
Liberté syndicale

Luttes contre exploitation grands industriels : gains

10 hres travail / jour – 6 jours travail / semaine


Le symbolisme
Vers 1870
Artistes : remettre en question ∕ transformer monde
Réaction contre idéologie bourgeoise dominante
→ bourgeois peu enclins changements
qui menaceraient pouvoir
1ère génération de «modernes»

Poètes décadents «Poètes maudits» (Verlaine)

ennui de vivre : société moribonde

Baudelaire :

Vie déréglée, dilapide héritage, fréquente artistes bohèmes

Maigre pension : doit écrire pour survivre


Les fleurs du mal (1857) : ennuis justice
(arrestation, amende)
Poèmes jugés « préjudiciables aux bonnes mœurs ainsi
qu’à la morale publique et religieuse.» (p. 102)
Vision moderne de poésie
Poète essaie de surpasser abattement par recherche
«Spleen» : mal de vivre incessante de l’Idéal
Seul l’Idéal permet Homme de s’extirper du Spleen
Idéal : Recherche Beau et sublime, démarche de
surpassement
p. 106 et 107 (« Une charogne ») →Regard singulier sur
objet «quotidien».
→Regard artistique fait surgir beau du laid :
charogne devient femme désirable.
p. 104 et 105 (« L’albatros») →Poète mésadapté à société
Rimbaud
Poète précoce : écriture entre 16 et 21 ans
Relation avec Verlaine : +/- 2 ans
Image modernité Aventurier : Afrique
Fuite : dans sa vie comme dans la forme de ses poèmes
« Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné
dérèglement de tous les sens. » (lettre adressée à ami)
Synesthésie : (domaine médical) percevoir un stimulus
par plus d’un sens à la fois.
p. 110 (« Le dormeur du val»)
Euphémismes (dit – pour dire +), nombreux rejets,
rythmique dynamique, idée complétée au dernier vers :
« dormeur » = cadavre
Belle époque
1890 (ou 1896, ou1906) à 1914:
Contexte optimisme favorable à innovation
Après dépression économique 1870-1895 :
expansion insouciance , optimisme

Foi dans le progrès


progrès technologiques et économiques
Colonisation (perception positive)

Éclatement monde industriel : influence vision du monde


Monde comme fragmenté, multiple et en mouvement
(ex. : cubisme)
Culturellement :

Cabarets, concerts, salons, vie mondaine et frivole

Culture du vedettariat
Cinéma : 1895 Cinématographe des frères Lumière

Sortie de l’usine Lumière à Lyon : 1er film


http://www.youtube.com/watch?v=EXhtq01E6JI&feature=related

Automobiles, avions, locomotives électriques, etc.


Naissance culture médiatique :
Système diffusion imprimés

Homogénéisation culture commune Français :


Écoles, manuels scolaires, presse bon marché, etc.
Contexte littéraire Belle époque :
Ère prospérité : Influence littérature et manières d’écrire

De formes classiques : vers et syllabes comptés, rimes, …


vers
rimes : optionnelles
absence de ponctuation

jeux avec la forme : ex.: calligrammes (rec. p. 9)


Auteurs représentent nouvelle perception monde :
fragmenté, changeant, enthousiasmant et menaçant
Exemples : « Zone » d’Apollinaire – rec. p. 10 à 12
Ubu Roi - Anthologie p. 120-121
Le texte moderne :
Assise stable de modernité :
Recherche de la nouveauté
Mouvance, instabilité incessante, changement

Présence de mises en abyme :


Écrivains écrivent sur l’écriture : permet de la
remettre en question
Provocations :
Déconstruire ordre établi (art bourgeois)
Dénonciation
Nouveauté
Subjectivité :

Expérience individuelle assumée et revendiquée

Texte n’est plus représentation de vérité :


vision subjective de l’artiste

Bref, texte moderne =

Réelle création qui se questionne sur elle-même

Exploration des possibles


« Zone » (G. Apollinaire, Alcools , 1913, rec. p. 10 à 12)
Innovations majeures dans l’écriture
et originalité vision

Vers 1 à 6 : heurt 2 mondes


Religion vs poésie du monde moderne
(affiches, prospectus, journaux,
catalogues, aventures policières, etc.)

