Vous êtes sur la page 1sur 39

MODULE

GESTION DE PROJETS DE
DEVELOPPEMENT - 2019

PLANIFICATION STRATEGIQUE DE
PROJET

APPROCHE DU CADRE LOGIQUE

Présenté par Malick DIOP


MODULE
GESTION DE PROJETS DE
DEVELOPPEMENT - 2017

OBJECTIF DE SEANCE

Permettre aux étudiants de comprendre et


d’être en mesure d’appliquer concrètement
l’Approche du Cadre Logique (ACL) : une
boîte à outils d’analyse, de conception et de
gestion de projets
PLANIFICATION STRATEGIQUE DE
PROJETS - ACL

PLAN DE
PRESENTATION

I. Phase d’analyse

II. Phase de planification


I. PHASE D’ANALYSE

L’approche du cadre logique est divisée en


deux phases :
• Phase 1 - la phase d’analyse au cours de
laquelle la situation existante est analysée
pour dégager une vision de la « situation
future désirée » et pour sélectionner les
stratégies qui seront appliquées pour y
parvenir.

• Phase 2 - la phase de planification au cours


de laquelle l’idée du projet est précisée pour
devenir opérationnelle.
I. PHASE D’ANALYSE (suite)

Phase Analytique Phase de Planification

- Analyse des problèmes - Cadre logique

Définir la logique
Identifier les parties concernées, leurs Définir la structure du projet, tester sa

du projet
problèmes-clés, les potentiels et les logique interne et formuler des objectifs en
contraintes ; déterminer les relations termes mesurables, définir les moyens et
causes-effets. les coûts de façon globale.

- Analyse des objectifs - Planification des activités

Spécifier et opérationnaliser
Elaborer les objectifs en partant des Déterminer la séquence et les
problèmes identifiés ; identifier les interdépendances entre les activités ;
relations entre les moyens et les fins. estimer leur durée ; fixer les étapes
principales du processus ; attribuer les
- Analyse des stratégies responsabilités.
Identifier les différentes stratégies - Planification des ressources
pour atteindre les objectifs ; arrêter les
objectifs majeurs (spécifique et En partant du plan des activités,
globaux). élaboration du plan des ressources et du
budget.
1.1 Analyse des problèmes
• Les projets sont mis en place pour
contribuer à un processus de
changement d’une situation
considérée comme insatisfaisante ou
problématique par un important
groupe de parties prenantes en une
situation satisfaisante.
• Un projet réussira plus aisément à
assurer ce changement s’il commence
par des analyses de la situation
problématique.
• L’analyse des problèmes consiste à
dégager les aspects négatifs d’une
situation et les relations « causes à
effets » entre les différents problèmes.
1.1 Analyse des problèmes (suite)

• Il existe beaucoup d’approches pour analyser une situation


problématique (analyses d’études existantes, discussions avec
les parties prenantes, avec les experts, …).

• La méthode pour approfondir la réflexion et augmenter la


cohérence entre toutes les sources d’informations, est
l’approche par l’arbre à problèmes, qui révèle un tableau
complet de la problématique
1.1 Analyse des problèmes (suite)

• L’exercice commence par un


inventaire des problèmes. Cet
inventaire va se baser sur les
études des rapports, des travaux
d’experts, les interviews, … plus
il y a de gens avec différentes
expériences, plus l’arbre de
problèmes sera riche.
1.1 Analyse des problèmes (suite)

• Ensuite un problème est sélectionné


comme point de départ et un
deuxième problème lié au premier,
puis :
 si le problème est une cause, il
est classé au niveau inférieur
 s’il s’agit d’un effet, il est rangé
au niveau supérieur
 si ce n’est ni une cause, ni un
effet, il est classé au même
niveau.
1.1 Analyse des problèmes
(exemple)
1.1 Analyse des problèmes
(exemple)
Le Cadre Logique : Analyse des problèmes
Les relations causes – effets

Conditions de vie
des populations dégradées
Atteinte à la biodiversité
Effets

Développement des Diminution du stock Appauvrissement de


maladies hydriques et des prises de poissons la vie aquatique

Qualité de l ’eau de rivière dégradée

Rejet d’effluents ménagers et


Usage excessif d ’engrais et pesticides industriels non traités

Causes

Manque d’incitations Réglementations Capacités de traitement


Manque de connaissances Fortes subventions sur antipollution des inadaptées
des agriculteurs engrais/pesticides des effluents insuffisantes
effluents
1.2 Arbre d’objectifs

 C’est un tableau synoptique de l’ensemble des objectifs


interdépendants qu’il faut réaliser graduellement pour parvenir à
l’objectif supérieur du projet.

