Vous êtes sur la page 1sur 47

Métrologie

S233

Gilles DUBOC

Page : 1
La « Métrologie »
• La métrologie est la science de la mesure.

• Son objectif est de quantifier la valeur d’une variable physique, le mesurande,


par rapport à une référence qu’on appelle l’étalon.

Ci contre : Cérémonie de la
psychostasie

ANUBIS fait la
balance entre le
coeur d'une
prêtresse (sur le
plateau de gauche) et
une représentation
de la Vérité.
Perché sur le fléau, Gilles DUBOC
le simiesque Thot Page : 2
enregistre le résultat
de l'opération.
Rôle des mesures.
• Vérifier.
Que les paramètres de bon fonctionnement
sont satisfaits.

• Décider.
Du remplacement ou de la transformation
d’un équipement.

• Prouver ( à l’externe).
Que nous facturons au juste niveau, que nous
respectons les exigences environnementales
etc.
• …

Gilles DUBOC

Page : 3
Quelles mesures ?
• ISO 9001 : satisfaction du client
Mesure à enjeux ayant un impact direct sur la
qualité du produit fourni au client

• ISO 14 001 : respect de


l’environnement
Mesure à enjeux ayant un impact environnementale

« La mesure d’aimer, c’est d’aimer sans mesure »

Gilles DUBOC

Page : 4
Les exigences de la Norme

Gilles DUBOC

Page : 5
Les exigences de la Norme

Gilles DUBOC

Page : 6
Gilles DUBOC

Page : 7
Finalité et domaine d’application
du processus METROlogie

Finalités
1. Choisir les appareils de mesure/outillage à utiliser pour réaliser les mesures et
opérations de :
• mises en service des installations et des ouvrages définies par le processus
“ingénierie”,
• maintenance définies par le processus “maintenance”,
• vérifications métrologiques et d’étalonnages définies par le processus “ingénierie
et maintenance des comptages”, sur les constituants et les installations du
Réseau de Transport.

2. Garantir la validité du parc d’appareils de mesure/outillage afin que les bénéficiaires


du processus métrologie, c’est-à-dire les processus “Ingénierie”, “Maintenance”,
“Ingénierie et maintenance des comptages”, puissent disposer d’un parc d’appareils
de mesure/outillage ayant des performances souhaitées.

Domaine d'application
1. Les moyens de contrôles, mesures et d’essais (appareils et logiciels) et l’outillage
ayant un impact sur la qualité des produits. Sont exclus les constituants du réseau
(capteurs, réducteurs de mesure,…).
2. L’ensemble des matériels inscrits dans le guide des contrôles réglementaires.

Gilles DUBOC

Page : 8
Articulation avec les processus de réalisation

1. Analyse de besoin métrologique


• Formalisation de la demande validée par le pilote du processus de
réalisation
• Avis métrologique émis par METRO (rédigé par un expert métier)

2. Liste des mesures ayant un impact sur la qualité du produit, risque pour
les processus de réalisation,
• appareils de mesure et outillage associés
• Précisions (IT et EMT)
• Appareils de mesure et outillage
• Période de vérification

3. Recherche d’antériorité
• Formalisation de non-conformité d’un appareil par FEA
• Analyse d’antériorité ( identification des chantiers concernés, analyse
de risque et reprise éventuelle des opérations)
• Conclusion et liste des opérations à reprendre.
Gilles DUBOC

Page : 9
La cartographie RTE a ventilé les exigences de la
norme dans plusieurs processus

La séparation entre Processus de Réalisation et Processus METRO est


un principe édicté par la cartographie du SMQE.

– Le processus METRO met à disposition d’un parc appareil de


mesure (vérification, fiches de vie, étiquettes…)
(ex : pressostat SF6)

– Les processus de réalisation les utilisent pour conclure à la


conformité de appareillage (préparation de travail, intervention
sur le réseau, PV d ’intervention,…)
(ex : vérification des seuils des densistats des disjoncteurs)

Gilles DUBOC

Page : 10
Politique de vérification métrologique :
Principes généraux

1. Choix entre faire ou faire-faire…


• Le domaine comptage a formalisé une organisation unique (R&D,
GESCC et GET).
• Laissé à l’appréciation du GET (compétences, souplesses
d’organisation, aspects financiers,…) pour les autres domaines.

