Vous êtes sur la page 1sur 27

EPISTEMOLOGIE

EN
SCIENCES DE GESTION
Réaliser par : Encadré par:
Ezzahra BOURCHAHEN Dr. EJBARI Ridouane
Nadia AHMADI
Fatima Zahrae BOUTACHKOURT
Introduction
EPISTEMOLOGIE
EN SCIENCES DE
GESTION
PLAN

Le choix
épistémologique Les paradigmes
épistémologiques La
contemporains recherche
en sciences
Collecte de
de gestion
données
Traitement
de communication
données des résultats
C’est quoi donc l’épistémologie ??
Définition:

• L’épistémologie est la discipline qui étudie les


sciences, leur situation parmi les autres
sciences et leur méthode
Lien entre philosophie , épistémologie et
méthodologie

METHODOLOGIE
EPISTEMOLOGIE
PHILOSOPHIE
En bref:

La philosophie qui se traduit par l’amour de


savoir , utilise l’épistémologie afin de valider les
savoirs construits en adoptant une
méthodologie rigoureuse pour y avoir
Paradigme épistémologique
Définition:
• Est une conception de la connaissance
partagée par une communauté, qui repose sur
un système cohérent d’hypothèses fondatrices
relatives aux questions qu’étudie
l’épistémologie.
Paradigme épistémologique
positiviste logique
Les hypothèses fondatrices du paradigme
• l’existence d’un réel indépendant de l’intérêt et de l’attention que peut
lui porter un chercheur
Ontologie

• observant les faits de manière empirique, d’établir des lois invariables


décrivant des relations immuables entre des faits observables et
Détermination
naturelle
mesurables scientifiquement.

• le chercheur doit se placer en position d’extériorité par rapport au


phénomène étudié. Il le peut puisque l’observateur et l’objet étudié sont
Objectiviste supposés être deux entités clairement séparables dans le processus de
dualiste connaissance.
Paradigme épistémologique post positiviste

• L’approche positiviste logique s’est


immédiatement trouvée confrontée aux
critiques de deux auteurs majeurs, celles de
Popper et de son réfutationnisme, et celles de
Kuhn et de son incommensurabilité .
 Pour POUPER: il convient d’adopter une méthode déductive en
montrant que l’induction, consistant à tirer des règles générales à partir
de l’observation du monde, pouvait conduire à des conclusions erronées.
l’idée de « corroboration »: Comme on ne peut pas apporter la preuve
qu’une théorie est vraie, il convient plutôt de chercher à corroborer une
théorie par des tentatives multiples de réfutation de cette dernière qui
auront échoué. Cela fait dire à Popper que s’il n’existe pas de « critères de
vérité », il y a en revanche des
« critères de progrès » dans l’obtention d’approximations « de la vérité ».

 Pour Kuhn: Introduit a ce sujet l’idée d’incommensurabilité,


autrement dit les concepts sur lesquels il conviendrait de comparer des
théories qui ne partagent aucune mesure commune.
P.E Constructiviste pragmatique
• chaque humain connaît sa propre expérience d’UN réel,
lequel se manifeste à travers la résistance perçue par
Première
hypothèse l’humain aux actions qu’il mène.

• la connaissance qu’un chercheur élabore dépend du


chercheur, de son projet de connaissance, de son
Deuxième
hypothèse histoire, etc.

• le projet de connaître un certain réel influence la


manière dont on en fait l’expérience, et donc la
Troisième
hypothèse connaissance que l’on en développe.
Paradigme épistémologique
interprétativiste
Les hypothèses fondatrice du paradigme
• ce paradigme adopte les même hypothèse que le paradigme
constructiviste pragmatique mais auxquelles s’ajoute une quatrième
hypothèse.

• Les différents courants à l’intérieur du paradigme


interprétativiste s’accordent à la fois pour récuser
l’hypothèse d’existence d’un réel objectif
Quatrième indépendant de l’observateur et pour poser des
hypothèse hypothèses fondatrices d’ordre ontologique.
P.E Constructiviste conceptualisé par
GUBA et LINCOLN PECGL
• Les hypothèses fondatrice du paradigme
• postule l’inséparabilité dans le processus de connaissance entre le
Première sujet connaissant et ce qu’il cherche à connaître.
hypothèse

• le sujet connaissant ne peut pas échapper à son humanité : en


particulier, sa subjectivité et ses valeurs jouent inévitablement un
Deuxième
hypothèse rôle dans le processus.

• stipule en effet que la réalité est relative, multiple, socialement


construite, et n’est pas gouvernée par des lois naturelles, causales
Troisième
hypothèse ou d’autres sortes.
Qu’est ce que la recherche en
sciences de gestion ?
la recherche en sciences de gestion

Science : la science est la connaissance relative à des phénomènes obéissant à


des lois et vérifiés par des méthodes expérimentales .

Gestion : aux sciences exactes et humaines permettant de conduire une


entreprise Action ou manière de gérer, d’administrer, d’organiser quelque chose
Ensemble des connaissances empruntées correctement .

Sciences de gestion : Les sciences de gestion ont pour objet d’éclairer


l’action conduite de façon collective par des groupes humains organisés :
entreprises, associations, administrations, etc.
Le champ des sciences de gestion

Un ensemble de pratiques

Un ensemble de connaissances théoriques ou pratique

Un ensemble de discours

Une visée commune


L’objet de la recherche en sciences de
gestion

figure : Coughlan & Brady (1995)


La collecte des données
Les méthodes de collecte et d’analyse de données doivent
être choisies en fonction de l’évaluation concernée et les
ressources disponibles,

Les évaluations d’impact doivent utiliser autant que possible


les données existantes, puis s’appuyer sur de nouvelles
donnée pour combler les lacunes.

Les méthodes de collecte et d’analyse des données doivent


être sélectionnées de manière à assurer la complémentarité
entre les points forts et les faiblesses des unes et des autres.
Recherche
quantitative
Recherche
qualitatives
Traitement de données
L’ANALYSE ET L’INTERPRÉTATION DES
RÉSULTATS

Résultats Interpréter

Analyser
Pourquoi Communiquer les résultats?
• Pour donner des renseignements sur le
1 processus d’évaluation et ses résultats

• Pour faciliter la compréhension de


2 l’évaluation chez différents publics

• Pour guider la prise de décision liée au


3 programme et/ou à l’évaluation
Bibliographie:
• Marie-Laure Gavard-Perret, David Gotteland, Christophe
Haon, Alain Jolibert –Méthodologie de la recherche en
sciences de gestion –
• Céline chatelin -Epistémologie et méthodologie en science de
gestion-
• Hazem ben Aissa –Quelle méthodologie de recherche
approprie pour une construction de la recherche en gestion?-
• Albert David –Logique, épistémologie et méthodologie en
science de gestion-
• Hanane el Amraoui –Méthodologie de la recherche-