Vous êtes sur la page 1sur 26

LA STRATÉGIE NATIONALE DE DÉVELOPPEMENT

DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE

Réalisé par:
HILIA Soufian Encadré par:
MAJID Asmae Mr. NACHOUI
NAJEM Noussaiba
NYAMI-MOURABIT
Oumaima

Année universitaire:
INTRODUCTION

AXE I:Développement d’un réseau national de zones logistiques . multi-flux (ZLMF)


1) Pourquoi les zones logistiques
2) Les types des plateformes logistiques
a) plateformes conteneurs
b) plateformes de distribution et de sous-traitance logistique
c) plateformes d’agro-commercialisation
d) plateformes de matériaux de construction
e) plateformes céréalières.

AXE II : Optimisation des flux de marchandises

PLAN AXE III :Développement du tissus d’acteurs au secteur logistique


3) Restructuration des acteurs de transport routier de marchandises
4) Emergence d’opérateurs intégrés dans le secteur de la logistique
5) Mise à niveau des donneurs d’ordres

AXE IV : Développement des compétences à travers un plan national de formation


dans les métiers de la logistique
6) Formations pré-embauche
7) Formations post-embauche

AXE V : Gouvernance pour la mise en œuvre de la stratégie


8) Agence Marocaine pour le Développement de la Logistique et Observatoire de la
compétitivité logistique :
9) Pilotage et suivi du plan d’action de la nouvelle stratégie logistique

CONCLUSION
INTRODUCTION

■ En 2008 le Maroc a mis en place une stratégie de développement logistique,


après estimation suggéré par une étude menée par le Ministère de l’Equipement
et des Transports en partenariat avec la Confédération Générale des Entreprises
du Maroc (CGEM), qui montre les fruits à récolter lors de la stimulation de la
compétitivité logistique international, et l’insertion dans la chaine globale
mondiale

■ Les couts logistiques, pèsent lourdement sur le chiffre d’affaire des entreprises, et
freine la participation des firmes domestiques dans les échanges internationaux, l’
étude de la CGEM a révélé que le coût de la logistique représente, selon les
branches industrielles, de la moitié aux deux tiers des charges du facteur travail !
Il est au minimum de l’ordre de 20% du PIB, soit deux fois supérieur à celui des
pays de l’Union Européenne (10%) et des pays d’Europe Centrale, et les marchés
émergents comme le Mexique, le Brésil et la Chine (15 à 17%).
Objectifs et impacts généraux de la nouvelle
stratégie :

■ En revanche, La logistique influence amplement les agrégats


nationaux, avec une contribution au produit intérieur brut (PIB)
national estimée à 5% le transport et le chargement se taillent à eux
deux 3% , la filière logistique englobe 100.000 emplois directs.

 Ce qui a hâté la mise en vigueur de cette stratégie qui prévoyait de


réduire les coûts logistiques de 20 à 15% du PIB, et d'accélérer la
croissance économique de 0.5 point de PIB par an, soit 5 points
de PIB en 10 ans et faire du secteur logistique un acteur du
développement durable du pays, à travers la réduction des
nuisances
Axes de la stratégie :
- La nécessité du développement d’un réseau national des zones
logistiques multi flux, qui consiste en des zones d’activité logistique
regroupant un ou plusieurs types de plateformes ;

- L'optimisation d’un large éventail flux de marchandises, par exemple:


Flux énergétiques , Distribution nationale, Flux import / export ;

- La mise à niveau et incitation à l’émergence d’acteurs logistiques


intégrés et performant ;

- Le développement des compétences à travers un plan national de


formation dans les métiers de la logistique;

- La Gouvernance de la mise en œuvre de la stratégie , pour assurer le


bon déroulement et un accompagnement efficace des acteurs impliqués
dans la stratégie afin d’obtenir les résultats escomptés.
AXE I:Développement d’un réseau national de
zones logistiques . multi-flux (ZLMF)
1)- ZONES LOGISTIQUES, POURQUOI FAIRE ?
Zone logistique Multi-flux une zone d’activités dédiée à la logistique, comportant un ou
plusieurs types de plateformes différentes, avec une mutualisation des infrastructures
communes et des services généraux sur site.

