Vous êtes sur la page 1sur 15

Supervision bancaire

Apports de la nouvelle loi bancaire


Supervision bancaire :
Agrément

• Le dossier de création d’une banque soumis à BAM doit comporter :


--Documentation juridique (statuts , actionnariat etc..)
--Présentation du business plan y afférent ainsi que les moyens humains,
techniques et financiers nécessaires pour sa mise en œuvre
• --Dispositifs de contrôle interne, de gestion des risques, de lutte contre le
blanchiment de capitaux ainsi que de protection des données personnelles
--Dossier d’approbation des commissaires aux comptes dont la désignation
est envisagée
--Avis de l’autorité de supervision du pays d’origine lorsque l’établissement
postulant est une institution financière étrangère
--Avis du Conseil supérieur des Ouléma pour la création de banques
participatives
la lutte contre le blanchiment des capitaux et
le financement du terrorisme
• la Banque Centrale est chargée de veiller au respect par les
établissements placés sous son contrôle de la législation en matière
de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du
terrorisme. Dans ce cadre, les établissements de crédit sont tenus en
vertu de la loi, de mettre en place un dispositif de vigilance et de
veille interne
Instauration d’un dispositif de surveillance des
risques systémiques
• Mise en place du Comité de coordination et de surveillance des
risques systémiques » dont la mission est d’assurer la surveillance
macro prudentielle du secteur financier. Le risque systémique est
défini comme étant « le risque de perturbation des services financiers
causée par une déficience de l’ensemble ou d’une partie du système
financier qui peut avoir des conséquences graves sur l’économie ».
Un cadre juridique pour «Bad Bank»
structure de défaisance
• En s’inspirant d’une pratique qui s’est développée à travers le monde,
le législateur marocain introduit la notion de « Bad Bank » (appelée
en français « structure de défaisance » ou « structure de
cantonnement »), ce qui va permettre aux banques qui connaissent
des difficultés de cantonner les actifs compromis (qualifiés
aussi d’ « actifs toxiques » ou d’ « actifs pourris ») dans une structure
séparée.
Création de fonds de garantie de dépôts
clientèle
• Deux fonds pour garantir les dépôts de la clientèle bancaire gérés par une
société privée.
Pour assurer la couverture des fonds déposés auprès des banques, la loi
prévoit la mise en place de deux fonds de garantie ;
• le premier appelé « Fonds de garantie des dépôts des banques
participatives » destiné à indemniser les clients des banques
participatives ;
• le second appelé « Fonds collectif de garantie des dépôts » réservé à la
protection des déposants des banques conventionnelles.
• La gestion de ces fonds de garantie sera confiée à une société gestionnaire
créée sous la forme d’une société anonyme, dont le tour de table est
constitué par la Banque Centrale et les établissements de crédit.
Amélioration de la relation entre les établissements
de crédit et leurs clients
• Les établissements de crédit sont tenus d’établir à l’occasion de
chaque ouverture de compte (dépôt ou titres), une convention
reprenant des clauses minimales de la convention-type arrêtée par la
Banque Centrale. D’un autre côté, ils doivent mettre en place un
système de traitement des réclamations de la clientèle et adhérer à
un dispositif de médiation bancaire ayant pour objet le règlement à
l’amiable des litiges.
Gestion des risques clients
• BAM est tenue de mettre en place d’un dispositif de prévention des risques composé de :
• Service de Centralisation des Incidents de Paiement de Chèques qui a pour objet de lutter contre les chèques sans provision,

Service de Centralisation des chèques irréguliers qui a pour but de protéger les entreprises contre les fraudes en matière de
paiement par chèque,

Service de Centralisation des effets de Commerce impayés qui a pour finalité de lutter contre les défauts de paiement par lettres
de change et billets à ordre,

Service de Centralisation des avis de prélèvement impayés qui a pour objet de lutter contre les défauts de paiement par ces avis,

Service de Centralisation des comptes bancaires qui a pour objet de recenser l’ensemble des comptes de dépôt ouverts auprès
des établissements bancaires,

Service de Centralisation des risques de crédit qui a pour finalité de mettre à la disposition des établissements bancaires des
informations nécessaires en matière de gestion des risques crédit sur les particuliers et les entreprises
Assouplissement du secret bancaire
Dérogation au secret professionnel des banques
• Communication par les banques des informations auparavent
couvertes par le secret profesionnel aux
• Aux agences de notation,
• Aux personnes impliquées dans des opérations deprise de
participation, prise de contrôle, cession de créances, cession de fonds
de commerce etc.).
• Aux Etats étrangers ayant conclu des conventions prévoyant l’échange
de renseignements en matière fiscale.
Litiges banque –clientèle :
arrangement à l’amiable

• Les établissements de crédit sont tenus de se doter d’un dispositif interne


de traitement des réclamations permettant un traitement efficace et
transparent des réclamations formulées par leur clientèle.
• Possibilité de recours à la Médiation bancaire auprésdu Centre Marocain
de Médiation Bancaire,«CMMB» crée en 2014 qui n’intervient qu’après
épuisement des recours internes au niveau des banques . Le client doit
obligatoirement saisir son établissement de crédit du différend qui l’y
oppose avant de saisir le CMMB. Ce dispositif est volontaire
• •Le service est gratuit pour un montant maximum de 100 000dhs et payant
au delà
Litiges banque –clientèle :
Recours à Bank al Maghrib

• Toute personne s’estimant lésée, du fait d’un manquement par un


établissement de crédit aux dispositions de la loi bancaire et des textes pris
pour son application, peut saisir Bank Al-Maghrib qui réservera à sa
demande la suite qu’elle jugera appropriée.
• •A cette fin, Bank Al-Maghribpeut procéder à des contrôles sur place ou
demander à l’établissement concerné de lui fournir, dans les délais fixés par
ses soins, tous les documents et renseignements qu’elle estime nécessaires
pour l’examen de ces demandes.
• •Le plaignant doit adresser à Bank Al-Maghribune réclamation écrite en
sus de tout document justifiant les griefs avancés.
Traitement des difficultés bancaires

• •Lorsque Bank Al-Maghrib constate que la gestion ou la situation financière d’un


établissement de crédit n’offrent pas de garanties suffisantes sur le plan de la
solvabilité, de la liquidité ou de la rentabilité, ou que son système de contrôle
interne présente des lacunes graves, elle lui adresse une injonction et exige la
communication d’un plan de redressement et l’intervention des actionnaires
ayant au moins 5% du capital de la banque .
• •En cas d’aggravation de la situation de la banque , BAM prendre des mesures
plus radicales notamment :
• •Suspension de dirigeants et nomination d’administrateur provisoire
• •Contrôle de l’activité de la banque (limitation de crédit etc…)
• •Retrait d’agrément ( liquidation ou préparation de fusion absorption) et mise en
jeu de l’ indemnisation des déposants jusqu’un certain seuil par le fonds de
garantie géré par BAM
Création d’etablissements de paiement

• Ces etablissements peuvent exécuter :


• Des Opérations de change

• Opérations de paiement par carte et l’exécution de virements,


Création de banques participatives
• Activité conforma à la chariaa
• Supervision par BAM et le conseil des oulémas
• Création de banques ou de simples fenêtres selon le choix
Produits des banques participatives
• Selon le cadre législatif dédié à la finance participative, les
établissements financiers peuvent commercialiser quatre principaux
produits :
• Mourabaha,
• Ijara,
• Moucharaka,
• Moudaraba.
• Les modalités de leur commercialisation et les conditions pour les
dépôts des clients ont été fixées par des circulaires publiées au
Bulletin officiel en mars 2017.