Vous êtes sur la page 1sur 26

PROCESSUS D’EXÉCUTION DE LA LOI

DE FINANCES
SADIKI Wafaa,
Chef de service du suivi de
l’exécution du budget
DB/DB5/DEB
AXES DE L’EXPOSÉ

I Présentation de la nomenclature budgétaire

Exécution de la Loi de Finances


Composantes du budget de l’Etat

BUDGET
GENERAL

LOI DE
FINANCES
CST SEGMAs
Art 27 Art 21
(LOF) (LOF)

En dehors du champs de la L.F. : les budgets des EEP et


des CT 3
Présentation de la nomenclature budgétaire
Définition :
 Un cadre de présentation des recettes et des dépenses déterminant la forme dans
laquelle le budget est soumis aux instances exécutives et législatives chargées de son
approbation, ainsi qu’aux organes chargés de sa mise en œuvre et du contrôle de son
exécution.
 Soubassement juridique: la loi organique relative à la loi de finances (articles 37 et 38) .
 Un cadre évolutif ce qui explique les différentes réformes par rapport à la nomenclature
de 1969:
 Année 1989 : réforme des dépenses du budget général et des budgets annexes qui a
coïncidé avec l’informatisation de la Direction du Budget ;
 Année 1995 : extension de la réforme aux recettes des comptes spéciaux ce qui a conduit
à revoir également la codification des dépenses ;
 Année 1998 : extension de la nomenclature pour prendre en charge les services de l’Etat
gérés de manière autonome (SEGMA) devenus une composante de la loi de finances ;
 Année 2006 : harmonisation de la codification administrative pour introduire la
dimension régionale dans la présentation du budget de l’Etat ;
 Année 2018 : nouvelle nomenclature budgétaire de dépenses articulée autour des
programmes (articles 39 et 40).
4
Présentation de la nomenclature budgétaire

Trois grandes catégories de la nomenclature budgétaire :

► Une nomenclature administrative: définissant le cadre


juridique de présentation des recettes et des dépenses
(édictée par la LOF);
► Une nomenclature fonctionnelle: permettant une
classification des dépenses selon les domaines
d’intervention de l’Etat (finalités des dépenses publiques);
► Une nomenclature économique: permettant l’analyse de la
nature économique des recettes et des dépenses (pour des
besoins spécifiques de la comptabilité générale).

5
Présentation de la nomenclature budgétaire

La nomenclature des recettes

► Article 37 de la LOF :
Les ressources du budget général sont présentées en
chapitres subdivisés, s’il y a lieu, par service et par nature
de recettes.

Tableau « A » de la Loi de finances

6
Présentation de la nomenclature budgétaire
La nomenclature des dépenses
 Article 38 de la LOF :
- Les dépenses du budget général sont groupées sous trois titres:
 Titre I: dépenses de fonctionnement
 Titre II: dépenses d’investissement
 Titre III: dépenses relatives au service de la dette publique

- Ces dépenses seront présentées en programmes, régions et projets/actions (à partir de


janvier 2018);

- Pour chaque département ministériel ou institution, il est prévu, un chapitre pour le


personnel, un chapitre pour le matériel et dépenses diverses et un chapitre pour les
dépenses d’investissement.

 Article 41 de la LOF :
- Un projet/action est décliné(e) en lignes budgétaires dans le PLR.

Actuellement les dépenses sont présentées, à l'intérieur des titres, par chapitre,
subdivisés en articles, paragraphes et lignes (article 29 de l’ancienne LOF).
7
Présentation de la nomenclature budgétaire

La nomenclature des dépenses

 Programme : un ensemble cohérent de projets ou actions relevant d’un même


département ministériel ou d’une même institution. C’est un plan de politique
publique.

 Projet/Action : un ensemble délimité d’activités et d’opérations entreprises dans le


but de répondre à un ensemble de besoins définis. C’est la déclinaison
opérationnelle du programme.

 Ligne : retrace la nature de la dépense effectuée dans le cadre d’une mission, action
ou projet. Chaque ligne comporte une seule nature économique de dépense.

Actuellement 

 Article: service structurant ou domaine d’intervention.

 Paragraphe: réservé à la destination de la dépense et correspond à une mission,


une action ou un projet, confiés à un service ou à un démembrement d’un service.

