Vous êtes sur la page 1sur 79

La Communication

Scientifique

Prof. LAHOUEL Mesbah


Université de Jijel
lahouelmesbah@yahoo.fr
La communication scientifique est l’outil
principal de l’étudiant et du chercheur.

A l’Université

On Doit Lire
Et
On Doit Produire
Chaque étudiant doit écrire
son Roman Scientifique
• La communication scientifique

Est basée sur :

* Une bonne organisation du travail,


* Une bonne recherche documentaire
* Une bonne lecture et sélection de notes d’un
document,
* Une bonne rédaction,
* Une bonne communication orale …
• Ce sont des règles élémentaires qui,
une fois maîtrisées par l’étudiant
elles feront de lui un bon
communicant

• Comment maîtriser ces règles? Tel


est l’objectif de notre matière
• ‘La Communication Scientifique’
• Pour Vous Aider dans Votre
Recherche Consultez :

La Méthodologie de Travail

Lahouel, OPU, 2013


La Méthodologie de Travail
1- Méthodologie Générale
• Prise de notes
• Lecture et notes de lecture
• Fiche de lecture
• Résumé

2- Méthodologie Spéciale: Le Rapport de Recherche


• La Recherche Bibliographique
• La Réalisation Pratique de la recherche
• L’Organisation du Rapport de Recherche
• L’Exposé Oral

3- L’article scientifique
• Les différents types d’articles scientifiques
• La préparation et la rédaction de l’article scientifique
• L’envoi de l’article à la revue
Pourquoi Lire et Publier ?
La lecture peut se faire :

• par des chercheurs (Etudiants doctorant ou


chercheur permanent) dans le cadre d’un travail
scientifique de recherche

Le chercheur a une seule alternative:


• Publier ou périr
• Bien écrire ou rien dire

Une constatation
• Quantitativement sur-informés
• Qualitativement sous-informés
Le Nombre de Publications

Le chercheur, même après une longue expérience a besoin de


publier:

• Pour pouvoir soutenir une thèse de doctorat

• Pour demander l’Habilitation universitaire (HDR)

• Pour postuler à une fonction

• Pour demander une subvention

• Pour justifier l’utilisation de crédits de recherches ou son


renouvellement (exemple des projets Cnepru, des laboratoires de
recherches…)

• Pour le classement des universités, des laboratoires…


Comment Evaluer une Recherche

La crédibilité d’une publication dépend de :


• La renommée de ses auteurs
• Et de la qualité de son support

Un auteur ayant eu le prix Nobel sera lu avec


respect

De la même manière, une revue réputée pour sa


rigueur (sur la base d’un classement : impact
factor, science citation index…) ne pourra
qu’inspirer confiance
Journal Data Filtered By: Selected JCR Year: 2015 Selected Editions: SCIE,SSCI Selected Category Scheme: WoS

Rank Full Journal Title Total Cites Journal Impact Factor Eigenfactor Score

CA-A CANCER JOURNAL FOR


1 CLINICIANS 20,488 131.723 0.062610
NEW ENGLAND JOURNAL OF
2 MEDICINE 283,525 59.558 0.685630
3 NATURE REVIEWS DRUG DISCOVERY 25,460 47.120 0.062940
4 LANCET 195,553 44.002 0.408170
5 NATURE BIOTECHNOLOGY 48,650 43.113 0.157710
6 NATURE REVIEWS IMMUNOLOGY 31,545 39.416 0.087600
7 NATURE MATERIALS 72,306 38.891 0.207990
NATURE REVIEWS MOLECULAR CELL
8 BIOLOGY 36,784 38.602 0.099690
9 NATURE 627,846 38.138 1.447620
Annual Review of Astronomy and
10 Astrophysics 9,000 37.846 0.020210
JAMA-JOURNAL OF THE AMERICAN
11 MEDICAL ASSOCIATION 129,909 37.684 0.275180
12 CHEMICAL REVIEWS 148,154 37.369 0.245480
13 NATURE REVIEWS GENETICS 30,286 35.898 0.107250
14 Annual Review of Immunology 17,023 35.543 0.036700
15 Nature Nanotechnology 40,881 35.267 0.167690
16 SCIENCE 568,210 34.661 1.157260
17 NATURE REVIEWS CANCER 41,846 34.244 0.088190
18 CHEMICAL SOCIETY REVIEWS 99,930 34.090 0.270410
19 REVIEWS OF MODERN PHYSICS 41,133 33.177 0.097350
20 Living Reviews in Relativity 2,038 32.000 0.007370
Les revues classées dernières
de la liste
11949 Psychoanalytic Study of the Child 338 0.000 0.000020
Queen Mary Journal of Intellectual
11949 Property 5 0.000 0.000070
Revista de Nefrologia Dialisis y
11949 Trasplante 2 0.000 0.000000

