Vous êtes sur la page 1sur 158

Licence de Libre Diffusion des Documents -- LLDD version 1

Ce document peut être librement lu, stocké, reproduit, diffusé, traduit et cité par tous moyens et sur tous
supports aux conditions suivantes:
tout lecteur ou utilisateur de ce document reconnaît avoir pris connaissance de ce qu'aucune garantie n'est
donnée quant à son contenu, à tout point de vue, notamment véracité, précision et adéquation pour toute
utilisation;
il n'est procédé à aucune modification autre que cosmétique, changement de format de représentation,
traduction, correction d'une erreur de syntaxe évidente, ou en accord avec les clauses ci-dessous;
des commentaires ou additions peuvent êtres insérés à condition d'apparaître clairement comme tels; les
traductions ou fragments doivent faire clairement référence à une copie originale complète, si possible à une
copie facilement accessible.
les traductions et les commentaires ou ajouts insérés doivent être datés et leur(s) auteur(s) doi(ven)t être
identifiable(s) (éventuellement au travers d'un alias);
cette licence est préservée et s'applique à l'ensemble du document et des modifications et ajouts éventuels
(sauf en cas de citation courte), quelqu'en soit le format de représentation;
quel que soit le mode de stockage, reproduction ou diffusion, toute personne ayant accès à une version
numérisée ce document doit pouvoir en faire une copie numérisée dans un format directement utilisable et si
possible éditable, suivant les standards publics, et publiquement documentés, en usage.
la transmission de ce document à un tiers se fait avec transmission de cette licence, sans modification, et en
particulier sans addition de clause ou contrainte nouvelle, explicite ou implicite, liée ou non à cette
transmission. En particulier, en cas d'inclusion dans une base de données ou une collection, le propriétaire
ou l'exploitant de la base ou de la collection s'interdit tout droit de regard lié à ce stockage et concernant
l'utilisation qui pourrait être faite du document après extraction de la base ou de la collection, seul ou en
relation avec d'autres documents.

Toute incompatibilité des clauses ci-dessus avec des dispositions ou contraintes légales,
contractuelles ou judiciaires implique une limitation correspondante du droit de lecture, utilisation
ou redistribution verbatim ou modifiée du document.
http://bat8.inria.fr/~lang/licence/
Les transformateurs
Le transformateur inventé par
Lucien Gaulard (modèles de 1884 et 1886)
But du transformateur :
Modifier, changer les tensions alternatives, les élever ou les
Abaisser.
Afin de transporter l ’énergie électrique avec le moins de pertes
possible.

élévateur abaisseur

GS
3
380/6 kV 6 kV /380 V
380 V
Symbole du transformateur :
Utilité du transformateur
pour le transport de
l’énergie électrique
V = 220 V
I absorbé = 150 A

V=?
Résistance de la ligne d’alimentation
supposés en phase avec 220V
1,5 
150 A

récepteur 220 V
V=?

V = 220 + 150 x 1,5 = 445 V


I absorbé = 150 A

V = 445 V
I absorbé = 150 A

V = 445 V
P = R.I2 =1,5.1502 = 33750 W

Putile=150x220=33000 W
1,5 
150 A

récepteur 220 V
V=?
Pertes > Putile
+
Récepteurs détruits
La solution ???

Le transformateur
T1
1,5  T2 150 A

V=? 220 V

élévateur abaisseur
Transfo parfait :

V2 N2
=
V1 N1

La puissance absorbée au primaire est intégralement fournie au


secondaire, il n’y a pas de pertes.

V1.I1 = V2.I2

V2 N2 I1
= = =m
V1 N1 I2
T1
1,5  T2 150 A

V=? V21
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V2 N2
=  V21= 25xV22 = 25x220 V= 5500 V
V1 N1
T1
1,5  T2 I22 =150 A
I21
V=?

