Vous êtes sur la page 1sur 35

Gestion Budgétaire des

Investissement

Encadré par:
Mr SLIMANI Hamid Présenté par :
GHARACHI NOURA
MOHAMED AKRAM CHEBLI
ANAS EL KHYARI
Gestion Budgétaire des
Investissement
Plan:

Définition et nature des investissements


I. Méthode de choix des investissement
A- Dans l’avenir certain
1- Le critère de choix sans actualisation
2- Le critère de choix avec actualisation
B-Dans l’avenir incertain
1- La rentabilité espérée ou l’espérance mathématique de gain.
2- La mesure du risque
3- L’arbre des probabilités
II. La budgétisation de investissement
1- Le plan de financement
2- Le budget des investissements
III. La planification du projet
1 - Définition de la planification de projet
2 - Le planning
VI. Cas pratique
Définition et nature de
l’investissement

1. Définition de l’investissement

 Définition d'investissement. L'investissement est


l'action d'investir, c'est-à-dire d'acquérir de nouveaux moyens de
production, d'améliorer leur rendement ou de placer des capitaux
dans une activité économique, dans une entreprise, etc. Le moteur
de l'investissement est la perspective d'en retirer un profit.
Définition et nature de l’investissement

2. Nature de l’investissement

 On distingue deux types d’investissement:


-Matériel tel que les bâtiments et les machines
-Immatériel tel que les brevet les licences les logiciels

 Les investissement peuvent aussi être classés selon leurs objectifs:


-Remplacement d’un matériel obsolète
-Augmentation des capacités de production
-Modernisation afin d’accroître la productivité
-Investissement financier
I- Méthode et choix des investissements

Ces méthodes permettent de connaître la rentabilité


économique des investissements et de les sélectionner
tout en comparant la dépense initiale aux recettes
attendues dans les années à venir.
I- Méthode et choix des investissements
A-choix des investissements dans l’avenir certain
1- Le critère de choix sans actualisation

1.1 Taux moyen de rentabilité


C’est le rapport entre le bénéfice annuel moyen procuré par
l’investissement et la dépense initiale.
T=bénéfice net moyen/ capital investi

1.2 Délais de récupération du capital investi


Il faut déterminer le délai au bout duquel les flux nets de
trésorerie permettent de récupérer le capital investi.
L’investissement choisi est celui dont le délais est le plus court.
Exemple de choix avec le taux moyen de rentabilité
Exemple de choix avec le délai de récupération
2. Le critère de choix avec actualisation

2.1 La valeur actuelle nette


La valeur actuelle nette est une mesure de la rentabilité d'un
investissement calculée comme la somme des flux de
trésorerie engendrés par cette opération, chacun
étant actualisé de façon à réduire son importance dans cette
somme à mesure de son éloignement dans le temps. Si le taux
d'actualisation est choisi convenablement, l'investissement sera
réputé rentable et donc retenu si et seulement si sa valeur
actuelle nette est positive.
VAN=recettes nettes d’exploitation-dépense initiale
2. Le critère de choix avec actualisation

2.2 Le délais de récupération actualisé


le D.R est la durée au bout de laquelle le cumul des recettes nettes
d’exploitation ou flux nets de trésorerie est égal au montant des capitaux
investis. L’objectif de ce calcul est de préserver l’équilibre financier de
l’entreprise.
Méthode de calcul :
 1 ère étape : cumuler les flux de trésorerie
 2 ème étape : rapprocher le montant de l’investissement avec le cumul
des flux
 3 ème étape : déduire la durée nécessaire pour effectuer « le retour sur
investissement »

2.3 Le taux interne de rentabilité

C’est le taux d’actualisation pour lequel la valeur actuelle nette est nulle.
2. Le critère de choix avec actualisation

2.4- L’indice de profitabilité

L'indice de profitabilité est le rapport entre le cumul actualisé


des flux de trésorerie (cash flows) et le capital investi. Il s'agit en
d'autres termes du rapport entre la valeur actuelle des cash flows
futurs et le capital investi.
IP= Somme des cash flows actualisés / Investissement initial
Exemple de choix avec la VAN
Exemple de choix avec le TRI
I- Méthode et choix des investissements
B- Le choix d’investissement dans l’avenir incertain

Deux situations sont envisagées :


•Les flux de trésorerie sont des variables aléatoires dont les probabilités de réalisation peuvent être
estimées : les calculs probabilistes sont utilisés ;
•Les flux de trésorerie dépendent des variables dont les différents états sont équiprobables : les
méthodes issues de la théorie des jeux sont exploitables.
1- La rentabilité espérée ou l’espérance mathématique de gain.