SCANDINAVIAN JOURNAL OF
11949 LABORATORY ANIMAL SCIENCE 91 0.000 0.000060

11949 Syntax and Semantics 413 0.000 0.000140

11949 Traitement du Signal 37 0.000 0.000020


ACS Biomaterials-Science &
11962 Engineering 73 Not Available 0.000010

11962 ACS Infectious Diseases 41 Not Available 0.000790

11962 Advanced Electronic Materials 90 Not Available 0.000000


Aerospace Medicine and Human
11962 Performance 28 Not Available 0.000000
Anaesthesia Critical Care & Pain
11962 Medicine 25 Not Available 0.000000
Qu'est-ce que l'Impact Factor ?

Le facteur d'impact représente, pour


une année donnée, le rapport entre le
nombre de citations sur le nombre
d'articles publiés par un journal, sur
une période de référencement de deux
ans.
Par exemple, pour une revue donnée
l'impact Factor en 2017 est le nombre
de citations se référant à la revue
donnée, trouvées dans la littérature
pour l'année 2017 et concernant les
articles publiés en 2015 et 2016 /
nombre d'articles total publiés par la
revue donnée en 2015 et 2016.
Le Plagiat
Les étapes d’une recherche

• Choix d’un thème :

* problématique

* hypothèse de travail
La problématique

• La problématique et les hypothèses de


travail constitue l’ensemble des questions
restées jusque là en suspens

• l’étudiant ou le chercheur choisit


quelques unes. Ces dernières
constitueront ses hypothèses de travail.
Un exemple de Problématique

La mitochondrie :

Une Cible Pharmacologique


• La mitochondrie
est impliquée dans de nombreux processus
physiopathologiques, tels que le cancer, le diabète,
...

La mitochondrie constitue la source majeure de la


production cellulaire des espèces réactives de
l’oxygène,

qui seraient responsables d’un stress oxydatif et le


point de départ des processus apoptotiques

durant lesquels on observe une perturbation dans


la chaîne de transport d’électrons et un
effondrement du système de détoxification.
• Une analyse claire des
données bibliographiques
Avant d’effectuer un travail de recherche :

L’étudiant doit consulter le maximum de


références bibliographiques Anciennes et
Récentes

Ensuite il doit faire un résumé de


l’ensemble de la littérature consultée relative
au sujet de recherche.

Elle doit être limitée au sujet en question ;


Les Bases de données biomédicales à
Consulter:

• Scopus

• Sciencedirect

• Springer

• Pubmed…
Synthèses des articles consultés:

• Les idées les plus importantes


• Les méthodes utilisées
• Les résultats importants
• Les références bibliographiques
complètes de l'ouvrage (titre, auteur,
éditeur, date d'édition, nombre de
pages) pour le faire figurer dans la
bibliographie
Analyse des résumés(Abstract)
Le résumé donné comporte aussi trois
paragraphes suivi d’une conclusion

• L’introduction décrira l’hypothèse de travail


ou le point de départ de la recherche.
• Le matériel et méthodes d’études seront
exposés ensuite.
• Les résultats les plus significatifs, positifs ou
négatifs seront indiqués clairement.
• La conclusion, courte
Partie Concernant

LA REALISATION PRATIQUE
La préparation
L’étudiant doit :

• Dégager un plan clair et détaillé du travail


pratique.
• Choisir les paramètres à déterminer.
• Préparer le matériel sur lequel il va
travailler :
- Les patients s’il s’agit d’un travail clinique.