 En d’autres termes, il consiste à une description graphique des


objectifs du projet liés hiérarchiquement dans un diagramme

 Ce diagramme prend la forme d’un arbre dont les branches


représentent des liens Causes-Effets ou Moyens-Fins entre les
objectifs du projet

 Les objectifs aux niveaux les plus bas de la hiérarchie permettent


d’atteindre les objectifs supérieurs

 En permettant l’éclatement du projet en objectifs et à leur


hiérarchisation, il montre comment les réalisations des objectifs à
différents niveaux sont liées et interdépendantes.
1.2 Arbres d’objectifs
Comment passer de l’arbre de
problèmes à l’arbre d’objectifs?
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE

La méthode du Cadre Logique a été développée en 1969


pour l’USAID par le bureau d’études PCI (Practical Concepts
Incorporated) afin de proposer une réponse face à trois
constats :
 les objectifs de la programmation sont trop vagues (qu’est-
ce qui doit advenir pour que le projet soit un succès ?). Les
objectifs étaient multiples et pas clairement reliés aux
activités réalisées dans le cadre du projet ;
 les responsabilités des gestionnaires ne sont pas claires.
Beaucoup de facteurs extérieurs au projet (et non définis
comme tels) rendaient difficile la répartition des
responsabilités ;
 les évaluations sont imprécises et conflictuelles, au lieu
d’être constructives.
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE
 Initialement, l’approche du cadre logique (ACL) était conçue
pour le suivi et l’évaluation des projets. Cependant,
rapidement ses utilisateurs lui ont découvert d’autres vertus
dans le montage et la programmation des projets.
 Dès 1971, l’approche est utilisée largement par l’USAID où
elle s’est avérée d’une grande utilité dans la conception,
l’exécution, le suivi et l’évaluation des projets ; cette
méthode a été testée puis choisie par l’ACDI en 1974.
 Elle a ensuite été adoptée, avec diverses modifications à
partir des années 80 par un grand nombre de bailleurs de
fonds : DFID (GB), CAD (OCDE), Australia’s AusAID, GtZ
(Allemagne), BAD (Asie), Union européenne, agences des
Nations Unies, DANIDA (Danemark), Banque Mondiale etc.
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE

Un cadre logique est une description structurée


(framework) qui clarifie les efforts qui vont être entrepris
dans le cadre d’un projet.

Le cadre logique est un outil qui permet de disposer :


 d'une présentation simplifiée de l'ensemble d'un projet de
développement,
 d'un cadre de référence pour la gestion, le suivi, les
contrôles, les évaluations intermédiaires éventuelles, les
constats d'achèvement, les évaluations rétrospectives
 d'un moyen de communication rapide avec les
partenaires nationaux ou avec d'autres structures d'aide.
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE

C’est une description sommaire du projet dans un tableau pour déterminer :


Pourquoi réalise t-on le projet ?
Quel est l’objectif visé ?
Comment peut-on atteindre les résultats ?
Comment mesure t-on le succès ?
Où trouve t-on les données nécessaires ?
Quelles sont les conditions externes influençant le projet ?
Quels sont les moyens nécessaires pour pouvoir réaliser le projet ?
Le cadre logique présente les éléments essentiels pour
comprendre et gérer une intervention de manière simple,
systématique et compréhensible.
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE
II. PHASE DE PLANIFICATION :
CADRE LOGIQUE

La matrice du cadre logique


Logique Indicateurs Sources de Hypothèses
d’intervention Objectivement vérification
vérifiables
Objectifs
globaux

Objectif
spécifique

Résultats

Activités Moyens Coûts

Conditions
-
préalables

 Mise en garde !
Le Cadre logique ne fournit pas de solution miracle pour identifier ou
concevoir de bons projets.
II. CADRE LOGIQUE : DEFINITION
DES CONCEPTS CLES
1ère colonne
Logique intervention
Les objectifs globaux : Ce sont les objectifs dont le niveau dépasse
celui du projet (exemple : sous-secteur) auquel l’intervention devra
contribuer. D’autres projets contribuent également à la réalisation de cet
objectif global.

Objectif spécifique : Il décrit le résultat global que nous voulons


atteindre, c’est-à-dire Pourquoi on fait quelque chose. L’objectif du projet
est la raison pour laquelle celui-ci est réalisé.

Résultats : Ils représentent ce que nous voulons produire dans une


période de temps donnée, afin d’atteindre un objectif spécifique donné,
c’est-à- dire Quoi. On les appelle parfois “produits”.