V22= 220 V
élévateur abaisseur

I21 = I22 / 25 = 150/25=6 A


T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V=? R.I

V22= 220 V
élévateur abaisseur

R.I = 6 x 1,5 = 9 V

Pertes = R.I2 = 1,5 x 62 = 54 W


T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V=? V12
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V12 = (25x220 + 9) = 5509 V


T1
1,5  T2 I22 =150 A
6A
V11 V12
V22= 220 V
élévateur abaisseur

V11 = (25x220 +9)/25 = 220,36 V


à quoi ressemblent les
transformateurs ?
Transformateur de poteau 20 kV / 380 V
Transfo tri 450 MVA, 380 kV
Transformateur d ’interconnexion de réseau
Transformateur triphasé 250 MVA, 735 kV d ’Hydro-Quebec
15 MVA, 11000V/2968V, Dy1/Dd0, 50 Hz, 30 tonnes
Transfo mono
600 kV
Pour
TCCHT
Transformateur sec monophasé : 1000 VA 50 Hz, 220V/110 V
Partie active de transfo mono 40 MVA 162/3 Hz, 132kV/12 kV
Transformateur triphasé de réglage 40 MVA 50 Hz 140kV/11,3 kV
Constitution-Principe
Un transformateur comprend :
• un circuit magnétique fermé, feuilleté
• deux enroulements :
• le primaire comportant n1 spires
• le secondaire comportant n2 spires

I1 I2

V1 V2
Circuit magnétique de transformateur triphasé à 3 colonnes
Circuit magnétique de transformateur à 5 colonnes 450 MVA,
18/161 kV
Transfo mono pour locomotives : 3 MVA, 22,5 kV/2x1637 V, 50 Hz
exécution en galettes alternées
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Flux induit, loi de


Lenz
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Pour créer le flux induit, des boucles de courant


prennent naissance dans le métal
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

Ces courants créeraient des pertes Joule suceptibles


d ’échauffer fortement le métal.
Pourquoi feuilleter les circuits magnétiques

En feuilletant le métal, on empêche le


développement des courants de Foucault

Courant de Foucault très


faibles
équations du transformateur
 I1
F1
V1 n1
générateur

I2

F2 n2
V2
récepteur
m1

i1 i2
+ +

f1 f2 n2
n1

- -

m2
m1

i1
+

f1
n1

-
m1

i2
i1 +
+

f1 f2 n2 récepteur


n1

- -

m2
Chaque bobine produit un flux propre :

n11  n1   f 1   m1 


n2  2  n2   f 2   m 2 
Le flux mutuel est égal à :

 m   m1   m 2

Flux totaux :

n11Total  n1   f 1   m   n1  1   m 2 



 n2  2 Total  n2   f 2   m   n2   2   m1 
Flux traversant 1 spire du primaire : 1 =  + F1

Flux à travers le circuit


magnétique

Flux de fuite

Flux traversant 1 spire du secondaire : 2 =  - F2

Flux à travers le circuit


magnétique

Flux de fuite
Le flux commun  est donné par la relation d ’Hopkinson :

n1 I1 - n2 I2 = R
Les flux de fuites se refermant dans l ’air :

n1 F1 = l1 I1

n2 F2 = l2 I2
Rappels : la transformation cissoïdale

j ( t + )
a(t) = A sin( t + )  A e =A

d d j ( t + ) j ( t + )
A sin( t + )  Ae =Aje
dt dt
=jA
Équations du transformateurs :

équation de maille du primaire :


V1 = R1 I1 + j  n1 1

équation de maille du secondaire :


j  n2 2 = R2 I2 + V2

Relation d ’Hopkinson

n1 I1 - n2 I2 = R
Équations du transformateurs :

V1 = R1 I1 + j  n1 1

V2 = - R2 I2 + j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = R
Ces équations ne tiennent pas compte des pertes
fer dans le circuit magnétique.
Le transformateur parfait :

l l
 n ’a pas de fuites magnétiques : 1 = 2 = 0
 n ’a pas de pertes Joule : R1 = R2 = 0

 n ’a pas de pertes fer

 possède un circuit magnétique infiniment perméable : R= 0


Les équations se simplifient :

V1 = + j  n1 1

V2 = j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = 0
On obtient les relations fondamentales suivantes :

V2 I1
n2

V1 n1 I2

V2
n2 Selon n2/n1, le transformateur
n1 élève ou diminue la tension
V1
Le flux  est lié à la tension d ’alimentation V1

V1 = + j  n1 1  =
V1
 n1

Si la section du circuit magnétique est S,


 Bmax= n12S V1  Bsaturation
Bmax
Beff = =
S 2
Application :

Si un transfo est prévu pour être alimenté, au primaire,


en 220 V 50 Hz, peut-il fonctionner correctement en 60 Hz ?