Tour Eiffel : 1889 → moderne


Deux vers plus bas : automobiles

Milieu de la page : « J’ai vu »


Vie quotidienne d’une rue industrielle
comme sujet de poésie (nouveau → scandale)
Rythme / écriture discontinus :
Absence ponctuation
Alternance vers courts et longs
rimés et non rimés :
bas p. 318 «Maintenant» jusqu’à «de près»
Absence liens logiques apparents :
- 2e vers : Bergère, Tour Eiffel, ponts ∕ Je-tu
- «Te voici» : p. 319 à «je voudrais sangloter»
- juxtaposition d’images télescopées :
p. 320 : «Tu regardes» à «transportez votre cœur»
Images insolites :
Rapprochements inattendus
p. 320 «Soleil cou coupé»
Témoignage passage modernité

Éloge quotidien, vie moderne, rue industrielle,


voyages et immigration, mouvement, etc. :
nouvelles réalités exprimées dans forme nouvelle

Repères brouillés :
temps (matin-nuit) : « ce matin » : employé avec
temps présent et p. c.
personnes (je-tu-vous)
Première guerre mondiale et Entre-deux-guerres
Contexte historique
Conséquences Première guerre mondiale (1914-1918) :
France :
Sit. $ déplorable, malgré victoire
Pertes démographiques (13 000 000 tués, disparus)
Infrastructures à reconstruire, etc.
Conséquences sociales guerre :
Brassage des classes
Ressentiment capitalisme / classes dirigeantes

→ Prépare terrain pr idéologies contestation

(Fascisme / mouvements pacifistes / dada / etc.)


Conséquences idéologiques :
Constat d’échec des valeurs humanistes
Sacrifice héroïque à la guerre :
absurde et inutile crée rancœurs

Refus d’une morale rationnelle et austère

« années folles », charleston


Influence américaine (jazz)

Prise de conscience : fragilité valeurs

Refus rationalisme

Primauté : intuition et inconscient


Dadaïsme
Dada : mot inventé groupe écrivains à Zurich, 1916

Hasard : dictionnaire ouvert sur ce mot


1er conflit mondial: barbarie fait douter valeurs

Mouvement de subversion et contestation


Chef de file : Tristan Tzara (mais tous présidents)
Cristallise tous refus
Poésie : Regroupements mots hasard,
mélange caractères typographiques
Tableaux : Collages papiers, matériaux
Explorations dada :
http://www.youtube.com/watch?v=oeosT_6vG7g&feature=related
Intentions projet dadaïste:
+ liberté en art pour + de créativité
Aller au-delà limites « raisonnable »
Extravagance, dérision et humour
Esprit d’enfance
Jeux avec conventions
Attitude irrévérencieuse, extravagante
Rejet raison et logique : génèrent guerres
Mouvement répandu rapidement en Europe
Critiques dada :
Adolescent…
Limité à révolte
Non constructif de sens Extraits :
Opposition systématique - p. 140-141 (Picabia)
et non-sens - rec. p. 14 (Artaud)
Surréalisme
1920 à 1966 (mort André Breton)

André Breton : Manifeste du surréalisme (1924)


« Dictée de la pensée en l’absence de tout contrôle exercé
par la raison, en dehors de toute préoccupation
esthétique ou morale. »

Intérêt pour l’inconscient (psychanalyse)


De dada, conserve :
Révolte contre conformismes

Recherche associations idées insolites :


révélatrices réalités nouvelles
Explorations → rêves et inconscient :
Réservoirs d’images : peuvent être mises en relief
par différentes techniques d’écriture.
États d’hypnose, demi conscience
Écriture automatique
Objectifs :
Libérer élans secrets et imprévisibles
Traduire états intellectuels sans
contrôle raison
Place jeu et hasard
Cadavre exquis (rec. p. 15) 1- nom (substantif)
2- adjectif
3- verbe
4- nom
5- adjectif
Buts
Expliquer fonctionnement réel de la pensée
Repose sur croyance : existe réalité supérieure
(révélée par associations – pont entre réel et imaginaire)
3 précurseurs: Arthur Rimbaud
Karl Marx (engagement politique)
Sigmund Freud
Nouvelles techniques de création
Champ libre à l’inconscient
Force dés-inhibition de conditionnements
Concept : « hasard objectif »

