Vous êtes sur la page 1sur 27

La modulation de fréquence

Le premier système exploitable de radiocommunications par


modulation de fréquence (MF) a été décrit par Edwin
H. Armstrong en 1936.
L'avantage le plus important du système MF est sa plus grande
tolérance vis-à-vis des interférences et de l'électricité statique.
De nombreuses perturbations radioélectriques, telles que celles
causées par les orages et les systèmes d'allumage de véhicules, créent
des signaux radio de modulation d'amplitude, qui sont reçus comme
du bruit par les récepteurs MA.
Un récepteur MF correctement conçu n'est pas sensible à de telles
perturbations lorsqu'il est réglé sur un signal MF suffisamment
puissant.
Le rapport (intensité du signal / intensité du bruit) d'un système MF
est beaucoup plus élevé que celui d'un système MA.
Les stations de radiodiffusion MF peuvent fonctionner dans les
bandes de très haute fréquence sur lesquelles les interférences MA
sont souvent importantes.
Les stations radio commerciales MF sont affectées de fréquences entre 88 et 108Mhz
 La gamme de transmission sur ces bandes est limitée de sorte que les stations
fonctionnant sur la même fréquence puissent se trouver à quelques centaines de
kilomètres les unes des autres sans provoquer d'interférences mutuelles.
Le coût relativement bas des équipements nécessaires à une station de radiodiffusion
MF, ont entraîné la croissance rapide, aux États-Unis, de ce type de stations au cours
des années qui suivirent la Seconde Guerre mondiale.
 Moins de trois ans après la fin de la guerre, 600 stations MF autorisées diffusaient
et dès la fin des années 1980, elles étaient plus de 4 000. La Grande-Bretagne ainsi
que d'autres pays ont connu des tendances similaires.
En France, la situation était plus compliquée du fait du monopole d'État concernant
la radiodiffusion.
 Les radios publiques sont passées relativement tard sur la bande MF et c'est
l'avènement des radios « libres » qui a permis l'efflorescence de stations FM.

En raison de l'encombrement de la bande de radiodiffusion MA et de l'incapacité


des récepteurs MA à éliminer le bruit, la fidélité musicale des stations est limitée.
La MF ne présente pas ces inconvénients et peut être utilisée pour la transmission
de musique, en reproduisant l'interprétation originale avec un degré de fidélité
inégalé sur les bandes MA.
 C'est la raison pour laquelle la diffusion stéréophonique MF a attiré un nombre
croissant d'auditeurs.
1-LA MODULATION DE FREQUENCE (FM)
 FORMULATION MATHEMATIQUE ET PROPRIETES SPECTRALES

En modulation de fréquence (FM), c’est la fréquence du signal modulé s(t)


qui varie au rythme du signal modulant. La fréquence instantanée est donc une
fonction du temps :
f(t) = fp + k*fm(t)
où k est une constante et fm(t) :message du signal modulant.

La pulsation étant la dérivée de la phase instantanée du signal, nous avons :

La pulsation d’une onde sinusoïdale n’est qu’une vitesse angulaire.

La pulsation ωP étant une constante, nous avons :

Le signal modulé a donc pour expression :


Si le signal modulant est sinusoïdal, fm(t) = Am cosωmt alors :

Puisque l’on a :

 on dit que f(t) a une excursion de k*Am autour de fP.

On appelle déviation, ou excursion maximale de la fréquence autour de la


fréquence porteuse, la quantité : Δf = δ = k*Am

L’indice de modulation m est défini par :

L’expression générale de l’onde modulée est donc :

Remarque : L'indice m peut prendre n'importe quelle valeur, et notamment des


valeurs très supérieures à 1.
Exemple 1:
Soit le signal modulé FM : S(t)=120 Sin(6.108 t+5 Sin1250t) volts.
Quelles sont la fréquence de la porteuse? la fréquence modulante ?l’indice de
modulation ?et l’excursion de fréquence?
Quelle est la puissance moyenne si le signal FM alimente une antenne de résistance
73W.?

Exemple 2:
Un signal FM dont l’excursion de fréquence est d=5.4khz est modulé par une onde
Sinusoïdale d’amplitude Am=2.5 V et de fréquence fm=600Hz.
Quel est l’indice de modulation?
Que devient l’indice de modulation si l’amplitude du signal modulant passe à
A’m=7.5V et que sa fréquence reste inchangée?
Que devient l’indice de modulation du signal originel si la fréquence du message
modulant double sa valeur, tout en conservant l’amplitude Am=2.5V?
Que devient l’indice de modulation du signal originel si la fréquence du message
modulant double sa valeur et que son amplitude triple sa valeur?
Aspect temporel de la modulation de fréquence :

Le schéma bloc général d’un modulateur FM se représente comme suit :

La porteuse est de forme sinusoïdale alors que le signal modulant peut être
analogique de forme quelconque ou numérique.

On appelle excursion de fréquence Df: la variation instantanée de la fréquence de


la porteuse par rapport à la fréquence de celle-ci non modulée.

