Vous êtes sur la page 1sur 42

ENSEIGNER LE FRANÇAIS

PAR COMPÉTENCES :
UNE AUTRE FAÇON DE CONCEVOIR
SES SÉANCES ET D’ÉVALUER

Objectifs de la formation :
1. Définir le terme « compétence » et ce qu’il implique
dans notre enseignement
2. Appréhender les différents modes d’évaluation par
compétences
3. Intégrer la compétence au cœur de l’apprentissage
4. Travailler sur des mises en situation concrètes
5. Réfléchir aux outils nécessaires à ce type
d’évaluation.
PROGRAMME DE CETTE JOURNÉE DE
FORMATION
 Présentation et tour de table

 Quatre modes d’approche, dans lesquels alterneront


des pistes de réflexion, des activités de groupe et
des travaux de synthèse :
1. Définition d’une compétence
2. Compétences et séquence
3. Compétences et évaluation formative
4. Compétences et évaluation sommative
5. Les outils et les prolongements possibles

 Questions diverses
TOUR DE TABLE

-Où en êtes-vous avec


l’enseignement par compétences ?

- Réflexions ? Pratiques ?

- Questions ? Attentes ?
1. DÉFINITION D’UNE
COMPÉTENCE
RAPPEL
 Le LPC est composé d’items répartis en 3 domaines :
- Lire avec 5 items
- Écrire avec 4 items
- Dire avec 4 items
 A la compétence 1 : « La maîtrise de la langue
française » s’ajoutent d’autres compétences plus
transversales, évaluables en cours de français :
- compétence 4 avec la maîtrise des TIC
- compétence 5 pour la culture humaniste
- compétences 6 et 7 pour la citoyenneté, l’autonomie et
l’initiative.

En cours de français, nous sommes donc amenés


à évaluer de nombreux items.
ITEM DISCIPLINAIRE, ITEM DE CYCLE
ET ITEM TRANSVERSAL

 Repérer des informations dans un texte à partir des


éléments nécessaires
 Faire preuve d’esprit critique

 Utiliser ses réflexions, ses connaissances, savoir faire


appel à des outils variés pour améliorer son texte
 Faire preuve d’autonomie

 Etablir des liens entre les œuvres pour mieux les


comprendre
 Développer de façon suivie un propos en public sur un
sujet déterminé
DISTINCTION ITEM ET SOUS-ITEM
Item Sous-item

 LPC  Personnalisation du livret


 Capacité générale  Capacité précise : « Je sais

 Non fonctionnel dans la faire… »


classe, trop vague : que  Adapté à notre séance
faire avec « Rédiger un pédagogique : « Je sais
texte bref, cohérent et rédiger un texte avec des
ponctué » ? connecteurs spatiaux »
 Utile pour faire un bilan  Utile pour évaluer plus
de l’élève, pour dresser finement, par rapport aux
son profil (PPRE…) programmes et aux
 Utile pour communiquer objectifs visés au cours
avec l’élève et sa famille d’une séance
 Peut être hors socle
COMPLÉMENTARITÉ ITEM / SOUS-ITEM

 Premier travail : Définir clairement quel est l’item


travaillé dans notre séance. Selon quel(s) sous-
item(s) ? Pour que l’élève sache faire quoi ?

 Chaque sous-item renvoie donc à une compétence


précise.
QU’EST-CE DONC QU’UNE COMPÉTENCE ?

connaissances savoir-faire

Connaître les règles de Conjuguer les verbes


formation du passé simple au passé simple

savoir-être
compétence
Imaginer un récit au
Je sais construire un texte avec passé à l’écrit
des verbes au passé simple
DE L’ACTIVITÉ AUX COMPÉTENCES
Activité générale

Découvrir le genre fantastique

Types de tâches

Reconnaître un texte Lire un texte de manière Ecrire un texte


de genre fantastique à restituer la peur appartenant à ce genre

Tâches Tâches Tâches

Répondre à des questions Surligner la ponctuation, Réutiliser le champ


sur « Le Horla » les répétitions… lexical de la peur

Quelles compétences
(connaissances, savoir-faire et savoir-être) ?
MISE EN ACTIVITÉ : ATELIER 1
 A partir de l’activité générale « Découvrir le conte
africain en 6e », décomposez-la :
- en types de tâches

- en tâches

- en compétences.

 Vous dégagerez pour les compétences trouvées les


connaissances mobilisées, les savoir-faire et les
savoir-être.
 Durée : 30 mn.

 Synthèses des rapporteurs par groupe, échanges et


remarques.
TABLEAU À PRODUIRE SUR LE CONTE AFRICAIN

Types de Tâches Compétences


tâches proposées Connaissances Savoir-faire Savoir-être
2. COMPÉTENCES ET SÉQUENCE
LES PIÈGES À ÉVITER ?

