Vous êtes sur la page 1sur 18

THEME :

LE POUVOIR DES MOTS

Présenté par : NOM DU PROF :


Classe : TVP 21
BAMBA OUMAR Mme Rezgui
Le pouvoir des mots

Le pouvoir des mots est énorme. Même si de nombreuses personnes


disent qu’une image vaut plus que les mots, et même si dans
certains cas, elles ont raison, il ne faut pas oublier que lorsque les
mots sortent de notre bouche, ils ont de la valeur.

• C’est pourquoi le plus petit, le plus insignifiant des mots peut faire
de gros dégâts en fonction des circonstances dans lesquelles se
déroule la communication.
• On entend souvent que “une image vaut mille mots”. Mais, un mot
renferme en lui-même un énorme pouvoir, et lorsqu’il
s’accompagne d’autres mots, l’effet est alors décuplé.
• Voyons donc comment utiliser ce pouvoir en notre faveur, et
comment avec les mots, on peut blesser les autres, obtenir quelque
chose d’eux, ou encore les rendre heureux.
LES MAUX DES MOTS
les mots qui blessent
• La force des mots est telle que peu de mots suffisent pour
provoquer une grande joie ou causer une grande
tristesse. Souvent, il suffit d’une phrase pour valider une émotion,
ou d’un court paragraphe pour toucher notre corde sensible.
• Qui n’a jamais eu un ami toxique ou manipulateur qui parvient, rien
qu’avec les mots, à faire de nous ce qu’il veut, avec ou sans notre
consentement ?
• Qui n’a jamais été le destinataire de mots emplis de colère, de
ressentiment, de souffrance, de rejet ou de tristesse ?
• Qu’on le veuille ou non, les mots sont la forme de communication la
plus utilisée. C’est un échange qui laisse des traces ; on se rappelle
tous d’une de ces phrases qu’on nous a un jour adressée et qui
nous a causé une grande souffrance, ou qui, au contraire, a égayé
notre journée
les mots qui mentent

• les mots ont également le pouvoir de transmettre les mensonges, de capter


l’attention de l’interlocuteur pour lui dire une chose qui en réalité est fausse.
• Ainsi, même si cela n’a jamais été dit explicitement, on a conscience du fait que les
mensonges s’expriment plus facilement dans le langage écrit ou parlé que dans les
gestes.
• Il est bien dommage que la richesse linguistique dont nous avons la chance de
disposer serve à insulter, mentir, discriminer ou déformer la réalité
• Tel que la demagogie des politicien manipulant le peuple pour s'attirer ses faveurs,
notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions.
• Les mots ont un énorme pouvoir. Ils peuvent être source de beauté, de poésie, de
création, d’amour, de vie, de nourriture pour l’âme, de positivisme…
• Malheureusement, il semble y avoir toujours plus de personnes tentant de faire en
sorte que leur message surplombe celui des autres ; elles haussent le ton ou
intensifient la gravité de leurs actes.
• Elles attaquent les autres et pensent que la validité de leur message leur confère
l’abri moral nécessaire pour rompre la vie de ceux qui s’opposent à elles ou qui
demeurent indifférents.
Pour un enfant, un mot venant d’un proche ou d’une personne importante à ses yeux, peut
bouleverser sa vie
• L’enfant s’identifie à ce que les proches pensent de lui et il
donne de l’importance à ce qu’ils lui disent. Ils ont donc un
pouvoir considérable sur lui. Le regard qui lui est porté est
celui qu’il intègre. Par exemple s’il lui est dit et répété qu’il est
un INCAPABLE, il assimile qu’il est en réalité un INCAPABLE.
Ensuite ses attitudes vont venir renforcer cette image
dévalorisante. Derrière cette dévalorisation qu’il aura intégré,
c’est l’estime de soi qui est profondément atteinte, incluant le
manque de confiance en soi. Mais aussi, insidieusement
certaines blessures peuvent s’enkyster, comme le sentiment
de rejet, d’humiliation, d’injustice… qui peuvent le poursuivre
toute sa vie, en attirant involontairement à lui des situations
où elles se réactivent.
• Les parents doivent prendre conscience que les mots
dévalorisants adressés à leur(s) enfant(s), peuvent perturber
leur équilibre psychique.
LE POUVOIR INEBRANLABLE DES
MOTS
L’importance du langage que nous utilisons

• Le langage que nous utilisons nous pousse à voir la réalité d’une façon ou d’une autre : dire
“c’est impossible à réaliser” est différent de “c’est peut-être difficile mais je dois quand même
essayer”. Quand nous réussissons à utiliser ou à donner une autre forme à nos messages,
l’idée que nous avons et ce que nous pensons peut totalement changer
• Il est important de se rendre compte que, souvent, ce n’est pas ce qu’on nous dit qui importe,
mais la façon dont on nous le dit. Les mots ont le pouvoir de changer ce que nous pensons,
ils offrent la possibilité de donner une nouvelle vision à ce qui se trouve en face de nous et,
surtout, ils ont la merveilleuse capacité de soulager et de procurer de la paix.
• Il ne s’agit pas de faire un usage irréel du langage pour changer ce que nous pensons et
passer d’un “je ne vais pas y arriver” à un “je peux le faire”, mais nous avons quand même
entre nos mains le pouvoir de cesser d’utiliser les mots qui n’apportent que des difficultés,
comme “toujours”, “jamais”, “je dois”… et de nous servir de termes qui peuvent nous aider
comme “ça ne s’est jamais bien passé, c’est vrai, mais aujourd’hui est un autre jour et je vais
essayer une nouvelle fois”.