Activités : Ce sont les actions nécessaires pour produire le résultat en un


temps donné. Elles représentent Comment nous le ferons.
II. CADRE LOGIQUE : DEFINITION
DES CONCEPTS CLES

2ème colonne
Les indicateurs objectivement vérifiables (IOV)
Facteurs ou variables, de nature quantitatives ou qualitatives, qui constituent un
moyen simple et fiable de mesurer et d’informer des changements liés à
l’intervention ou d’aider à apprécier la performance d’un acteur du développement.
La pertinence des indicateurs est aussi fondamentale que celle des objectifs. Ceux-
ci doivent être bien pensés, SMART:
 Spécifique - un indicateur ne mesure qu'un seul aspect du projet)
 Mesurable - deux évaluateurs trouveraient le même résultat)
 Adapté atteignable
 Réalisable
 Temporellement défini
II. CADRE LOGIQUE : DEFINITION
DES CONCEPTS CLES
3ème colonne
Sources de vérification
Quelles sont les sources d'information? D'où
sont issues les données qui vont permettre de
mesurer et déterminer les indicateurs de la
deuxième colonne?

4ème colonne
Hypothèses
Facteurs externes qui, à chaque niveau de la
première colonne peuvent influencer
l'évolution du projet
Gestion par les risques: quels sont les risques
sur lesquels le projet n'a pas prise et qui
pourraient affecter l'atteinte des objectifs, des
résultats, la mise en œuvre des activités?
II. CADRE LOGIQUE : DEFINITION
DES CONCEPTS CLES

Les moyens et les coûts


Les ressources humaines, matérielles et
financières requises pour entreprendre les
actions programmées
II. CADRE LOGIQUE : CONECPTS CLES

Qu’est-ce qu’un résultat ?


Un résultat est un changement descriptible et mesurable
entraîné par une relation de cause à effet.

Différents types de changement :


Changement d’état, de la situation
Changement de comportement, pratiques
Changement de rendement, performance
Changement d’attitude, sensibilisation
Changement dans les compétences, connaissances
Changement d’habiletés, etc.
II. CADRE LOGIQUE : CONECPTS CLES

Questions à poser pour l’évaluation d’un énoncé de résultat


L’énoncé est-il formulé en termes simples et ne propose-t-il
qu’une seule idée ?
L’énoncé de résultat est-il inclusif ?
L’énoncé de résultat contient-il un adjectif (tiré d’un verbe
indiquant la direction) et est-ce qu’il répond à :
QUOI ?
QUI ?
OÙ ?
Le résultat peut-il se mesurer ?
Le résultat est-il réaliste et réalisable ?
Le résultat est-il pertinent ?

Vocabulaire du changement
On définit le changement par des mots tels que :
amélioré (état de santé)
accru (revenu des fermiers locaux)
renforcé (capacité des ONG locales)
diminué (vulnérabilité de )
rehaussé (capacité à appliquer la GAR)
II. CADRE LOGIQUE : CONECPTS CLES

Qu’est-ce qu’un indicateur ?


Un indicateur est un outil utilisé pour mesurer le résultat
réellement obtenu. Un indicateur est une unité de mesure
quantitative ou qualitative qui précise ce que vous devez
mesurer en fonction d’une échelle ou d’une dimension, mais il
est neutre; il ne précise ni direction, ni changement, ni cible. Il
est important que les parties prenantes s’entendent à l’avance
sur les indicateurs qui seront utilisés pour mesurer le rendement
de l’investissement.

Les indicateurs quantitatifs sont des mesures discrètes


comme le nombre, la fréquence, le pourcentage et le ratio
(p. ex. le nombre de violations des droits de la personne, le ratio
hommes-femmes dans les postes de décision au sein du
gouvernement).
II. CADRE LOGIQUE : CONECPTS CLES

Les indicateurs qualitatifs sont une mesure du jugement ou


de la perception d’une personne ou d’un groupe sur la
concordance avec les normes établies, la présence ou
l’absence de conditions précises, la qualité de quelque chose
ou l’opinion à l’égard de quelque chose (p. ex. l’opinion des
clients à l’égard de la rapidité du service). Les indicateurs
qualitatifs peuvent être exprimés concrètement lorsqu’ils sont
utilisés pour rendre compte de l’obtention des résultats. Ils
doivent fournir des informations précises qui mettent en
évidence les progrès vers les résultats et qui sont utiles pour la
gestion et la planification des projets.
II. CADRE LOGIQUE : CONECPTS CLES

Quantitatifs (mesures statistiques) Qualitatifs (expérience ou perceptions)


 nombre,  Attitudes ou sentiments,
 fréquence,  Perceptions,
 ratio,  Qualité,
 écart,  Opinion du bénéficiaires
 pourcentage,  Etc.
 etc.