 Pas de plan de séquence distribué au début avec un


ordre de séances préétabli

 Pas de titre de séance donné avant de commencer


la leçon

 Pas de compétences nécessairement explicitées au


début de l’activité : c’est à l’élève de mobiliser ce dont il
a besoin pour répondre au problème posé. L’explicitation
des compétences arrive au fur et à mesure de l’activité et
des nouvelles, auxquelles on n’avait pas pensé au départ,
peuvent surgir.
STRUCTURE DE SÉQUENCE POSSIBLE
 Structurer la séquence autour de deux noyaux
centraux, autour desquels vont graviter toutes
ces activités, chacune répondant à sa façon à un
besoin, à une situation-problème que l’élève doit
s’efforcer de résoudre pour progresser. Celui-ci est en
situation d’apprentissage actif.

 Ces deux noyaux, l’un centré autour de la lecture et


de l’oral, l’autre autour de l’écriture, peuvent être
menés de manière simultanée ou successive.

 Le travail est fait de manière collaborative, les


élèves étant disposés par groupes de trois dans des
îlots.
LA NOUVELLE FANTASTIQUE EN 4E
 1er noyau : compétences liées à la lecture et à l’oral
 Plusieurs séances par groupes collaboratifs avec des axes d’étude et des fiches
d’aide pour les guider dans leur analyse
Travail sur le Travail sur le rythme du
vocabulaire, les texte, les figures de style
champs lexicaux

L’étude de plusieurs Travail sur le


textes fantastiques rôle des paroles

Travail sur le Travail sur le cadre spatio-


narrateur, son rôle, ses temporel, ce qui rend la
sentiments nouvelle réaliste
Au fur et à mesure, des leçons de grammaire arrivent, qui les aident dans
leurs recherches : paroles rapportées, statut du narrateur, expansions du
nom… A la fin, chaque groupe présente sa nouvelle et ses recherches à la
classe.
Ces séances s’adaptent au rythme des élèves, les plus forts pouvant rédiger
davantage, les plus faibles ayant plus d’outils pour les aider…
LA NOUVELLE FANTASTIQUE EN 4E
 2e noyau : compétences liées à l’écriture
 Plusieurs séances, toujours par groupes collaboratifs (qui peuvent être différents)
Travail sur les Travail sur la
répétitions, les conjugaison des temps
substituts du récit et leur rôle

Travail sur la
L’écriture d’une nouvelle
ponctuation forte et
fantastique
la longueur des
Travail sur un
phrases pour varier
point d’orthographe
le rythme
qui constitue un Travail sur le champ
problème récurrent lexical des sentiments,
dans les écrits les verbes de parole…

Au fur et à mesure, des leçons d’orthographe et de vocabulaire arrivent,


qui les aident dans leur production.
A la fin, suivant l’avancement de leur travail, chaque groupe peut mettre
en forme leur nouvelle avec un traitement de texte (compétence 4).
L’ÉLÈVE EN ACTION
 Chaque séance ainsi conçue nécessite de la part de l’élève
la mobilisation de plusieurs de ses compétences qu’il peut
développer grâce à ses pairs, l’enseignant et des outils
(tâche complexe).
 Et l’évaluation par compétences ?

Dans un tableau où sont recensés les items qui peuvent


être évalués par « noyau », sans préciser bien sûr les sous-
items, l’élève lui-même ou l’enseignant reporte les
compétences évaluées.
(noyau « lecture et
oral »)
(noyau « écriture »)
Questions diverses
3. COMPÉTENCES ET ÉVALUATION FORMATIVE
AU SEIN DE LA SÉANCE
 Les compétences peuvent être évaluées à tout moment, pour
quelques élèves seulement, selon l’activité menée en classe.
 Exemples :
- la restitution et la reformulation de ce qui a été fait au
cours précédent avec les compétences liées à l’oral ou à
la culture humaniste (C1.10, C5.3).
- la prise de notes de la leçon, bien écrite et sans faute
(C1.6)
- la lecture d’un texte à voix haute (C1.1)
- le résumé d’un texte découvert en classe, à l’oral ou à
l’écrit (C1.4)…

Nos séances fonctionnent par la répétition des mêmes activités,


sorte de rituel pédagogique, où différents élèves peuvent
intervenir de manière ponctuelle : une bonne occasion pour
évaluer leurs compétences !
 Certaines activités sont également propices à une
évaluation par compétences qui va concerner
l’ensemble des élèves.
 Exemple en 4e : .

