Vous êtes sur la page 1sur 82

Chap.

1
Quelles sont les
sources de la
croissance ?
© M. De Oliveira, 2017
Lycée A. Kastler - Guebwiller
Une question ancienne

Pourquoi certaines
nations sont-elles
plus riches que
d’autres ?
1904

1776
Une question d’actualité

Peut-on croître
indéfiniment ?

Quelles sont les


limites de la 2015
croissance ?

Quelles en sont les


conséquences ? 1972
Une question d’actualité
que l’on
retrouve
dans la
presse
Une question d’actualité
que l’on
retrouve
dans la
presse
de quoi
parle-t-on ?
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


• Qu’est-ce que le PIB ?
PIB

produit intérieur brut


Ensemble de la (on ne tient pas
« production compte des
à l’intérieur du territoire investissements)
finale » réalisée
national par les
entreprises résidentes et
les administrations
ou publiques
Somme des valeurs
ajoutées
ou
Production hors
consommations
intermédiaires
• Qu’est-ce que le PIB ?
PIB

produit intérieur brut


Ensemble de la (on ne tient pas
« production compte des
à l’intérieur du territoire investissements)
finale » réalisée
national par les
entreprises résidentes et
les administrations
publiques
Ensemble des (on ne tient pas
revenus générés compte des transferts
de ces revenus entre
pays)
• A quoi sert le PIB ?
Premièrement
Le PIB est un indicateur de création de richesses
sur un territoire donné :
- en termes de production, puisque le PIB
mesure la valeur totale de la production
finale, qu’elle soit marchande ou non
marchande
(PIB = somme des valeurs ajoutées)
- en termes de revenus
(PIB = somme des revenus du travail, du capital
et des revenus mixtes)
Deuxièmement
Le PIB est un indicateur qui permet de mesurer
et de comparer la « puissance économique »
des pays c’est-à-dire leur poids ou leur
importance dans la production mondiale
comparaisons internationales
Une unité
de compte
commune
comparaisons internationales
Éliminer les Une unité
variations de compte
de change commune
comparaisons internationales
Éliminer les Une unité
variations de compte
de change Exemple : PIB = 2100 milliards € commune

2 917
milliards $

2 307
milliards $
comparaisons internationales
Éliminer les Une unité
variations de compte
de change commune
Éliminer les
différences
de prix
entre pays

Le Japon a produit
près de 2 fois plus
que le Royaume-
Uni
Troisièmement

Le PIB est un indicateur


qui permet de
comparer les niveaux
relatifs des soldes
budgétaires et de
dettes des différents
Etats dans le monde
Dette x 100
PIB
solde budgétaire x 100
PIB
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


B. Les limites du PIB

croissance du PIB = PIB année n – PIB année n-1 x 100


PIB année n-1

I Exemple :
PIB 2016 = 2 228,9 milliards d’euros
PIB 2015 = 2 194,2 milliards d’euros
II. Croissance ?
2 228,9 – 2 194,2 x 100 = 1,58 %
2 194,2
Le PIB français a augmenté de 1,58 % en 2016 par rapport
à 2015
Or l’inflation a été de 0,39 %.
Donc croissance réelle = 1,58 – 0,39 = 1,19 %
Croissance du PIB

en valeur en volume
en € courants en € constants

avec l’inflation sans l’inflation


On ne distingue pas ce qui On élimine l’effet-prix,
relève de l’augmentation on mesure donc
des prix de l’augmentation l’augmentation des
des quantités quantités
Croissance Croissance
nominale réelle
évolution du PIB (en %)
26.0

PIB en valeur PIB en volume

21.0

16.0

11.0

6.0

1.0

-4.0
évolution du PIB (en %)
26.0

PIB en valeur PIB en volume

21.0

16.0

11.0

6.0

1.0

-4.0
évolution du PIB (en %)
26.0

PIB en valeur PIB en volume

21.0

16.0

12.1
11.0

Inflation = 5,9 %

6.0
6.2

1.0

-4.0
croissance en valeur croissance en volume
14.0
12.6
12.0

10.0

8.0

6.0

4.0

2.0
1.0
0.0

-2.0

-4.0 -2.8
1975 1993 2009
croissance en valeur croissance en volume
14.0
12.6
12.0
◄ inflation
10.0
13,6 %
8.0

6.0 inflation
1,6 %
inflation
4.0

2.0
1.0 0,1 %

0.0

-2.0

-4.0 -2.8
1975 1993 2009
croissance en valeur croissance en volume
14.0
12.6
12.0
◄ inflation
10.0 13,6 %
8.0

6.0 inflation
1,6 %
4.0
▼ inflation
0,1 %
2.0
1.0

0.0

-2.0 -1.0 -0.6

-4.0 -2.8 -2.9


1975 1993 2009
La croissance économique est un indicateur de la vitalité
d’une économie, de son dynamisme, de la capacité d’un
pays à créer plus de richesses.

