Vous êtes sur la page 1sur 42

 Introduction

 Profil épidémio-clinique
• Dermatophytoses
• Mycétomes
• Sporotrichose
• Coccidioidomycose
• Blastomycose nord américaine
• Blastomycose sud américaine
• Chromomycose
• Phaeohyphomycoses
• Entomophtoromycoses
 Diagnostic
 Traitement
 Conclusion
 Les mycoses sont des maladies dues au développement de
champignons microscopiques (organismes eucaryotes,
hétérotrophes, vivant en saprophytes , en commensaux, en
symbiotes ou en parasites) dans les tissus superficiels ou
profonds.

 Dans les mycoses post-traumatiques, l’inoculation exige la


présence de lésion cutanée même minime. Elles regroupent
les dermatophytoses, mycétomes, sporothricose. Autres
moins fréquentes: coccidioidomycoses, blastomycoses,
Chromomycose et entomophtoromycose
 Définition:
-Mycoses cutanées les plus fréquentes chez l’homme, dues à
des champignons kératinophiles; dermatophytes , dont la
contamination est d’origine tellurique, animale ou humaine.
- 3 types de lésions:
• Cutanées superficielles: épidermophyties
• Onyxis (pieds) ou onychomycose
• Teignes du cuir chevelu et des poils
-Souvent bénignes évoluant sur un mode chronique et
récidivant
-La maladie dermatophytique (lésions profondes) et les
dermatophytides (allergies) sont exceptionnels
 Classification:

Reproduction Reproduction sexuée


asexuée (téléomorphe)
(anamorphe)
Règne Eumycotina( Eumycètes)

Division Fungi imperfecti Fungi perfecti

Phylum Deuteromycotina Ascomycotina

Classe Hyphomycètes Ascomycètes

s/Classe Plectomycetidae

Ordre Onygenales

Famille Hyalohyphomycètes

Genre Epidermophyton
Microsporum* Arthroderma
Trichophyton* Nannizia
 Biologie:
• Aérobies
• 20-30°c
• PH 5-6
• Eau, carbone, azote

 Structure:
champignons filamenteux à mycélium cloisonné : tubes faits de
cellules aux cloisons perforées entourés d’une paroi chitineuse et
de polysaccharides (galactomannane)
 Mode de contamination:
Par altération de la couche cornée de l’épiderme
 Origine humaine: +++++
*Directe ou indirecte (++) / squames parasitées (salle de bain,
de sport ou piscine, objets, vêtements, chaussures souillées)
*Espèces: T.rubrum; T.mentagrophytes var interdigitale;
E.floccosum.
 Origine animale: contamination accidentelle (animaux
malades ou porteurs sains)
*Directe ou indirecte (++) / poils parasités dans l’environnement
*Espèces pathogènes pour l’homme: surtout M.canis;
M.persicolor; T.mentagrophytes et sa var porcellae;
T.verrucosum
 Origine tellurique; sur les sols riches de kératine animale,
rarement impliqués
*Espèces: M.gypseum; M.fulvum; T.mentagrophytes; T.terrestre
 Répartition géographique:
*La plupart des espèces sont cosmopolites: T.rubrum,
T.mentagrophytes, M.canis, M.gypseum
*Autres localisées:
• M.ferrugineum (Asie et Afrique)
• T.concentricum (Asie et Indonésie)
• M.ferrugineum, T.schoenleinii (France)
• T.tonsurans (chez les judokas)

 Facteurs favorisants:
Chaleur, humidité, macération (plis), hormones et mode de vie
(sport et profession)
 Pouvoir pathogène:
Une lésion préexistante est nécessaire

Les spores donnent des


Lésion circulaire (zone
peau filaments à croissance
périphérique active)
centrifuge

Poils et Prolifération des filaments


Parasitisme endothrix
cheveux dans les follicules pileux suite
ou ecto-endothrix
à une lésion épidermique

*Intertrigo des pieds +++


Onychomycose distale
(onyxis des pieds puis mains)
ongles puis atteinte de la
*Teignes du cuir chevelu
matrice
(onyxis des mains)
1-Dermatophytose circinée Tous les dermatophytes

 Clinique:
2-Intertrigo des pieds
Pied d’athlète T. rubrum
Des plis inguinaux T. mentagrophytes var. interdigitale
Eczéma marginé de Hébra E. floccosum

3-Pachydermie de la main
T. rubrum
T. mentagrophytes var. interdigitale
4-Teignes du cuir chevelu
*Tondantes
-À grandes plaques d’alopécie M. canis+++

