Vous êtes sur la page 1sur 32

 Objectifs :

 Pouvoir établir et interpréter les comptes de groupe


(comptes consolidés),
 Maîtriser les principales divergences entre le
référentiel marocain et le référentiel international en
matière de consolidation.

 Pré-requis : connaissances en comptabilité, fiscalité et


droit de sociétés commerciales.

1
 Définition:
La consolidation des comptes consiste à établir les états financiers d’un Groupe de sociétés.
Elle agrège ainsi les comptabilités de chacune des sociétés qui composent ce groupe et opère
des retraitements afin de présenter des états financiers comme s’il s’agissait d’une seule
entreprise (entité unique).

 Principaux objectifs:
 Donner une image globale de l’activité et de la situation d’un ensemble de sociétés
dépendant d’un centre unique de décision.
 Permettre une meilleure information des associés et des tiers en disposant d'éléments
d'appréciation de la gestion de l'ensemble.
 En effet, la consolidation est une technique comptable qui permet de donner une
image fidèle de la situation financière d’un groupe et de ses performances
économiques en adaptant une approche économique et financière. Cette approche
se base sur le principe de la prédominance de la substance sur l’apparence (principe
de base des IFRS et les règles comptables anglo-saxonnes) qui consiste à présenter les
transactions en tenant compte de leur substance ou de leur réalité économique,
plutôt que leur seule forme juridique.

2
 Champ d’application :
 Sociétés concernées :
 lesentreprises publiques ;
 les sociétés cotées ;
 les banques et établissement de crédit.

 Obligation :
Les sociétés concernées doivent établir et publier chaque année, à la
diligence du conseil d’administration, du directoire, du ou des gérants,
selon le cas, des comptes consolidés ainsi qu’un rapport sur la gestion du
groupe, dès lors qu’elle exerce sur une ou plusieurs entreprises :
- soit un contrôle exclusif ;
- soit un contrôle conjoint ;
- soit une influence notable.

3
 Référentiel comptable

Deux corps de règles sont applicables au Maroc, en option, pour les comptes
consolidés:

- les règles marocaines applicables aux comptes consolidés : Il s’agit de


l’avis N°5 du Conseil National de Comptabilité ;

- les normes IFRS, telles qu'avalisées au niveau européen. Les principales


normes IAS/IFRS spécifiques aux comptes du groupe :
 IFRS 3 sur les regroupements d’entreprises,
 IAS 24 sur les informations aux parties liées,
 IAS 28 sur les entreprises associées et les co-entreprises,
 IFRS 10 sur le contrôle exclusif,
 IFRS 11 sur les co-entreprises,
 IFRS 12 sur les informations à fournir sur les sociétés du
périmètre.

4
Le processus de consolidation peut être décomposé comme suit:

Opérations de Présentation
Travaux retraitement Opérations de des documents
préparatoires pré- consolidation de synthèse
consolidation consolidés

Etablir un inventaire du La société mère doit établir un inventaire détaillé du portefeuille-titres détenu en précisant pour
portefeuille-titres chaque société le capital et le nombre de titres détenus directement ou indirectement par
l’intermédiaire de filiales.

Cet inventaire permet de:


 définir l’organigramme du Groupe objet de la consolidation;
Définir l’organigramme
 déterminer les entreprises à inclure dans le périmètre de consolidation et les entreprises qui
du Groupe
peuvent ou doivent être exclues de ce périmètre;
 décider des méthodes de consolidation applicables à chaque société.

Chaque société de Groupe doit fournir au service de consolidation de la société mère les comptes
Déterminer le périmètre individuels analysés et bien expliqués.
et les méthodes de
consolidation

5
Le processus de consolidation peut être décomposé comme suit:

Présentation
Travaux Opérations de Opérations de des documents
retraitement pré-
préparatoires consolidation consolidation de synthèse
consolidés