2 V1 =
2 220
 Bsaturation
 n1 S 2  50 n1 S

2 220  2 220
 2  50 n1 S
2  60 n1 S

Ça fonctionne !
Application :

Si un transfo est prévu pour être alimenté, au primaire,


en 220 V 60 Hz, peut-il fonctionner correctement en 50 Hz ?

2 V1 =
2 220
 Bsaturation
 n1 S 2  60 n1 S

Nous aurons au moins :

2 220
  2 220
 Bsaturation
2  60 n1 S 2  50 n1 S
Nous pourrons même avoir :

2 220  2 220
 Bsaturation  2  50 n1 S
2  60 n1 S

Ça risque fort de chauffer !

L ’impédance d ’une bobine à noyau ferromagnétique


chute lorsque le « fer » est saturé.
B ou  SATURATION

e=f.c.e.m.=d/dt
petit

I
e=f.c.e.m.=d/dt
grand
Pour une même d.d.p. , à 60 Hz l ’intensité passe moins
longtemps dans la bobine primaire au cours d’une demi
période qu’en 50 Hz, B atteint une valeur moins importante
en 60 Hz qu’en 50 Hz.

Conclusion : ne pas utiliser un transfo en-dessous de sa


fréquence nominale.
Si la section du circuit magnétique est S,

Bmax = 2 V1  2
N1.S = V1
 n1 S  Bmax

N1.S = 2 V1
2f Bmax

2
V  n1.S = V1
2 f  Bmax
V2 I1
n2
 La phase de V2 et de V1
V1 n1 I2

ou de I1 et I2 est la même.

j  t + 1
A1 e
= réel  1 = 2
j  t + 2
A2 e
Le rendement d ’un transformateur parfait est égal à 1

P1 = V1 I1 cos 1 = V2 I2 cos 2 = P2
Impédance ramenée du secondaire au primaire
ou réciproquement
I1 I2 Z2

+
V1 V2 E2

n1 n2
Question posée :

Quel est le modèle de Thévenin sur lequel débite le primaire


I1 Z1

+
V1
E1

Z1 = ?
E1 = ?
I1 I2 Z2

+
V1 V2 E2
n1 n2

V2 = E2 + Z2 I2
n1
n1 (E2 + Z2 I1)
V1 =
n2 n2

n1 E2 + ( n1 )2 Z2 I1 à identifier avec
V1 =
n2 n2

V1 = E1 + Z1 I1
E1 = n1 E2
n2

Z1 n1 2
= ( )
Z2 n2
Cette propriété est utilisée en électronique pour
réaliser des adaptateurs d ’impédance.

Exemple, on souhaite connecter un amplificateur


dont l ’impédance de sortie est de 4  sur des
haut-parleurs d ’impédance 8 .

Le théorème de l ’adaptation d ’impédance nous


indique que le transfert d ’énergie est optimum
lorsque les impédances de sortie et de charge
sont égales.
4

? 8
~

Le transfo est tel que vu du primaire, la charge


apparaisse comme valant 4 .

Z1
= (
n1 2 4
) =  n2
= 2
Z2 n2 8 n1
Transformateur parfait :
A
0

V1 ~ I2 = 0

I1 = 0
Transformateur réel :
A
0

V1 ~

I2 = 0 et I1 = 0
Transformateur réel à vide
à vide  I2 = 0

Pour un transfo parfait, I2 = 0  I1 = 0


Or, un transfo réel absorbe un courant I1  0 si I2 = 0.