Il s’agit de la création d’un réseau de plateformes logistiques bien connectés aux


infrastructures (ports, autoroutes, voies ferrées) et situées à proximité des bassins de
production et de consommation, permettant de :
 
• Constituer des zones de concentration des flux de marchandises afin
d’optimiser leur gestion notamment en les massifiant, en s’appuyant sur
les
solutions de transport multimodales les plus adaptées et en y apportant
des
services à valeur ajoutée.

• Réguler le transport routier de marchandises en milieu intra et périurbain


en vue de la décongestion des centres urbains et de la réduction des
Il existe 5 grands types de plateformes :

■ plateformes conteneurs,
■ plateformes de distribution et de sous-traitance logistique,
■ plateformes d’agro-commercialisation,
■ plateformes de matériaux de construction,
■ plateformes céréalières.
2)- LES TYPES DE PLATEFORMES LOGISTIQUES
AU MAROC

a)- Plateformes conteneurs;

Ce sont des zones de stockage


servant de nœuds d’innervation
logistique en flux conteneurs.

Pouvant être sous douanes,


elles offrent des espaces de
stockage ainsi que d’autres
activités telles que les services
de dépotage/empotage des
conteneurs, triage des
conteneurs par destination
(vers les plateformes des
autres villes),
chargement/déchargement des
camions.
b)- Plateformes de distribution et de sous-
traitance logistique;

Ce sont des plateformes mises à la


disposition des opérateurs industriels et
commerciaux et qui serviront à
accompagner la croissance de la
distribution moderne en rationalisant des
circuits de la distribution traditionnelle.
c)- Plateformes d’agro-
commercialisation

Nouvelles stations pour le passage


des produits agricoles et véritables
bourses des produits frais, ces
plateformes offriront des
infrastructures (stockage, capacités
importantes d’entrepôts
frigorifiques, etc.) et de nombreux
services (manutention, contrôle
qualité et traçabilité des produits,
administratifs, bancaires, etc.) et
contribueront à la réduction et
l’homogénéisation des coûts de
commercialisation, la continuité de
la chaîne de froid, la traçabilité, et
un meilleur respect des conditions
d’hygiène.
d)- Plateformes de matériaux de
construction ;

Ces plateformes seront développées dans


le cadre de l’amélioration des chaînes
d’approvisionnement des chantiers de
construction. Elles visent le groupage des
matériaux pour une massification des flux
et une meilleure desserte des villes.
e)- Plateformes céréalières ;

La mise en place de ces zones de stockage et


de dépôt considérées comme des réserves
nationales de céréales permettront d’améliorer
et sécuriser les approvisionnements,
d’optimiser les achats pour une stabilisation
des prix et une meilleure maîtrise des besoins
de compensation, et également une meilleure
organisation des flux vers les minoteries avec
des accès faciles aux producteurs de céréales.
Ces plateformes permettront de disposer d’une
capacité globale de stockage de 15 millions de
tonnes
AXE II : Optimisation des flux de
marchandises
L’augmentation des capacités de stockage céréalières au niveau des
Céréales ports
L’amélioration de la planification au niveau des points d’entrée des
importations
Le développement d’un réseau de plateformes céréalières

L’amélioration des capacités de stockage pour répondre à la demande


Flux énergétiques L’adaptation du réseau de centres de stockage primaire à l’évolution de
la logistique de transport

La mise en place d’un réseau de plateformes de services logistiques de


Distribution nationale type « distribution et sous-traitance logistique »
Le déplacement des entrepôts des centres villes vers les nouvelles
plateformes de « distribution et sous-traitance logistique »

Le développement, au sein des agropoles, de plateformes de services


Flux agricoles domestiques logistiques destinées aux produits agricoles provenant des bassins de
production