C’est un indicateur qui est utilisé pour comparer la


performance des pays en matière économique.
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. PIB
Le L’IDH un indicateur
mesure complémentaire
mal la richesse créée et disponible dans un pays.
C’est une mesure imparfaite du niveau de vie des habitants d’un
pays .
II.I Les sources de la croissance économique
A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


1. Le PIB ne prend pas en compte la production domestique et
estime très approximativement la production légale non
déclarée.
Il minore donc le niveau de vie réel de certaines populations
qui ont accès à des biens et services en les produisant eux-
mêmes ou en les obtenant par l’économie informelle (travail
dissimulé).
2. Le PIB surestime la richesse créée dans certains pays car il ne prend pas
en compte les externalités négatives de certaines productions.

• Le PIB comptabilise positivement toute production même si elle a des


conséquences négatives sur la santé ou l’environnement.
Ex. La production de tabac est comptabilisé comme une création de richesse.

• Le PIB est un indicateur de flux (il comptabilise ce qui est créée chaque
année) qui peut être trompeur car il comptabilise positivement des
productions

- même si ceux-ci n’augmentent pas le patrimoine disponible


Ex. accident de la route augmente le PIB (réparation) mais pas forcément plus de
richesses disponibles

- même si ceux-ci proviennent d’une destruction du patrimoine donc du


stock de richesses d’un pays.

Ex. déforestation est comptée positivement même si le patrimoine forestier se réduit.


3. Le PIB mesure la richesse créée dans un pays et pas la richesse
disponible dans le pays.

Une partie des richesses créées quitte le pays (profits de


multinationales, évasion fiscale…). Un pays peut donc apparaître
plus riche qu’il ne l’est réellement.
C’est pourquoi on parle de PI « B » : brut signifie ici avant transfert
des revenus entre les pays.
Le RNB est l’indicateur du revenu disponible dans un pays :
RNB = PIB + revenus reçus de l'étranger – revenus versés à l’étranger

ex. frontalier français travaillant en ex. « travailleur détaché » polonais


Allemagne ou en Suisse en France
ex. bénéfices réalisés par Total à l’étranger ex. filiale de McDo en Irlande percevant
et rapatriés en France des royalties des franchisés français
Globalement PIB = RNB

exceptions

En 2015, le RNB français est 2 % plus élevé que le PIB français


2015
PIB/hab ($ ppa) RNB/hab ($ ppa)
Allemagne 47 057,9 48 104,2
États-Unis 54 484,0 56 069,2
France 40 246,9 40 672,7
Italie 36 294,1 36 295,5
Royaume-Uni 40 719,4 40 188,4

Pour des pays dont le niveau de PIB/hab est très proches, comme la France et le
Royaume-Uni, la mesure du RNB/hab ne modifie pas grandement les données
2015
PIB/hab ($ ppa) RNB/hab ($ ppa)
Allemagne 47 057,9 48 104,2
États-Unis 54 484,0 56 069,2
France 40 246,9 40 672,7
Italie 36 294,1 36 295,5
Royaume-Uni 40 719,4 40 188,4

mais si on veut classer les pays selon le niveau de richesse, on obtient des
hiérarchies différentes :
- Le PIB/hab du RU est plus important que celui de la France
- Le RNB/hab du RU est inférieur à celui de la France
4. Le PIB et le PIB/hab sont de mauvais
indicateurs de richesses des habitants d’un
pays.

Ils ne disent rien de la répartition de la richesse


créée à l’intérieur du pays.