Cette variation est symétrique par rapport à la fréquence de la porteuse non


modulée et se note ±Df.
L’excursion de fréquence dépend de l’amplitude du signal modulant
Le spectre d’un signal FM est toujours symétrique par rapport à la fréquence
porteuse:

Chacune des amplitudes APJn est prise en valeur absolue. Les signes -
n’intéressent pas le spectre en fréquence car ils affectent seulement la phase
(déphasage de 180°).

4-Propriétés d’un spectre FM


Le spectre FM est théoriquement infini.
Toutefois, les fonctions de Bessel Jk(m) étant globalement décroissantes avec k,
on peut négliger les amplitudes des raies latérales de rang élevé sans pour
autant affecter l'allure générale du signal.
La règle de Carson définit le spectre utile d'un signal modulant sinusoïdal de
fréquence fm:
B = 2(m+ 1) fm = 2(fm +δ)
Le spectre contient donc les raies comprises entre :
ωp – (m+ 1)*ωm et ωp + (m+ 1)*ωm
La règle de Carson se simplifie dans les deux cas suivants :
 Si m << 1, le spectre ne comporte que la porteuse et les deux bande latérales:
la modulation est dite à bande étroite ;
 Si m >> 1, la largeur de la bande de Carson est pratiquement : B = 2δ et
comporte un grand nombre de raies : la modulation est dite à large bande.

Remarques :
1-Si l’excursion en fréquence augmente (donc l’indice de modulation), alors le
nombre de raies augmente.
2- Si la fréquence de l’onde modulante augmente, alors le nombre de raies du
spectre diminue.

5-Réalisation d’un modulateur FM :


 Oscillateur contrôlé en tension (VCO)

Un VCO idéal est un oscillateur dont la fréquence est une fonction linéaire de
la tension de commande : F=Fo+aV La fréquence Fo est appelée fréquence du
VCO libre.

Les VCO HF
La fréquence d’un oscillateur HF est déterminée par un circuit oscillant LC,
pour faire varier sa fréquence il suffit de modifier l’un de ces deux paramètres.
L’une des conséquences de ce phénomène est la variation de la fréquence d’accord
d’un étage d’amplification HF, ou d’un oscillateur, en fonction du courant de
polarisation du composant actif.
Il est possible également de simuler une self avec des composants actifs,
 une variation d’un gain ou d’une tension suffit alors à en modifier la valeur.
Variation d’un condensateur
On utilise des diodes polarisées en inverse dont la capacité de jonction varie
approximativement comme l'inverse de la racine carrée de la tension appliquée.
Ces diodes spécialement construites sont appelées diodes à capacité variable ou
parfois Varicaps (Marque déposée).
 Les capacités sont faibles, quelques pF ou dizaines de pF, au maximum 500pF.

Lorsque la tension de polarisation passe de 2 à 20V la capacité peut varier


d’un facteur 5, (par exemple de 100pF à 20pF).
La tension ne varie pas seulement en fonction d’une tension de polarisation
moyenne appliquée, mais de la valeur instantanée de la tension.
Le circuit est donc paramétrique.

Il faut toujours éviter que les diodes conduisent dans le sens direct lorsqu’elles
sont soumises à la tension alternative présente dans le montage.

 La figure ci-dessous montre comment faire varier la fréquence d’un oscillateur


Colpitts avec un pont de Varicaps.
Compte tenu de la faible capacité de ces varicaps la variation de fréquence
restera faible, 10% au maximum le plus souvent.

Les VCO BF
En agissant sur une tension de polarisation il est très facile de faire varier
la fréquence d’un oscillateur BF .
Le schéma ci dessus peut fonctionner pour des fréquences basses,
 l’amplificateur opérationnel est monté en source de courant, le courant I délivré
est proportionnel à V1 I=V1/R1 ,
il charge le condensateur C placé dans le circuit émetteur .
Lorsque la tension aux bornes de C atteint la tension d’amorçage Vp ,
le condensateur se décharge jusqu’ a la tension de vallée, puis se charge de nouveau.
La période est le temps de charge de Vv à Vp soit :

Soit compte tenu de la valeur de I la fréquence de récurrence :

Oscillateur à variation de réactance :


La méthode la plus connue consiste à utiliser un oscillateur à circuit bouchon
(circuit LC) pour réaliser la porteuse HF. La fréquence d'oscillation est :
Le principe de la modulation consiste à faire varier la fréquence en modifiant la
réactance de la bobine ou du condensateur. On utilise pour cela une diode à
capacité variable (diode varicap) dont la capacité varie en fonction de sa
tension de polarisation:

Avec :
•C0 : capacité au repos, pour V = 0
•V : tension de polarisation inverse
•V0 : barrière de potentiel (V0 = 0,7 V), n varie de 0,5 à 2 en fonction de la technologie appliquée.