Le développement, au sein des agropoles, de plateformes de services


logistiques destinées aux produits agricoles provenant des bassins de
Matériaux de construction production
Le déplacement des entrepôts des centres villes vers les nouvelles
plateformes de matériaux de construction
AXE II : Optimisation des flux de
marchandises
Le développement de plateformes logistique de distribution et de sous-
traitance dédiées au textile
Flux du textile et de Fédérer et sensibiliser les acteurs du secteur privé,
l’artisanat

La mise en place de plateformes logistiques au sein des P2I prévues par


le Pacte National d’Emergence Industrielle
Biens industriels
Le développement d’une offre logistique destinée au traitement des
biens industriels au sein des plateformes « distribution et sous-traitance
logistique »

Améliorer la logistique liée aux exportations des produits agricoles et aux


initiatives du Plan Maroc Vert
Produits agricoles
d’exportation Inciter à l’externalisation de la logistique liée à l’exportation des produits
agricoles.

L’appui aux acteurs nationaux de Transport International Routier (TIR)


Mesures transversales L’utilisation des plateformes logistiques pour encourager le groupage des
d’appui aux flux import / flux
L’optimisation du circuit douanier à l’export
export

La mise en place d’un réseau de plateformes de services logistiques


conteneurs
Conteneurs import / export L’optimisation du point focal du flux conteneurs le port de casa
Réduction des impacts du flux conteneurs en termes de congestion et de
pollution
AXE II : Optimisation des flux de
marchandises
L’exploration des possibilités
d’utilisation des flux de
conteneurs vides pour
exporter les engrais
phosphatés et les produits
agricoles en partenariat avec
les armateurs

Exploitation des capacités


des conteneurs à vide
pour l’export la sensibilisation du secteur privé
aux possibilités d’utilisation des
flux de retour des
conteneurs vides à l’étranger et le
développement de partenariat
avec les compagnies maritimes
pour la conteneurisation des
produits agricoles à partir
d’Agadir et/ou d’autres bassins
côtiers vers l’Europe.
AXE III :Développement du tissus
d’acteurs au secteur logistique
■ Le secteur du transport routier de marchandises représente 90% du flux
fret national.
■ Etant le principal mode de transport domestique des marchandises, ce
secteur connait une croissance permanente de l’ordre de 6%
annuellement.
■ Cependant la structure de l’industrie de la soutraitance dans le secteur du
transport routier de marchandises reste encore immature et atomisée
avec 3 types d’acteurs émergeant :
 le formel structuré (~200 unités)
 le formel non structuré (~20.000 unités)
 l’informel (~20-30.000 unités)
1. Restructuration des acteurs de transport
routier de marchandises
En réponse à ces enjeux que présente Compte tenu du rôle vital de tels
le secteur du transport Routier de opérateurs dans le succès de la
marchandises, il est aujourd’hui nouvelle stratégie logistique, il est
impératif de le mettre à niveau en prévu la mise en œuvre des mesures
réalisant les objectifs suivants :  suivantes :
■ la modernisation d’un tissu de 20.000
■ Améliorer les critères d’accès à la
sous-traitants ayant pour la majorité
profession et des conditions
une offre encore archaïque, 
d’exploitation et de contrôle,
■ l’incitation et l’encouragement des
donneurs d’ordre à recourir à la sous- ■ Mettre en place un système de rating et
traitance des activités liées au de labellisation comme outil permettant
transport routier de marchandises.  l’accès facile au financement bancaire, et
aux marchés publics et aux appels
d’offres relatifs aux zones logistiques
multiflux, 
2. Emergence d’opérateurs intégrés
dans le secteur de la logistique

En vue d’attirer les investisseurs dans le


secteur de la logistique et favoriser
l’émergence d’opérateurs nationaux et
internationaux intégrés, il est prévu de : 

■ Elaborer et instaurer un système de


classification et qualification des acteurs
logistiques intégrés (système de
labellisation), 
■ Faciliter et mettre en place une
réglementation transparente pour l’accès au
foncier réservé aux activités logistiques
(ZLMF), 
3. Mise à niveau des donneurs d’ordres

Il s’agit de mettre en place une politique de promotion auprès des


tissus d’acteurs cibles et focalisée sur les métiers logistiques, qui
visera en particulier les principaux donneurs d’ordre dans les différents
secteurs de l’économie.

