Vous êtes sur la page 1sur 22

Séminaire

Les Origines de l’Économie


Sociale et Solidaire
Master Economie sociale et solidaire

M. DINAR Brahim
Introduction
Plan
 Désencastrement social des activités
économiques
 Le réencastrement social des activités
économiques par l’économie sociale et
solidaire
 Les apports de POLANYI et LAVILLE à la
définition de l’économie sociale et solidaire
Partie I:

Approche historique
 Soumission
de l’ordre
économique au social
 sociétés précapitalistes
 Pensée d’Aristote
 Prémisses de l’individualisme
Soumission de l’ordre social
à l’économique
(désencastrement social)

 Le courant mercantiliste
 Société civile et contrat social
 La libéralisation de l’économique
Réencastrement social des
activités économiques
(par l’économie sociale et solidaire)

 Le courant du socialisme

FOURIER: Projet et philosophie

OWEN: Projet et philosophie

SAINT SIMON: Projet et philosophie


Comparaison: Éthique du socialisme
utopique et les principes de libéralisme

Socialisme utopique Le libéralisme


L’homme est le produit de son L’homme est individualisé
environnement c’est un être
social
Le socialisme propose une Notion de propriété privée
éthique de solidarité
s’appuyant sur l’égalité
Attraction passionnée pour Amour de soi
autrui
Chacun travaille pour le Le travail=relation de
bénéfice de tous domination
- Réforme: suppression de la
propriété privée
- Harmonie universelle
 Économie solidaire et socialisme
prémarxiste
 La solidarité relationnelle

(P. LEROUX)

 Le mutuellisme
(P.J.PROUDHON)
Reflux de l’économie solidaire
 Le socialisme étatique et catholicisme

 Influences du socialisme
PARTIE II:

Les apports de Karl POLANYI et


Jean louis LAVILLE pour une
définition de l’économie sociale
et solidaire
Les modèles d’intégration
économique chez POLANYI

 La réciprocité
 La redistribution
 Le marché
(1886-1964)

- L’aide
- L’entraide
- Le partage
La redistribution

 Le principe de redistribution
est fondé sur une logique qui
soumet la production et la
circulation des richesses à des
objectifs collectifs et
politiques.
Le Marché

 Leprincipe de Marché réduit


les êtres humains à des
vecteurs de mobiles
économiques individuels les
uns des autres.
La réciprocité

 Le principe de réciprocité est


basé sur le fait élémentaire
qu’est le don.
 Le souci de l’autre de la
réciprocité s’oppose à
l’intérêt pour soi du principe
de Marché.
Les apports de cette
définition pour l’ESS (1/3)

Comment comprendre, nonobstant le


contexte que nous avons avancé, que la
réflexion de Karl POLANYI sur la
réciprocité puisse apparaître
essentiellement comme une contribution
anthropologique ?
Les apports de cette définition
pour l’ESS (2/3)

« La parenté, le voisinage ou le totem appartiennent


aux groupements les plus permanents et les plus
larges ; dans leur cadre, des associations
volontaires ou semivolontaires à caractère
militaire, professionnel, religieux ou social, créent
des situations dans lesquelles – au moins
provisoirement ou vis-à-vis d’une localité ou d’une
situation type donnée – se forment des
groupements symétriques dont les membres
pratiquent une certaine forme de mutualisme ».

 Le mutualisme est ici essentielle


Les apports de cette définition
pour l’ESS (3/3)

« En tant que forme d’intégration, la réciprocité gagne


beaucoup en efficacité du fait qu’elle peut utiliser la
redistribution ainsi que l’échange comme méthodes
subordonnées. On peut parvenir à la réciprocité en
partageant le poids du travail selon des règles
précises de redistribution, par exemple lors de
l’accomplissement des tâches « à tour de rôle »... »
POLANYI 57
 L’individualisation est nécessaire à la solidarité
Pour résumer

Selon Karl POLANYI, la différence entre réciprocité et


marché est basée sur le fait que la réciprocité ne
se réduit pas à une dualité de partenaires
d’échange.
La réciprocité s’inscrit dans une totalité; en cela,
l’économie dite sociale et solidaire participe de la
réciprocité.
Elle s’appuie sur un principe permettant de la
distinguer des autres modes de production, de
circulation et de financement soumis aux logiques
de la redistribution, du marché ou des contraintes
domestiques.
La réalité plurielle de
l’économie pour J.L. LAVILLE
Conclusion

 Qu’en est-il des solutions que


proposent cette économie ?
 Les entraves qu’elle
connait ?
 Et à quel point elle contribue
au développement social ?
Merci pour votre
attention