De même la croissance n’est pas toujours un


objectif qui profite à tout le pays, le supplément
de richesse créée peut être accaparé par une
minorité d’individus.
Premièrement : Il faut distinguer PIB et PIB/hab
Plus de croissance ne signifie pas plus de richesses par habitant

2014 2015
PIB (milliards courants) 2 140,0 2 181,1 + 1,92 %
Indice des prix 103,4 104,1 + 0,68 %
(base 100 en 2010)
PIB (milliards constants, € 2010) 2 069,6 2 095,2 + 1,24 %
Population (en milliers) 66 227,5 66 504,1 + 0,42 %
PIB/hab (milliards constants) 31 250 31 505 + 0,82 %

Le PIB hors inflation a augmenté de 1,24 % entre 2014 et 2015,


alors que la population s’est accrue de 0,42 %. Le PIB/hab a donc
augmenté de 0,82 %.
Deuxièmement : qui bénéficie de la croissance ?
Part de la croissance captée par le 1 % des ménages les plus riches (avant impôts et
transferts)

29 % 30 %
Part de la croissance captée par le 10 % des ménages les plus riches (avant impôts et
transferts)

75 %
68 %
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


amélioration du bien être
d’une population

1990
IDH indice de développement humain

Amartya Sen
Prix nobel 1998
IDH indice 3 types d’indicateurs
 santé espérance de vie
 éducation taux d’alphabétisation des adultes

taux brut de scolarisation

 niveau de vie RNB/hab en ppa


+ 17 places

+ 16 places

- 10 places

- 13 places

- 11 places

+ 4 places
IDH indice

pas d’unité de valeur


1
IDH très élevé
0,9

IDH
IDH élevé
0,8

IDH moyen
0,5

IDH faible

0
IDH se distingue du PIB car

• C’est un indicateur de « développement humain », il cherche


à mesurer le niveau de bien être d’une population, alors que
le PIB est un indicateur de production de richesse

• C’est un indicateur composite qui repose sur 4 indicateurs, il


est donc plus difficile à analyser en détail, alors que le PIB est
un indicateur simple

• C’est un indicateur à la fois économique (RNB/hab) et social


(éducation, santé) alors que le PIB n’est qu’un indicateur
économique

IDH et PIB sont complémentaires car

• Le PIB indique le niveau de richesse créée dans un pays mais


il ne dit rien de sa répartition
• L’IDH permet de classer les pays selon l’usage des richesses
disponibles (RNB/hab) au profit de la population en matière
d’éducation et de santé
limites du PIB
limites du PIB
• moyenne
Il y a des inégalités territoriales au sein d’un pays

IDH élevé

IDH moyen

IDH très
élevé
L’indicateur de développement humain alternatif : IDH-2
limites du PIB
• moyenne

• indicateur incomplet
- égalité (entre sexes, ethnies…) ?
- liberté (presse, syndicale, individuelle…)?
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


Facteurs de production
• Facteur travail : ensemble des heures de travail
effectuées
• Facteur capital : moyens de production utilisés
pendant plus d’un an dans le processus de
production (capital fixe)
• Investissement (matériel) : achat de capital fixe. 3
formes
- de remplacement
- de capacité
- de productivité ou de modernisation
Facteurs de production
• Peuvent être complémentaires
+ de capital nécessite + de travailleurs

• Peuvent être substituables


Capital se substitue au travail
Ex. Robotisation, informatisation
croissance

+ de travail + de capital
=
investissement
+ d’actifs
• jeunes + machines + entreprises
• + âgés installation
• femmes Ex. développement
d’entreprises
• immigrés… des supermarchés
étrangères
+ d’heures
• heures supplémentaires
• jours de congés

• immigration 30 glorieuses • reconstruction


• travail des femmes (1945-75) • industrialisation
Facteurs de production complémentaires
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


Fordisme INNOVATION

de procédé de produit
Ford T noire
Standardisation Travail à (voiture simple,
la chaîne grand public)

Économies  productivité  salaires


d’échelle

 coûts

 prix

 ventes

CROISSANCE
Fordisme INNOVATION

de procédé de produit
Ford T noire
Standardisation Travail à (voiture simple,
la chaîne grand public)

Économies  productivité  salaires


d’échelle

 coûts

 prix Compromis fordiste


30 glorieuses
 ventes  productivité

CROISSANCE 1 2
 salaires
ANNEXE 6
Contribution des facteurs de production à la croissance (1991-2003)