Définir le plan Les entreprises consolidées adoptent parfois des règles différentes de celles utilisées par la société
comptable de mère (méthode d’évaluation et de présentation des éléments d’actif et de passif, de produits et de
consolidation charges ainsi que des informations fournies dans l’annexe). Exemples: Evaluation et
comptabilisation des IDA, méthodes de traitement des contrats à long terme, …).
Par conséquent, avant de consolider les comptes des retraitements préalables s’imposent
(quelquefois appelés (opérations de pré-consolidation) afin d’homogénéiser les comptes des
sociétés consolidées. Ces retraitements sont effectués à partir des comptes de chaque société
Homogénéiser les consolidée, soit par la société elle-même, soit par le service de consolidation de la société mère.
comptes des sociétés
consolidées

6
Le processus de consolidation peut être décomposé comme suit:

Opérations de Présentation
Travaux retraitement Opérations de des documents
préparatoires pré- consolidation de synthèse
consolidation consolidés

Cumuler les comptes des Suite à l’homogénéisation des comptes des sociétés consolidées, les opérations de consolidation,
sociétés de Groupe à proprement parler, sont effectuées dans l’ordre:
 Cumul des comptes des sociétés consolidées par intégration globale ou proportionnelle;
 Elimination des comptes réciproques et des opérations internes (exemples: dettes et créances
entre la société mère et une filiale) afin de ne laisser dans les comptes que les opérations
Eliminer les comptes réciproques
réalisées avec les sociétés hors Groupe;
 Traitement des écarts d’évaluation et d’acquisition (écart de première consolidation). Il s’agit de
la comptabilisation de la prise de contrôle d’une société à sa juste valeur. En outre, à la date
Traiter les écarts de première d’entrée d’une société dans le périmètre de consolidation, on constate généralement une
consolidation différence entre le coût d’acquisition des titres et la quote-part de capitaux propres figurant au
bilan de la filiale acquise (goodwill);
 Elimination des titres de participation consolidés et partage des capitaux propres et des
Eliminer les titres de résultats entre le groupe et les minoritaires.
participation et partager les
capitaux propres

7
Le processus de consolidation peut être décomposé comme suit:

Présentation
Travaux Opérations de Opérations de des documents
retraitement pré-
préparatoires consolidation consolidation de synthèse
consolidés

Les travaux de consolidation se terminent par la présentation :


 Du Bilan
 Du compte de résultat consolidé
 Des notes annexes.

L’avis du CNC impose la publication dans l’annexe d’un tableau de flux de trésorerie
et d’un tableau de variation des capitaux propres.

Selon les normes IFRS, le tableau de flux de trésorerie et le tableau de variation des
capitaux propres constituent obligatoirement deux documents de synthèse
consolidés à part entière et non comme en référentiel marocain des composantes
de l’annexe.

8
 Chap. 1 - Le périmètre de consolidation
 Le degré de dépendance
 Les pourcentages de contrôle et d’intérêts

 Chap. 2 - Les méthodes de consolidation

 Chap. 3 - Les retraitements de consolidation


 Les retraitements préalables de pré-consolidation
 Les retraitements de consolidation

 Chap. 4 - L’écart de première consolidation


 L’écart d’évaluation
 L’écart d’acquisition

 Chap. 5 – Présentation des états de synthèse de consolidation

9
Définition : Toutes les entreprises contrôlées (contrôle exclusif ou contrôle conjoint) ou sous influence
notable de la société mère.

Les exceptions à ce principe sont :

Exclusion obligatoire des entreprises :

_ dont les titres sont acquis en vue d'une cession ultérieure à brève échéance (en IFRS les filiales détenues en vue
d’une cession ultérieure doivent être incluses dans le périmètre de consolidation),
_ avec des restrictions sévères et durables remettant en cause substantiellement l'influence ou le contrôle exercé
sur cette société ou ses possibilités de transfert de fonds entre cette entreprise et les autres entreprises incluses
dans le périmètre de consolidation (Idem en IFRS).

Exclusion optionnelle :

_ Si caractère non significatif par rapport aux comptes consolidés de l’ensemble des entreprises incluses dans le
périmètre de consolidation (dans le cadre de l'image fidèle). L'annexe doit alors indiquer les critères retenus (non
précisés en IFRS mais en rapport avec le caractère général de significativité).
_ Si coûts importants et délais d’obtention des informations incompatibles avec ceux de la société mère. En IFRS
cette exclusion n’existe pas.