 De même, si on veut évaluer une compétence précise,


il est facile de l’appliquer à une activité menée
individuellement ou en groupe.
 Exemple en 6e :
AU SEIN DE L’ACTIVITÉ
 Toutes les séances reposent sur la tâche complexe,
puisqu’elles obligent l’élève à mobiliser plusieurs
compétences pour la résoudre.
 Exemple : Lors d’une expression écrite, l’élève va
devoir non seulement réinvestir ses connaissances
sur le genre qu’il doit respecter, mais aussi veiller
à l’enchaînement chronologique de ses actions,
réfléchir à la conjugaison de ses verbes…
 Plusieurs compétences, ciblées, peuvent être évaluées
de manière formative, au fur et à mesure de la
réalisation de cette tâche.
EXEMPLE AUTOUR D’UNE ACTIVITÉ SUR
LA MAÎTRISE DES OUTILS DE LA LANGUE

Ce type de leçon se déroule en plusieurs étapes :


 L’observation et la découverte de la notion (par groupe)
 La présentation orale des travaux réalisés (par groupe)
 La leçon, reprise de ce qui a été dit et apportant la(les)
notion(s) technique(s)
 Les exercices systématiques d’application (individuel)
 Une tâche intermédiaire (activité particulière ou
évaluation par compétences) pour vérifier que l’élève a
compris (individuel)
 Les exercices de remédiation suivant les résultats
obtenus (par groupe de « niveau »)
 L’intégration dans l’évaluation sommative,
ultérieurement (pour le groupe classe)
GESTION DU TEMPS ET DIFFÉRENCIATION
 Au moins une heure consacrée à la découverte de la notion et
à sa compréhension
 Une leçon réduite à l’essentiel et présentée de manière
schématique et visuelle (sur le TNI par exemple) : 1/2 heure
 Plusieurs exercices d’application, pour manipuler le plus
possible (simples puis complexes pour ceux qui vont plus vite
et qui maîtrisent) : 1 heure
 Une tâche intermédiaire, ni trop simple ni trop complexe, pour
que tous les élèves essaient de la réaliser et pour faire le point
au niveau de l’acquisition des compétences (1/2 heure)
 Plusieurs fiches d’exercices de remédiation conçues pour 3
niveaux différents d’élèves (nouveaux groupes) pour une
heure d’activité
 TOTAL estimé : 4 heures
 Les élèves pourront être réévalués soit à la fin de cette activité
soit lors de l’évaluation sommative pour vérifier leurs acquis.
DÉCOUVERTE DE LA NOTION :
EXEMPLES DE FICHES

pour une leçon sur les compléments


circonstanciels

pour une leçon sur les expansions du


nom

 Ces fiches s’adaptent au niveau des élèves puisque le


plus important est qu’ils franchissent l’étape 1
(découverte de la notion). L’enseignant valide cette étape
avant d’autoriser le passage à l’étape suivante.
S’ils n’ont pas le temps de faire cette dernière en classe,
ils peuvent la faire chez eux. Les élèves plus « forts » la
font en classe, avec les outils mis à leur disposition
(manuels, ordinateurs…).
TÂCHE INTERMÉDIAIRE : EXEMPLE
après les exercices
d’application et ciblée sur des compétences
précises à acquérir (leçon sur les expansions du
nom).

EXERCICES DE REMÉDIATION : EXEMPLE


 Après cette tâche intermédiaire.
pour aider les élèves, soit pour revoir et
consolider, soit pour préciser, soit pour
approfondir et aller plus loin (3 niveaux).
Questions diverses
MISE EN ACTIVITÉ : ATELIER 2 (DURÉE : 30 MN)
 Vous allez construire, lors d’une séquence sur le conte,
une leçon sur les déterminants.
 Par groupe, vous allez réfléchir au début de cette leçon,
à la phase d’observation et de découverte.
 Elaborez une fiche divisée en 2 étapes :

- une étape où l’élève va comprendre de quoi il s’agit et


va mobiliser ses compétences de repérage
- une étape où il va avoir à s’interroger sur les formes du
déterminant et à le classer, de la famille la plus
évidente à la plus compliquée
Pour les groupes plus rapides ou plus à l’aise :Vous
pouvez imaginer la suite, c’est-à-dire : quels types
d’exercices d’application ? Quelle tâche intermédiaire
pour tester les élèves ?
PROPOSITIONS

sur les déterminants


4. COMPÉTENCES ET
ÉVALUATION SOMMATIVE
MODALITÉS DE L’ÉVALUATION SOMMATIVE
(NOTÉE OU NON)

 Quels objectifs ?
L’évaluation sommative correspond au bilan dans
lequel vous allez savoir si l’élève a acquis ou non
les compétences que vous avez cherché à lui faire
acquérir tout au long de votre séquence. Exemple :
« L’élève est-il capable de reconnaître un texte
appartenant au genre de la fable ? »

 A quel moment ?
- juste après la fin de votre séquence
- plusieurs semaines plus tard, alors que vous avez
démarré une nouvelle séquence (sollicitation de la
mémoire à plus long terme)
 Quelle forme ?
Elle se compose de diverses tâches où les compétences
évaluables sont transférées dans une mise en situation
concrète.
Exemple : Après une séquence sur la fable, on propose aux
élèves un nouveau texte de La Fontaine accompagné de
questions variées.
Elle n’est pas un catalogue d’exercices systématiques.

