Vous êtes sur la page 1sur 76

Définition de la filtration


 La filtration est une opération permettant de séparer les constituants
d’un mélange liquide - solide par passage à travers un milieu filtrant.
 Cette opération est beaucoup plus rapide que la sédimentation: elle est
donc plus utilisée.

 On récupère après filtration soit le solide (après une cristallisation), soit


le liquide (récupération d’eaux usées avant traitement et après
sédimentation), soit le liquide et le solide (opération de recristallisation).
 La séparation des phases solide – liquide nécessite une force
qui peut être simplement la gravité terrestre et l’opération de
séparation est une décantation.

 La force peut être crée artificiellement en imposant au liquide


un mouvement circulaire très rapide ce qui produit une
accélération centrifuge : c’est la centrifugation.

 Il est également possible de faire circuler le fluide à travers un


corps perméable dont la grondeur des pores est inférieure à
celle des particules du corps solide qui est ainsi retenu : c’est
la filtration.
 Les particules ainsi déposées forment ce que l’on
appelle le gâteau dont l’épaisseur croissante forme un
lit filtrant qui arrête toutes les autres particules.

 La phase liquide quittant la masse poreuse et que l’on


appelle filtrat, sera selon les cas, tout à fait
débarrassée ou appauvrie en phase solide

 On appelle surface filtrante la surface apparente du


corps perméable à travers lequel s’écoule le fluide.
1/ Les différents procédés de
filtration:
 L’énergie fournie dans le cas de la filtration est sous forme de pression qui
peut être due à la seule accélération terrestre ou engendrée par un moyen
mécanique On distingue:

 • La filtration par gravité: le mélange est soumis uniquement à la


pression atmosphérique. Le liquide passe à travers le support filtrant, qui
peut être du sable par exemple, tandis que le solide est récupéré sur le
support filtrant.

 • La filtration par surpression: la suspension arrive sous pression dans


le filtre.

 • La filtration sous pression réduite: le mélange est soumis d’un côté


du filtre à la pression atmosphérique, et de l’autre côté, où sort le filtrat, à
une dépression
 réalisée grâce à une pompe à vide.
 II – But de la filtration

 Suivant la proportion de solides en suspension dans


le préfilt (solution à filtrer) on distingue deux types
de filtrations :

 1 -Clarification du liquide ; lorsqu’il contient, en


suspension, une très faible quantité d’impuretés
solides ou colloïdales de valeur comprise entre 0.1 et
0.15% (en masse) qui est souvent négligeable.
 Cette opération est réalisée :

- soit pour obtenir un liquide final commercialisé, propre,


clair ou brillant (traitement des eaux) ;

- soit pour faciliter les traitements ultérieurs de la liqueur et


améliorer leur rendement ;

- soit pour protéger les installations contre l’usure


mécanique
2 - Rétention ou extraction de solide :
 lorsque la proportion de solides en suspension atteint
une certaine valeur >0.15% en masse. Son objectif
est de :

 récupérer le solide et éliminer le liquide (récupération de


métaux lourds en hydrométallurgie)
 Récupérer le liquide et éliminer le solide (terre de traitement
en huilerie, carbonate de calcium dans les jus de sucrerie)
 récupérer les deux phases (moûts antibiotique) ;
 Éliminer les deux phases (eaux résiduaires).
 Il y’a aussi des filtrations dites de dégrossissage et de
sécurité:

 – Filtration de dégrossissage : elle a pour but


d’éliminer des impuretés grossières (quelques centaines
de microns) contenus en très faible quantité dans le
liquide.

 On l’utilise soit en prétraitement avant une filtration plus


poussée soit en protection de certains appareils (pompes).
4 – Filtration de sécurité : utilisée pour retenir des
impuretés pouvant se trouver accidentellement dans un
liquide déjà propre (filtration d’huile de tables avant
embouteillage).
III - Mécanismes de la
filtration :
Suivant les caractéristiques des particules à
retenir et du matériau filtrant mis en œuvre, peuvent
intervenir l’un ou plusieurs des trois mécanismes
principaux suivants : capture, fixation et
détachement.
III1 - mécanismes de capture
- Les mécanismes de capture interviennent principalement
dans la filtration en profondeur. Ils sont essentiellement de
deux natures :

1 - Tamisage mécanique : il s’agit de la rétention des


particules plus grosses que la maille du filtre ou de celle des
éléments déjà déposés formant eux même matériel filtrant.