Taux de croissance Contribution à l'évolution du PIB en points de


annuel moyen en % pourcentage
Productivité globale
PIB Facteur capital Facteur travail
des facteurs (PGF)
Allemagne1 1,4 0,7 -0,4 1,2
Canada 3,1 1,0 1,1 1,0
Espagne 2,8 1,2 1,1 0,5
Etats-Unis 3,1 0,9 0,9 1,3
Finlande 2,5 0,2 0,0 2,3
France 1,9 0,6 -0,1 1,4
Royaume-Uni 2,7 0,9 0,1 1,7
Suède 2,0 0,8 -0,2 1,4
Source : Office fédéral de la statistique suisse (OFS), 2006

(1) Pour l'Allemagne, le total des données des colonnes 3 à 5 n'est pas égal à la donnée de la
colonne 2 en raison des arrondis.

Lecture : entre 1991 et 2003, en Allemagne, sur 1,4 % de croissance annuelle


moyenne du PIB, 0,7 point de pourcentage est expliqué par la croissance du facteur
capital.
ANNEXE 6
Contribution des facteurs de production à la croissance (1991-2003)

Taux de croissance Contribution à l'évolution du PIB en points de


annuel moyen en % pourcentage
Productivité globale
PIB Facteur capital Facteur travail
des facteurs (PGF)
Allemagne1 1,4 0,7 -0,4 1,2
Canada 3,1 1,0 1,1 1,0
Espagne 2,8 1,2 1,1 0,5
Etats-Unis 3,1 0,9 0,9 1,3
Finlande 2,5 0,2 0,0 2,3
France 1,9 0,6 -0,1 1,4
Royaume-Uni 2,7 0,9 0,1 1,7
Suède 2,0 0,8 -0,2 1,4
Source : Office fédéral de la statistique suisse (OFS), 2006

(1) Pour l'Allemagne, le total des données des colonnes 3 à 5 n'est pas égal à la donnée de la
colonne 2 en raison des arrondis.

Lecture : entre 1991 et 2003, en Allemagne, sur 1,4 % de croissance annuelle


moyenne du PIB, 0,7 point de pourcentage est expliqué par la croissance du facteur
capital.
ANNEXE 6
Contribution des facteurs de production à la croissance (1991-2003)

Taux de croissance Contribution à l'évolution du PIB en points de


annuel moyen en % pourcentage
Productivité globale
PIB Facteur capital Facteur travail
des facteurs (PGF)
Allemagne1 1,4 2,1 0,7 -0,4 1,2
Canada 3,1 1,0 1,1 1,0
Espagne 2,8 1,2 1,1 0,5
Etats-Unis 3,1 2,1 0,9 0,9 1,3
Finlande 2,5 0,2 0,0 2,3
France 1,9 0,6 -0,1 1,4
Royaume-Uni 2,7 0,9 0,1 1,7
Suède 2,0 0,8 -0,2 1,4

Pays dont la croissance est « extensive » (travail + capital)

Canada : 2,1/3,1 soit 2/3 de la croissance est extensive

Espagne : 2,1/2,8 soit 3/4 de la croissance est extensive


ANNEXE 6
Contribution des facteurs de production à la croissance (1991-2003)

Taux de croissance Contribution à l'évolution du PIB en points de


annuel moyen en % pourcentage
Productivité globale
PIB Facteur capital Facteur travail
des facteurs (PGF)
Allemagne1 1,4 0,7 -0,4 1,2
Canada 3,1 1,0 1,1 1,0
Espagne 2,8 1,2 1,1 0,5
Etats-Unis 3,1 0,9 0,9 1,3
Finlande 2,5 0,2 0,0 2,3
France 1,9 0,6 -0,1 1,4
Royaume-Uni 2,7 0,9 0,1 1,7
Suède 2,0 0,8 -0,2 1,4

Pays dont la croissance est « intensive » (PGF)


ANNEXE 6
Contribution des facteurs de production à la croissance (1991-2003)

Taux de croissance Contribution à l'évolution du PIB en points de


annuel moyen en % pourcentage
Productivité globale
PIB Facteur capital Facteur travail
des facteurs (PGF)
Allemagne1 1,4 2,1 0,7 -0,4 1,2
Canada 3,1 1,0 1,1 1,0
Espagne 2,8 1,2 1,1 0,5
Etats-Unis 3,1 2,1 0,9 0,9 1,3
Finlande 2,5 0,2 0,0 2,3
France 1,9 0,6 -0,1 1,4
Royaume-Uni 2,7 0,9 0,1 1,7
Suède 2,0 0,8 -0,2 1,4