2. Si la Sous Unité fait, exigence de : (cf. règle pratique AFAQ n°2711)


• Personnel compétent
• Mode opératoire
• Étalon relié à la chaîne métrologique

3. Si la Sous Unité fait faire.


• Utilisation des marchés lorsque qu’ils existent.

Gilles DUBOC

Page : 11
Personnel Compétent
Mode opératoire
Appareil de mesure vérifié

Exemple: mesure à chaud de la


résistance d’un four électrique.
Voltmètre

Résistance

Ampéremètre
Montage amont

Voltmètre

Résistance

Ampéremètre
Montage aval
R=U/I

Gilles DUBOC

Page : 12
Personnel Compétant
Mode opératoire
Appareil vérifié

Exemple: mesure à chaud de la


résistance d’un four électrique.
Voltmètre

Résistance

Ampéremètre
Montage amont

Voltmètre

Mesure d’une faible résistance Résistance

: ne pas mesurer la résistance Ampéremètre


Montage aval

de l’ampèremètre. R=U/I

Gilles DUBOC

Page : 13
Politique de vérification métrologique :
Priorités

1. Cible de 90% d’appareils vérifiés


• Plan d’action national suite à l’Audit de Certification
• Convergence en 2004 sur la liste nationale.

2. Constats de l’audit AFAQ 2007


• Analyse de risque non homogène entre métiers
• Reprise de la liste des mesures à enjeux engagée en 2008

Gilles DUBOC

Page : 14
Référentiel métrologique de la Division Transport

Domaine Poste Domaine Ligne Domaine Contrôle Électrique Domaine TCM/TCD

• Produit de décomposition SF6 • Champ électrique • Télécoupleur • Accord des circuit bouchon

• Effort mécanique conducteur •Champs magnétiques • Protection de surcharge • Paramètres des CPL

• Température HTB • Angle – Hauteur – Distance • DRS • Fibre optique

• Serrage de la boulonnerie • Effort mécanique conducteur • Différentielle de barres

• Pression Hydraulique DJ •Température HTB • Protection de distance

• Pesage bouteilles SF6 • Serrage de la boulonnerie • Réenclencheur

• Densistats SF6 • Comptage

• Diélectrique Huile isolante • Qualimètres

• Humidité SF6 PSEM

• Taux SF6 PSEM et bouteilles

Gilles DUBOC

Page : 15
Exemple 14001 du domaine poste.
Quantification des pertes SF 6.
• Objectif: Estimer les rejets annuels de SF 6
à l’atmosphère.

• Méthode: Peser le SF 6 entrant et sortant.


L’écart donne les pertes.

• Moyens: Balances ou pesons adaptés aux


models de récipients.

• Données externes à connaître: Poids à vide


des récipients (Tare).

Méthode inadaptée à la surveillance d’un pôle fuyard

Gilles DUBOC

Page : 16
Exemple du domaine poste.
Quantification des pertes SF 6.

• Dans cette exemple particulier il n’y a pas de critère d’acceptation.


Nous sommes dans une situation ou l’on mesure pour prouver le
respect d’une obligation légale ou d’un engagement.

• Cependant comme à toutes mesures il faut associer une


incertitude, RTE a retenu le principe d’une quantification à 10 % des
rejets.

• Les instruments utilisés sont vérifiés pour démontrer la crédibilité


de la démarche.

Gilles DUBOC

Page : 17
Bonnes pratiques
Les causes d’erreurs sur le pesage.

• Utiliser une balance ou peson adapté au récipient. On ne pèse


pas une bouteille de 10 kg avec un peson 1 Tonne.

• Faire le 0 de la balance avant d’installer la charge.

• Attendez pour noter le poids la stabilisation.

• Bien identifier la tare, valeur avec ou sans robinet, capuchon


Gilles DUBOC

Page : 18
Bonnes pratiques
Les causes d’erreurs sur le pesage.