- Les Souches bactériennes, fongiques…


Etape de Préparation

• Préparer une Fiche de Produits et


matériel nécessaire au travail
prévu

• Préparer une Fiche Technique de


chaque manipulation
Exemple
Le Frottis Sanguin
Fiche de Produits et matériel

• Rat: 01, 02…


• Tube en plastique: 2, 4, 8…
• L’anticoagulant: Héparine, EDTA, Citrate ...
• Lames en verre: 4, 8, 16…
• Lamelles
• Colorant: Giemsa, May Grünwald
• Microscope
Fiche Technique
de Manipulation
Prélèvement du sang *
sur anticoagulant
* par ponction veineuse

Sang non coagulé


La réalisation du frottis
Examen Microscopique et
comptage
Résultats
• La présentation de ce chapitre dépend du
but du travail c'est-à-dire de ce que veut
montrer l’auteur.

• Dans ce paragraphe l’auteur donne les


premières conclusions chiffrées de son
étude.

• Le plan du paragraphe peut être


comparable à celui des méthodes
• Faire varier la forme
de présentation des
résultats : tableau,
courbe,
histogramme… selon
le but recherché.

• La présentation doit
être « explicite »
d’elle-même.
Tableau des animaux à examiner
Rat N° Glycémie à jeun Glycémie 2
heures après le
repas
01
02
03
03
04
05
06
• Il est toujours utile de faire
une mise au point des
méthodes (séance zéro) avant
de lancer son travail.
Statistiques
• Ne pas oublier l’analyse statistique

• Voici une critique d’un article


Un autre problème concerne les analyses statistiques. Les tests
utilisés pour la partie écotoxicologique sont des t-tests de Student alors qu’il
y a au total 4 concentrations testées par variable mesurée. Plutôt que de
multiplier les tests t (augmentant le risque d’erreur), il est préférable
d’effecteur une ANOVA et ensuite des tests post-hoc (type Tukey ou
Scheffé) pour évaluer les différences entre les concentrations testées par
groupes 2 à 2. La même chose peut être appliquée pour les analyses de
terrain. D’ailleurs il semble qu’il y ait des erreurs dans les résultats
statistiques présentés car les a indiqués sur les tests en résultat pages10 et
11 sont de 0,005 et non de 0,05 comme indiqué dans le matériel et
méthode.

• Commentaires mineurs :

• - Figures 3, 4, 5 et 6 : Les astérisques devant indiquer le degré de


significativité des tests ne sont pas indiqués sur les figures mais sont dans
la légende.
3ème PARTIE

LA REDACTION DU MEMOIRE
Pour réussir un écrit, il faut se rappeler deux règles
essentielles : La Sincérité et la vérité.

• La sincérité : veut dire que les données sont reproduites


tout en évitant « la Fraude scientifique », ce qu’on appelle
« La piraterie scientifique ». Cette dernière consiste à ne
pas citer une ou plusieurs références de travaux effectués
par d’autres auteurs.

• La vérité : est la vérification rigoureuse de cette sincérité


(Intérêt de l’essai en simple aveugle ou double aveugle)

• Ces deux règles sont une mise en garde pour l’auteur


contre le mensonge, hélas assez fréquent
• Bien rédiger un rapport scientifique, c’est
d’abord bien ordonner les chapitres :

• Une des conditions qu’il faut respecter pour


faciliter l’écriture d’un mémoire consiste à
dégager d’abord un plan très détaillé. Ce
dernier repose sur le schéma IMRED
(Introduction- Patient, Matériel et
Méthodes- Résultats – Discussion
Conclusion).
Sommaire
• INTRODUCTION GENERALE.
• ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE.
• MATERIEL ET METHODES.
• RESULTATS.
• DISCUSION CONCLUSION.
• REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Ensuite :
• de rédiger un plan de travail (du rapport) même
s’il sera modifié par la suite.