On ne peut plus négliger R, les équations deviennent

V1 = + j  n1 1

V2 = j  n2 2

n1 I1 - n2 I2 = R
Le bobinage primaire absorbe un courant égal à :

I1 =
n1
I2 + R V1
n2 j  n12

R V1
est le courant magnétisant noté I10
j  n12

V1 V1 n12
I10 = = avec L1 =
j
n12 j  L1 R
R
P 33 du polycop

Relation d ’Hopkinson : n I = R
Expression de l ’inductance : n  = L I

n n nI n2
L= = =
I I
R R
Modélisation du transformateur
Schéma équivalent :

I1 n2 I2
n1 I2
I10

V1 V2
L1
n1 n2

Transformateur
parfait
Diagramme de Fresnel :

V1

2
V2 I2
1
I1

I10 
Prise en compte des pertes fer :

Le flux alternatif provoque des courants de Foucault


qui, bien que diminués par le feuilletage du circuit magnétique,
échauffent ce dernier.
Le flux alternatif provoque également des pertes par
hystérésis (retournement des petits aimants élémentaires).

En plus du courant absorbé I10 pour faire circuler le flux ,


le primaire absorbe une intensité I1F en phase avec la tension
V1 et responsable des pertes fer.

I1F est une intensité active, en phase avec V1

I10 est une intensité réactive en quadrature avec V1


Pfer = V1 I1F = V1 I1V cos 1v

I1V = I10 + I1F


1v déphasage entre V1 et I1V

V1 1v

I1V
I1F

I10
Les pertes fer sont approximativement proportionnelles à
la tension V1 et proportionnelles au carré de la fréquence
de V1.

V12
Pfer = V1 I1F =
Rf
Schéma équivalent :

I1 n2 I2
n1 I2

I1V

I1F I10 V2
V1
Rf L1
n1 n2

Transformateur
parfait
n2 I2 + I1V
I1 =
n1

V2
n2

V1 n1

Lorsque le courant absorbé par la charge placée au


secondaire est très important, I1 >> I1V, le transfo
se comporte à peu prés comme un transfo parfait.
Schéma équivalent du transfo réel en charge
Lorsque les courants absorbés sont importants, on doit prendre
en compte :
• les chutes de tension dans les résistances ohmiques
des bobinages primaires et secondaires.

• les chutes de tension dans les inductances de fuites.

V1 = (R1+ j  l1) I1 + j  n1 1
V2 = - (R2 + j  l2) I2 + j  n2 2
n2 I2 + I1V = n2
I1 = I2 + I10 + I1F
n1 n1
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 R1 l1 n2 I2
I2 l2 R2
n1
I1V

I1F I10
V1 V2
Rf L1
n1 n2

Les chutes de tension aux bornes de R1 et l1 étant faibles


devant V1, on peut intervertir (Rf, L1) et (R1, l1).
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 R1 l1 n2 I2
I2 l2 R2
n1
I1V

I1F I10
V1 V2
Rf L1
n1 n2

Appliquant le théorème du transfert d ’impédance, on peut


ramener R1 et l1 au secondaire en les multipliant par
(n2/n1)2
Schéma équivalent du transfo réel en charge

En les groupant avec R2 et l2, on pose :


n2 2
Rs = R2 + ( ) .R1
n1

l l
2
s = 2 +(
n2
n1
) . l1
Schéma équivalent du transfo réel en charge

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10 n2
V1 V1 V1 V2
Rf L1 n1
n1 n2

Transfo parfait
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10 n2
V1 V1 V1 V2
Rf L1 n1
n1 n2

Réluctance du circuit magnétique


Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10 n2
V1 V1 V1 V2
Rf L1 n1
n1 n2

Pertes fer
Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10 n2
V1 V1 V1 V2
Rf L1 n1
n1 n2

Pertes cuivres = effet Joule


Localisation des imperfections du transfo

I1 n2 I2
n1 I2 ls Rs

I1V

I1F I10 n2
V1 V1 V1 V2
Rf L1 n1
n1 n2

Fuites de flux
Équation de Kapp = équation de maille du secondaire

l
n2 . V1
n1 = V2 + (Rs + j  s) I2

n2 . V1
n1
l
j s I2
2 V2 2

I2 Rs I2
Diagramme de Kapp
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :

I2 = 0
A

V1 V2
~

V2 n2
=
V1 n1
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :
I1V

W I2 = 0
A

~ V1

P1V
cos 1v =
P1V V1 I1V
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai à vide :

I1F = I1V cos 1v

I10 = I1V sin 1v

I1 très faible, on considère que les pertes cuivres


sont nulles.
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai en court-circuit : V1cc


P1cc I2cc

W I2
A

V1 A
~

Le secondaire est en court-circuit, donc le primaire est


alimenté sous faible tension, sinon

BOUM
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai en court-circuit :

W I2
A

V1 A
~

V1 très faible, on considère que les pertes fer


sont nulles.
Détermination des éléments du schéma équivalent :

Essai en court-circuit :
2
P1cc  Rs I2cc  Rs
Le diagramme de Kapp se réduit à un triangle rectangle
V2 = 0

n2 . V1cc
n1
l
j s I2cc

R2 I2cc

 ls
n2
l
2 2
 s I2cc = ( V1cc ) - (Rs I2cc)
n1
Chute de tension

Diagramme vectoriel de Kapp


V20

l
n2
. V1
n1
j s I2
2 V2 2

V2
I2 Rs I2

Rs I2 cos2

l
s  I2 sin2
Transformateur triphasé
Il serait possible d ’utiliser 3 tranfos monophasés identiques

primaire secondaire

Primaire en étoile

Les flux magnétiques 1, 2, 3 sont distincts et indépendants


on dit qu ’il s ’agit d ’un transfo triphasé à flux libres
Il serait possible d ’utiliser 3 tranfos monophasés identiques

primaire secondaire

Primaire en triangle
Théoriquement, les configurations suivantes permettraient un
gain sur :
 l ’encombrement
 la masse de fer utilisé
En pratique, on réalise les configurations suivantes:

1 2 3

Circuit magnétique usuel à 3 noyaux


Circuit magnétique usuel à 3 noyaux
Même si les tensions appliquées ne forment pas un
système triphasé équilibré, on a obligatoirement :
1+ 2 + 3 = 0

Loi des nœuds appliquée au circuit magnétique

On dit qu ’il s ’agit d ’un transformateur à flux forcés


On utilise parfois des circuits magnétiques à 5 noyaux.
Les 2 noyaux latéraux supplémentaires non bobinés forment
un passage de réluctance faible pour le flux total, ce qui
restitue une certaine indépendance aux flux 1, 2, 3

1 2 3
Couplage des transformateurs
Mode de connexion des
enroulements triphasés
Soit l ’enroulement basse tension secondaire et ses 3
bornes a, b, c :

La tension entre l ’extrémité supérieure et l ’extrémité inférieure


de la bobine placée sur le noyau 1 (a) est représentée
verticalement

a b c a

n
c b

n
Bobines en étoiles notation y
a

b
a b c b c

Bobines en étoiles notation y


a b c
a

c
b c a
b

Bobines en triangles notation d


a
a b c
b

c a b

Bobines en triangles notation d


Enroulements en zig-zag

a b c

a’ b’ c’
Enroulements en zig-zag

a b c

a’ b’ c’
a Enroulements en zig-zag
a

b’
n
b’
60°
120°
Enroulements en zig-zag

a b c
a

n b’

a’ c’

a’ b’ c’ b
c
Enroulements en zig-zag

a
a b c

c’
n b’
b
n

a’ b’ c’ a’

c
Enroulements en zig-zag
a b c
a

n b’
c’
c

a’ b’ c’ a’

b
Couplage d ’un transformateur
triphasé
Les enroulements primaires d ’un transfo peuvent être reliés :

en étoile, symbole Y

en triangle, symbole D

Les enroulements secondaires d ’un transfo peuvent être reliés :

en étoile, symbole y

en triangle, symbole d

en zig-zag, symbole z
L ’association d ’un mode de connexion du primaire avec
un mode de connexion du secondaire caractérise un
couplage du transformateur (Yz par exemple).