Note: Les indicateurs qualitatifs peuvent être “quantifiés”, par


exemple, ils peuvent être exprimés à l’aide d’une échelle (niveau
de..) ou en unités quantitatives tel que %
III. les étapes de la préparation d’un projet

Dans le cycle du projet, la préparation ou l’étude de faisabilité est la phase


qui se situe entre l’identification du projet et son évaluation ex ante.
Comme il a été dit ci dessus, elle consiste en un ensemble d’analyses
permettant de justifier la faisabilité commerciale, technique et financière du
projet d’une part, et que d’autre part, le projet constitue la meilleure
variante pour résoudre le problème.
Un certain nombre d’études sont retenues dans le cadre d’une bonne
préparation.
III. les étapes de la préparation d’un projet

Il s’agit de :

 L’étude de marché;

 L’étude technique;

 L’étude organisationnelle;

 L’étude sociale et environnementale;

 L’étude financière;
IV.1. Etude de Marché

Etape fondamentale au niveau de la préparation d’un projet, l’étude de marché se


propose d’appréhender, à l’aide de méthodes et d’instruments précis, le milieu
dans lequel se meut ou va se mouvoir l’unité de production considérée en vue
d’optimiser la réalisation de ses objectifs.
Pour le créateur de l’entreprise, connaître le marché c’est parvenir à identifier
différents types de problèmes :
- quelle est la nature des produits vendus ?
- quelle est leur consommation annuelle dans le pays ?
- par quels réseaux parviennent-ils aux consommateurs ?
- à quel prix ?
IV.1. Etude de Marché

L’étude de marché qui permet d’éclairer les choix passe par les étapes suivantes :
Analyse de la Demande Passée et Présente
L’analyse de la demande passée nécessite la collecte de données statistiques
relatives aux produits permettant d’expliquer son évolution : cette collecte exige
une certaine sélection de données et le choix d’une période de référence.
La collecte se situera aux niveaux qualitatif et quantitatif.
Estimation de la Demande Future
En dehors des enquêtes de terrains, il existe un nombre considérable de méthode
statistiques permettant d’avoir une estimation supposée exacte de la demande à
venir.
IV.1. Etude de Marché

Analyse de l’offre
Si la demande se rapporte aux diverses quantités des produits que les
personnes sont prêts à acheter ou capables d’acheter à différents prix à un
moment donné du temps.
Par l’offre on entend les différentes quantités de produits offertes pour des
prix différents.
L’analyse de l’offre est centré essentiellement sur la recherche
d’informations sur les organisations produisant ou fournissant les mêmes ou
substituts proches des produits ou services que le projet se projette de faire
IV-2. Etude Technique

Comme son nom l’indique elle vise à analyser la faisabilité technique du


projet.
La première étape consiste en la détermination du processus de production,
ce qui conduit par la suite au choix d’un procédé technique.
La production des biens et services peut être obtenus selon des procédés
techniques exclusifs les uns des autres : le choix d’un procédé implique des
investissements, des coûts de fonctionnement, des besoins en main d’œuvre
spécifiques.
IV.3. L’étude sociale et environnementale

L’étude des conséquences sociales du projet doit insister sur :


- la comptabilité du projet avec les valeurs, les traditions de la population cible.
- Les risques de rejet
- Les caractéristiques démographiques et socioculturelles
- L’organisation de la production (ménage, rôle de la femme, régime foncier…)
- La stratégie pour susciter l’adhésion des populations au projet
- La répartition des revenus
- L’amélioration de la qualité de la vie et de l’emploi
- L’impact sur le milieu environnant
- La migration interne
- Les autres indicateurs de la qualité de vie
VI. 4. L’étude institutionnelle et organisationnelle

L’administration d’un projet peut conditionner sa réussite ou son


échec.
SARL, SA, GIE, Contrat de travail
VI. 5. EVALUATION FINANCIERE

Cette phase permet de déterminer si le projet est viable, dans quelles conditions,
compte tenu des normes et des contraintes qui lui sont imposées, et à partir des
études techniques et commerciales déjà réalisées.
L’évaluation financière permet de se prononcer sur la viabilité financière du
projet ; elle répond à trois types de questions :
• Quel est le montant des ressources financières nécessaires à la réalisation et à
l’exploitation du projet ?
• Quelle peut être la politique financière à court terme (solvabilité, liquidité…)
à adopter pour le projet ?
• Quels sont les types de ressources financières à utiliser pour le projet ?
VI. 5. EVALUATION FINANCIERE
LE COMPTE D’EXPLOITATION PREVISIONNEL

Rubriques A1 A2 A3 A4
1- Recettes
2- Dép d ‘expl
3- RBE (1-2)
4 – Amort
5- Intérêts
6- RN av Imp
(3 – 4 – 5)
7- Imp (BIC)
8- RN (bén)
(6 – 7)
9- Cash Flow
MERCI DE VOTRE
AIMABLE ATTENTION

39