* Ce phénomène intervient quand la maille du matériau


filtrant est relativement fine,
2 - Dépôt sur le matériau filtrant: la particule en
suspension suit dans le liquide une ligne de courant et
traverse le matériau filtrant sans être arrêté.
III2 – Mécanisme de fixation

La fixation des particules à la surface du matériau


filtrant est favorisée par une faible vitesse d’écoulement.
Elle est due à des forces d’origine (coincement,
cohésion..) et à des forces d’adsorption (de Van Der
Waals).
III3 – Mécanisme de détachement :
 Sous l’action des mécanismes précédents, les parois du
matériau seront recouvertes de particules déjà déposées.

 Les dépôts déjà retenus peuvent se détacher partiellement


et être entraînés plus avant dans le matériau filtrant ou
même dans le filtrat.
IV - Techniques de filtration :

 Pour séparer au mieux les deux constituants du préfilt,


deux techniques sont applicables : la filtration sur
support et la filtration en profondeur.
IV1 - Filtration sur support (en
surface, sur membrane ou à gâteau)
On amène la suspension sans pression au dessus d’un support (grille,
toile, membrane…etc.) sur lequel les particules vont se déposer sous forme
d’un gâteau d’épaisseur croissante.

Le filtrat sera plus ou moins pur suivant les dimensions des


particules, la texture du support et le temps de filtration.

On l’utilise en général pour la filtration des suspensions assez


fortement chargées en matières solides (1% environ).

La filtration est réalisée sur support mince constitué par un tissu


métallique ou plastique ou par des éléments filtrant à orifices réguliers.
 Suivant les ouvertures des mailles ou des orifices on
distingue:

 Le microtamisage ( 25 – 150µm) : utilisé pour éliminer


le planctons contenus dans les eaux de surface, débris
végétaux et animaux

 Le macrotamisage (0.2 – 4mm)

 Le dégrillage fin (2 -6mm)


IV2- Filtration en profondeur (deep
filtration);
 La suspension à clarifier s’écoule au travers une
masse poreuse (couche de sable ou de graviers), en
donnant un filtrat et les particules en suspension
restent piégées dans les pores dont les dimensions sont
en général inférieures.

 Il s’ensuit un colmatage progressif de la masse


poreuse et l’augmentation de la résistance de filtre à
l’écoulement.
 Cette filtration dite à la masse sur le lit de sable ou en
profondeur est utilisée pour la suspension relativement
peu chargée en matière solides ‘impureté <0.1%

 La masse poreuse peut être soit cohérente et


relativement rigide (roche perméable), soit formée de
particules individualisées (sables).

 Elle peu être plus ou moins épaisse, 1 à 2mm dans un


filtre à sable, 150µm pour une membrane filtrante en
profondeur utilisée en microfiltration.
IV3 - Choix du mode de
filtration:

 Le choix entre les divers types de filtration dépend de plusieurs facteurs:

 Caractéristiques du liquide à filtrer, ses impuretés et leurs évolution dans le temps

 Qualité de filtrat à obtenir et tolérance admises

 Qualité de l’agglomérat des matières retenues lorsque le but est de les récupérer

 Conditions d’installation ;

 Possibilité et moyens d’un lavage aisé, efficace et économique


V - Pression de filtration -
modes d’alimentation
 Dans les deux méthodes (filtration sur support et en
profondeur), il faut fournir une certaine énergie à la
suspension pour arriver à lui faire traverser le filtre.
Cette pression ne peut être que l’énergie de fluide par
unité de volume. Il existe quatre moyens de fournir
cette énergie
 Par gravité,
 par pression (enceinte sous pression, pompe)
 par le vide (dépression / à l’atmosphère)
 par centrifugation.
 La différence de pression entre l’amont et l’aval (perte de charge) a une
grosse importance car elle règle la vitesse de filtration. On peut concevoir
deux types de filtration:

 • Filtration à pression constante: on règle la différence de pression


amont-aval à une valeur constante. Au cours du temps, l’épaisseur du gâteau
augmente donc la vitesse de filtration et le débit diminuent sous l’effet de
l’augmentation de la perte de charge. C’est la filtration la plus utilisée dans
l’industrie.