Pour de faibles valeurs de V, on peut écrire :

Donc la capacité de la diode varicap se met sous la forme :


6-Modulateurs de fréquence à PLL :
Boucle à verrouillage de phase PLL :
Principe :
La boucle à verrouillage de phase ou Phase Locked Loop .
(invention française datant de 1932) permet d’asservir la fréquence d’un VCO
à la fréquence d’un signal de référence dans une certaine plage autour de la
fréquence centrale f0.
Les éléments de la PLL sont les suivants :

L’oscillateur VCO donne une fréquence qui varie en fonction de la tension de


commande V appliquée sur son entrée.
Il est linéarisé autour de fo et caractérisé par sa pente K0 :

K0 =

La fréquence du VCO est comparée avec une fréquence de référence (consigne)
grâce à un comparateur de phase (Ou exclusif, comparateur phase-fréquence,
pompe de charge).
Le comparateur de phase fournit à sa sortie une tension u alternative dont la
valeur moyenne V donnée par un passe-bas est proportionnelle au déphasage
entre Ve et Vs. Il est caractérisé par un coefficient souvent noté Kd défini par :
Le fonctionnement de la PLL est le suivant :
⇒ En l’absence de signal injecté à l’entrée de la boucle, ou si la fréquence du signal
injecté est en dehors de la plage de fonctionnement du VCO, la boucle est dite
non verrouillée et la fréquence fs = f0.
⇒ Si on injecte dans la boucle un signal de fréquence fe voisin de fo, la PLL
se verrouille et on aboutit au bout d’un temps bref (1 à 100 ms en général) à
un état stable caractérisé par fs = fe.
⇒ une fois la boucle verrouillée ou accrochée, la fréquence d’entrée peut varier dans
la plage de verrouillage sans que cette boucle ne décroche et on a toujours fs = fe.
⇒ Si la fréquence d’entrée sort de la plage de verrouillage, la boucle décroche et
on revient à la situation d’une boucle non verrouillée .

Pour raccrocher la boucle, il faut alors revenir au voisinage de fo et pénétrer dans


la plage de capture.
Modulateurs de fréquence à PLL :
Les boucles à verrouillage de phase se prêtent particulièrement bien à la
modulation et la démodulation FM.
La fréquence de référence (porteuse fp) est donnée par un quartz afin de
garantir la stabilité en fréquence.
En l'absence de signal modulant, la sortie de la PLL est verrouillée sur fp.
Le schéma de principe est le suivant :

Le signal modulant Sm(t) joue le rôle de perturbateur vis-à-vis de l'asservissement


 La fréquence de sortie varie autour de fp :
Démodulateurs FM
Les procédés de démodulation FM peuvent se classer en deux catégories : les
détecteurs par limiteur discriminateur et les détecteurs à PLL..
Démodulation par discriminateur à circuit oscillant

Le principe de la détection est représenté ci-dessous :

La démodulation FM peut être réalisée par un circuit bouchon dont la fréquence


de résonance est légèrement décalée par rapport à la fréquence de la porteuse.
Le circuit oscillant joue le rôle de discriminateur : il convertit les variations de fréquence
en variations de tension.
La modulation de fréquence à l'émission est transformée en modulation d'amplitude à
la réception.
A la sortie du discriminateur, on peut utiliser la démodulation d'amplitude classique
telle que la détection d'enveloppe.
Un discriminateur est souvent précédé d'un étage limiteur qui a pour rôle d'écrêter le
signal reçu de façon à égaliser les amplitudes. Les variations parasites dues au bruit sont
ainsi éliminées.
 Le limiteur le plus simple est constitué de deux diodes.
Démodulation par boucle à verrouillage de phase
où sm(t) est le signal basse fréquence à récupérer.
Le VCO oscille à une fréquence commandée par V0(t).
Sa fréquence propre est la fréquence de la porteuse fp. La sortie V(t) est telle que :

Lorsque la boucle est accrochée, les phases de V(t) et de s(t) sont égales:

L’onde modulante est donc récupérée, à un facteur multiplicatif près, à la


sortie du comparateur.
Rapport signal sur bruit
Démodulation par discriminateur
Les calculs étant assez complexes, nous ne donnerons ici que les résultats :

L’amélioration du seuil est importante car elle permet d’étendre la portée d’une
émission FM.
Par ailleurs, l’étude des bruits montre que le rapport :

est correct pour les basses fréquences modulantes,


trop faible pour les hautes fréquences modulantes.
Pour améliorer la qualité des signaux à la réception, la méthode générale est de
préamplifier les hautes fréquences du signal modulant avant la modulation, c’est ce
que l’on appelle la préaccentuation, et de les atténuer après la démodulation, c’est
la désaccentuation.

L’expérience montre que la fréquence de sm(t) à partir de laquelle il faut pré -


accentuer est 2,12 kHz ; il faut donc désaccentuer à partir de cette même fréquence.
Démodulation par PLL

Les résultats sont les mêmes que dans le cas de la démodulation par
discriminateur, à ceci près que le seuil de démodulation baisse de 3 dB environ.

Conclusion
Le choix d'un procédé de modulation est lié aux paramètres suivants :

 performances
encombrement spectral
complexité et coût

Le concepteur doit trouver le meilleur compromis entre ces paramètres.

si les performances sont les critères principaux, la modulation de


fréquence est préférable, même si elle nécessite un encombrement spectral
important.

Au contraire, si le spectre doit être minimal, c'est la modulation BLU qui
sera préconisée, bien qu'elle soit plus complexe à mettre en œuvre.