-À petites plaques d’alopécie T. violaceum


T. soudanense

*Suppurées (kérion) T. Menta


T. Verrucosum
M. Gypseum
M. Fulvum
*Favus T. Schoenleinii

5-Sycosis de la barbe T. Menta


T. Rubrum
T. Violaceum

6-Onychomycose
*Pieds T. rubrum
T. mentagrophytes var. interdigitale
E. floccosum

*Mains T. Rubrum
T. Violaceum
T. soudanense
 Définition:
Ce sont des pseudotumeurs inflammatoires chroniques,
polyfistulisées, contenant des grains jaunes, blancs, rouges ou noirs,
d’origine mycosique (eumycétomes) ou actinomycosique
(actinomycétomes)

 Epidémiologie:
1. Agents pathogènes:
 Les mycétomes fongiques (ou maduromycoses) sont déterminés
par des champignons appartenant à plusieurs genres dont les
plus répandus sont : Madurella mycetomatis, Leptospheria
senegalensis, Allescheria boydii. (27 espèces fongiques
potentiellement en cause)
 FM larges vésiculeux
 Les mycétomes actinomycosiques sont dus à des bactéries
filamenteuses aérobies Gram+ séptées bondées de franges ou
massues, de la classe des actinomycètes, souvent confondues avec
des champignons du fait de leur morphologie fongoïde, dont les plus
importantes sont : Actinomadura madurae, Actinomadura pelletieri,
Streptomyces somaliensis

 La classification des mycétomes basée sur la couleur des grains est très
utile en pratique quotidienne :
• Grains noirs : fongiques
• Grains rouges : actinomycosiques
• Grains jaunes ou blancs : fongiques ou actinomycosiques

2. Réservoir:
Les agents de mycétomes sont des saprophytes du sol des régions
d’endémie et sur les épineux de la famille des mimosacées qui poussent en
climat semi-aride.

3. contamination:
 la pénétration des parasites sous la peau suite à une excoriation
cutanée ou une piqûre par des épines souillées (cultivateurs et les sujets
marchant pieds nus +++).
 Clinique:
Mycétomes fongiques des pieds Mycétomes actinomycosiques

Tuméfaction indolore douleureuse


sous cutanée

Fistules Peu nbreuses Nbreuses en pomme d’arrosier


Grains noirs ou blancs Grains blancs, jaunes, ou rouges

Atteinte Larges géodes sans sequestre, par Microgéodes en mies de pain


osseuse fois perte de substance

Métastases Absentes ou rares Fréquentes


gonglionnaires

Répartition Afrique noir Amérique latine


géographique Inde

Les mycétomes non fistulisés sont difficile à diagnostiquer (fistules asséchées)


 Définition:
Mycose sous-cutanée subaiguë ou chronique, atteignant
l’homme et certains animaux, due à un champignon dimorphe :
Sporothrix schenckii, classe des Sordariomycètes
 Epidémiologie:
1.Agent pathogène:
complexe d’espèces (6 espèces : Sporothrix albicans, S inflata, S
schenckii var luriei, S brasiliensis, S globosa, S mexicana)

 Filaments mycéliens: larges avec des spores en rosettes


Corp astéroide
 Levures: allongées en cigare et corps astéroide

2.Reservoir:
Saprophyte
Levures en qui vit dans le milieu extérieur. les animaux peuvent
cigare
le véhiculer à l’homme (chat, chien, cheval, rongeurs, poissons)
3.Mode de contamination:
L’effraction cutanée ou muqueuse fait suite à des blessures par
échardes, morsures ou griffures animales, piqûres d’arthropodes

 Clinique:
Lésions dermo-épidermiques polymorphes. En cas
d’immunodépression, on note la forme disséminée.

Forme cutanée
• Parties découvertes (les membres supérieurs, la face +++)
• chancre d’inoculation: un petit nodule indolore ferme et élastique,
mobile puis adhérent, la peau devient rouge violacée et le nodule
tend à fluctuer et à s’ulcérer en donnant issue à un liquide séreux ou
purulent.
• lésions satellites ou traînées lymphangitiques: sur lesquelles se
développent des gommes pouvant se fistuliser.
Lésions ulcéro-nécrotiques le long des trajets lymphatiques

Formes extra cutanées


• Immunodépression ++
• Pulmonaire: signes cliniques et radiologiques non spécifiques (TBC,
histoplasmose)
• Cérébro-méningées: méningite, abcès corticaux.
• Oculaire: à type d’endophtalmie qui peut aboutir à l’énucléation
• formes disséminées: rares, des lésions cutanées ou sous cutanées sont
toujours présentes.
 Définition:
Fièvre ou rhumatisme du désert, maladie de Posadas-Wernicke
(psorospermiose), due à un champignon tellurique dimorphique;
Coccidioides immitis