 • Filtration à débit constant : pour garder un débit constant on il est


nécessaire d’accroître régulièrement la différence de pression amont-aval
au cours du temps.

 On peut envisager des filtres qui fonctionnent à débit constant ou à débit


et pression variables
VI – Propriétés générales des médias filtrants
 Les médias filtrant sont des corps poreux. ils se
présentent en général sous forme de parois plus ou moins
épaisses, planes ou non.
 une paroi poreuse se compose de deux parties :
 Les vides ou pores
 La matière qui les entoure
 Les parois poreuses destinées à la filtration se
caractérisent par les propriétés suivantes:

 1 - Granularité: on cherche à caractériser un ensemble de


particules par une dimension moyenne (on calcule le
coefficient de forme K).

 2 - Surface spécifique: c’est le rapport de l’aire d’une


interface à un volume. Elle s’exprime en m2/m3 donc en m-1
dans SI.
 Dans la pratique on l’exprime en m2/g
 3 - Porosité : (volume total des vides/ volume apparent de la paroi)

 - 4 – Perméabilité: qui conditionne la perte de charge. Elle est


exprimé par la loi de Darcy:

U=(p/n)*(dp/dz)

 U : débit unitaire instantané (que l’on aurai en l’absence de gâteau)


 p : perméabilité de la couche
 n : viscosité dynamique du filtrat
 dp : chute de pression du filtrat
 dz : couche du gâteau
 5 : L’efficacité

Alimentation filtration
(Ma) Filtrat
L’efficacité total
(Mf)

E = Mb/Ma
Boues
(Mb)
6 - Capacité de rétention
VII - Choix des médias filtrants
 Il est basé sur certains critères qui sont les suivants:

 1 - La nature du tissu proposé

 2 - La résistance : il est intéressant de connaître la résistance au taux de travail


par un filtre (exp. Un tissu résistant à 300Kg/5cm offre peu d’intérêt si le taux de
travail de ce tissu est de 10Kg/5cm).

 3 - La perméabilité : la mesure des vides laissés entre chaque fil du tissu.

 D’autres paramètres interviennent comme:

 l’humidité des fibres,


 le gonflement de celles –ci à l’action de certains produits,
 des problèmes d’abrasion …
VIII - Choix des tissus de
filtration
 Plusieurs critères interviennent dans le choix des
tissus de filtration:

 1 – type de filtre: nous permet de définir la résistance


mécanique du média filtrant
 2 - Bouillie à filtrer: s’il s’agit d’un fluide qui cristallise,
colloïdale ou floculé.
 3 – PH: il permet de déterminer la matière de base du
média (propriétés chimiques);
 4 – Température:
 5 – répartition granulométrique: permet de déterminer
la porosité de la toile
 6 – Le pourcentage de particules toléré dans le filtrat:

 7 - Production horaire ou rendement souhaité: il dépend des


critères énoncés ci-dessus.
IX- Filtres utilisés dans l’industrie suivant le principe de
filtration - exemple d’utilisation:

 A : Cas d’une filtration par gravitation ou par


faible différence de pression

 1 - Filtre à cuve (fig.1) : constitué par un récipient


contenant la matière filtrante (silex concassé, du sable de
rivières ou de mer) qui est traversé par le liquide à filtrer
 2 – Filtre à poche (fig.2):utilisés pour séparer les
particules solides qui sont sans intérêt et sont jetées

 ====> - Filtration d’eau
 - jus de sucrerie
B - Filtration discontinue sous pression
 1 - Filtre presse