Quel libellé pour les compétences ?


Les compétences ne sont pas écrites explicitement, sinon
l’élève n’aura pas à réfléchir aux capacités qu’il doit
mobiliser dans cette nouvelle situation donnée.
On peut intégrer sur la copie un bandeau, resté vide,
complété ensuite par les élèves eux-mêmes ou par
l’enseignant (cf : les cartouches de SACoche).
MISE EN ACTIVITÉ : ATELIER 3
 Vous allez évaluer une évaluation sommative à partir
d’extraits de copies d’élèves avec les pastilles rouges et
vertes.
 Questions : Qu’est-ce qu’on doit trouver dans ces copies
(les « observables ») ? Quelles compétences allez-vous
évaluer ?
 Vous expliquerez pourquoi vous avez mis telle ou telle
pastille.
 Durée : 30 mn.

 Synthèses des rapporteurs par groupe, échanges et


remarques.
EVALUATION SOMMATIVE =
ÉVALUATION CIBLÉE

 Quelques compétences suffisent. On doit définir


des critères de réussite précis et ne cibler
l’évaluation que sur ces compétences (effet de
loupe).
 Ex : Si mon contrôle de fin de séquence sur la
fable comprend à la fois l’étude d’un texte avec des
questions, un exercice de réécriture et la
reformulation d’une morale, je ne vais pas évaluer
à la fois les items liés à la lecture et à l’écriture,
mais cibler l’évaluation autour de : « Je sais
reconnaître le genre de la fable » (C1.2) et « Je
respecte les caractéristiques de la morale »
(C1.8).
ATELIER 3 :
ACTIVITÉ COMPLÉMENTAIRE

 Toujours à partir des extraits de copies dont vous


disposez, mettez maintenant une note chiffrée sur
20 avec le barème attendu.
 Durée : 10 mn.

 Synthèses et échanges.
COMPLÉMENTARITÉ NOTE CHIFFRÉE /
ACQUISITION DE COMPÉTENCES
 Un élève peut obtenir une note moyenne ou médiocre
car les exercices proposés nécessitent une
mobilisation de plusieurs connaissances, savoir-faire
et savoir-être, jugée complexe ou stressante, tout en
réussissant à obtenir deux pastilles vertes s’il
mobilise parfaitement les compétences ciblées dans ce
contrôle.
 Inversement, l' élève peut avoir 12/20 mais n' avoir
aucune compétence évaluée positivement (rouge
partout) car il grappille des points un peu partout
dans le contrôle mais rien n'est fait jusqu' au bout...
 Ce n’est pas la technique qui est évaluée ici (exemple :
« Conjuguer les verbes au passé simple ») mais le
réinvestissement de la notion (exemple : « Réécrire un
passage avec des verbes au passé simple »).
Questions diverses
MISE EN ACTIVITÉ : ATELIER 4
 Vous allez concevoir l’évaluation sommative d’une
séquence consacrée au conte traditionnel, à partir des
compétences suivantes :
- « Je sais dégager la structure d’un conte »

- « Je sais construire un début de conte »

- « Je sais manipuler les temps du récit ».

 Chaque groupe devra créer une ou plusieurs tâche(s)


où seront évaluées ces compétences ciblées.
 Durée : 30 mn.

 Synthèses des rapporteurs par groupe, échanges et


remarques.
QUE FAIRE EN CAS D’ÉCHEC ?

 Laisser l’évaluation rouge et passer à autre chose ?


« De toute façon, il n’y comprend rien et il ne sait
pas faire grand-chose » !
 Proposer une nouvelle évaluation du même type aux
élèves qui ont rencontré des difficultés ?
 Comprendre ce qui leur a posé problème :
connaissances ? savoir-faire ? savoir-être ?
 Leur redonner des exercices (à la maison par
exemple) pour qu’ils continuent à s’entraîner ?
 Les laisser « reposer » et les réinterroger plus tard,
à l’occasion d’une autre séquence ?
5. LES OUTILS ET LES PROLONGEMENTS POSSIBLES

à distribuer aux élèves avec les items sur


lesquels ils pourront être évalués au cours de l’année
en français

 Livrets, cahiers de suivi et bulletins (cf : classe


coopérative)

 Grilles de compétences plus générales (multi-niveaux) :


Questions diverses