8
Présentation de la nomenclature budgétaire

Les niveaux de nomenclature dans la LOF : évolution


Future nomenclature Future nomenclature
Nomenclature actuelle
de programmation d’exécution

Titre Titre Titre

Chapitre Chapitre Chapitre

Article Programme Programme

Région Région Région

Paragraphe Action/projet Action/projet

Ligne Ligne 9
Présentation de la Nomenclature Budgétaire
La codification fonctionnelle :
 Pour les recettes, il n’y a pas de codification fonctionnelle.
Article 8 de la LOF (principe d’universalité) : « Il est fait recette du
montant intégral des produits, sans contraction entre les recettes et les
dépenses, l’ensemble des recettes assurant l’exécution de l’ensemble des
dépenses » .
 Pour les dépenses, cette codification est basée sur une classification
des crédits selon les domaines d’intervention de l’Etat, à l’effet
d’évaluer les coûts des différentes missions assumées par les
services publics (suivi des politiques publiques).
 Actuellement: le code fonctionnel (conçu sur 2 positions et 10
classes) est associé au paragraphe.
 A partir du 1er janvier 2018: le code fonctionnel (conforme à la
COFOG: classification fonctionnelle des dépenses des
administration publiques) sera associé au projet/action. De même la
codification des programmes renseignera sur le premier niveau de
la COFOG.
10
Présentation de la Nomenclature Budgétaire
LES DIX CLASSES DE LA CLASSIFICATION FONCTIONNELLE :
AU MAROC (avant 2018)/ LA COFOG (à partir de 2018)
0. Dépenses non réparties et non fonctionnelles/ 10 0. Protection sociale;
1. Pouvoirs publics et services généraux/ Services généraux des administrations
publiques;
2. Défense Nationale/ Défense;
3. Enseignement, Formation professionnelle et formation des cadres/ Ordre et
sécurités publics;
4. Culte, Culture, Information et autres activités récréatives/ Affaires
économiques;
5. Santé/ Protection de l’environnement;
6. Autres actions sociales/ Logements et équipements collectifs;
7. Agriculture, forêts et pêche/ Santé;
8.Transports, communications et autres infrastructures économiques/ Loisirs,
culture et culte;
9. Autres actions économiques/ Enseignement.
11
Présentation de la nomenclature budgétaire
La codification économique : Volet des recettes
Article 11 de la LOF (Composition des ressources de l’Etat) :
 les impôts et taxes;
 le produit des amendes;
 les rémunérations de services rendus et les redevances;
 Les produits des emprunts;
 ………………………………………….
L’architecture du code économique actuellement en vigueur repose sur
trois grandes classes (qui peut être détaillée à 4 niveaux):

1. les recettes fiscales 1121 pour l’IS;

2. les recettes non fiscales 211 pour les produits des monopoles et
exploitations;
12
3. les recettes d’emprunt 32 pour les emprunts extérieurs.
Présentation de la nomenclature budgétaire

La classification économique : Volet des dépenses

 Elle permet de faire une analyse économique des


dépenses. Et puisque la nature économique des dépenses
est enregistrée au niveau de la ligne budgétaire, le code
économique se trouve alors associé à la ligne.

 Actuellement : le code économique est conçu sur 4


positions et 10 classes.
• Version 2018 : mise en conformité de la classification
économique budgétaire avec le plan des comptes de l’Etat
pour établir les passerelles nécessaires entre la
nomenclature d’exécution et la comptabilité générale.
13
Présentation de la nomenclature budgétaire
LES DIX CLASSES DE LA CLASSIFICATION ECONOMIQUE

0. Dépenses non ventilées


1. Frais du personnel
2. Impôts et taxes
3. Biens de consommation
4. Services
5. Subventions d’exploitation et autres transferts courants
6. Frais financiers
7. Subventions d’équipement et autres transferts en capital
8. Immobilisations
9. Opérations financières

Version 2018 (guide de la nomenclature budgétaire): elle devrait permettre


d’associer un compte de CG (charges/immobilisations) sans ambiguïté ni
erreur.
14
Présentation de la nomenclature budgétaire

La codification économique : Volet des dépenses

EXEMPLES DE CLASSIFICATION ECONOMIQUE


Détail pouvant aller jusqu’à 4 chiffres

Logique d’ensemble:

4 Services
42 Transport et déplacement
421 Transport
4211 Transport du personnel à l’intérieur du Maroc
4212 Transport du personnel à l’étranger
4213 Transport du mobilier et du matériel

15
Exécution de la Loi de Finances

 La phase d’exécution du budget commence à partir du premier jour de l’année


budgétaire (1er janvier) après sa publication au Bulletin Officiel.