 2 - Filtre à cartouches

 ===> Filtration de pigments colorants


tous produits chimiques cristallisés
C - Filtration continue sous pression

 Filtres rotatifs à tambours

 ====> Filtration de liquide à tension de vapeur élevée


D - Filtration discontinue sous vide
 Filtres statiques -

 ====> Filtration de produit en poudre fine


E - Filtration continue sous pression

 Filtres rotatifs à disque

 ====>Filtration de produits en poudre fine


G - Filtration par force centrifuge
 Essoreuse

=====> Tous produits solides peu compressibles


X - Appareillage

 Filtres à cuve : sont constitués par un récipient contenant la


matière filtrante, généralement du silex concassé, du sable, qui
est traversé par le liquide à filtrer.
 Filtre à poche : formé d’une cuve de surface de 0.2 à 30m
travaillant sous-pression, équipé à l’intérieur plusieurs
poches métalliques recouvertes d’une toile filtrante
métallique, en coton ou en nylon de porosité contrôlée. Ils
sont utilisés pour séparer des particules solides qui sont
sans intérêt et sont jetées.
 – Filtres presse : sont très répondus, ils sont formés
d’un ensemble de plaques verticaux formant un bloc
maintenu à chaque extrémité par deux plateaux, dont
l’un est fixe et l’autre est mobile et reposant
latéralement sur des barres.
 Le contact entre les plateaux est assuré par un vérin
hydraulique de manière à presser fortement l’ensemble et
assurer une parfaite étanchéité extérieure. Les plaques ont
leurs surfaces latérales recouvertes d’une toile filtrante
(métallique ou textile ou les deux à la fois).
 Filtres rotatifs à tambours : il est constitué par deux
tambours cylindriques coaxiaux; le tambour extérieur
supporte une toile filtrante. Il est divisé en plusieurs zones:

 - zone de filtration: le liquide est aspiré et le gâteau se dépose sur


le filtre.
 - zone de lavage: le gâteau est lavé grâce à un arrosage par de l’eau.
 - zone d’essorage du gâteau.
 - zone de séchage et décollage: l’air comprimé est introduit par les
canalisations; le gâteau est donc séché et décollé du filtre puis détaché
à l’aide d’un racloir.
 Filtres rotatifs à disque ; constitués d’une série de disques
revêtus de toiles, le plus souvent fixés sur un arbre horizontal et
mis sous vide. Il aspire la pulpe alimentée. Le gâteau aussi
formé est ensuite essoré lors du passage à l’air libre puis
éliminé par grattage des poches sur un racloir.
 Essoreuse ; ce sont des filtres dans lesquels la pression
nécessaire à la filtration est réalisée par action de la force
centrifuge. La surface filtrante tournant autours d’un axe
vertical avec une vitesse élevée.
XI - Pratique de la filtration:
 Pour choisir un filtre on doit définir les buts à atteindre :
 Clarification (faible teneur de solides)
 ou séparation en masse, récupérer le solide ou le liquide,
 qualité du liquide ou du solide à rejeter (ou à recycler).
 Pour avoir une bonne marche de filtration on doit tenir compte
d’un certain nombre de facteurs dont les principaux sont :

 Débit qu’on désir assurer ;


 Proportion solide / liquide ;
 Proportion de la masse à filtrer ;
 Caractéristiques de la filtration (dimension des particules
– teneur en matière solide, compressibilité du gâteau
formé - résistance à l’écoulement…) ;
 humidité résiduelle du gâteau ;
 Clarté désirée
 Il faut éviter le colmatage qui peut avoir lieu avec des
particules de formes particulières (bâtonnet par
exemple) pouvant pénétrer dans les ouvertures sans
les traverser.

 Il vaut donc mieux choisir des ouvertures plus larges


qui laissent passer ces particules et reprendre la
fraction de filtrat qui les contient pour une nouvelle
filtration avec un gâteau déjà constitué qui les arrête.
 Pour arrêter les petites particules, on a intérêt à procéder à la floculation
de
 ces particules pour l’obtention de particules plus grosses et donc plus
faciles à filtrer (application des floculats dans le traitement des eaux).

 On peut aussi agglomérer les particules par adsorption sur des coagulants
(chaux,, magnésite).

 La meilleure technique consiste à faire appel aux adjuvants de filtration qui


 sont des produits destinés à faciliter la formation du gâteau et le nettoyage
du filtre

 Les principaux adjuvants sont la diatomite et la cellulose. Ces composés ne


peuvent être employés que si le liquide seul est à récupérer.

