Vous êtes sur la page 1sur 36

Formation

continue
Automne 2010
Ville et
développement
durable

Jean-Guillaume BELLIER
François DILLMANN
I) Qu'est-ce qui change par rapport au
chapitre que nous traitions jusqu'à
maintenant ?
croissance urbaine et aménagement durable

II) Ce qu'il ne faut pas faire, difficultés


1) concernant la ville durable, idées reçues, pièges à éviter
- la ville durable est la ville écologique
- la ville durable est la ville verte
- une faible empreinte écologique d'une ville serait un bon indicateur de son bon
fonctionnement
2) Concernant la démarche
- historique
- architecture
- réseaux urbains
- villes « vitrines »
- vision négative de la ville
- opposition simpliste ville du N et ville du S
- peut-on prendre comme exemple des villes du Nord, partir d'une ville nord-
américaine type Chicago ou Los Angeles alors qu'elles n'ont pas de vieux
centres historiques ?
III) Ce qu'il faut faire
- avoir une approche spatiale, territoriale et considérer le jeu des
acteurs

- travailler autour du couple croissance urbaine et aménagement


durable

=> problématique proposée en juin : Comment les sociétés


tentent-elles de gérer et d’aménager des espaces urbains en
forte croissance ?
IV) Quelques éléments forts de la question
A) Problèmes spatiaux
1) Vers la ville compacte ? Doit-on lutter contre la périurbanisation ?
Minneapolis est passée de 990 hab./km2 en 1960 à 760 en 1990.
Nb csq négatives

2) pb de la dissociation croissante entre lieu de travail et lieu de résidence

3) encouragement à la rénovation des centres et retour des tours en Europe


IV) Quelques éléments forts sur lesquels il faut insister
A) Problèmes spatiaux
B) Gérer des flux énormes et croissants
1) Des besoins énormes des villes en ressources

2) Limiter les prélèvements


a) coûte cher (aménagements, énergie, entretien)
b) ne plus prélever mais , recycler

3) Réduction du trafic automobile


Intro : l’énormité du trafic automobile
a) Dév transp commun

b) Encouragement à d’autres moyens de transports alternatifs

c) La ville sans voiture


IV) Quelques éléments forts sur lesquels il faut insister
A) Problèmes spatiaux
B) Gérer des flux énormes et croissants
C) Augmenter la sociabilité
1) Politique de l’UE : Charte de Leipzig (2007 )
2) Comment recréer de la sociabilité
a) par des règlements d'urbanisme

b) en favorisant la mixité sociale

c) en impliquant les habitants


IV) Quelques éléments forts sur lesquels il faut insister
A) Problèmes spatiaux
B) Gérer des flux énormes et croissants
C) Augmenter la sociabilité
D) Préserver l'environnement à toutes les échelles
1) obliger les citoyens à avoir des pratiques
respectueuses de l'environnement
2) économies d'énergie

3) réduire le mitage
IV) Quelques éléments forts sur lesquels il faut insister
A) Problèmes spatiaux
B) Gérer des flux énormes et croissants
C) Augmenter la sociabilité
D) Préserver l'environnement à toutes les échelles
E) Des problèmes politiques
1) A quel niveau gérer les agglo urbaines ?

2) opposition des populations aux projets

a)

b)

3) le quartier durable, un îlot pour bobos ?

4) La nouvelle valorisation des centres ne chasse t-elle pas les derniers


pauvres des centres ?
V) Les villes du Sud et le développement durable
VI) Proposition de démarche pédagogique
A) EDC métropole du Nord
Quelles sont les dynamiques dans les espaces urbains dans les métropoles
B) EDC
des villesmétropole
du Nord ? du Sud
Pourquoi
Problèmes lesspécifiques
villes sont-elles des« espaces
et leurs gestions fondamentaux
» : croissance dont
forte iletfaut
anarchique -
absolument protéger le développement?
Pauvreté des
Comment populations
évoluent et desurbains
les espaces collectivités
? territoriales
A quels risques naturels, sociaux, environnementaux les villes sont-elles
confrontées ?
C) Contextualisation
Quelles sont les conséquences de la croissance urbaine pour les villes du
Nord ?
Villes deconséquences
Quelles taille moyennea t-elle sur l'environnement et les activités?
Exemplespeut-on
Pourquoi d’action à l’échelle
parler locale
de fragmentation des espaces urbains?
Comment les acteurs spatiaux peuvent-ils agir à différentes échelles pour
pallier aux difficultés ?
Comment tente-t-on de fluidifier le trafic automobile ? Qui s'en charge ?
Un éco-quartier
Au Royaume-Uni, en 1980, Thatcher institue les UDC (Urban Development
Corporations) : on donne la priorité au marché et à la promotion immobilière : les UDC
achètent les terrains, démolissent les constructions vétustes et les proposent aux
investisseurs. De 1981 à 1993, 13 opérations de ce type ont lieu : le choix des sites est
politique, leur réhabilitation relève de l'initiative privée.
Les Docks de Londres sont devenus après des débuts difficiles le 3ème centre d'affaires
de la capitale après la City et le West-End, doublant leur population (80 000
actuellement) et triplant leurs emplois de bureau (75 000) depuis 1981.