• De faire des phrases courtes et bien construite :


la doxorubicine entraîne une toxicité
hématologique sévère).

• De chercher la simplicité scientifique en variant


les enchaînements. Celle-ci n’est possible que
par l’utilisation correcte de la ponctuation et des
mots de liaison des phrases (mais, donc, or, ni,
car, cependant, par conséquent, en effet et
ainsi…).
• Etre honnête et précis : le oui soit oui, le
non soit non. Ainsi il faut éviter les
expression imprécises comme : on pense
que, peut être.

• D’écrire le rapport comme si on raconte


une histoire en respectant bien sûr le
langage scientifique.
• QUEL SERA LE CONTENU
DE CHAQUE CHAPITRE ?
L’ Introduction
• L’introduction doit dégager la ou les questions à
résoudre, c’est une réactualisation des données
antérieures. Pour faciliter sa présentation, nous
proposons qu’elle soit séparée en trois(3)
parties successives : d’abord un rappel des faits
déjà connus sur le sujet de recherche en 6 à 8
lignes, ensuite les questions restées en suspens
(c’est le terrain qui est resté vierge ou à
défricher) et parmi lesquelles l’auteur choisit
enfin une ou plusieurs de ces questions pour
formuler son hypothèse de travail.
• L’introduction doit être courte : au maximum 20
à 25 lignes dactylographiées
• Il faut retenir que dans
l’introduction, l’auteur doit fournir
les explications nécessaires sur le
sujet à débattre en évitant
soigneusement les notions de
base ou élémentaires
II ANALYSE
BIBLIOGRAPHIQUE :
• Ce paragraphe consiste à dresser un
historique complet et détaillé sur le
sujet de recherche souvent inutile
pour une publication (article dans un
journal), il constitue par contre une
bonne partie d’un mémoire de fin
d’étude ou d’une thèse.
Que doit comprendre ce chapitre ?

• C’est un super paragraphe qu’il


faut séparer en plusieurs parties.
Mais avant d’y procéder il est
recommandé de fixer l’objectif de
la recherche c'est-à-dire le but
précis du travail.
• Ainsi, toute la synthèse
bibliographique sera centrée sur cet
objectif et permet donc toute
déviation sur le sujet.

• L’organisation serait facilitée par


l’établissement d’un plan détaillé des
différentes parties composant le
chapitre.
• Exemple
l’analyse bibliographique ne doit pas
occuper plus du tiers (1/3) de l’écrit
• d’une thèse,
• d’un mémoire de D.E.S / Ingéniorat
• ou d’une publication originale.
III- MATERIEL ET METHODES :

• Dans ce chapitre, l’auteur


expose la partie pratique de son
travail.

• Ce chapitre lui est strictement


personnel par opposition au
chapitre précèdent.
• Il s’agit de faire connaître de
façon détaillée (sauf pour un
article ; voir plus loin)
l’expérimentation ou l’étude
entreprise dans un ordre
logique et sincère.
• Logique en ordonnant les
groupes, les lots d’échantillons,
les méthodes…etc. et sincère en
reprenant fidèlement ce qui a été
réalisé. Les deux parties
(matériel) et (méthodes) doivent
être distinctes.
Dans la partie (matériel) :
La qualité et la clarté des données
sont de rigueur.

Voici quelques règles à respecter


lors de préparation de cette partie

Il faut préciser s’il s’agit d’une


étude expérimentale ou clinique.
– De regrouper les patients ou les animaux par
groupe et non individuellement : hommes ou
femmes, enfants, adultes, personnes âgées,
malades ou non malades… selon le but
recherché.
– De prévoir obligatoirement un ou des groupes
témoins (animaux gardés dans les mêmes
conditions que les traités et pour la même
durée d’observation, en clinique des hommes
et des femmes d’âge correspondant aux
patients…).
–Il faut préciser le matériel sur
lequel on travaille : sang,
urines, organes ainsi que les
conditions de prélèvement et
de conservation.
–De donner toutes les indications
concernant le produits utilisés
(médicaments, produits chimiques,
solvants…).