• Repérez les bouteilles pour ne pas oublier un


récipient ou en compter d’autres deux fois.

• Bien identifier les récipients contenant du SF 6


entrant de ceux contenant du gaz sortants.

• Pour cet usage, il n’est pas nécessaire de peser à


chaque prélèvement ou rempotage.
Il suffit d’une fois par an.

Gilles DUBOC

Page : 19
Comment prendre de bonnes décision …

…..Comment choisir le bon appareil de mesure ?

Gilles DUBOC

Page : 20
Principes généraux d’acceptation d’un équipement du réseau
pour prendre les bonnes décisions

• Dans le cadre des opérations de mise en service ou maintenance des équipements du réseau de
transport, l’opérateur est amené à statuer sur la conformité des installations au référentiel. Nous avons
alors recours à des appareils de mesure destinés à vérifier les caractéristiques de l’installation. Il
convient de différencier la tolérance sur ces caractéristiques de la précision de l’appareil de mesure
employé.

• Les tolérances sur les caractéristiques de l’équipement en test sont définies dans le référentiel de RTE.
Le document [Fiches de moyens d’essais et de mesure adaptés aux équipements G4M ] constitue un
exemple d’un tel référentiel. Les fiches équipement du document résument les tolérances établies ou
bien sur la base du besoin de RTE ou bien sur la garantie du constructeur.
C’est l’intervalle de Tolérance ( IT ).

• La précision de l’appareil de mesure employé doit être adaptée à l’établissement d’un diagnostic de
conformité pertinent.
C’est Erreur Maximale Tolérée (EMT)
• Le facteur d’incertitude TUR ( Test Uncertainty Ratio) est défini comme le rapport entre la tolérance sur
l’équipement en test et la précision de l’appareil de mesure au point de fonctionnement. La norme [La
fonction métrologique dans l’entreprise - Norme NFX 07-10 ] cite des TUR de 10 ou 4 comme typique et un
TUR de 2 comme limite acceptable.
TUR = IT/EMT
(capabilité en français)

Gilles DUBOC

Page : 21
Intervalle de tolérance et Critères d’acceptation extrait de la norme
« La fonction métrologique dans l’entreprise - Norme NFX 07-10 »

illustration schématique des conditions d’acceptation

Gilles DUBOC

Page : 22
Définition et vocabulaire métrologique

Étalonnage.
Relevé des écarts avec l’étalon.

Vérification.
Assurer que les erreurs ( systématiques ) sont inférieures aux erreurs
maximales tolérées. Attesté par un constat, il autorise l’usage de l’instrument.

Ajustage.
Amener par une opération technique les erreurs sous les EMT.
( L’ajustage est une opération de maintenance).

Réglage.
Moyen(s) d’action accessible à l’opérateur.
Exemple: réglage du zéro sur un instrument à aiguille.

Idée reçue : on n’étalonne pas une RXAP ! On l’ajuste et on vérifie sa conformité


! Gilles DUBOC

Page : 23
Erreur Maximale Toléré (EMT)

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
-1

-2

-3
Etendue de mesure en 1/10 EMT + EMT -

Gilles DUBOC

Page : 24
Etalonnage
(Comparaison technique à l’étalon )
Comparaison à l'étalon

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
-1

-2

-3
Etendue de mesure en 1/10 EMT + EMT - Avant ajustage

Gilles DUBOC

Page : 25
Ajustage, Vérification.
Courbe d'étalonnage après ajustage

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
-1

-2

-3
Etendue de mesure en 1/10 EMT + EMT - Après ajustage

Gilles DUBOC

Page : 26
« La fonction
métrologique dans
l’entreprise -
Norme NFX 07-10 »

Gilles DUBOC

Page : 27
Application à un cas simple :
conformité de la tension secteur
La norme prévoit une tension phase neutre de 230
V +/- 10% (en moyenne 10 min) soit un
Intervalle de Tolérance : IT = 23 V

L’équipe du labo GESCC dispose d’un


multimètre Fluke 867 B. La précision en est
donnée à 0,5% de la valeur lue + 10 digits sur le
calibre 300,00V soit une

Erreur Maximale Tolérée : EMT = 1,25V

Pour cette mesure le TUR sera de 18.