Source MANGIN Claude, 2006, Le Royaume-Uni, Memento Belin p 124


City
CBD1
Canary wharf CBD2
Canada Square 8 Canada Square 1 (1991)
(2002)
Canada Square
25 (2001)
Aqueduc de Los Angeles
2) Parkings près des gares
en périphérie des métropoles
1) vélostation de Ex Erstein
Freiburg pouvant
accueillir 1000 vélos.
Manhattan
covoiturage

Schwindratzheim

1941 Voie réservée pour les véhicules


à occupation multiple
(High occupancy vehicle)
Athènes, célèbre pour sa pollution, impose depuis 1982 une circulation
alternée un jour sur deux en fonction du numéro pair ou impair de la
plaque d’immatriculation.
Oslo, Londres, Stockholm, Rome, Milan, Berlin, Cologne, Hanovre…
ont instauré un péage urbain (auquel échappent, dans certaines
de ces agglomérations, les véhicules les moins polluants).
Quartier Vauban
Fribourg
Les habitants, propriétaires d'une
voiture, sont obligés d'acquérir un
emplacement (18 k€) dans les garages
collectifs (équipés de toitures
photovoltaïque) à la périphérique du
quartier. Ceux qui ne souhaitent pas
posséder de voiture, sont exonérés de
cette obligation mais ils doivent
s'engager sur l'honneur chaque année
de ne pas en posséder.
Cité Manifeste Mulhouse

2
5
3

4
Cité manifeste Mulhouse

Des rues
dans l’esprit
des venelles

Des espaces ouverts


sur les autres maisons,
sur le quartier
en supprimant les clôtures
occultantes (haies, murs)
Position de la maison
avancée sur la parcelle

Permettre une appropriation


forte du logement

Fribourg cité Vauban


Cité manifeste Mulhouse
Favoriser l’intégration
au reste du quartier

Cité manifeste Mulhouse

Traversée à cœur du quartier

Ecoquartier d’Issenheim
Des espaces ouverts :
des contre-exemples

Naples (Floride)
Colmar
Des espaces de loisirs communs

Des espaces incitant à


la mutualisation
De l’habitat de qualité
pour stabiliser la population

Bourtzwiller

Fribourg « Sonnenschiff »
Des espaces ouverts
sur les autres maisons,
sur le quartier

Bourtzwiller

Fribourg « Sonnenschiff »
Des espaces ouverts
sur les autres maisons,
sur le quartier
en supprimant les clôtures
occultantes (haies, murs)

des cours intérieures


(Issenheim, Cité Manifeste,
au quartier Vauban)
Source : Boquet, les USA
En novembre 2000, 56% des électeurs américains dans 23 États ont ainsi pu
se prononcer sur le rythme, la qualité et la forme de la croissance urbaine
dans leurs régions.
- Ohio, Rhode Island et Seattle : préservation d'espaces ouverts et expansion de
parcs OUI
- Ohio : préservation d'espaces ouverts et reconquête de friches urbaines OUI
- Floride, New Jersey : mélange bus-rail-réparation d'axes routiers OUI
- Oregon : compensation pour les propriétaires dont les terrains perdent de la
valeur du fait des lois de l'État OUI
- État de Washington : transfert des fonds des transports publics vers la
construction d'autoroutes NON
- État de New York et à Austin : mesures ambitieuses de transports. NON
- Arizona et Colorado : restrictions réglementaires de la croissance
métropolitaine NON.
Boquet, les Etats-Unis, Belin Memento, 2004, p 116
Fribourg
Vauban « quartier Sonnenschiff »
Fribourg Un logement sur le toit du
« Sonnenschiff » offre une surface
habitable, sur trois étages, variant entre
110 et 150m2. A chaque logement sont
associées deux terrasses, une au sud,
une au nord. Le label « Energie Plus »
est garanti. L’intérieur est tout boisé.

A l’achat, un de ces triplex revient à


Bourtzwiller environ 500.000 euros.
Harlem
Les noirs défavorisés migrent vers le Bronx.