10
Les différents types de participation (Liens financiers):

La société mère et les sociétés du groupe peuvent être liées par des participations simples ou complexes.
Ces liens peuvent être résumés comme suit:

11
 Le contrôle exclusif
Définition du contrôle exclusif :

Lorsqu'une entreprise est totalement soumise à la politique financière et opérationnelle d’une


entreprise (centre de décision) en raison d'un :

 Contrôle de droit : détention directement ou indirectement par la


société mère de plus de 50 % des droits de vote de la filiale.
 Contrôle de fait : désignation par la société mère, pendant deux
exercices successifs, de la majorité des membres des organes de direction, d'administration ou de
surveillance.
⇒l’entreprise consolidante est présumée avoir effectué cette désignation lorsqu’elle détient, sur cette
période, plus de 40 % des droits de vote et qu'aucun associé ne détient directement ou
indirectement un pourcentage supérieur au sien. En IFRS, ce contrôle n’est pas présumé, il est
nécessaire de démontrer l’existence de ce contrôle.
 Contrôle contractuel ou en vertu de clauses statutaires :
La société consolidante a le droit d’exercer une influence dominante sur une entreprise en vertu d’un
contrat ou d’une clause statutaire. Cette influence dominante existe dès lors que, dans les conditions
décrites ci-dessus, l’entreprise consolidant à la possibilité d’utiliser ou d’orienter l’utilisation des
actifs de la même façon qu’elles contrôle ses propres actifs.

12
 Le contrôle exclusif
Cas des entités ad-hoc :

Entités ad-hoc sont des structures juridiques distinctes, créées spécifiquement pour gérer une opération
ou un groupe d’opérations similaires pour le compte exclusif du groupe qui exerce le contrôle et en
assume les risques et avantages.
Exemples: Réalisation de travaux de recherche et de développement pour le compte d’une entreprise
qui assume les risques liés à cette activité.
Afin de déterminer l’existence de ce contrôle, il faut remplir deux sur les trois critères suivants :
 Pouvoir de décision.
 Supporter la majorité des risques.
 Supporter la majorité des avantages économiques.

NB: La détention d’actions n’est pas nécessaire.

 Prise en compte des entités ad-hoc dans le périmètre quand une ou plusieurs entreprises
contrôlées ont en substance le contrôle de l’entité en vertu de contrats ou clauses statutaires.

13
 Contrôle conjoint ou co-entreprise
Le contrôle conjoint est le partage du contrôle d’une entreprise exploitée en commun par un nombre
limité d’associés ou d’actionnaires de sorte que les politiques financières et opérationnelles résultent de
leur accord à l’unanimité.

En effet, deux conditions sont essentielles pour un contrôle conjoint :


 Décisions prises en commun par un nombre limité d'associés ou d'actionnaires  cela suppose
qu’aucun associé ou actionnaire n’est pas en mesure, à lui seul, de pouvoir exercer un contrôle
exclusif;
 Existence d’un accord contractuel encadrant l’exercice de ce contrôle. Cet accord doit prévoir
l’exercice du contrôle conjoint sur l’activité économique de l’entreprise  Consentement de tous les
associés ou actionnaires participant au contrôle conjoint.
NB: Dans ce cas, il n’est pas nécessaire que les détentions de titres soient égalitaires entre les
associés qui participent au contrôle conjoint.

En IFRS il n’y a pas de divergence par rapport aux règles françaises (IFRS 11 qui traite des co-
entreprises).

14
 Influence notable
L’influence notable est le pouvoir de participer aux prises de décisions (Financières et
opérationnelles) d'une entreprise sans en avoir le contrôle, et ce, grâce notamment à :
 la représentation dans les instances de direction,

 la participation au processus de prise de décision,

 la fourniture d’informations techniques essentielles.

 L’influence notable est présumée lorsque l’entreprise consolidante dispose, directement ou


indirectement, d’une fraction au moins égale à 20% des droits de vote.

En IFRS il n’y a pas de divergence par rapport aux règles françaises (IAS 28 qui traite des
entreprises associées).

