Vous êtes sur la page 1sur 13

Cancer gastrique précoce

Etude critique

I.Haddam
Introduction

• Le cancer de l’estomac est la 3eme cause de décès pour cancer dans le monde.

• Pronostic mauvais : 20-25% de survie tout stade confondus

pays asiatiques à forte incidence :


50 cas/100.000/an
• Distribution géographique inégale
pays occidentaux incidence modérée:
8-10 cas/100.000/an
Introduction

PEC multimodale (RCP)


• Amélioration du pronostic
Diagnostic: stade précoce
Guérison 96-99%

Japon : 60% des cancers gastriques

• Cancer gastrique précoce


Occident : 10-15% des cancer gastriques
Définition
• Adénocarcinome (90-95%) étendus à la muqueuse et à la sous-muqueuse
sans la dépasser, quelque soit l’atteinte ganglionnaire.

• Classification TNM (7eme édition)


Tis : Cancer intra-épithéliale sans franchir la membrane basale.
Risque de N+ nul
T1a : atteinte de la muqueuse jusqu’à la musculeuse muqueuse.
Risque de N+ 2-3%
T1b : atteinte de la sous-muqueuse respectant la musculeuse.
Risque de N+ 20%

• Classification endoscopique (paris système 2002)


stade 0-I : type polyploïde
stade 0-II : cancer plan 60% +++
stade 0-III: ulcero-cancer
Diagnostic
• Diagnostic difficile :
- clinique: asymptomatique ou atypique (dyspepsie, douleur)
- endoscopie classique : sensibilité intérêt de la chromo-endoscopie et NBE +
- écho-endoscopie : intérêt dans le staging
distingue mal le T1a du T1b
biopsie: faux (-)
- EMR (mucosectomie) et l’ESD (dissection sous-muqueuse)
intérêt Diag.
staging et thérapeutique +++

• Population à risque : gastrite chronique atrophique, anémie pernicieuse, helicobacter, cancer


héréditaire, polypose familiale (PAF, Peutz- Jeghers…)
Matériel et Méthode
• 266 cancer gastrique pris en charge à la clinique Djilali Rahmouni entre 2000-
2015 ,

• 14 cancer précoce 5%.

• Sexe: 09 femmes et 5 hommes Age: moyen 52 ans (24-76 ans)

• Retentissement minime: 100% OMS I BMI 28 kg/m²

• Siege: antral =12 cas fundique= 02cas

• Geste: Gastrectomie polaire inf. = 11 cas , Gastrectomie totale= 03 cas


Curage : D2 = 12 cas/D1= 02 cas
Résultats morbi-mortalité

• Mortalité opératoire : 01 malade à j28 post-opératoire

• Morbidité: 02 cas (12%)


- Fistule duodénale sur GT+D2 chez une femme de 46 ans , tarie
spontanément à j15.

- Péritonite par lâchage du moignon duodénal sur GPI+D1 chez un homme


54 ans , reprise à j03, décès à R28.
Résultat-Anapath
• Taille moyenne de la tumeur: 18 mm

• Adénocarcinome 14 cas : bien différencié 07 cas, moy. Différencié 06 cas,


peu différencié 01 cas.

• Classification T: Tis: 03 cas T1a: 05 cas T1a : 06 cas

• Classification N: nbre moy Ganglions = 23gg (D2= 25 gg vs D1= 13 gg)


N+ : 01 cas 07% ( T1bN1)

• Statut anapth Définitif: R0 14 malades (100%)


Résultat-survie

• Follow-up = 98 mois (42-162 mois) 01 malade est à moins de 05ans

• Survie globale = 100%

• Survie sans récidive = 100%


Discussion

• CGP = 5% des cancers gastriques opérés: Tx très insuffisants

• 85% de gastrectomie D2 tendance actuelle EMR, Gast. D1, D1+

• 100% Diag. Sur pièce insuffisance du staging préopératoire


Discussion: le contexte japonais

• Dépistage de masse (réseau national) endoscopie, chromoendoscopie +++

• Endoscopic mucosal resection (EMR) diagnostique et staging +++

• Définition des critères de l’EMR thérapeutique (Gotoda et al.)

• Endoscopic submucosal dissection (ESD) pour les lésions > 02cm

• Gastrectomie D1 et D1+ pour les lésions précoces

• Tx de CGP 60% survie tout stade confondu 50%


Recommandation de l’association japonaise pour le cancer gastrique
2010
KC gastrique
M0 cT1

N+
N0

cT1a cT1b

Différencié Différencié
≤ 2 cm ≤ 2cm
ulcération -

oui non oui non

Résection Gastrectomie Gastrectomie


Gastrectomie
endoscopique D1+ n 07 D2
D1
Conclusion
• Algérie contexte épidémiologique différent : adapter le model japonais

• Améliorer le diagnostic du cancer précoce augmentation de la survie

- dépistage des populations à risque (états précancéreux)

- formation des médecins à la détection des lésions précoces

- création d’un réseau national pour le dépistage des population à risque.

- généralisation des techniques endoscopiques récentes : chromoendoscopies,


NBE +++

- développer les techniques d’endoscopie interventionnelle: EMR,ESD +++

- prise en charge multimodale de patient RCP +++