Lorsque les différents flux de trésorerie peuvent être considérés comme des variables aléatoires,
une probabilité de réalisation est attachée à chacun d’entre eux.
La variable aléatoire (X) peut alors se définir comme étant une variable susceptible de prendre
des valeurs diverses en obéissant à une loi de probabilité donnée. L’espérance mathématique de
cette variable est alors sa moyenne pondérée par les probabilités d’apparition.
E (X) =ΣX x P(X) ou ΣXi Pi
En substituant à un ensemble de flux probables une valeur moyenne, il est possible de mettre en
œuvre les critères financiers habituels. Ainsi, le calcul de la VAN peut être appliqué sur des flux
aléatoires.
2-La mesure du risque

Un des moyens le plus sûr de mesurer le risque est de prendre en considération la dispersion
des résultats autour de la moyenne.

La mesure de dispersion la plus classiquement utilisée en statistique est l’écart-type. Ce


dernier est donc retenu comme indicateur de risque. Plus sa valeur est grande, plus
l’amplitude de variation est forte. Il et donné par la racine carré de la variance.
σ(X) =√ΣP(X) x (Xi -E(X))2
3-L’arbre des probabilités

C’est une représentation graphique des différentes valeurs prises par une
variable aléatoire au cours du temps. Utilisé pour la variable aléatoire « Flux de trésorerie
», il visualise la liste complète des éventualités (chemins) compte tenu des différents états
prévisibles de la conjoncture. Il facilite ainsi le calcul des gains espérés et met en évidence
les risques courus. On affecte à chaque branche de l’arbre une
probabilité d’apparition pour calculer l’espérance mathématique de l’arbre.
Cependant un arbre de décision simple peut être construit ne tenant pas compte
d’une probabilité d’apparition, permettant donc de calculer l’espérance mathématique.
II- La budgétisation des investissements

 La prévision des investissements s’effectue dans un plan


prévisionnel à 5,7 ou 10 ans selon les capacités de
planifications de l’ entreprise.

 Elle s’inscrit dans la recherche d’équilibre financier à long


terme exprimé par le plan de financement
II- La budgétisation des investissements

Ce qu’on va Ce qu’on doit Ce qu’on


vendre produire doit investir

production
Charges de
commercialisation
Charges de

Comment on Comment on va le Comment on


va faire? produire? va le financer?
-Frais variables -MOD -Capitaux
-Frais fixes -Approvisionnement -Trésorerie
-Frais fixes
structure
Charges de

Comment on va Résultat
administrer?
-Frais variables
-Frais fixes

L’enchainement des budgets


II- La budgétisation des investissements
 Le budget annuel des investissements ne retient que les
conséquences financières de plan de financement pour
l’année budgété.
1- Le plan de financement

Plan de financement N-1 N N+1 N+2 N+3


Ressources:
-CAF
-cessions d’immo
-Augmentation du capital
-Subvention d’investissement

Emplois:
- Acquisitions des immo
- Remboursements des dettes
- Augmentation du BFR
- Dividendes à verser
II- La budgétisation des investissements

2- Le budget des investissements

Le budget reprend les informations du plan d’investissement


en les détaillant par responsable opérationnel afin de permettre
un suivi administratif de l’engagement des dépenses.

Le suivi des investissements s’organise en trois temps:


- Les dates d’engagement
- Les dates de décaissements
- Les dates de réceptions
II- La budgétisation des investissements

2- Le budget des investissements

- Les dates d’engagement:

Ce sont les dates à partir des quelles il n’est plus possible de


revenir sur les décisions d’investissements sauf à payer un dédit.
II- La budgétisation des investissements

2- Le budget des investissements

- Les dates de décaissements:

Ce sont les différents moments où il faut régler les travaux


engagés.
Outre leurs conséquences en matière de trésorerie, il est
important de vérifier la cohérence entre les montant facturés et
ceux budgétés.
II- La budgétisation des investissements

2- Le budget des investissements

- Les dates de réception:

Elles conditionnent le démarrage des activités de fabrication et


donc la rentabilités des projets envisagés.
II- La budgétisation des investissements

2- Le budget des investissements

Engagement Décaissements Réception


N+1
Année à
Année N N+1 Année à budgéter N N+1 Année à budgéter N+2 budgéter N+2

Mois Sept Fév Avr. Juin Nov Sep Fév. Avr Juin Juil Sep Nov Solde Juil Sep Mars
Projet 1 1500 150 450 900 1500
Projet 2 1000 100 300 600 1000
Projet 3 500 500 250 150 100 250 250 500 500
Projet 4 200 100 60 40 200

Total 1500 1000 500 200 500 150 550 550 100 810 1040 250 250 1700 1500 500
1500 2200 150 3300 250 3200 500
III-La planification d'un projet
1 - Définition de la planification de projet

C’est l’activité qui consiste à déterminer et à ordonnancer les tâches du projet, à estimer leurs
charges et à déterminer les profils nécessaires à leur réalisation.
L’outil requis est le planning

Les objectifs du planning sont les suivants :

