Vous êtes sur la page 1sur 30

Objet et méthodes de la

psycholinguistique

Mme. MEDANE
Université Hassiba Benbouali-Chlef- (Algérie)
Introduction
La psycholinguistique est une discipline relativement nouvelle
(1951). La condition essentielle qui a permis la naissance de la
psycholinguistique a été la collaboration interdisciplinaire
entre psychologues et linguistes. Dans une définition
historique de la psycholinguistique, on peut caractériser cette
discipline par les circonstances de son apparition dans
l'histoire des sciences, par les tendances et les besoins qui se
manifestaient à une certaine époque (les années cinquante)
dans les sciences humaines, et finalement par le déroulement
chronologique des perspectives de recherche et par l'ensemble
des méthodes et des résultats marqués jusqu'à présent du label
"psycholinguistique".
Naissance de la
psycholinguistique
La psycholinguistique a été créée par une assemblée de
spécialistes qui, outre son acte de naissance, ont
minutieusement recensé les différents problèmes que la
nouvelle discipline devait aborder et ont même planifié dans
une certaine mesure les expériences de psycholinguistique que
l'on devait réaliser.
En effet, sa création a eu lieu en 1951, date à laquelle
s'est tenu à l'université de Cornell (États-Unis) un
"séminaire d'été", bientôt suivi de la création d'un
comité de psychologues comme Osgood, Caroll, Miller
et de linguistes comme Sebeok et Lounsbury.
D'un autre séminaire, tenu en 1953, est issu le livre de
base de Osgood, Sebeok et collaborateurs :
Psycholinguistic, qui comporte un vaste programme de
recherches inspirées par une tentative de synthèse entre
la psychologie de l'apprentissage, la théorie de
l'information et la linguistique.
Psycholinguistique/
Psychologie du langage
Ces termes sont parfois utilisés indifféremment. En fait, il y a une
distinction qui correspond à deux approches différentes.
•La psycholinguistique s’est beaucoup intéressée à ce qu’on a
appelé « la réalité psychologique » des théories linguistiques.
Autrement dit, on partait d’un point de vue formel sur la langue,
celui de la linguistique et on tentait de voir de quelle façon le
fonctionnement linguistique était inscrit dans un fonctionnement
psychologique.
•La psychologie du langage est l’étude du comportement langagier
d’un individu dans sa globalité alors que la psycholinguistique est
une branche hybride qui lie la psychologie du langage avec la
linguistique.
Les grandes étapes de
l’évolution de la
psycholinguistique
•Les premières recherches en psycholinguistique ont
largement été influencées par la théorie de l’information,
la langue est considérée comme un code permettant de
générer des messages et le comportement verbal comme
une activité d’encodage et de décodage.
•Les années 60 ont été marquées par l’attention que les
psycholinguistes ont accordé à la grammaire générative
transformationnelle de Chomsky afin de démontrer sa
réalité psychologique (la psycholinguistique
chomskyenne).
•La psycholinguistique actuelle : A partir des
années 70, la psycholinguistique va marquer une
réaction contre l’assujettissement antérieur à la
linguistique générative et va s’intégrer plus
étroitement dans le cadre de la psychologie
cognitive. L’approche en termes de traitement de
l’information constitue le terrain commun de
toutes les recherches. La psycholinguistique
actuelle se caractérise aussi par l’étude des
variables sémantiques et pragmatiques qui sont
enjeux dans l’organisation de la phrase et du
discours.
Définition et objectifs
Psychologie cognitive : discipline qui caractérise les
processus mentaux (fonctionnement du système) et
les composantes (architecture du système)
impliquées dans le traitement de l’information.
Linguistique : discipline qui donne une description
formelle du langage : niveau phonologiques,
orthographique, syntaxique et sémantique,
pragmatique (étude des aspects implicites)
1- Définition

