Vous êtes sur la page 1sur 39

Ecole de formation en techniques de Gestion

EFTG

Gestion et Analyse financière

Elaboré par Mme S. ACHI


Année 2015-2016
Concepts fondamentaux,
Objectifs et approches
de l’analyse financière
Quelques définitions

Gestion financière :

La gestion financière consiste à étudier une entreprise sur le plan financier


en s'appuyant sur des documents comptables et sur des informations
économiques et financières relatives à l'entreprise ou à son marché.

Elle permet de porter un jugement d'ensemble sur la santé financière d'une


société, sur la gestion et la rentabilité, et sur ses perspectives de développement.

L'analyse financière :

l'analyse financière constitue « un ensemble de concepts, de méthodes et


d'instruments qui permettent de formuler une appréciation relative à la situation
financière de l'entreprise, aux risques qui l'affectent, aux niveaux et à la qualité
de ses performances». Cette partie sera l’objet de notre module.
Le diagnostic financier : C’est l’action qui consiste à identifier un
dysfonctionnement en entreprise. Tout diagnostic comprend trois étapes :

 L’identification des signes de difficultés financières


 L’identification des causes de dysfonctionnements
 Le pronostic et les recommandations

Le Controle financier :

Le Contrôle Financier veille:

 A la comptabilisation des engagements des dépenses;


 A L’application des dispositions législatives et réglementaires ;
 A la gestion des crédits de fonctionnement et d’investissement ;
 Aux opérations des Budgets Annexes et les opérations des Comptes
Particuliers du Trésor ;
Objectifs de l’analyse financière :
Objectifs de l’entreprise

Objectifs de l’analyse financière

Il ressort de cette analyse que les différents acteurs s’intéressant à la santé de


l’entreprise auront des objectifs et des intérêts divergents
Diversités des Multiplicités des Multiplicités des Variétés des
utilisateurs objectifs concepts approches

dirigeants Maintien et Rentabilité Approche


d’entreprise développement économique

Salariés Partage de la valeur Croissance équilibrée Approche sociale


ajoutée

Actionnaires Profit et création de Rentabilité des Approche financière


la valeur capitaux propres

Apporteurs Sécurités des fonds Solvabilité et Approche


extérieurs avancés liquidité patrimoniale
Les outils ou documents nécessaires à l’analyse
financière:

Deux documents comptables sont essentiels à l’analyse financière :


le bilan et le tableau de compte de résultat. L'analyse doit porter sur
les comptes des deux ou trois derniers exercices.

1- Le bilan
Le bilan est un tableau relevant en signe monétaire la valeur du
patrimoine d'une entreprise ainsi que ses créances en un moment
donné. Le bilan est formé de deux parties qu'il convient de présenter
brièvement.
Exercice N Exercice N-1
ACTIF Amortissements et
Brut provisions (à Net Net
déduire)
ACTIF IMMOBILISE (a)
Immobilisations incorporelles:
Frais d'établissement
Frais de recherche et de développement
Concessions, brevets, licences, marques,
procédés, logiciels, droits et valeurs similaires
Fonds commercial (1)
Autres
Immobilisations incorporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisations corporelles:
Terrains
Constructions
Installations techniques, matériels, et outillage
industriels
Autres
Immobilisations corporelles en cours
Avances et acomptes
Immobilisations financières (2):
Participations (b)
Créances rattachées à des participations
Titres immobilisés de l'activité de portefeuille
Autres titres immobilisés
Prêts
Autres
PASSIF Exercice N Exercice N-1
CAPITAUX PROPRES*
Capital social 0 0