 Epidémiologie:
1.Agent pathogène:
champignon dimorphique de la classe des Euascomycètes
• Forme filamenteuse: arthroconidies de 2 à 5 µm
• Sphérules: 10 à 80µm, endospores 3 à 5µm
2. Habitat:
o saprophyte du sol
o Rencontrée dans les régions sèches et désertiques de
l’Amérique latine et l’Amérique du nord
3. Mode de Contamination:
 Inhalation de spores (++)  C. primaire pulmonaire
 Inoculation à travers une lésion cutanée (rare)  C.
primaire non pulmonaire

 Clinique:
La forme cutanée (visage, cuir chevelu ++) se présente par des
nodules granulomateux, solitaires ou multiples, par fois
confluents, secs ou ulcérés et suintants, abcès sous-cutané,
fistules.
Forme disséminée en cas d’immunodépression
 Définition:
Appelée maladie de Gilchrist, mycose endémique du continent
americain, chronique due à un champignon dimorphique ;
Blastomyces dermatidis
 Epidémiologie:
1. Agent pathogène:
Classe: Eurotiomycètes
 Filaments mycéliens: septés fins + Spores portées par un fin
pédoncule
 Levure: 8 à 16 μm, paroi épaisse , bourgeonnement souvent unique
2. Habitat:
• Saprophyte des sols humides à PH acide en régions boisées et
exposés aux excréments d’animaux (USA++)
• Essentiellement humaine mais touche les animaux aussi
(chien++)
3. Mode de contamination:
• Voie aérienne (inhalation de spores) ++
• Voie transcutanée (traumatique : morsure de chien,
accidentelle au laboratoire, digestive): rare

 Clinique:
 La forme cutanée est souvent secondaire à une
dissémination hématogène à partir d’un foyer pulmonaire.
 Dermatite verruqueuse débutant par des pustules (ou
nodules) qui s’étendent de façon centrifuge formant un
placard cicatrisé au centre mais surélevé en périphérie.
 Les parties découvertes ++
 Forme généralisée: mortelle
 La paracoccidioidomycose concerne surtout le Brésil due à
un champignon dimorphique qui vit dans le sol,
Paracoccidioides brasiliensis
• FM: fins de 3 à 4 µm de diamètre, septés; portent rarement (
seuls quelques isolats ) des spores piriformes de 2 à 4 µm et
plus souvent des chlamydospores terminales ou intercalaires
grosses ( 20 µm de diamètre ).
• Levure: de taille variable (4-40 µm) avec un ou plusieurs
bourgeonnements arrondis en « roue de timonier »

 Hôte = homme
 Contamination = B. nord américaine
 L’immunodépression peut provoquer une forme extensive
 La forme cutanéo-muqueuse est la plus fréquente
 Définition:
Mycose chronique sous cutanée cosmopolite causée par des
champignons dimorphiques de la classe des Hyphomycètes

 Epidémiologie:
1. Agent pathogène:
• Champignon filamenteux dématié
• 05 espèces incriminées chez l’homme: Fonsecaea pedrosoi,
F. compacta, F. verrucosa, Cladophialophora carrionii,
Rhinocladiella aquaspersa
• Les 05 ont le même aspect tissulaire (cellules fumagoides ou
sclérotiques), des filaments septés également pigmentés
rarement retrouvés, rappelant la limite imprécise avec le
groupe des phæohyphomycoses,
2. Habitat:
Cosmopolite mais plus fréquente dans les zones rurales,
tropicales et subtropicales
3. Mode de contamination:
• Voie transcutanée après un traumatisme (épines, débris de
bois) ou surinfection de plaie pré-existante (débris, terre)
• Professions, marche pieds nus

 Clinique:
• Jambes et pieds ++
• Placard squameux , nodule tumoral, lésion verruqueuse,
plaques atrophiques ou lésion ulcérée
 Mycose chronique causée par diverses levures et moisissures
opportunistes, de couleur sombre (dénommées « champignons
noirs » ou phaéohyphomycètes), provenant généralement du
sol. La mélanine présente dans leurs parois cellulaires empêche
ou freine leur phagocytose
 Cette famille regroupe les champignons dématiés pathogènes
autres que ceux responsables des chromomycoses et des
mycétomes et qui ont la caractéristique de se présenter dans les
tissus sous forme de filaments pigmentés bruns à noirs septés
mais irréguliers, de 5 à 10mm de diamètre, globuleux ovalaires ou
arrondis.
 Genres: Alternaria, Alternaria, Cladosporium, Phoma ++++
 Affections cosmopolites, considérées comme Maladie
émergente
 L'infection se limite généralement à la peau, mais se propage
parfois dans les tissus internes, parfois même jusqu'au cerveau
chez l’immunodéprimé
 Aussi appelées zygomycoses (maladies tropicales)
 La classification commune de la basidiobolomycose,
conidiobolomycose (ou rhinomycose), rhinospori-diose et de
la mucormycose résulte uniquement de l’aspect
microscopique similaire des agents fongiques car l’expression
clinique est bien différente
 Lésions sous-cutanées profondes chroniques indolores
longtemps bien suportées
 Basidiolobus ranarum  tronc
 Conidiolobus coronatus  massif facial
 Les dermatophytoses sont des affections superficielles
(atteinte limitée à l’épiderme)