Œuvres : résultats expérimentations


scientifiques sur esprit
Caractéristiques (Anthologie, p. 134-135) :
1. Femme muse / « amour fou » :
Caractère inatteignable : rend désirable
Confusion : femme / rêve
Idéelle : représentation idéalisée de réalité
Muse : inspire artiste Muselée (sinon, serait réelle)
et mutilée (parties corps)
2. Insolite et rêve :
Extraire « réalité » du quotidien
« surréalité » : supérieure à la raison cartésienne
3. Juxtaposition éléments disparates :
Associer réalités disparates : pour provoquer
« révélations fulgurantes » (issues de l’inconscient)
Écriture automatique : dictée de l’inconscient
(mais en réalité : retravaillent textes…)
Technique expliquée : Anthologie p. 142
Poèmes : « Ma femme… » (rec. p. 16 et 17); Éluard : p. 146
DadaÏsme et surréalisme
Marcel Duchamp, Fontaine, 1917.
Urinoir, « Ready-made », objet quotidien = oeuvre d’art :
créativité de l’esprit. Sabotage art : valeurs élevées / sacrées, etc.
Marcel Duchamp,
L. H. O. O. Q., 1919.
Désacralisation Joconde,
travail sape sur art +
valeurs bourgeoises
de « bon goût »,
recherche scandales.
Max Ernst, La bicyclette graminée garnie de grelots,
les grisons grivelés et les échinodermes courbant l'échine
pour quêter des caresses, 1920-1921.
Titre : ludique, formes +/- lien avec titre, allitérations :
jeux sons langue et de formes.
Salvador Dali, Jeu lugubre, 1929.
Couple grotesque,
inconscient / fantasme,
Réplique à Breton :
« Dans l’acceptation de la scatologie,
de la défécation et de la mort, il y a
une énergie spirituelle […]; il s’agit
d’accepter l’homme dans sa totalité,
caca inclus, mort incluse. »
Salvador Dali, L’énigme de Guillaume Tell, 1933.
Lénine : fesse « anamorphique panifiée et molle du bout »,
Insulte cause révolutionnaire, jugement : tribunal surréaliste.
Publicité : http://www.youtube.com/watch?v=rK4Bh_arF-E
Destino : http://www.youtube.com/watch?v=B8ClxSnqE5s
René Magritte, La trahison des images, 1929.
Jeu : décalage → objet / représentation (sujet : peinture)
René Magritte, Le viol, 1934.
Pour couverture :
« Qu’est-ce que le surréalisme »,
d’André Breton.
Forme phallique + attributs
féminins…
Exemple :
femme-objet, femme-muse,
femme muselée, amour fou.
Joan Miro, Le Bel oiseau déchiffrant l’inconnu au couple amoureux, 1941.
Mépris provocateur peinture,
désir de la tuer : profit nouveaux moyens expression.
Un chien andalou :
Court-métrage muet (musique : 1961)
Luis Buñuel – Salvador Dali (1929 - scénario : 6 jours)
Rêves de Buñuel et Dali mis en commun
Scandales : interdit plusieurs pays
→ image œil : changement de regard
Construction : cadavre exquis
Personnages :
Buñuel = homme au rasoir
Dali = un séminariste

http://www.youtube.com/watch?v=yCl_8522FF0
Seconde Guerre mondiale
Conséquences :
Nation française déchirée
Désir de vengeance des « résistants » :
Jugent les « collabos » - régime nazi :
Livré Juifs
Dénoncé membres de la Résistance
1945-1946 : procès de Nuremberg
Contre criminels nazis
On apprend horreur des camps de concentration
Course à armement nucléaire commence (États-Unis)
1947 : débuts de guerre froide entre URSS et États-Unis
Existentialisme
Très populaire (années 1940 et 1950)
« L’existentialisme est un humanisme » :
conférence philosophique (Jean-Paul Sartre)
Entière liberté humaine (existence précède essence) :
Répercussions sociales choix individuels
Humain : responsable
Doit prendre position et agir en fonction convictions
Liberté = engagement (non frivole)
Littérature engagée :
Monde repose sur fondement logique.
La difficulté est de le trouver et de le comprendre.
Simone de Beauvoir (1908 à 1986)

Sorbonne : études en philo, rencontre Sartre


« amour nécessaire »
Communisme et féminisme
Le deuxième sexe (1949) : bombe
Condamnation du Vatican (société phallocrate)
Le deuxième sexe :
Éducation : a confiné femmes à rôles subalternes
dans l’Histoire.
Il faut la libérer.

Contre déterminisme (destin) :


responsabilité de l’être humain
Jean-Paul Sartre (1905 à 1980)
Liberté : concept clé
Problèmes : égoïsme et unilatéralité →
liberté de l’un s’arrête là où commence celle de l’autre.
« En voulant la liberté, nous découvrons qu’elle dépend
entièrement de la liberté des autres, et que la liberté
des autres dépend de la nôtre. » (L’existentialisme est un humanisme)
Concept de liberté : prend sens au contact de l’Autre.
D’où nécessité de l’engagement : c’est par l’Autre
qu’on prend conscience de ce qu’on est.
(L’autre nous renvoie notre image).

Philosophe, critique, dramaturge, romancier → modèle


propre idéologie : actif combats rejoignent convictions.
Être humain se définit par ses actes.
Huis clos : p. 182-183
Responsabilité / regard de l’autre
Par le regard des autres que les actes prennent leur sens.
Cela circonscrit notre liberté.
Personnages: Inès, Garcin et Estelle
« L’enfer, c’est les autres.»
« Pater Noster »: p. 184-185
Le deuxième sexe : p. 188-189
« Le déserteur » : p. 192 https://www.youtube.com/watch?v=gjndTXyk3mw

Nuit et brouillard, d’Alain Resnais :


https://www.tagtele.com/videos/voir/53810/ (partie 1)

https://www.tagtele.com/videos/voir/53819 (partie 2)