Primes d'émission, de fusion, d'apport, 0 0

Ecart de réévaluation (b) 0 0

Réserves:
Réserve légale 0 0

Réserves statutaires ou contractuelles 0 0

Réserves réglementées 0 0

Report à nouveau (d) 0 0

Résultat de l'exercice [bénéfice ou perte] (e) 0 0

Subventions d'investissement 0 0

Total I 0 0

PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES


Total II 0 0

DETTES (1)
Emprunts obligataires 0 0

Autres emprunts obligataires 0 0

Emprunts et dettes auprès établissements de crédits (2) 0 0

dettes financières diverses (3) 0 0

Dettes Fournisseurs et Comptes rattachés (f) 0 0

Dettes fiscales et sociales 0 0

Autres dettes 0 0

Avances bancaires 0 0

Produits constatés d'avance (1) 0 0

TOTAL III 0 0

Ecarts de conversion passif (IV) 0 0

TOTAL GENERAL (I+II+III+IV) 0 0


Partie gauche du bilan désigné par l'actif reprenant les postes
du bilan qui représentent les biens et les avoirs (patrimoine) de
l'entreprise.

1) L’actif immobilisé :

Cette rubrique comprend l’ensemble des biens destinés à servir


de façon durable à l’activité de l’entreprise. Il en existe trois
types :
Les immobilisations incorporelles : Il s’agit, par exemple, de
brevets, logiciels, fonds de commerce, frais d’établissement, du
droit au bail, de frais de recherche et de développement ;

Les immobilisations corporelles : Il peut s’agir de matériel


industriel, de matériel de transport, de mobilier, de matériel
informatique, d’un terrain, d’un bâtiment ;
Les immobilisations financières : il s’agit de titres de participation
(permettant d’exercer une influence sur une société ou de la
contrôler), de prêt accordés, de versement de dépôt de garantie.

2)- L’actif circulant


L’actif circulant du bilan comptable est composé de cinq rubriques :

 stocks et les en-cours : ce sont l’ensemble des biens et services


intervenant dans le cycle d’exploitation de l’entreprise pour être
vendus ou consommés dans le processus de production ;

 Les avances et acomptes versés sur commandes : lorsque des clients


passent une commande auprès de l’entité (ou concluent un contrat), celle-ci
peut demander le versement d’une avance ou d’un acompte à titre d’avance ;
Les créances : il s’agit de créances que l’entité détient envers des
tiers (par exemple, des clients, le trésor public, les organismes
sociaux) ;
Les valeurs mobilières de placement : couramment appelés VMP, ce
sont des titres acquis en vue de réaliser un gain à court terme (achat en
vue de la revente). Ils ne seront pas conservés durablement par
l’entité ;
Les disponibilités : cette catégorie englobe l’ensemble des sommes
figurant en caisse et des soldes positifs des comptes bancaires ;
Le passif ou la partie droite du bilan, composé des ressources
disponibles pour financer les actifs. Ces ressources sont composées des
fons propres et des dettes à longs termes ainsi que d’ exigibles à court
terme qui sont des dettes de l'entreprise envers l'extérieur
remboursables à moins d'une année.

1)- Les capitaux propres :


Ils sont constitués par :

a. Le capital social: désigne toutes les ressources en numéraire et en


nature définitivement apportées à une société anonyme par ses
actionnaires au moment de sa création (ou d'une augmentation de
capital).
Les réserves:

a. La réserve légale est obligatoire par la loi. Elle est imputée chaque année
à hauteur 5% du bénéfice de l’exercice dans la limite minimal de 10% du
capital
a-La réserve statutaire est fixée dans les statuts de la société
B-La réserve facultative n’est pas obligatoire. La décision d’affecter
du bénéfice en réserve facultative se prend lors d’une assemblée
générale ordinaire entre les actionnaires
Le report à nouveau (bénéfices antérieurs non distribués et non mis
en réserve)
Les subvention d’Etat: ce sont les aides financières apportés par
l’état sur certains secteurs d’activité et qui portent sur des
investissements lourds.