–Très important : Dans cette partie, il


faut surtout éviter d’énumérer le
matériel mais de faire des phrases
bien charpentées de façon à construire
un paragraphe homogène.
Dans la partie (Méthodes) :

• L’auteur ou l’étudiant décrit chaque


méthode de son expérimentation de
façon détaillée, s’il s’agit d’un dosage
ou la mise au point d’une technique,
il doit préciser les quantités exactes
de l’échantillon, des réactifs, le temps
d’observation et le mode de lecture
sur l’appareil.
• De plus, la description d’un
nouvel appareillage est
nécessaire. Il ne faut jamais
oublier de mentionner, la
référence de l’auteur ayant
décrit la méthode ;
• exemple : Dosage de la
créatinine selon la méthode de
Jaffe (Bonsnes et al, 1945).
• S’il s’agit d’un article, d’une
communication ou d’un résumé,
les méthodes utilisées seront
seulement désignées d’un nom
(« Dosage des protéines sériques
par la méthode de Lowry »). Mais
les nouvelles (ou modifications)
techniques seront brièvement
décrites.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

• C’est le dernier chapitre du rapport


scientifique de l’étudiant chercheur,

• il englobe la liste des références


bibliographiques citées dans le texte par
l’auteur,

• c'est-à-dire que les références (articles


scientifiques, ouvrages…) consultées mais
non citées dans le rapport ne doivent pas y
figurer.
Les règles de présentation des références
bibliographiques sont claires et presque
universelles.

Ces références sont citées selon le


système Harvard ou le système Index
Medicus.
Le système Harvard
• Le système Harvard : dans le texte, la référence est citée en
donnant le nom de l’auteur suivi de l’année de publication : (Morin,
1981) a mis au point….

C'est-à-dire que la référence peut être citée soit :

• Au début d’une phrase : Morin et al., (1981) ont mis au point…


• A la fin de la phrase : le dosage est rendu possible garce à la
méthode de Morin et al., (1981).
• Rarement dans un titre (sauf dans les méthodes de dosage :
dosage des protéines selon la méthode de Lowry et al., (1961)…

• Lorsqu’il y a plusieurs références pour une même donnée, c’est par


ordre chronologique de publication : le dosage du gluthation peut
être effectué par des méthodes enzymatiques (MacItyre, 1980 ;
Meister,1983).
Le système index Medicus

• Le système index Medicus : dans le texte,

• la référence est citée par un numéro de la


publication porté dans la liste des références.
Lahouel et al.,(25) ont mis au point…
La toxicité du médicament a été signalée par
plusieurs auteurs [25, 28-31]…

• La référence peut être citée entre parenthèses ou entre


crochets et possible en exposant (The mitochondrial respiratory
chain is the major site of free radical production within the cell 1,2,9).
• Deux variantes sont alors possibles dans l’ordre
d’apparition des références dans le texte d’une
part et dans le paragraphe des références d’autre
part :

• Si dans le texte, l’ordre nominal est respecté


(de 1 à Y c'est-à-dire 1 ensuite 2 ensuite 3…),
dans la liste des références l’ordre alphabétique
n’est pas respecté. Les références sont citées
dans l’ordre d’apparition dans le texte, de 1 à Y.

• Si dans le texte, l’ordre nominal n’est pas


respecté (34 ensuite 2 ensuite 123 ensuite 1…),
dans la liste des références l’ordre alphabétique
est respecté. Les références sont citées dans le
texte selon l’ordre d’apparition dans la liste des
références, de A à Z.
Chaque référence doit comprendre (dans l’ordre) :

• Le (s) noms et les initiales du (es) prénoms (s) (Morin J.P et col voir exemple ci-après).