• “La science moderne n’a pas encore produit de médicament tranquillisant aussi efficace que
quelques mots bienveillants”.
• -Sigmund Freud-
Soyons les scénaristes de notre histoire

• Le langage est à notre service pour nous aider et donner forme à notre esprit et à nos idées
; soyons les écrivain-e-s de nos vies et écrivons un scénario plein de force, de messages qui nous
motivent et ne nous limitent pas. Y parvenir peut être très simple et la différence entre le mettre
en pratique et ne pas le faire est très grande.
• “Si vous n’êtes pas heureux dans votre vie, il pourrait être sage de faire un inventaire des mots que
vous prononcez.”
• -Joyce Me
• Essayons de changer les mots que nous adressons aux autres ou que nous nous disons à nous-
mêmes, trouvons ceux qui sont adéquats, positifs et fonctionnels, que ce soit en changeant la
façon de les dire ou en modifiant le contenu. S’ils nous aident, nous motivent et nous font du
bien, alors ce sont les mots adéquats. Et, au contraire, si nous voyons qu’ils épuisent nos
ressources, qu’ils nous limitent, ne nous aident pas ou que nous faisons du mal aux autres, nous
devons songer à la possibilité de changer le langage que nous utilisons pour nous parler à nous-
mêmes.
les mots d’amour
• Le pouvoir des mots n’est pas grand uniquement lorsqu’il s’agit de blesser ceux à
qui ils sont adressés ; avec les mots, on peut également décrire des sentiments tels
que le plaisir, la bonté, l’amour et la gratitude.
• En effet, on a créé certains des plus beaux mots du monde pour parler des choses
qui nous plaisent : la beauté, l’amitié, la solidarité ou le charme qui nous entoure.
• Que serait l’amour sans les mots ? Y a-t-il quelque chose de plus beau que le fait
de dire à la personne que vous aimez ce que vous ressentez pour elle, et qu’elle
sache tout ce qu’elle représente pour vous ?
• Evidemment, le pouvoir des mots est si grand qu’il nous permet de dire aux autres
à quel point notre vie est belle ; il s’agit probablement de l’un des meilleurs usages
de ce pouvoir.
• La responsabilité, au travers de laquelle on exerce le pouvoir des mots, nous
appartient.
• Utiliser ce pouvoir pour créer, construire, partager, caresser ou prendre les autres
dans ses bras au lieu de le faire pour remercier, attaquer ou détruire, au fond, c’est
une décision qui nous appartient ; soit on pratique, soit on censure
Poeme de leopold sedar senghor
qui magnifie la femme noir a travers des mots solides
• Femme nue, femme noire
Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté
J'ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux
Et voilà qu'au coeur de l'Été et de Midi,
Je te découvre, Terre promise, du haut d'un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein coeur, comme l'éclair d'un aigle

Femme nue, femme obscure


Fruit mûr à la chair ferme, sombres extases du vin noir, bouche qui fais lyrique ma bouche
Savane aux horizons purs, savane qui frémis aux caresses ferventes du Vent d'Est
Tamtam sculpté, tamtam tendu qui gronde sous les doigts du vainqueur
• Ta voix grave de contralto est le chant spirituel de l'Aimée

Femme noire, femme obscure


Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux flancs des princes du Mali
Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta peau.
Délices des jeux de l'Esprit, les reflets de l'or ronge ta peau qui se moire
A l'ombre de ta chevelure, s'éclaire mon angoisse aux soleils prochains de tes yeux.

Femme nue, femme noire


Je chante ta beauté qui passe, forme que je fixe dans l'Éternel
Avant que le destin jaloux ne te réduise en cendres pour nourrir les racines de la vie.
Apprendre à parler

• Bien sûr, cela fait longtemps que vous avez appris à parler. Mais, il
ne s’agit pas seulement de savoir parler ; il s’agit surtout de savoir
comment le faire, et ce avec intelligence émotionnelle.
• Certains ponctuent leurs phrases de “gros mots”, quand d’autres
passent leur temps à médire, insulter ou critiquer, que ces critiques
soient portées sur vous-même ou sur les autres. Techniquement,
ces gens-là savent parler, mais, utilisent-ils la parole à bon escient ?
• D’autre part, il est indéniable que le langage remplit une fonction
communicative vitale, c’est pourquoi il n’est pas sain de réprimer
ce que l’on pense et ce que l’on ressent.
• En effet, dans nos vies d’êtres imparfaits, tout n’est pas toujours
rose. Dans ces moments de négativité, de haine ou de douleur,
non seulement on a le droit de s’exprimer, mais les autres ont
aussi le droit d’être traités avec respect.
conclusion
Les mots servent à décrire au plus juste une
pensée, un objet, une situation, un ressenti…
C’est nous qui leurs donnons du pouvoir en
conscience ou pas, tant dans la manière de les
exprimer, que dans la manière de les recevoir.
Ils peuvent alors contribuer à notre mal-être
ou bien, être guérisseur