Gilles DUBOC

Page : 28
Quelques exemples du domaine CE

• Le Qualimètre Quiz METRO.ppt


• La protection de surcharge
• Le réenclencheur GUI-METRO-GESCC-SEACE-05-00936.doc

Gilles DUBOC

Page : 29
Télémesure et recherche d’anomalie sommaire :
Comparaison valeur au pied du réducteur de tension – valeur au SIRC

5x,xx V . 4000 . Ö3 4xx kV

L’intervalle de tolérance recouvre le capteur, l’équipement de téléconduite et l’affichage : 5, 3 kV


Voltmètre Fluke 867B
– Calibre 300,00V
– EMT : 0,5% de la valeur lue + 10 digits soit : +/- 2,7 kV

TUR de l’ordre de 2
(Méthode peu adaptée à identifier un constituant défaillant, …à réserver à un ordre de grandeur rapide)

Gilles DUBOC

Page : 30
Les chaînes d’étalonnage : exemple du comptage
« La fonction métrologique dans l’entreprise - Norme NFX 07-10 »

•R&D (Clamart)

• Calport 400 (GESCC)

•OMICRON EP : CMC 156 (GET)

•Compteur : SL7000 (site client)

Gilles DUBOC

Page : 31
Cas particulier des indicateurs

• On dit d’un instrument de mesure qu’il est


utilisé en indicateur s’il ne fournit pas ou si
l’on utilise pas la valeur du mesurande
qu’il indique.

• Exemple VAT.

• Il peut y avoir obligation de vérification,


mais dans ce cas le raccordement de
l’étalon n’est pas exigé.

Gilles DUBOC

Page : 32
De l’importance de l’étiquetage
Une bonne étiquette doit permettre :
• d’identifier le produit,
• être lisible de tous,
• de repérer aisément un produit périmé,
• …

=> Lancement du quiz


Quiz CM50 v2

Gilles DUBOC

Page : 33
Explosimètre
(non suivi)

Gilles DUBOC

Page : 34
Hygromètre
(suivi)

Gilles DUBOC

Page : 35
Autre hygromètre (suivi)

Gilles DUBOC

Page : 36
Mallette « Perrier » SF6 ( suivi)

Gilles DUBOC

Page : 37
Pression d’huile (suivi)

Gilles DUBOC

Page : 38
Spintermètre (suivi)

Gilles DUBOC

Page : 39
Pour le Contrôle Électrique : Lien entre METRO et les processus de réalisation

Gilles DUBOC

Page : 40
Mesure des décharges partielles S2DP (non suivi)

Gilles DUBOC

Page : 41
OMICRON EP (suivi deux fois !)

Gilles DUBOC

Page : 42
Calport 400 (suivi)

Noter les digits : 1 mV = 4 V de résolution au primaire d’un réducteur 400 kV

Gilles DUBOC

Page : 43
Le Monoc (non suivi)

L’appareil du moustachu :
dispose d’un calibre 100V !

Gilles DUBOC

Page : 44
Calibrateur AOIP pour téléconduite : boite à mA,
(non suivi dans le référentiel national)

Gilles DUBOC

Page : 45
Pour en savoir plus.

• Exigence pour les processus et les


équipements de mesures: NF EN ISO 10012.
Voir aussi l’ancienne norme NF X 07-010 plus
facile d’abord et très pédagogique.

• Pour les mordus:


Guide pour l’expression de l’incertitude de
mesure NF ENV 13005 (GUM).

Ces documents renferment des bibliographies


très riches. Ils ne sont pas, pour nous,
prescriptifs.

Disponible sous http://sagaweb.afnor.fr

Gilles DUBOC

Page : 46
La pifologie… pour ne pas se quitter fâchés !

Unités de quantité

Unités électriques

Gilles DUBOC

Page : 47