Vous êtes sur la page 1sur 14

Les réacteurs

enzymatiques
• La réaction enzymatique est conduite dans un réacteur.
Cela implique des dispositifs qui peuvent être très simples
ou complexes en faisant intervenir des appareils annexe
(aération, stérilisation…). Le réacteur est ainsi conçu en
fonction du type de processus qui doit s’y dérouler. La
réaction enzymatique peut ainsi être produite en
discontinu (batch), en alimentation continue (fed batch)
ou totalement en continu (alimentation et soutirage)

Les différents réacteurs enzymatiques


On peut classer les réacteurs
enzymatiques selon divers
critères

• La présence d'enzyme soluble ou


insoluble
• Le mode d'alimentation en substrat
• La nature du support éventuel de
l'enzyme et la technologie utilisée.
Selon le type de fonctionnement,
on distingue:

Réacteur discontinu

Réacteur continu
Parmi les - Les réacteurs
différents continus
parfaitement
Les réacteurs
à lit fixe
réacteurs agité

continus
on - Les réacteurs
distingue : - Les réacteurs
à lit fluidisé
membranaires
(REM)
- Classification fondée sur la
forme du support de l'enzyme
• a- Réacteurs à membrane
Membranes : barrière physique pour la séparation de l ’eau épurée et des matières en
suspension
Bioréacteur : Oxydation biologique de la pollution
Les membranes, grâce à leurs propriétés plastiques, peuvent équiper des réacteurs de conceptions
technologiques très différentes. Le plus souvent, elles sont disposées dans des réacteurs continus.

Fonction de filtration (membrane)


BRM
Fonction d’épuration (biomasse)
b- Réacteurs à support
particulaire

1. Les réacteurs agités

2. Les réacteurs à lit fixe

3. Les réacteurs à lit fluidisé


Types de BRM
Bioréacteur membranaire à boucle
externe

• Module membranaire à
• l’extérieur du réacteur biologique
• Consommation d’énergie
Bioréacteur membranaire à membrane immergée

• Consomme moins d’énergie


• Réduit le colmatage de lamembrane
Modes de
conduite des
réacteurs
. Réacteurs en « batch »
• La réaction est conduite de façon discontinue. Ce mode de
réaction est préconisé dans le cas de faibles volumes. Après avoir
placé la matrice à hydrolyser, l’eau si nécessaire, et après avoir
atteint les valeurs de consigne des différents paramètres
(température, pH), le système est clos durant le temps de réaction.
Une pointe d’addition peut être ajoutée au système en cas de
régulation de pH, mais aucun substrat ou enzyme n’est ajouté au
système. Le volume réactionnel est le même et l’agitation peut
être conduite de façon homogène tout le temps de la réaction. De
plus, l’hydrolyse enzymatique entraîne souvent une liquéfaction
des produits hydrolysés, rendant plus facile l’agitation.
Amélioration de la sécurité du procédé notamment dans le cas de
réactions très exothermiques, par la simulation de différents scénarios

Simulation dynamique de l'emballement thermique d'un réacteur

Analyse des impacts environnementaux de différentes configurations de


production, à travers notamment l'estimation des rejets en VOC

Exemples Réduction des coûts opérationnels par l'optimisation des conditions


opératoires,
d'application
Etudes de faisabilité, par exemple l'impact d'une modification de
procédé sur un réacteur

Réduction des risques d'investissement à travers la simulation au


préalable des nouveaux équipements

Etude d'un réacteur batch de séchage d'Acétate de Sodium


. Réacteurs en « fed batch »
. Réacteurs en « fed batch »

• La réaction dans ce cas est conduite différemment. La réaction


commence avec un petit volume de substrat. La quantité
d’enzyme présente est alors en plus forte concentration que lors
d’un système en batch et la réaction démarre plus vite. La
matrice à hydrolyser est ensuite introduite en continu dans le
réacteur. Le volume total est en augmentation constante. Cette
technique, beaucoup utilisée dans le cas de fermentation
microbienne, est peu répandue dans le cas d’hydrolyses
enzymatiques, où l’on préfère en général, les hydrolyses en
batch ou en continu.