15
 Pourcentage de contrôle
Pourcentage de contrôle = Pourcentage de droits de vote
⇒ Mesure de l’importance du pouvoir de décision détenu directement ou
indirectement par la Société Mère.
⇒ Un des critères permettant de définir le périmètre de consolidation (lien de
dépendance) et la méthode de consolidation.

Il est à noter que pour le calcul de la fraction des droits de vote détenus, il
convient de tenir compte des actions sans droit de vote ou actions avec droits
de vote doubles.

NB: En normes IFRS, les droits potentiels relatifs à l’exercice d’options d’achat
d’actions, de bons de souscription d’actions et la conversion d’instruments
financiers en actions, doivent être pris en compte dans le calcul du
pourcentage de contrôle.

16
 Pourcentage d’intérêts
Pourcentage d’intérêts = quote-part du patrimoine (% de capitaux propres) détenue par la
société mère.

⇒ Mesure des droits de propriété.


⇒ Nécessaire pour la mise en œuvre de la méthode de consolidation (intérêts du groupe et
intérêts des minoritaire).

Il est à noter que pour le calcul du pourcentage d’intérêts, il faut distinguer entre les trois cas
suivants:
o Liaison directe : le pourcentage d’intérêt = pourcentage de participation,
o Liaison indirecte : pour chaque chaîne il faut multiplier le pourcentage de chaque société
constituant la chaîne puis additionner les pourcentages ainsi obtenus pour chaque chaîne,
o Participation réciproque et circulaire : le calcul doit se faire par itérations successive. Il convient
alors de formaliser le problème sous forme d’un système d’équation.

NB: En normes IFRS, le pourcentage d’intérêt est déterminé en ignorant les pourcentages
détenus indirectement par l’intermédiaire des sociétés sous contrôle conjoint ou
influence notable  Le seul type de contrôle retenu est le contrôle exclusif.

17
 Exemples (Calcul du pourcentage de contrôle) :

18
 Exemple (Calcul du pourcentage d’intérêts) :

19
 Principe et méthodes
 Consolider consiste à substituer au montant des titres de
participation, détenus par le groupe, la part des capitaux
propres lui revenant.

 Cette substitution est réalisée en fonction du degré de dépendance entre la société


consolidante et les entreprises consolidées .

20
 Intégration globale
Bilan consolidé
Reprendre, au bilan de la consolidante, l'actif et les dettes de la
société consolidée en :
 annulant les titres de participation détenus par la société consolidante,
 faisant apparaître la plus ou moins value de consolidation portant sur ces
titres en résultat consolidé et en réserves
consolidées,
 faisant apparaître dans "intérêts minoritaires" la quote-part de
capitaux propres de la consolidée revenant aux autres actionnaires de la
filiale.
Compte de résultat
Reprendre, au compte de résultat de la consolidante, toutes les
charges et tous les produits de la consolidée et faire apparaître :
 le résultat part du groupe,
 le résultat des minoritaires.

21
 Intégration globale : Exemple

22
 Intégration globale : Exemple

23
 Intégration globale : Exemple

24
 Intégration proportionnelle

Même procédure que pour l’intégration globale sauf que seule la fraction
représentative des intérêts de l'entreprise consolidante est intégrée.

⇒ Les minoritaires n'apparaissent plus dans les comptes consolidés.

⇒ Les postes de bilan et de compte de résultat de la consolidée ne sont repris


qu'au prorata du pourcentage d'intérêts (et non de contrôle) de la
consolidante.

25
 Intégration proportionnelle : Exemple

26
 Intégration proportionnelle : Exemple

27
 Intégration proportionnelle : Exemple

28
 Mise en équivalence
Les éléments de bilan et de compte de résultat de la consolidée
ne sont pas repris.

Il s’agit désormais de :

 substituer à la valeur comptable des titres, détenus par la


consolidante, la quote-part de capitaux propres à laquelle la
participation donne droit et faire apparaître en contrepartie la plus ou
moins value en réserves et résultat consolidés,

 faire apparaître au compte de résultat, la quote-part de résultat


apportée par la consolidée.

29
 Mise en équivalence : Exemple

30
 Mise en équivalence : Exemple

31
 Mise en équivalence : Exemple

32