La psycholinguistique est une discipline qui combine


la psychologie et la linguistique pour étudier l'emploi
du langage et, en particulier, les processus
psychologiques qui sous-tendent la production, la
compréhension, la mémorisation et la reconnaissance
du matériau linguistique. Dans l'analyse de chacun de
ces domaines, on peut distinguer au moins trois
niveaux : la composante phonologique, la composante
syntaxique et la composante sémantique.
C’est une discipline qui caractérise les processus cognitifs et
les représentations mis en œuvre dans les activités langagières.
On s’appuie sur les connaissances de la psychologie sur le
fonctionnement cognitif et sur les connaissances de la
linguistique pour caractériser la langue.
Science qui étudie les rapports entre les structures
linguistiques et les processus psychologiques de production et
de compréhension d'énoncés. La psycholinguistique s'intéresse
en particulier aux processus par lesquels les sujets parlants
attribuent une signification à leur énoncé, aux « associations
de mots » et à la création des habitudes verbales, aux
processus généraux de la communication (motivations du
sujet, sa personnalité, situation de la communication, etc.)
(Ling.1972)
L’expression orale et écrite de nos pensées est articulée à
travers le langage. La psycholinguistique étudie les
comportements humains en relation avec cet objet «langage».
Ces comportements définissent différents domaines d’étude :
l’acquisition et le développement des activités langagières
orales et écrites, la lecture, la compréhension, la production de
textes, ainsi que les pathologies ou les dysfonctionnements
d’acquisition, de perception et de production.
Objectifs de la
psycholinguistique :
En recherche fondamentale (en laboratoire) :
•Quelle est la nature et l’organisation des
processus cognitifs et des représentations
utilisées pour lire, écrire, parler, comprendre,
apprendre… ?
•Est-ce-que les processus et les représentations
sont-ils communs ou spécifiques aux langues, aux
individus (différences d’âges, états émotionnels,
stress, niveaux d’études, différences H/F) ?
En recherche appliquée :
•Lutte contre l’illettrisme. Handicap sociale. Bonne
connaissances des processus et des représentations qui sont
mis en œuvre pour faire un diagnostic précis des difficultés.
•Améliorer les apprentissages : concerne les méthodes de
lecture
•Remédiation cognitive : trouble spécifique langagier suite à
une lésion cérébrale (accidents, AVC) : dyslexie
•Communication. Utilisé par publicitaires (durée d’affichage
d’un texte selon les individus concernés), journalistes (travail
sur l’importance du titre sur la compréhension de l’article).
Domaines et méthodes
A- Grands domaines d’études

Les 3 premiers sont des domaines principaux


de la linguistique.
1.Perception du langage : Etude des processus qui
transforment un signal perceptif en une représentation
interne (représentation cognitive donc abstraite d’un mot,
d’un son).
1.Compréhension du langage : Distinguer
compréhension du langage oral ou écrit. Nécessite un
stimulus. Interpréter des textes en utilisant des
connaissances linguistiques (connaissances de notre
langue) et extralinguistiques (connaissances du monde en
général).
2. Production du langage : Distinguer production du langage
orale et écrite.
On peut étudier la production des phrases à l’écrit en
s’intéressant aux pauses que l’on considère comme étant des
processus de planification ou du « mot sur le bout de la
langue » : échec de production.

3. Acquisition du langage : Domaine qui fait partie de la


psychologie du développement. Différenciation oral/écrit.
Problèmes : déterminer comment l’enfant va faire pour
segmenter le flot de parole continu à l’oral pour identifier les
mots, acquisition de la lecture et de l’écriture qui se fait en
parallèle.
5. Langage et fonctionnement cérébral : On essaye de
mettre en relation des processus cognitifs et des structures
neurophysiologiques. On essaye de localiser les processus
cognitifs au niveau cérébral en utilisant des techniques
particulières comme l’imagerie cérébrale (IRM).

6. Langage et émotions : Déterminer à quel moment le


système affectif va intervenir dans le traitement du langage
de façon précoce ou plus tardive. L’état émotionnel peut
amplifier ou pas le traitement du langage.

Ces six domaines peuvent se combiner entre eux et se sous-


diviser : distinction orale/écrit, fonctionnement
(lecture)/disfonctionnement (dyslexie).
Thèmes de la psycholinguistique
L’acquisition du langage: Phonologie, Lexique,
Syntaxe, Développement métalinguistique: le langage
comme objet de réflexion

Les mécanismes de traitement du langage:


compréhension et production; la reconnaissance/ la
production des sons de la parole, la reconnaissance/ la
production des mots parles, l’analyse/ la construction
des phrases, la compréhension de textes/ la
planification et l’organisation du discours.
Les troubles du langage: Troubles lies à des lésions du
cerveau, Troubles du développement, Troubles du
vieillissement

Cerveau et langage: Les bases neuro-anatomiques et


neuro-physiologiques du fonctionnement, Les
déterminants génétiques du langage
Langage et pensée: Est-ce qu’il y a une vie (mentale)
sans le langage? Est-ce que le langage détermine notre
vision du monde?

Le langage dans ses différentes modalités: la lecture et


la production écrite, les langues visuelles des
communautés sourdes

Le multilinguisme

Psycholinguistique appliquée: Apprentissage,


Traduction, Enseignement
B. Les méthodes
La méthode principale : la méthode expérimentale :
Définition de la psycholinguistique : « étude expérimentale
des processus psychologiques par lesquels un sujet humain
acquiert et met en œuvre les systèmes d’une langue ».
(Caron, 1997).
« Elle s’intéresse également à la question de savoir si l’être
humain est le seul animal capable d’une telle performance »
(Poulin-Dubois, 1994).
L’observation :
Etape préliminaire à la méthode expérimentale. On part de
l’observation pour faire une expérience. L’observation se fait
au niveau des individus mais aussi au niveau de la langue.

Les simulations informatiques :


On va reproduire les performances langagières de sujets
humains qui sont cérébraux-lésés. Utilisation de modèles
computationnels qui permettent de simuler les performances.
Méthode complémentaire de la méthode expérimentale.
Ces méthodes permettent de faire des inférences sur les
processus cognitifs langagiers.