 Les autres sont des affections exotiques profondes (lésions


sous-ctanées, osseuses ou systémiques)
Prélèvement :

 Suffisamment abondant, avant tout traitement spécifique, qu’il soit local


ou général ou après un intervalle d’au moins 02semaines pour les
atteintes de la peau ou de 02 mois pour les ongles.
 prélever sur la partie active et évolutive de la lésion.
 Squames: grattage à la périphérie , si rares on fait un
écouvillonage
 Folliculites et poils: pince à épiler
 Onyxis: racler au niveau de la lisière partie saine-partie
malade
 Leuconychies: grattage en surface
 Cheveux:
 Examen du cuir chevelu en lumière de Wood: ++ vert vif
(T.microsporiques), + vert foncé (T.favique), - T.microide
 Prelevement des cheveux atteints, grattage des croutes,
écouvillonage du pus, scotsh test
 Porteurs sains: frotter le cuir chevelu (homme) ou pelage
(animal)
 Examen direct:
 Eclaircissant (chloral lactophénol, potasse (10-20%), noir
chlorazole)
 Résultat:
 Squames et ongles: filaments +/- arthrosporés
 Cheveux: 05 types de parasitisme
 Culture:
Sabouraud = ½ de reference
 S+ et –A => S+C+A +++
=> S+C-A (levures et moisissures kératinophiles)
 Conditions: aérobie, T 25-30°c, durée: min 04 semaine
 Lecture: chaque semaine
 Identification:
• vitesse de croissance
• L’aspect macroscopique des colonies: couleur (au recto
et au verso), relief, surface, taille, conistance ; présence
ou non de pigment diffusant dans la gélose.

• L’aspect microscopiques: l’aspect du mycélium, la


présence et la disposition des chlamydospores,
l’abondance et la morphologie des microconidies (rondes
ou piriformes, solitaires ou groupées en acladium,…), la
présence de macroconidies et leur morphologie.
Fructifications et ornementations des
dermatophytes en culture selon Guy
Badillet
A : microconidies en « croix de Loraine » de
Trichophyton mentagrophytes

B : microconidies piriformes disposées en


« acladium » de Trichophyton rubrum
C : organe pectiné

D : mycélium en raquette

E : Chlamydospore terminale

F : chlamydospores intercalaires

G : organes nodulaires

H:Filament en forme de « chandelier favique »


caractéristique de Trichophyton schoenleinii

I : Filament à renflement terminal en « tête de clou »


J : Filament spiralé en vrille observé chez Trichophyton
mentagrophytes et Microsporum persicolor

K : Macroconidies de Trichophyton mentagrophytes

L et M : Macroconidies de Trichophyton rubrum

N : Macroconidies groupées en « régime de


banane » d’Epidermophyton floccosum

O : Macroconidies de Microsporum canis

P : Macroconidies de Microsporum audouinii

Q : Macroconidies de Microsporum gypseum

R : Macroconidies de Microsporum fluvum

S : Macroconidies de Microsporum persicolor


• Milieux de repiquage:
pour les souches qui restent stériles sur milieu de Sabouraud. Pour
la plupart, ces milieux favorisent la sporulation et la production
de pigment:
• Recherche des exigences nutritionnelles:
Certaines espèces exigent pour leur croissance la présence de
vitamines (T.verrucosum nécessite la présence en thiamine, T.
tonsurans a un besoin partiel en vitamines). Pour rechercher ces
exigences nutritionnelles, on comparera la croissance de la
souche à l’étude sur milieu basal (absence de pousse ou
croissance restreinte) et sur milieux additionnés de vitamine.
• Biologie moléculaire: actuellement ces méthodes réalisées à
des fins de recherche et restent l’apanage de laboratoires
spécialisés
Diagnostic Autres
mycologique
Prélèvement Examen direct Culture

Mycétomes Pus, grains FM *Fongiques:


S-A à 37°c
*Actinomycosique: gélose
ordinaire ou m/2 de Loweinstein
à 37°c

Sporotrichose Asépsie , ATB


*Cutané: pus, squames,
-Svt (-)
-Formes granuleuses non
*27°C: S+lactrimel: colonies
adhérantes, blanc crème à brun
HisPus, grains
to;: FL
croutes ulcérées+++ noir sans diffusion du pigment,
*Autres: LBA, LCR, exsudats, -coloration PAS, Giemsa, Gram FM
biopsie…. -dilution : eau distillée ou *37c: gélose au sang, FL
formaldéhyde 10%
-Résulat: Levures

chromomycose Croutes, squames, pus *Cellules sclérotiques


(pseudolevures)
à 27°c: S + C : colonies gris ou
marron foncé
Anapath: biopsie cutanée:
cellules fumagoides
*F. Séptés: rares

Coccidioidomycos Expectorations, LBA, LCR,


urines, exsudat, biopsie
Sphérules (KOH à 10%) S+ ou - A glucosé, gélose au
sang, 1/2 cœur-cerveau: à 25-
*anapath: sphérules
*Sérologie: MEE des Ac
e 30°c (FM), 37-40°c (sphérules) circulants++, Ag G.M dans le sg et
urines +/-
B.M: PCR, hybridation in situ

Blastomycose N.A Frottis, LBA, urines, biopsie Levures svt unique *27°c: S+C+ ou-A: colonies
blanches duveteuses, FM
*Anapath: FL
*Inoculation à l’animal
*37°c: gélose au sang, ½ c.c, *Séro: Ag G.M dans le sg et urines
colonies crémeuses plissées,FL ++
*PCR: dgc+

Blastomycose S.A Peau, muqueuse, pus,


sécrétions bronchiques
FL ½S
*27°c : colonies blanches
*Cyto exfoliative : FL
*Anapath: FL
cotonneuses, FM *Tests Im:
*37°c: FL -T au latex: oriente dgc
-W.blot+ELISA: suivi TRT
-PCR

Phaeohyphomyco S glucosé+C-A, pomme de terre-


glu +c-A
*Anapath: FM

ses
Entomophtoromyc *Anapath: dgc difficile: le
classique granulome rouge
oses *séro: iF, Im-peroxydase
Dermatophytose Molécule

Épidermophyties et intertrigos Éconazole, kétoconazole,


cyclopyroxolamine ou terbinafine
(voie locale)

Teignes du cuir chevelu Griséofulvine (per os) + un


imidazolé (voie locale) +/-
corticothérapie (T.inflammatoires:
kérion et sycosis)
Onyxis -Amorolfine ou cyclopiro (vernis)
-Si atteinte matricielle: + TRT par
voie générale (terbinafine)
Mycétomes Kétokonazole + chirugie

Sporotrichose -Itraconazole
-Si forme généralisée (VIH+): Amphotéricine B / voie
parentérale, relai/ itraconazole

Coccidioidomycose -Kétoconazole, itraconazole ou voriconazole


-TRT chirurgical

Blastomycose nord américaine -F asym: ne pas traiter


-F modérée: Itraconazole
-F sévere: ID,méningite
AmphotéricineB
puis relais avec l’Itraconazole
-F cutanée: chirurgie, cryochirurgie

Blastomycose sud américaine -Itraconazole, Kétoconazole


-F grave: Amphotéricine B(IV)
Relais par les sulfamides

Chromomycose -La 5 fluorocytosine associée à l’itraconazole


-Amphotéricine B /voie intraveineuse.
-La terbinafine
-chirurgie: si la lésion est de petite taille
Phaeohyphomycoses -AmphotéricineB /voie systémique
-Chirugie: si lésion isolée

Entomophtoromycoses -Amphotericine B ou bien un antifongique imidazolé


(itraconazole, fluconazole, kétoconazole, etc.).
-sLa chirurgie: si forme localisée en association avec le
traitement systémique.
 De nombreuses mycoses transmises par voix transcutanée
notamment en milieux rurale peuvent entrainer des dégâts
tissulaires irréparables et avoir un mauvais pronostic d’où
l’intérét de la prophylaxie chez les sujets à risque dans les
pays endémiques (amélioration des conditions socio-
économiques, sensibilisation de la population, porter des
gants, éviter la marche pieds nus….)
 l’amélioration des capacités diagnostiques associée à
l’éducation sanitaire, peut amener les patients à consulter
précocement, dès apparition des lésions. Celles-ci sont
d’autant plus facilement traitables qu’elles sont récentes et
non disséminées.