Le résultat de l'exercice qui se forme grâce au total des produits et


total des charges

B- Les dettes moyen et long terme: concernent les emprunts bancaires, les
emprunts obligataires, le compte courant des associés et autres emprunt à plus
d’un an.
C- Les dettes court terme: nous retrouvons dans cette rubriques:

Les dettes fournisseurs: Ce sont les achats auprès des fournisseurs qui
n'ont pas encore été réglés. Ce sont des dettes qui doivent être payées à
court terme

 les dettes envers l’état: Ce sont les impôts ou charges qui sont dues à
l'état mais pas encore payées. Ce sont des dettes qui doivent être payées à
court terme (quelques semaines).

Les dettes financières à court terme: telles les avances bancaires


Schéma d’ensemble des outils de l’analyse financière :

Analyse financière

Apprécier la structure Mesurer l’activité et Analyser la dynamique


Évaluer la rentabilité
financière les résultats des flux

État de solde Tableaux


Approche de gestion de flux
fonctionnelle
Approche
financière Rentabilité Rentabilité
économique financière
L’analyse financière s’appuie sur des principes simples :

Économiques Bilan
Produire ou
Moyens
vendre
Financiers

Permettent un
niveau d’activité
Tableau des
Comptes de
dégage des Résultat
résultats

Produire ou vendre requiert des moyens économiques Ces moyens


économiques requièrent des moyens financiers Utiliser ces moyens permet
d’atteindre un niveau d’activité Ce niveau d’activité permet de dégager des
résultats.
analyse des
performances
d’activité
Cette analyse se fait à partir du Tableau des comptes de Résultat en calculant des
résultats partiels ; il s’agit des soldes intermédiaires de gestion.

Le calcul de ces soldes intermédiaires de gestion permet :


D’apprécier la performance de l’entreprise et la création des richesses
générée par son activité;
De décrire la répartition de cette richesse créée par l’entreprise ;
De comprendre la formation du résultat en la décomposant.

Ces soldes intermédiaires de gestion s’analyse de l’amont vers l’aval, en partant du


chiffre d’affaires jusqu’au résultat net comptable.
Mode de calcul et signification des différents soldes de gestion :

Ventes de marchandise en l’état


- Achats de marchandises
---------------------------------------------------------------
= Marge commerciale sur ventes en l’état
1
La Marge Commerciale intéresse uniquement les entreprises commerciales ou
l’activité de négoce des entreprises mixtes et en constitue la principale ressource ;
elle est donc vue comme un indicateur fondamental de la performance d’une
entreprise commerciale.

+ Production de l’exercice = (Production vendues+ Production stockée+


Production immobilisée) - Déstockage 2

-Consommation de l’exercice (Achats consommés de matières et fournitures


+autres charges externes+ variation de Stocks)
---------------------------------------------------------------
= Valeur ajoutée 3
Elle permet d’évaluer le poids économique de l'entreprise : la valeur ajoutée mesure
la richesse créée par l'entreprise et sa contribution à l'économie du pays.
+ Subvention d’exploitation
- Impôts et taxes
- charges du personnel
---------------------------------------------------------------
= Excédent brut d’exploitation 4 C’est le premier résultat de la performance
industrielle et commerciale de l'entreprise

+ Autres produits d’exploitation


- Autres charges d’exploitation
+ Reprises d’exploitation; transfert de charges
- Dotations d’exploitation
--------------------------------------------------------
= Résultat d’exploitation 5 C’est le résultat des opérations correspondant
au « métier de base » de l'entreprise.
L’Excédent brut d’exploitation est un solde indépendant :

 de la politique d'investissement (pas de dotations aux amortissements


dans le calcul du solde) ;

de la politique de financement (pas de charges financières dans le


calcul du solde) ;

de la forme juridique (pas d'incidence de la fiscalité).

C’est un bon indicateur qui permet de faire des comparaisons interentreprises,


particulièrement au sein du même secteur.

Il représente une trésorerie potentielle générée par l’exploitation ; il constitue la


base de calculs financiers ( CAF, rentabilité économique brute)
+/- Résultat financier ( Produits financiers-Charges financières)
--------------------------------------------------------
= Résultat courant 6 C’est un résultat des opérations normales et
habituelles de l'entreprise. On parle de « résultat reproductible ».

