Vous êtes sur la page 1sur 20

• On relie les propositions de la phrase a l aide des

signes de ponctuation(, ; :)
La juxtaposition

• Les propositions sont reliées :


• Soit par une conjonction de coordination(mais, où, e t;
donc,or;ni, car)
La • Soit par un adverbe conjonctif (ainsi; ausi,en effet…)
coordination

• La subordonnée est reliée a la principale dont elle


dépend aux moyen d un subordonnant.
La
subordeonnation
La subordination :
 Lorsque la phrase complexe est construite
sur le rapport de dépendance orientée entre
une proposition dite subordonnée et une
proposition dite principale. Les propositions
sont généralement introduites par des termes
marquant leur dépendance par rapport à la
principale: conjonctions de subordinations
(que, quand, parce que…)
les types de subordonnées:

Complétives (conjonctive).
Circonstancielles
(conjonctive).
Relatives.
Infinitive.
Interrogation indirecte.
La proposition subordonnée complétive

• La proposition subordonnée complétive est


une proposition qui dépend
d'une proposition principale et qui a, le
plus souvent, un rôle de complément dobjet
direct. La proposition subordonnée
complétive peut être conjonctive, infinitive
ou interrogative.
• » A. La proposition subordonnée
complétive conjonctive
Elle est introduite par la conjonction de
subordination (que) ou (ce que.)
» B.La proposition subordonnée complétive

La proposition subordonnée complétive est une proposition qui


dépend d'une proposition principale et qui a, le plus souvent, un
rôle de complément d'objet direct. La proposition subordonnée
complétive peut être conjonctive, infinitive ou interrogative.
» A. La proposition subordonnée complétive conjonctive
Elle est introduite par la conjonction de subordination que ou ce
que.
Exemples :
- J'aimerais que tu me comprennes.
- Je ne m'attendais pas à ce qu'il pleuve.
» C. La proposition subordonnée complétive interrogative

• Il s'agit d'une proposition interrogative


indirecte.
• La proposition interrogative est dite
"totale" lorsqu'elle est introduite par si.
Exemple : Je ne sais pas si elle est venue.
• Elle est dite "partielle" lorsqu'elle est
introduite par un déterminant interrogatif,
par un pronom interrogatif ou par
un adverbe interrogatif.
Exemples :
- Je ne sais pas quel temps il fait.
- Je me demande qui c'est.
- J'ignore pourquoi il est parti.
La proposition subordonnée complétive infinitive

• Elle ne contient pas de mot


introducteur et comprend un
verbe à l'infinitif. Elle est
souvent complément d'objet
direct d'un verbe de perception
: voir, entendre, sentir, etc.
Exemple : Je vois les chevaux
courir.
La proposition subordonnée relative:
• Exemple : il possède une villa qu’il a héritée de
son père

il possède une villa que il a héritée de son père

proposition proposition
• prénom relatif
principale subordonne relative
 On appelle proposition subordonnée relative un type de
proposition subordonnée généralement placée dans la
dépendance d’un nom (le chat qui dort ne voit pas les
souris). Ou d’un pronom (lui , qui t’a donnée ces fleurs).
Plus rarement d’un adjectif (heureux que tu es). Ou d’un
adverbe(va là où le vent te pousse).Le nom qu’elles
complètent est dénommé antécédent.

 La proposition subordonnée relative est introduite


 Par un subordonnant appelé pronom relatif, appartenant soit
à la série simple ( qui, que, quoi , dont, ou),soit à la série
composée( lequel, auquel, duquel …).
On distingue trois types de propositions
subordonnées relatives :
Les relatives adjectives :
 le soleil qui se couche illumine la ville .
Les relatives substantives :
 qui dort dine.
Les relatives attributives:
 je l’entends qui chante.
les propositions subordonnes relatives

la relative attribute
la relative
substantive
la relative adjective

je le vois qui joue dans la


cour.
le roman que tu m'a qui travaille bien
apporté est intéressant. réussit.
Subordonnée conjonctive : circonstancielle
(temps, cause, but, conséquence, concession, comparaison,
condition)

• a) temps :
Ex. : Téléphone-moi avant que je
ne parte.
• b) cause :
Ex. : Il y est allé parce qu’il le
voulait bien.
• c) but :
Elle l’a fait afin qu’il soit
heureux.
Subordonnée conjonctive : circonstancielle
(suite)
• d) conséquence :
Ex. : Il est tombé malade de sorte
que son voyage a été remis.
• e) concession (opposition):
Ex. : Bien que le soleil fût couché,
des baigneurs s’attardaient sur
la plage.
Subordonnée conjonctive : circonstancielle
(suite)
• f) comparaison :
Ex. : Je ne leur écris pas, d’autant plus
qu’ils ne nous écrivent pas non plus.
• g) condition (ou d’hypothèse):
Ex. : Je te prête ma voiture à condition que
tu ne l’abîmes pas.
La proposition subordonnée interrogative indirecte

est une proposition subordonnée introduit soit par


• La conjonction si
• un mot interrogatif

adverbe si, où, pourquoi, quand

adjectif quel

pronom qui, ce qui, ce que

et qui dépend d'un verbe qui exprime une


• interrogation implicite ou explicite (demander, se
demander, dire ,,,)
• Ou une valeur négative(ignorer, ne pas savoir)
La place de la La fonction de la
proposition subordonnée
subordonnée interrogative
interrogative indirect

Suit la proposition
COD
principale

Parfois:
*Elliptique
*Procède la proposition principale (s’elle
occupe la fonction de sujet)
Les subordonnées infinitive
• Qu'est-ce qu’une subordonnée infinitive?
La subordonnée infinitive est une proposition
subordonnée complétive ;c'est a dire que la
subordonnée est complément d objet directe du
verbe de la principale
La subordonnée infinitive correspond a des critères
précis :
• Elle a son sujet propre
Exp: (J’entends les enfants jouer) J’entends
(préposition principale)
les enfants jouer (proposition subordonnée
infinitive)
Le sujet de l’infinitif ici « les enfants » est distinct
de celui de la principale « je »
• La subordonnée infinitive est COD du verbe
introducteur
Dans (J’entends le chat miauler)est COD du
verbe « j’entends »;elle a la même
fonction que les « miaulements »dans «
j’entend les miaulements du chat »
Le verbe introducteur est un verbe de
perception (voir ;entendre ;regarder )ou un
factitif (laisser; faire)ou encore des verbes «
causatifs de mouvement » comme (emmener
)(conduire) (envoyer)
• Elle est d'éprouvue de subordonnant a
l’instar de la principale