A cet effet, il est prévu de mettre en œuvre les initiatives


suivantes : 
■ Organiser des actions de communication ciblée autour de l’offre
relative aux services logistiques, ce qui consolidera l’effort de
développement des plateformes logistiques, 
■ Mettre à niveau les donneurs d’ordre par le biais d’un soutien et d’une
formation pour les sensibiliser aux pratiques logistiques performantes
et aux intérêts de la sous-traitance, 
AXE IV : Développement des
compétences à travers un plan national
de formation dans les métiers de la
logistique
■ Le marché de l’emploi se caractérise actuellement par une
inadéquation entre l’offre et la demande en termes de profils, en
particulier pour les métiers des opérateurs. De plus, la
modernisation du secteur logistique marocain crée une
demande de profils nouveaux, parfois très spécialisés et peu ou pas
disponibles sur le marché national. 
■ A cet effet, il a été convenu lors de la définition de la nouvelle
stratégie de la nécessité d’une mise en œuvre d’un plan intégré des
formations dans le domaine de la logistique touchant l’ensemble des
niveaux de qualification : Opérateurs spécialisés, techniciens
spécialisés, ingénieurs et managers.
1. Formations pré-embauche

Le plan est axé sur les initiatives suivantes :

■ Activer le système supérieur marocain (Grandes écoles d’ingénieurs, universités, écoles


supérieures techniques, par :
-- le développement de masters spécialisés au sein du système supérieur marocain :
universités et grandes écoles, 
-- l’adaptation des filières / intégration au plan 10.000 ingénieurs, 
-- l’activation des filières généralistes de techniciens bac+3 et bac +2, 

■ Coordonner avec l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail


(OFPPT) la mise en place d’un plan de formation dans les filières des techniciens
généralistes et spécialisés.

■ Contribuer à l’investissement nécessaire à la mise en place des centres de formation


dans les domaines de la logistique et encourager les opérateurs du secteur à la création
de partenariats et la mise en place d’Instituts Spécialisés sur des secteurs non couverts
par l’OFPPT (ferroviaire, portuaire),etc.
2. Formations post-embauche

■ Cette initiative consiste en la mise en place d’une assistance


technique OFPPT visant la mise à niveau des chauffeurs à travers
l’introduction d’une formation minimale obligatoire de même type que
les FIMO (Formation Initiale Minimum Obligatoire) et FCOS
(Formation Continue Obligatoire de Sécurité) françaises.
AXE 5 : Gouvernance pour la mise en œuvre de la
stratégie
1. Agence Marocaine pour le Développement de la Logistique et Observatoire de la compétitivité
logistique :

■ Cette Agence est chargée de :

 Réaliser les études définissant les stratégies et plans d’actions visant le


développement de la logistique ;
 Elaborer un schéma directeur des zones d’activités logistiques,
 Elaborer les études afférentes au développement des zones d’activités logistiques
et promouvoir le développement desdites zones ;
 Rechercher et identifier l’assiette foncière pour le développement des zones
d’activités logistiques;
 Mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de promotion de
l’émergence d’opérateurs intégrés de la logistique ;
 participer, avec les autorités gouvernementales concernées, à l’élaboration des
plans de formation dans les domaines de la logistique ;
 Assister pour des mission de veille ; suivi et de mesure de la performance du
secteur de la logistique ; de la compétitivité logistique, piloté par un sous comité
public-privé, avec une gestion autonome au sein de l’AMD.
AXE 5 : Gouvernance pour la mise en œuvre de la
stratégie
2. Pilotage et suivi du plan d’action de la nouvelle stratégie logistique :

. Afin de garantir une coordination et un suivi à haut de la mise en œuvre de cette


nouvelle stratégie un comité présidé par le Premier Ministre et constitué d’acteurs
publics et privés sera institué.

Ses missions seront de :


Fixer les priorités et lancer les
chantiers

Suivre la mise en œuvre du plan


d'action

Résoudre les oints d'arbitrage


CONCLUSION
Merci pour votre attention