+/- Résultat Exceptionnel (Produits Exceptionnels-Charges exceptionnelles)


- Impôts sur les résultats
--------------------------------------------------------
= Résultat net de l’exercice 7 C’est en fait le résultat que recherche les
investisseurs actionnaire puisqu'il représente la part que va se partager ces
derniers si le résultat est bénéficiaire
La Capacité
d’autofinancement
Définition de la CAF :

La capacité d'autofinancement est la ressource interne dégagée


par les opérations enregistrées en produits et charges au cours
d'une période et qui reste à la disposition de l'entreprise après
encaissement des produits et décaissement des charges
concernés.
Entreprise CAF
Internes

Ressources de
l’entreprise Associés Apport en capital

Externes Prêteurs Emprunts

Etat Subvention
d’investissement
A quoi sert la Capacité d’autofinancement ?

Remboursement L’emprunt est une


des emprunts anticipation de la CAF

Financement des Financement total


investissements ou partiel

Capacité
d’autofinancement
Augmentation Amélioration du fonds
des de roulement
capitaux propres

Distribution En fonction
des de la politique
dividendes de distribution
de l’entreprise
Calcul de la CAF ?

La CAF peut être calculée selon deux méthodes :

 La méthode soustractive dite également la méthode explicative ; calculée à


partir l’E.B.E ;

 La méthode additive dite également la méthode vérificative ; calculée à partir


du résultat net comptable.
La méthode soustractive:

Cette formulation est dite explicative car chacun des postes apparaissant
dans la définition est théoriquement générateur de trésorerie.

Le calcul de la CAF est plus ou moins long selon que l'on connaît ou non
l'excédent brut d'exploitation (EBE).

Excédent brut d’exploitation (EBE)


+ Autres produits d’exploitation
- Autres charges d’exploitation
+ Produits financiers
- Charges financières
+ Produits non courants
- Charges non courantes
- impôts sur les bénéfices
__________________________

= Capacité d’autofinancement
La méthode additive :

La CAF calculée précédemment peut être contrôlée en partant du résultat de


l'exercice.

Résultat net de l’exercice


+ dotations d’exploitation
+ dotations financières
+ dotations exceptionnelles
- Reprises sur dotation ou provision d’exploitation
- Reprises sur dotation ou provision financières
- Reprises sur dotation ou provision exceptionnelles
- Produits des cessions d’immobilisations ( plus value)
+ VNA des immobilisations cédées (Moins value)

= Capacité d’autofinancement
Les ratios de Rentabilité:
Résultat net de l’exercice
1- la rentabilité économique >15%
Total Actif
Ce ratio intéresse le chef d’entreprise. Elle mesure l’efficacité des moyens
économiques de l’outil de travail à travers les résultats qu’ils génères et donc de
sa performance industrielle.
Si ce ration est <15%, cela signifie que l’entreprise n’est pas assez rentable
Résultat net de l’exercice
2- la rentabilité financières: >15
Capitaux propres
Elle intéresse l’actionnaire qui peut apprécier ce qui résulte de ses apports soit
directement sous forme de dividendes, soit indirectement sous forme de plus
value potentielle pour la part mise en réserve. Si le ratio <15%, cela signifie que
l’entreprise n’est pas assez rentable, donc de savoir s’il est nécessaire de
maintenir l’entreprise, retirer son argent et le mettre sur un autre business
ANALYSE DE LA PROFITABILITE ET DE LA RENTABILITE

Cas : Entreprise de distribution de jouets et de cadeaux

La société « jardins d’enfants », créée il y a huit ans, est spécialisée dans la


vente et la distribution de jouets et de cadeaux, destiné aux clients de passage,
aux crèches, aux écoles privées, aux entreprises publiques et privées.
Les dirigeants ont constaté une baisse sensible d’activité sur les derniers
exercices due notamment à la tendance du marché.
À l’issue d’une étude de marché, cette société a décidé, à partir de l’exercice
2015 de diversifier son activité en distribuant une nouvelle gamme de jouets
éducatifs, qui connaissent un franc-succès sur le marché. Elle souhaite en
mesurer les effets sur sa rentabilité économique
2015 2014