 La filtration est souvent suivie d’un lavage par un solvant miscible au filtrat
afind’éliminer les eaux-mères du gâteau qui contiennent des impuretés.
4/ Étude théorique de la
filtration
 à pression constante ΔP: Il est intéressant de connaître le
volume filtré pendant un temps.

 Pour une filtration à pression constante, ΔP constitue en fait la


différence de pression entre l'amont et l'aval du filtre soit la
perte de charge subie par le liquide à la traversée du filtre et
du gâteau.

 On admettra que le gâteau est incompressible ce qui n'est pas


vrai du tout si les particules présentent une certaine plasticité
ou si ce sont des agglomérats pouvant se briser sous l'action
de la pression. De toute manière, tous les gâteaux sont plus ou
moins tassables.
 Le raisonnement doit prendre en compte que dans les
premiers instants de la filtration la perte de charge est
provoquée par la résistance de la membrane de
 filtration et par la résistance des premières couches de gâteau
qui ont une structure particulière et obstruent en partie les
pores de la membrane. On définit donc
 eG l'épaisseur du gâteau
 et eS l'épaisseur de gâteau qui offrirait une résistance
 équivalente à celle du support et des premières couches.
 On exprime d'abord la perte de charge à travers l'ensemble
(support +
 gâteau) qui est assimilé à un lit de particules. L'expression est
tirée de la loi de
 Darcy.
 ΔP = (u (eG+ eS ).μ) perméabilité (1)

 où μ est la viscosité dynamique du liquide et u la vitesse du


fluide définie comme étant le rapport du le débit volumique de
filtrat sur la section totale de gâteau S à traverser.
 Le débit volumique du filtrat est le rapport dV/dt
 où V est le volume de filtrat obtenu
 donc:

 U = (dV/dt)/ S (2)

 La perméabilité caractérise le gâteau. Elle dépend du diamètre des particules, de leur forme et
de la porosité (fraction de vide) du gâteau ε.

 Les relations (1) et (2) permettent de constater que si la perte de charge ΔP est constante,
une augmentation de l'épaisseur du gâteau au cours du temps va entraîner une diminution de
u et donc du débit de filtration.

 En remplaçant u par sa définition, on en tire la relation suivante:

 dV/ dt = (S. Δ P. perméabilité)/ (eG +eS ⋅μΔ

 ou

 Dt/)dV= (eG +eS ⋅μΔ)/ (S. Δ P. perméabilité) (3)


 Si on appelle W la masse de gâteau déposée en kg par m3 de filtrat, on peut
 écrire un bilan matière en gâteau déposé en égalant les deux expressions
suivantes
 (les premières couches de gâteau comprises dans eS constituent une masse
 négligeable):
 W⋅ V = ρs ⋅ (1− ε) ⋅ S⋅ eG (4)

 où ρs est la masse volumique du solide. On remplace eG dans l'expression


de
 dt/dV par sa valeur dans l'expression précédente, ce qui permet d'écrire:

 Dt/ dV= (1/ perméabilité. Ρs.(1-ε)) .( μ .W.V)/(S2. Δ P) +( ρs / perméabilité).( μ/S. Δ P) (5)


 L'intégration de cette relation entre l'instant initial (t=0 avec
V=0) de la filtration
 et l'instant t d'obtention d'un volume V de filtrat permet
d'écrire:

 t/V= (1/ perméabilité. Ρs.(1-ε)) .( μ .W.V)/(S2. Δ P)+( ρs / perméabilité).( μ/S. Δ P)

 Le terme ρs / perméabilité est nommé la résistance spécifique du


support et le
 terme ((1/ perméabilité. Ρs.(1-ε)) constitue la résistance due au gâteau.
 De l'étude précédente il en ressort des informations
qualitatives sur le débit defiltration:

 • il augmente quand l'épaisseur du gâteau diminue. Il faut donc


disposer d'un gâteau le plus étalé possible sans avoir de
fissures qui causerait une rupture de la différence de pression
de part et d'autre du filtre.
 • il augmente quand la surface filtrante augmente.
 • il augmente quand la viscosité diminue: une augmentation de
la température limitée peut être intéressante mais cette
possibilité perd de son intérêt en cas de filtration sous vide à
cause de l'augmentation de la tension de vapeur.
Dimensionnement d’un filtre
 Le coefficient de filtrabilité Fk :