Pour représenter le schéma d ’un transfo triphasé, on établit


les conventions suivantes, on note par :

A, B, C les bornes du primaire

a, b, c les bornes du secondaire


Représentation conventionnelle d ’un transfo triphasé

a b c

A B C
Couplage Yy6

a b c b c

A B C

C a B
Indice horaire

Si OA est la grande aiguille (minutes) d ’une montre,


oa la petite aiguille (heures)de cette montre,
ici la montre affiche 6 heures, d ’où Yy6.

b c
o

C a B
Indice horaire

Selon le couplage choisi, le déphasage entre tensions


phase-neutre homologues (Van et AAN par ex) est imposé.
En triphasé, les déphasages obtenus sont nécessairement
des multiples entiers de 30° (/6).
Indice horaire

En posant  l ’angle entre Van et VAN , l ’indice horaire est


donc le nombre entier n tel que  = n./6, avec  positif,
Van étant toujours prise en retard sur VAN.

 varie de 0 à 330°, donc n varie de 0 à 11

VAN = aiguille des minutes placée sur 12

Van = aiguille des heures placée sur n


Indice horaire
Suivant leur déplacement angulaire, on peut classer les
transfos triphasés en 4 groupes :

1. groupe de déplacement angulaire nul :


 = 0 (à 2/3 près), indice horaire: 0 (à 4k près)

2. groupe de déplacement angulaire 180° (ou 60°) :


indice horaire: 6 (ou 2, ou 10)

3. groupe de déplacement angulaire +30°


indice horaire: 1 (ou 5, ou 9)

4. groupe de déplacement angulaire -30° (ou + 330)


indice horaire: 11 (ou 7, ou 3)
Couplage Dy11

a
a b c
C
c
A B C b

B
12

A
12

6 a

C
c
b

6
B
Couplage Yz11

A
a

a b c o b

A B C
C B
c
Couplage Yd11

a b c
b
A B C

C c B
Les couplages les plus courants sont :

Yy0
Dy11
Yz11

Yd11
Pourquoi coupler des
transformateurs ?
S

S
S

S
2xS
Pour que l ’on puisse coupler à vide 2 transfos triphasés,
il faut que leurs diagrammes vectoriels coïncident 

Même rapport de transformation


Même ordre de succession des phases
Même décalage angulaire
Ils doivent donc appartenir au même groupe

Pour avoir une répartition correcte des puissances entre les 2


transfos en charge, il faut aussi qu ’ils aient la même chute de
tension donc pratiquement la même tension de court -circuit.
Rapport de transformation

N2
Nous continuons à poser m =
N1

U2
Nous appelons M = le rapport de transformation
U1
Rapport de transformation
Couplage Dy A

a
a b c
C
A B C c
b
V2 = m U1
U2 = V2 3
B
U2 = mU1 3

U2
M= =m 3
U1
Autotransformateur

U1

U2< U1
Autotransformateur

U2>U1

U1
Autotransformateur

U1

Attention : pas d ’isolement entre primaire et secondaire

Rapport de transformation limité à 2 ou à 1/2 en pratique


Pas de dissipation par effet Joule comme dans un potentiomètre
Transformateurs de mesure
transformateur de tension

V calibre 150 V
transformateur de tension

7000 VA, 80,5 kV,


50 Hz à 60 Hz
précision : 0,3 %
hauteur totale : 2565 mm
hauteur porcelaine : 1880 mm
huile : 250 litres
masse : 740 kg
Transformateurs de mesure
transformateur de courant

A calibre 5 A

Ne pas ouvrir le secondaire d’un transfo de courant


transformateur de courant

500 VA, 1000/5 A


isolé pour 230 kV
transformateur de courant

entrée d’un poste de


transformation,
ligne 220 kV
transformateur de courant

50 VA, 400/5 A,
isolé pour 36 kV
transformateur de courant
toroïdal

1 spire = ligne 600 A

200 spires

3A
A
saturation

3000 V

-3000 V

Ne pas ouvrir le secondaire d’un transfo de courant


That’s all Folks !