Chiffre d’affaires 11 236 9 659


Coût d’achat des marchandises vendues 7 752 6 972
Autres achats et charges externes 1 346 1 380
Impôts, taxes et versements assimilés 79 75
Charges de personnel 1 144 1 121

•Calculer l’excédent brut d’exploitation à partir des renseignements fournis en


annexe, puis commenter son évolution.

•Etudier les ratios de profitabilité et de rentabilité économiques sachant que le


capital engagé pour l’exploitation est de 5 382 pour 2015 et de 4 230 en 2014
Année 2015 2014
Chiffre d’affaires 11 236 9 659
Coût d’achat des marchandises vendues 7 752 6 972
Autres achats et charges externes 1 346 1 380
Impôts, taxes et versements assimilés 79 75
Charges de personnel 1 144 1 121
Excédent brut d’exploitation 915 111

b) Évolution :

Le taux de variation de l’excédent brut d’exploitation est le suivant :


(EBE n- EBE n-1)/ EBE n-1 soit (915-111)/111= 724%

Après un niveau d’excédent brut d’exploitation très médiocre en 2014, on assiste à une
nette amélioration en 2015. Cela s’explique par un accroissement du chiffre d’affaires
dans une plus grande proportion que celui du coût d’achat des marchandises vendues et
des charges de personnel. D’autre part, on constate une légère réduction des autres
achats et charges externes. On peut en conclure que l’entreprise a su maîtriser ses coûts
d’exploitation.

L’évolution très positive de l’excédent brut d’exploitation permet d’affirmer que la


diversification de l’activité a permis une progression de la performance de l’entreprise.
2 – Les ratios de profitabilité et de rentabilité économiques :

•Profitabilité économique

La profitabilité économique s’apprécie à partir de deux ratios :

•Taux de marge brute d’exploitation = EBE /CA HT 2015= 915/11 236 = 8 %


EBE /CA HT 2014= 111/ 9 659 = 1 %

Partage de la valeur ajoutée (facteur capital) = EBE/ VA 2015 = 915 /2 138 = 43 %


EBE/ VA 2014 = 111 /1 307 = 8 %

Valeur ajoutée 2015 = 11 236 – 7 752 – 1 346 = 2 138.


Valeur ajoutée 2014 = 9 659 – 6 972 – 1 380 = 1 307.
La capacité de l’entreprise à générer un résultat pour le chiffre d’affaires réalisé a
progressé de 7 % (8 % – 1 %). La forte augmentation de l’excédent brut
d’exploitation en est la cause.
Par ailleurs, la valeur ajoutée a augmenté de 35 % ; il en résulte que la part de
richesse revenant à l’entreprise pour rémunérer les apporteurs de capitaux et
renouveler le capital investi est en hausse sensible.

•Rentabilité économique

La performance de l’exploitation se mesure à l’aide du taux de rentabilité


économique :

taux de rentabilité économique= EBE/Capital économique engagé pour


l’exploitation
On constate une nette progression du taux de rentabilité économique du fait
de la croissance de l’excédent brut d’exploitation. D’autre part,
l’augmentation de 27 % du capital engagé pour l’exploitation peut provenir
d’investissements effectués au cours de l’exercice « N » ou bien d’un
accroissement des stocks ou encore des créances clients du fait de conditions
commerciales avantageuses accordées aux clients demandeurs du nouveau
produit.

L’amélioration tant de la profitabilité que de la rentabilité est encourageante


en ce qui concerne les perspectives de développement de l’entreprise.

taux de rentabilité économique 2015 915 / 5382= 17 %

taux de rentabilité économique 2014 111/ 4 230 = 3 %