• Le titre complet de l’article, de la thèse ou de l’ouvrage : (Nephrotoxicité des Antibiotiques).

• Le nom de la revue en abrégé (Eur.J.Med) ou de l’éditeur pour les ouvrages, qui a publié le travail.

• L’année de publication (1980).

• Le tome, le volume et le numéro d l’ouvrage (3).

• La première page et la dernière page s’il s’agit d’un article ou le nombre de pages s’il s’agit d’un ouvrage (livre)
( :80-85).

L’exemple complet s’écrit alors: (mais plusieurs variantes possibles selon la


revue)

Morin J.P, Fillastre J.P et Viotte G, (1980). Nephrotoxicite des antibiotiques. Eur.J. Med, 3 :80-85

Morin J.P, Fillastre J.P et Viotte G. Nephrotoxicite des antibiotiques. Eur.J. Med, 1980 ; 3 :80-85

Morin J.P, Fillastre J.P et Viotte G. Nephrotoxicite des antibiotiques. Eur.J. Med, 3 :80-85, 1980.

Morin J.P, Fillastre J.P et Viotte G. Eur.J. Med, 1980 ; 3 :80-85

JP. Morin, JP. Fillastre, and G. Viotte, Eur.J. Med, 1980 ; 3 :80
…..
Le résumé

• Il est donné soit au début de l’article (dans le


cas d’un rapport, d’un compte rendu ou d’une
publication) soit au « verso » (le dos) de la
couverture (dans le cas d’un mémoire ou
d’une thèse).

• Le résumé est rédigé dans deux langues (une


nationale et une autre étrangère anglais,
français, italien…).
• Résumer un travail : c’est raccourcir
considérablement son volume pour
montrer les faits étudiés et donner une
idée de leurs importances.

• Le résumé donné au début ou à la fin d’un


rapport scientifique ou publié séparément
est souvent lu en premier, donc il doit être
attirant et doit suffire à lui-même ; comme
une vitrine d’un magasin.
Communication Orale
• C’est la présentation Orale d’un travail au
cours d’une manifestation scientifique.

Cette dernière peut être une simple réunion


interne de groupe, un séminaire, un congés,
ou le plus souvent « une soutenance »
devant un jury composé de 4 à 5
professeurs spécialistes de la question
traitée.

Cependant, durant l’exposé ces membres


du jury sont censés ne rien connaître sur le
sujet.
L’auteur (ou l’étudiant) dispose alors de
10 à 15 minutes pour présenter son
travail.

Durant ce temps, il tentera d’expliquer,


de commenter et surtout de convaincre
le jury et l’assistance.
• Pour réussir son oral,
l’auteur doit respecter quelques règles :

* Ne pas dépasser le temps de parole (10 à


15 minutes).

* Préparer à l’avance l’exposé oral.


Il faut d’abord dégager les éléments essentiels

• des méthodes

• des résultats et de la discussion

• ensuite de préparer un résumé de 10 à 15


minutes

• le lire plusieurs fois, de préférence en


présence de ses collègues
• Une communication orale ne se « lit » pas et ne
« s’apprend » pas non plus : Il faut avoir des repères
écrits et l’essentiel en tête

• L’auteur doit préparer des diapositives, des transparents


et des planches (POSTER).

• Il doit rester court et précis en évitant toute


improvisation : Ne dire que les choses déjà préparées.

• L’orateur (étudiant) doit parler clairement en articulant


correctement : ni trop rapidement, ni trop lentement,
ni à basse voix, ni à très haute voix, au juste milieu, ceci
vient avec l’entraînement et l’expérience.
• Préparation d’une diapositive
Pour préparer une diapositive il faut :

• Résumer l’idée qu’on veut communiquer (une


méthode, des résultats, ou des conclusions)
sous forme de :

- Phrases courtes,
- De tableaux,
- De courbes.

• Ne pas surcharger la diapositive (4 à 5 titres


maximum).