 Définition : l’équation de la filtration sous pression


constante s’écrit pour une surface unité :

 t / V = [nαW / 2∆P] + [nRs /∆P ]


 t : temps
 V : volume du filtrat écoulé
 Rs : résistance du support (média filtrant) à
l’écoulement par unité de surface
 W : masse de gâteau déposé par unité de volume de
filtrat
 ∆P : pression différentielle de filtration
 n : Viscosité dynamique du filtrat
 α : résistance spécifique du gâteau
 Le terme nαW /2∆P caractérise la résistance du gâteau à
la filtration
 Le terme nRs /∆P caractérise celle du support
 Cette équation s’écrit sous la forme simplifiée
 t / V = FkV/2 + nRs /∆P

 Or la résistance du support est négligeable vis-à-vis de


celle du gâteau donc :
 t / V = FkV/2

 La courbe qui représente t/V est une droite


 Equation de filtration sous pression sous pression
constante pour un surface unité
 Le dimensionnement d’un filtre consiste à déterminer
le coefficient de filtrabilité Fk avec :

 Fk = nαW/2∆P

 Dans la plus part des filtrations industrielles, les


caractéristiques de la suspension : n, α, W sont
pratiquement constantes, la pression de la filtration
également, la résistance du support peut être mesurée,
 Les parois poreuses industrielles peuvent être classés en
plusieurs groupes importants:
 les assemblage mécaniques réalisés par empilage de disque,
bobinage de fils, tressage…etc.
 Les tissus métalliques
 Les tissus synthétiques
 Les parois métalliques et mixtes (métallique – matière
synthétique) et autres
CHIMIQUE
ÉTUDE D'UNE FILTRATION AVEC UN
FILTRE PRESSE
 I- DESCRIPTION DU FILTRE PRESSE

Les éléments du filtre sont des plaques carrées en matière plastique


portant
des cannelures sur chacune de leurs deux faces. Ces faces supportent
des toiles
filtrantes en matière plastique. Les plaques montrent une ouverture au
centre pour
le passage de la suspension. L'ensemble formé par les plaques est
serré entre deux plaques en acier (une fixe, l'autre mobile) à l'aide
d'un vérin hydraulique pour comprimer l'ensemble et réaliser une
bonne étanchéité. Les deux plaques de filtration des extrémités ne
comportent pas de surface filtrante du côté des plaques en acier.
 Une pompe volumétrique est utilisée pour alimenter
le filtre à partir d'un bac contenant la suspension. Un
agitateur permet l'homogénéisation de la suspension
dans le bac.
 La suspension pénètre dans le filtre par le centre des
plaques. Le gâteau se dépose entre les toiles pendant
la filtration et on recueille le filtrat par les orifices des
plaques.
II- MODE OPERATOIRE

 1- Détermination de la masse volumique du Kieselguhr :


 Dans une fiole jaugée de 500 mL préalablement tarée, peser
précisément environ 10g de solide. Ajouter de l'eau pour
compléter au trait de jauge. Peser à nouveau.

 2- Préparation de la suspension:
 En début d'expérience, la cuve contient déjà un certain volume
de suspension à environ 15 g. L-1.
 Mettre en route l'agitation .
 Préparer un complément de suspension à 15 g. L-1 de
façon à atteindre l’indication 80 sur la règle (2 cm
correspondent à un volume de 5,1 L ).
 Prélever deux échantillons et les analyser à la balance à
dessiccation (couper l'agitation lors du prélèvement).
3- Mise en place du filtre:

 Le filtre est mis en place avec 5 plaques de filtration.


Placer les toiles filtrantes entre les plaques de
compression en acier.

 Serrer l’ensemble à l’aide du piston de la pompe


hydraulique et imposer une pression de serrage de
200 bars.
 Bloquer la course du piston et décomprimer
l'ensemble de la pompe hydraulique.
4- Filtration sous pression constante:

 Fermer la vanne de la plaque de compression.

 Manipuler les vannes de façon à alimenter le filtre


presse avec la suspension (vanne d’alimentation du
filtre ouverte entièrement).