 Le cadre juridique de l’exécution du budget: règles de la comptabilité publique qui


reposent sur deux principes fondamentaux
 Les opérations financières sont sous la responsabilité des ordonnateurs et des
comptables;
 La séparation des ordonnateurs et des comptables.
16
Exécution de la Loi de Finances

Quelques précisions

 La loi de finances publiée au Bulletin Officiel s’arrête au niveau des


chapitres (autorisation parlementaire).

 Les morasses budgétaires qui donnent le détail jusqu’au niveau de la ligne


sont préparées par le MEF:

Actuellement elles sont transmises avec le PLF aux Commissions


Sectorielles du Parlement;

Version 2018 uniquement le niveau projet/action sera transmis au


Parlement (nomenclature de programmation). Tandis que le niveau ligne sera
transmis avec le PLR (nomenclature d’exécution).

 Pour les recettes du Budget Général, il n’y a pas de morasses. Le seul


détail communiqué est celui figurant dans la LF (tableau A).
17
Exécution de la Loi de Finances

Les intervenants dans le processus budgétaire

 Direction du Budget: Etude et négociation des propositions budgétaires, élaboration de la loi


de finances, contrôle et visa des actes portant sur les mouvements des crédits en cours
d’année;
 Ordonnateurs et sous-ordonnateurs:
 Les ministres sont ordonnateurs de droit;
 Les directeurs généraux et directeurs peuvent être nommés ordonnateurs;
 Les ordonnateurs peuvent nommer des sous –ordonnateurs (Chefs de services
extérieurs notamment);
 Responsables de l’engagement, de la liquidation et de l’ordonnancement de la
dépenses.
 Trésorerie Générale du Royaume:
 Responsable du contrôle de régularité sur les propositions d’engagement de dépenses
des gestionnaires (disponibilité des crédits, imputation budgétaire, exactitude des
calculs,…);
 Responsable du contrôle de validité de la dépense;
 Responsable du paiement de la dépense.
18
Exécution de la Loi de Finances
1 Mise en place des crédits:
Principes de gestion des crédits :

 Caractère limitatif des crédits à l’exception des crédits se rapportant à la dette et


aux remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux « Les dépenses ne peuvent
être engagées , ordonnancées et payées que dans la limite des crédits ouverts » (art.58 de la LOF).

 Possibilité d’ouverture des crédits supplémentaires (fonctionnement et


investissement) par décret en cours d’année pour faire face à des conditions
impérieuses et imprévues d’intérêt national, sous réserve d’en informer
préalablement le Parlement (art.60 de la LOF). Le décret est soumis à la ratification
du parlement à l’occasion de la prochaine loi de finances.

 Possibilité pour le gouvernement de surseoir à l’exécution de certaines dépenses


d’investissement lorsque la conjoncture économique et financière l’exige sous
réserve d’en informer préalablement le Parlement (art. 62 de la LOF).

 Annulation des crédits non consommés en fin d’année à l’exception des dépenses
d’investissement (notion de report/plafonné).
19
Exécution de la Loi de Finances
1 Mise en place des crédits:

Mouvement des crédits en cours d’année:

 Les virements de crédits (art.45 de la LOF et art.23 du Décret):


• à l’intérieur d’un même programme (sans plafond) : liberté totale de virement entre
lignes d’un même projet/action et entre projets/actions d’une même région, et virement
sans limite subordonné à l’accord du MEF entre régions d’un même programme;
• entre les programmes d’un même chapitre (avec plafond de 10% ): virement plafonné et
soumis à l’accord préalable du MEF.

Actuellement les virements sont autorisés entre dotations budgétaires d’un même chapitre
(articles et paragraphes) après accord préalable du Ministère des finances.

 Les virements de crédits globalisés (art.23 du Décret) : suppression de l’accord préalable


du ministère des finances pour les virements de crédits effectués entre lignes d’un même
projet/action et entre projets/actions d’un même programme et d’une même région.