Pays dont la croissance est « intensive » (PGF)

Canada : 2,1/3,1 soit 2/3 de la croissance est extensive

Espagne : 2,1/2,8 soit 3/4 de la croissance est extensive


• productivité globale des facteurs (PGF) est la
part de la croissance économique qui n'est pas
expliquée par l'augmentation du volume du
capital et du volume du travail. Il s'agit d'un
résidu non expliqué de la croissance.
• La productivité globale des facteurs peut
s’expliquer par le progrès technique mais
d'autres facteurs peuvent jouer. Par exemple, une
bonne année météorologique pour agriculture
permet l'augmentation de la production agricole
et donc du PIB sans que l'on utilise plus de
facteurs de production et sans qu'il y ait progrès
technique.
Schéma simplifié sans
présence de l’Etat PROGRES TECHNIQUE

INNOVATIONS

de procédé de produit

gains de
productivité Monopole
temporaire
 coûts de
 marge  bénéfices
production
Imitation
(concurrence)
 prix  salaires
 investissement
 dividendes

 demande
 exportations
 production
CROISSANCE
2 types de croissance

par par
transpiration inspiration
= =
extensive intensive
(+ de travail et de (meilleure utilisation
capital) des facteurs de
production)
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


La croissance peut être stimulée par
l’accumulation de différentes formes de capitaux :
• Le capital humain (connaissances,
compétences) qui découle d’un apprentissage
(formation, qualification, expérience)
• Le capital technologique (progrès technique)
• Le capital public (infrastructures de transport et
télécommunication)
Les dépenses d’investissement qui augmentent
chacun de ces capitaux permettent le
développement de la productivité et donc de la
création de richesses.
croissance
Salaires
 revenus (ménages)
Profits
(entreprises) Impôts et taxes dépenses de
Subvention
Crédit d’impôt (Etat) formation
Recherche Recherche
appliquée fondamentale
CNRS, INSERM

Capital fixe Capital humain


R&D
Capital infrastructures
technologique  qualifications
Innovations
coût et délais
• de procédé
transports
• organisationnelles

productivité

CNRS = centre national de la recherche scientifique


INSERM = institut national de la santé et de la recherche médicale
I. Intérêt et limites du PIB
A. Le PIB, un indicateur important
 Le PIB permet de mesurer la production créée
 Le PIB permet de mesurer la croissance économique

B. Les limites du PIB

C. L’IDH un indicateur complémentaire

II.I Les sources de la croissance économique


A. Croissance extensive et croissance intensive
 Les facteurs de production source de croissance extensive
 Le progrès technique source de croissance intensive

B. La croissance endogène, une croissance auto-entretenue

C. Le rôle des institutions et des droits de propriété


institutions
Cf. 1ère
favorables à la croissance

système Règles culture


financier juridiques
Valeurs
Droit de Droit
Financement des
agents économiques propriété • commercial
« Esprit d’entreprise »
privée • du travail =
• fiscal Valorisation
• Banques
• Brevets - de la création
• Marché financier
• Droit d’auteur Respect des - de la prise de
(Bourse)
• « Capital risque »
contrats risque
- de l’innovation
• Financement sécurité
participatif
confiance - du changement
- de la compétition
(crowdfunding)
Facilite la prise de risque
(création d’entreprise, investissement
et innovation)

CROISSANCE
croissance nécessite la propriété privée et
la concurrence

• NEP (1921-1930)
• Chine (depuis 1978)
• Cuba (à partir de 2011)

“Peu importe qu'un chat soit blanc ou noir,


s'il attrape la souris, c'est un bon chat„

Deng Xiaoping
L’instabilité politique empêche la croissance économique
Etat faible, mafias prospères : peu de croissance
3 erreurs/dangers des pouvoirs publics

Les dépenses
La corruption ostentatoires nationalisation
d’entreprises

épargne

importations

surcoût pour le
transfert dans des consommateur et/ou le
paradis fiscaux contribuable
perte de
recettes fiscales