•déterminer si les objectifs sont réalisés ou dépassés


•suivre et communiquer l’avancement du projet
•affecter les ressources aux tâches
2 - Le découpage du projet

La conduite d’un projet repose sur un découpage chronologique (phases) du projet en


précisant
•Ce qui doit être fait (tâches)
•Par qui cela doit être fait (Ressources)
•Comment les résultats (Livrables) doivent être présentés
•Comment les valider (Jalons)

3 - L’ordonnancement des tâches

L’ordonnancement est l’élaboration d’un plan d’action permettant de déterminer les


séquencements ou au contraire les parallélismes possibles entre l’exécution des tâches
précédemment identifiées.
4 - Le Planning

1. Les étapes successives


2. Dates au plus tôt et au plus tard
3. Détermination du chemin critique et des marges
VI- Etude de cas
La société SIPAS envisage de construire une chaine de production
supplémentaire.
Celle-ci sera réalisée dans les conditions suivantes:

Versements
Opérations
Durées Coûts Engagements Au début
Opérations pré A A
(en mois) (Mdh) (mois) des
requises l'engagement Réception
travaux
% %
%

a 3 / 2500 2 10 30 60

b 2 a 1800 1 10 40 50

c 4 a, b 3000 1 10 50 40

d 1 a 800 1 10 40 50

e 2 a, b, d, c 1000 1 20 60 20

f 1 e 500 1 10 40 50
Informations complémentaires :
La réception des travaux est réalisée dans le mois qui suit
la fin de chaque opération .
Les travaux commenceront le premier novembre N.
Le financement est assuré par;
•Fonds propres 2500 MDH.
•Emprunt 7500 MDH.

Travail a faire:
1- Etablir le graphe par la méthode des potentiels. Déterminer
les différentes dates .
2- présenter le budget des investissements.
•Budget des acquisitions .
•Budget de financement.
SOLUTION

1ére question: graphe par la méthode des potentiels

D
3 8
1
3 1/02/N+1

3 2 4 2 1 Fin
A B C E F
3 3 5 5 9 9 11 11 12 12
0 0

1/11/N 1/02/N+1 1/04/N+1 1/08/N+1 1/10/N+1 1/11/N+1

Chemin critique, a, b, c, e, f de durée 12mois.


2éme question: le budget des investissement
1-Budget des acquisitions:
Début des travaux
Durée des taches

Engagements Décaissements Réceptions


Fin des travaux

Engagements
Taches

N N+1 N N+1 N+1

9 1 3 7 9 9 11 1 2 3 4 5 7 8 9 10 11 12 3 4 5 9 11 12

1/02/
A 3 1/11/N 1/9/N 2500 250 750 1500 2500
N+1

1/04/ 1/01/
B 2 1/02/N+1 1800 180 720 900 1800
N+1 N+1

1/08/ 1/03/
1/04/N+1 3000
C 4 N+1 N+1 300 1500 1200 3000

1/03/ 1/01/
D 1 1/02/N+1 800 80 320 400 800
N+1 N+1

1/10/ 1/07/N
E 2 1/08/N+1 1000 200 600 200 1000
N+1 +1

1/11/ 1/09/N
F 1 1/10/N+1 500 50 200 250 500
N+1 +1

2500 2600 3000 1000 500 250 750 260 1040 1800 1900 900 200 600 1250 200 200 250 2500 800 1800 3000 1000 500

9600 9600 9600


2-Budget de financement:

N N+1
Eléments
9 10 11 12 T 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 T

Emplois

a 250 750 1000 1500 1500

b 180 720 900 1800

c 300 1500 1200 3000

d 80 320 400 800

e 200 600 200 1000

f 50 200 250 500

Totaux 250 _ 750 1000 260 1040 1800 1900 900 _ 200 600 1250 200 200 250 8600

Ressources

Fonds propres 2500 2500

Emprunts 7500 7500

Autofinancement _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Totaux 10 000 _ _ _ 10000 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Ecarts mensuels 9750 -750 9000 -260 -1040 -1800 -1900 -900 -200 -600 -1250 -200 -200 -250 -8600

Ecarts cumulés 9750 9750 9000 9000 8740 7700 5900 4000 3100 3100 2900 2300 1050 850 650 400 400
 Ces documents établis mois par mois mettent bien en évidence:
• Les besoins par les écarts mensuels,
• Le déséquilibre éventuel et par conséquent la nécessité d’avoir recours aux
capitaux.

 La période retenue peut être plus courte ou plus longue selon les besoins.
Bibliographie :
•Maurice Cozian, Le contrôle de gestion appliqué aux différentes fonctions, Collection objectif Expertise comptable,
Edition Litec 2002
•Claude Alazard, Sabine Separi, DECF- Manuels et Application, Contrôle de gestion : 5ème édition
Web graphie :
http://www.youscribe.com/BookReader/Index/2114068?documentId=2091636

Vous aimerez peut-être aussi