Condition arrêté conjoint fixant la liste des dépenses sensibles

20
Exécution de la Loi de Finances
1 Mise en place des crédits:

Mouvement des crédits en cours d’année:


 Fonds de concours (art.34 de la LOF) : les dotations budgétaires peuvent être
majorées par arrêté du ministre des finances, de crédits additionnels correspondants
aux fonds versés par des personnes morales autres que l’Etat ou physiques pour
concourir à des dépenses d’intérêt public, ainsi que le produit des dons et legs;
 Ouverture de crédits par versement à partir d’un CAS ou d’un SEGMA (art.27 et 22) :
en addition aux crédits accordés par la LF.
 Prélèvements sur le chapitre des dépenses imprévues et dotations provisionnelles
(art.42) : soumis à décret et peuvent être utilisés (budget de fonctionnement) pour
couvrir des besoins urgents ou non prévus lors de l’établissement du budget.

 Les reports de crédits (art.63):

• les crédits d’investissement engagés et n’ayant pas fait l’objet d’ordonnancement à


la fin de l’exercice budgétaire sont reportés sur l’année suivante, et s’ajoutent aux
crédits neufs par arrêté du MEF;
• limitation du plafond de report des crédits d’investissement à 30 % des crédits de
paiement ouverts avec possibilité de réviser à la baisse ce plafond par une loi de
finances (à partir de 2018). 21
Exécution de la Loi de Finances

1 Mise en place des crédits:

Mouvement des crédits en cours d’année:

 Les arrêtés de relèvements de plafonds des charges des SEGMA et des CST
(Comptes d’affectation spéciale et comptes de dépenses sur dotation):
ouverture de crédits additionnels correspondants;

 à l’excédent des recettes sur les paiements effectués au titre de l’année


budgétaire précédente;

ou au supplément des recettes réalisées par rapport aux crédits ouverts
par la LF.

22
Exécution de la Loi de Finances

2 Processus d’exécution de la dépense:

Les dépenses de l’Etat sont exécutées selon le principe de séparation de l’ordonnateur et du


comptable dont les fonctions sont incompatibles

Phase ordonnateur:

 Délégation des crédits aux sous-ordonnateurs;

 Engagement de la dépense: acte juridique et budgétaire par lequel l’Etat s’engage


juridiquement vis-à-vis d’un tiers fournisseur ou prestataire de services (bon de
commande ou marché);

 Liquidation de la dépense: acte par lequel le montant de la dépense est définitivement


fixé, après constatation du service fait (réception du bien ou de la prestation);

 Ordonnancement: acte par lequel l’ordonnateur donne l’ordre de payer au comptable


matérialisé par une ordonnance de paiement .
Exécution de la Loi de Finances

2 Processus d’exécution de la dépense:

Phase contrôle des engagements de dépenses:

 Disponibilité des crédits;


 Imputation budgétaire;
 Exactitude des calculs des propositions d’engagement;
 Régularité des propositions d’engagement.

Phase comptable public:

 Paiement de la dépense après contrôle de la validité de la dépense portant


sur: l'exactitude des calculs de liquidation, visa d’engagement, qualité de
l’ordonnateur, imputation budgétaire, justification du service fait et de la
disponibilité des crédits,…

24
Exécution de la Loi de Finances

3 Processus du contrôle de la loi de finances:

 Soumission de la préparation et de l’exécution du budget à une multitude de contrôles en


vue de:

 Respecter les autorisations ;


 Assurer un meilleur usage des deniers publics;

Contrôle Parlementaire

Contrôle Administratif Examen LF et LR Questions et


Contrôle Juridictionnel
enquêtes

Contrôle a priori Contrôle a posteriori Cours


Cour des
IGF/IGM Comptes Régionales
des comptes
25
Exécution de la Loi de Finances

3 Processus du contrôle de la loi de finances:

 Contrôle administratif:
 Contrôle interne des Administrations;
 Contrôle de la TGR;
 Contrôle de l’Inspection Générale des Finances et des Inspections Générales des
Ministères (IGM).

 Contrôle juridictionnel exercé par la Cour des Comptes :


 contrôle juridictionnel (jugement des comptes publics et discipline budgétaire)
 contrôle de gestion exercé sur les ordonnateurs et sous ordonnateurs;
 rapport sur l’exécution de la loi de finances accompagnant le projet de Loi de
règlement présenté au parlement et déclaration générale de conformité

 Contrôle exercé par le Parlement :


 Examen et vote de la loi de Finances;
 Questions orales et écrites;
 Commissions d’enquêtes parlementaires;
 Vote du retrait de confiance ou la motion de censure;
26
 Examen et vote de la loi de règlement.

Vous aimerez peut-être aussi