Vous êtes sur la page 1sur 16

Lycée Moulay

Rachide

‘’La Métaphysique’’

Demandé par :
Mme. Nawal SADIK Réalisé par :
 Kawtar IMMOUSSAT

Session : 2018 / 2019


INTRODUCTION
PLAN
I. Métaphysique - vue générale (anthologie)
II. Typologie de la Métaphysique
III. Conclusion
Aristote

Aristote définit pour la première fois cette « science » qui n’a


pas encore de nom en la qualifiant de « philosophie première »,
première en importance et en dignité. Elle a pour objet des
notions générales et abstraites telles que la substance des
choses et leurs prédicats (qualité, quantité, relation).
Kant Emmanuel

Pour Kant « La métaphysique est la science qui contient les


premiers fondements de ce que saisit le savoir humain. Elle est
science des principes de l'étant et non pas des principes de la
connaissance »
La Métaphysique
De nos jours, la métaphysique est une notion équivoque qui recouvre aussi bien la
science des réalités qui échappent aux sens que la connaissance de ce que les
choses sont en elles-mêmes, indépendamment de nos représentations.

 Définie comme science de ce qui existe en dehors de


l’expérience sensible, la métaphysique s’oppose à la
physique et concerne des entités ou des processus considérés
comme immatériels et invisibles (l'âme, Dieu, la « force vitale »,
etc.)
 Définie comme connaissance de ce que les choses
sont en elles-mêmes, la métaphysique s’oppose à la
connaissance empirique des phénomènes tels qu'ils
nous apparaissent et peut recouvrir une partie du
champ des sciences.
 la métaphysique est une science philosophique qui
questionne d'abord l'existence des choses ou des
événements tels qu'ils nous apparaissent, et qui tente
ensuite de décrire et d'expliquer ce qui existe vraiment.
illustration
La Physique La Métaphysique

Soulève des questions auxquelles la Au-delà de la nature (l’abstraction et le


simple observation de la nature ne peut travail intellectuel)
répondre: • L’inconscience
• La question de l’ordre • La conscience
• La question de la finalité • La mort
• La question de la moralité • L’existence
• La question d’un système de valeur • L’être en tant qu’être
• Etc…..
Abstraction et travail intellectuel

Métaphysique
(Abstraction de l’être)
Degrés
d’abstraction selon
Mathématiques
(Abstraction du nombre) Aristote

Philosophie et Sciences
Physiques
(Abstraction d’une donnée)
Métaphysique
(Abstraction de l’être)

La méthode d'Aristote qui consiste à partir de l'observation de la


réalité, comprendre le réel, le prendre comme il est en face de nous,
et nous nous demanderons ensuite pour lui toutes les questions
critiques et toutes les questions d'ordre idéaliste si on veut.

lorsque l'homme réfléchi sur ce qui l'entoure il n'est pas en train de se


demander premièrement si ce qu’il voie, ce qu'il observe et un vrai
ou n'est qu'une imagination!!

par exemple il constate que la réalité est en face de lui en fait il ne


constate même pas la réalité il est imprégné par elle. Aristote
Métaphysique
(Abstraction de l’être)
Typologie de la Métaphysique

1 La métaphysique fantastique

2 La métaphysique généraliste

3 La métaphysique subjectiviste
La métaphysique fantastique

C’est la forme traditionnelle la plus répandue, car elle fait partie des mythes et des dogmes
religieux qui connaissent depuis les origines de l’humanité un succès jamais démenti. Ses thèmes
sont le surnaturel, le divin, l’âme, les esprits, la vie après la mort (le paradis, l'enfer, le purgatoire),
les prophètes, etc. Ces idées sont connues par révélation ou croyance en un texte qui fait
autorité. Elles forment un récit sur le monde, Dieu, les hommes, le surnaturel, etc. Cette
métaphysique religieuse est quantitativement et de très loin la plus répandue.
La métaphysique généraliste

C’est une forme tout aussi ancienne qui concerne des thèmes comme l’indéterminé, la forme,
l’absolu, la matière, l’inconditionné, l’être en tant qu’être, l’infini, ou encore des thèmes nés de la
juxtaposition des précédents comme l'ontologie de l'altérité, la dialectique du même et de
l'autre. Il s’agit d'idées générales et abstraites qui sont attribuées au monde et connues a priori,
et ne se réfèrent pas à une situation empiriquement identifiable.

La forme générale-abstraite de la métaphysique porte aussi sur des catégories telles que le
temps, l'espace, la substance, etc.
La métaphysique subjectiviste

Cette forme consiste à se servir de notions ordinaires, puis à les remanier par une méditation
personnelle (donc peu partageable) et à en faire un discours abstrait. Elle concerne soi, l’autre,
le sujet, la liberté, la mort. Ces idées sont connues par une intuition intellectuelle qui les pose
d’évidence pour être justes et effectives, même si elles paraissent parfois très obscures. Cette
métaphysique produit un enfermement dans une phraséologie hermétique qui la rend
inaccessible aux non-initiés. Nous la qualifions pour cela de subjectiviste ou solipsiste, d'autant
plus que son côté hermétique rend les pièges du langage fatals pour la raison.
Conclusion

 La métaphysique en général
• Nous avons commencé par des exemples pour ne pas être
embarrassés par une définition générale peu parlante. En effet, dire
que la métaphysique étudie l'être en tant qu'être est assez vrai,
mais préférons-y voir une tentative d'accès par la pensée à un au-
delà de la réalité, un ultra-monde considéré comme plus vrai que
le monde empirique.
• elle indique une généralité qui déborde la réflexion sur la nature,
la physique. En ce sens, la métaphysique est légitime. Ce serait
une réflexion qui vient après la physique, une réflexion a
posteriori, au sens de "après" et "appuyée sur" des connaissances
empiriques. Mais, comme le montrent les exemples ci-dessus, les
manières de faire de la métaphysique diffèrent massivement de
ce procédé.
• Nous désignerons par métaphysique les discours débordant les
données de l'expérience de façon imprudente. la métaphysique
se veut une connaissance a priori des objets comme tels, quels
qu'ils soient, y compris les plus généraux et les moins
perceptibles. C'est une connaissance directe de l'être, sans
passer par l'expérience. Elle utilise indifféremment une pensée
rationnelle ou imaginative. Les thèmes varient énormément : Dieu,
l'être, l'un, l'infini, la pureté, le mal, etc.
Merci