 On met en route l'agitation dans le bac puis on


démarre la pompe en mode filtration pour alimenter
le filtre.
 8
 Noter le volume V1 affiché au compteur.
 Attendre que la pression de filtration atteigne 0,15 bar (cette
pression est à maintenir constante pendant toute la
manipulation en jouant sur les vannes: vanne
 d'alimentation du filtre et vanne de recyclage dans la cuve).
 Cette pression relative lue sur le manomètre correspond en
fait à la perte de charge du liquide à la traversée du filtre.
 Quand la pression atteint 0,15 bar déclencher le chronomètre
(temps t = 0) et relever le volume V0 de liquide affiché sur le
compteur.
 A partir de cet instant, noter à intervalles de temps réguliers
 le temps écoulé depuis le temps t = 0.
 le volume V affiché au compteur.
 On arrête la manipulation quand l'écoulement du filtrat
devient négligeable: le filtre est alors pratiquement
colmaté.
 Arrêter alors la pompe et fermer la vanne de vidange de
la cuve.
5- Aspiration et débatissage:

 Ouvrir la vanne de la plaque de compression.


 Manipuler les vannes de façon à aspirer le liquide
contenu dans le gâteau et lerefouler dans le bac de
suspension .
 Mettre la pompe en mode débatissage jusqu'à ce que
le maximum de liquide soit aspiré.
 Desserrer l’ensemble du filtre presse.
 A l'aide d'une spatule non métallique, récupérer le
gâteau de filtration.
 Le peser et prélever deux échantillons pour les
analyser avec la balance à dessiccation.
6- Nettoyage de l'installation:

 Le filtrat obtenu permet de rincer les canalisations et le


corps de la pompe en mode filtration.
 Rincer également sous l'eau les toiles filtrantes
III- EXPLOITATION DES
RÉSULTATS
 9
 1- la détermination de la masse volumique du Kieselguhr :
 Déterminer ρs la masse volumique du Kieselguhr, à partir des mesures
effectuées avec la fiole jaugée.

 2- la détermination de la teneur en solide de la suspension:


 Indiquer, à partir des mesures effectuées sur l’échantillon de la suspension,
la concentration massique en solide (Kieselguhr) de la suspension préparée.
On assimilera la masse volumique de la suspension à la masse volumique de
l'eau.
 3- la détermination de la résistance du support et de la résistance
spécifique du gâteau :

 Déterminer au préalable certaines caractéristiques de la filtration (donner


s’il y a lieu
 les unités):
 • le rapport d'humidité dans le gâteau h à partir des mesures effectuées sur
le
 gâteau
 h = masse totale de gateau/masse de solide dans le gateau

 • la porosité du gâteau Τε Τà partir de la formule donnée en annexe qui


doit être
 redémontrée
 ε =volume de liquide/volume total
 • la masse de gâteau déposée au cours de la filtration par unité
de volume de filtrat
 (W) à partir des résultats expérimentaux
 W = masse de solide dans le gateau
 volume de filtrat
 En effectuant une analyse des unités, déterminer les unités de
RS et de RG.
 Tracer la courbe
 t
 Vf
 = f(V)
 Remarque : en approximation, faire l’hypothèse que V (volume
de filtrat donc de
 liquide seul) est égal au volume de suspension traversant le
filtre.Vérifier cette
 hypothèse à partir de la composition initiale de la cuve.
 Tracer la courbe d'évolution de Qv (débit de filtrat) en
fonction du temps et
 commenter la.
 A partir du graphe obtenu, déterminer la valeur de RS et la
valeur de RG en utilisant
 la partie de courbe qui vous semble judicieuse.
 4- le bilan massique en Kieselguhr:
 10
 Réaliser un bilan massique en Kieselguhr en
considérant que le filtrat est
 uniquement constitué d'eau pure.Vous comparerez la
masse de Kieselguhr ayant
 alimenté le filtre à partir de la teneur initiale mesurée
et la masse de Kieselguhr issue
 du gâteau.
 BIBLIOGRAPHIE
 Technologie Génie Chimique (ANGLARET - KAZMIERCZAK)
Tomes 1 (schémas
 de filtre notamment) et 3
 Techniques de l'ingénieur: articles relatifs à la filtration

Vous aimerez peut-être aussi