Vous êtes sur la page 1sur 16

Droit des obligations

Le droit des obligations est une partie essentielle du droit privé.


Les obligations résultent d’actes (contrats) ou d’événements (faits dommageables causes à
autrui).

Année universitaire 2014/2015


Semestre 1 : Quasi-contrats & la responsabilité délictuelle

Semestre 2 : Droit des contrats

Introduction générale

► La notion d’obligation

§ 1. Les caractères de l’obligation

§ 2. La classification des obligations


a. Définition du terme obligation

 Pris sous un sens général, une obligation désigne tout devoir


auquel un individu est astreint en vertu de règles morales,
familiales, professionnelles ou encore sociales.
 Ex. tout individu vivant à Maurice est tenu, en vertu des règles
sociales, de rouler à gauche, de s’arrêter au feu rouge.
 Autre ex. il est moralement répréhensible de porter atteinte à son
prochain ou de lui nuire de quelque façon que ce soit.
 Attention : même si ces devoirs s’appuient sur la règle morale
ou sur des prescriptions légales ou réglementaires, ils ne sont
pas des obligations au sens juridique du terme.
 Pourquoi?
Parce qu’il n’existe pas de créancier à cette obligation.
Il n’y a donc pas de lien de droit entre deux personnes.

 Question : la loi impose de s’arrêter à un panneau stop : est-ce


une obligation juridique?
 Réponse : Non, c’est un devoir imposé par la loi mais il ne se
manifeste pas par un rapport entre un créancier et un
débiteur.
 Mais si un automobiliste ne s’arrête pas et blesse un tiers, un lien
d’obligation s’est noué entre la victime (créancier) et
l’automobiliste qui n’a pas respecté la signalisation (débiteur).
 Pris sous un sens purement juridique, l’obligation est
un lien de droit entre deux personnes en vertu

duquel l’une d’elles, le créancier, peut exiger de


l’autre, le débiteur, une prestation.
 Puisqu’une obligation est un lien de droit, elle peut
donc être l’objet de sanction étatique (son exécution
forcée peut être exigée en justice et réalisée avec
l’aide de la force publique).
 Faisons une distinction avec une obligation naturelle : une
obligation naturelle n’est pas assortie de sanction étatique
(elle ne peut pas être l’objet d’une sanction étatique.

 On prend un exemple, dans le contrat de vente, l’obligation du


débiteur (l’acheteur) est de verser un prix au créancier (le
vendeur).

Toute obligation comporte ainsi ce double aspect, négatif


(la dette qui pèse sur le débiteur) et actif (la créance qui
bénéficie au créancier).
 Donc, s’il y a un actif et un passif, l’obligation est un élément du
patrimoine du créancier comme du débiteur.
 Dans un simple devoir, il n’y a pas d’actif et du passif et alors on
peut conclure que un devoir n’est pas un élément du patrimoine.
 Conclusion une obligation a un caractère patrimonial tandis
qu’un devoir n’a pas de caractère patrimonial.

§ 1. Les caractères de l’obligation

i) obligatoire ii) personnel

iii) patrimonial
 Essentiellement, l’obligation présente trois caractères.
 L’obligation présente d’abord un caractère obligatoire.

i) Le caractère obligatoire
 L’étymologie du terme obligation, le mot « obligation » vient du
latin « obligo » qui veut dire « obliger, lier ».

L’obligation est un lien de droit qui oblige le débiteur à


exécuter l’obligation qu’il a souscrite sous peine que le
créancier l’y contraigne en exerçant une voie de droit.
 Ainsi l’obligation civile se distingue clairement de l’obligation
naturelle (est comme une sorte de devoir de conscience) dont
l’exécution est insusceptible d’être poursuivie en justice.
 Contrairement à l’obligation civile/juridique, l’obligation
naturelle n’est pas juridiquement obligatoire.
 On peut donc conclure que l’obligation naturelle est dépourvue
de toute force juridique.
 Il n’y a pas le pouvoir de contraindre le débiteur, de le
poursuivre en justice.
ii) Le caractère personnel
 L’obligation civile/juridique présente ensuite un caractère
purement personnel.
 Vous pouvez interchanger ses deux mots : civile ou juridique.
 L’obligation est toujours personnelle à celui est l’a souscrite
(elle n’engage pas sa famille).
 Il y a le principe de la personnalité de l’obligation.
 On en déduit alors que l’obligation est intransmissible.
 Mais attention il y a des exceptions comme la cession de créance,
la transmission des dettes aux héritiers dans la succession ab
intestat.

iii) Le caractère patrimonial


 L’obligation civile est évaluable en argent.
 Un devoir de conscience (qui est une obligation
naturelle) n’est pas susceptible d’évaluation
pécuniaire/monétaire, ne peut pas être monnayée.
 L’obligation juridique est intégrée à l’actif au
patrimoine du créancier et au passif dans celui du
débiteur.
 Donc, pour le créancier, l’obligation constitue un droit
patrimonial, c-à-d, un bien.
§ 2. La classification des obligations

 Il y a une grande diversité d’obligation civiles.


 Elles sont multiples.
 Oubliez les obligations naturelles, on se concentre sur les
obligations juridiques.
 Désormais si j’utilise le mot « obligation », c’est toujours civile,
d’accord.
 Toutes les obligations (civiles/juridiques) n’obéissent pas au
même régime juridique.
 Différentes règles légales s’appliquent aux obligations.
 D’ou vient l’intérêt de classifier les obligations, mais comment
les classifier?

Classification des obligations

i) L’objet de l’obligation ii) La source de l’obligation

 D’une part la classification est fondée sur l’objet de l’obligation,


d’autre part, elle repose sur la source de l’obligation.

 i) L’objet de l’obligation
 L’objet de l’obligation désigne la prestation à laquelle le
débiteur est engagé.
L’objet de l’obligation

a) La nature même de la prestation b) L’objet même de la


prestation

c) Les exigences contraignantes de la prestation

a) La nature même de la prestation


 On peut distinguer l’objet de l’obligation en trois catégories.
 L’article 1101 du Code civil distingue les obligations de donner,
de faire et de ne pas faire.
La nature même de la prestation

I. L’obligation de donner II. L’obligation de faire

III. L’obligation de ne pas faire

b) L’objet même de la prestation

I. Les obligations en nature II. Les obligations pécuniaires


 L’obligation de donner est la transmission de la propriété
d’une chose (ex. contrat de vente, donation).

 L’obligation de faire consiste dans l’accomplissement


d’une prestation déterminée (ex. le garagiste s’engage à réparer
une voiture, le menuisier s’engage à réaliser un buffet).

 L’obligation de ne pas faire est une abstention (ex. ne


pas divulguer un secret professionnel, ne pas faire concurrence,
ne pas violer telle clause d’un contrat, un propriétaire s’engage à
ne pas construire à telle distance de la propriété voisine).
 Une obligation en nature porte sur autre chose que l’argent
(ex. le garagiste répare une voiture) ; l’obligation pécuniaire a
seulement pour objet le transfert d’une somme d’argent.

c) Les exigences contraignantes de la prestation

I. L’obligation de moyens II. L’obligation de résultat

 La troisième catégorie se fonde sur les exigences


contraignantes de la prestation.
 On oppose ainsi les obligation de moyens aux obligations de
résultat.