Vous êtes sur la page 1sur 68

PLAN

Introduction
1. Généralités
2. Acquisition et mise en œuvre
3. Les sources sismiques
4. Traces sismiques
5. Sismique réflexion et sismique
réfraction
6. Couverture multiple
7. Réception
8. Enregistrement
9. Bruits en sismique réflexion
10. Filtrage spatial
11. Introduction à la sismique 3D
12. Méthodes d’acquisition récentes
1.Généralités

1.1 Sismique réflexion - Sismique réfraction


La sismique pétrolière est une technique de
mesure indirecte qui permet d’enregistrer
en surface des échos (réflexions) issus de la
propagation dans le sous-sol d'une onde
provoquée.
Selon le mode de propagation de l'onde :
réfléchie sur les interfaces géologiques, ou
transmise le long de ces interfaces, on parle
de sismique réflexion ou de sismique
réfraction.
Rayons sismiques
Emetteur Récepteur

Rayon
Rayon
réfléchi
incident

interface

Rayon
réfracté
Déroulement de l’activité sismique

Acquisition Traitement Interprétation

Sismique 2D
Sismique 3D
Sismique de puits Données
Terrestre, Marine Géologiques
1.2 Généralités sur l’acquisition et la mise en oeuvre

EMISSION SOURCE : Dynamite,


vibroseis,...

DISPOSITIF : Géophones,
RECEPTION
traces, câbles, boîtiers: RU,
RTU,...,FDU,LAUX,LAUL,…..

LABORATOIRE : Unité centrale


ENREGISTREMENT d’enregistrement & contrôle,
VCE,CM408UL.

Synoptique de la chaine d’acquisition


2. Acquisition et mise en oeuvre

La mise en œuvre consiste à disposer sur une


ligne sismique (ou profil) un ensemble de
charges explosives ou de vibrateurs qui
provoquent des ébranlements (vibrations).
Ces vibrations reviennent en surface par
réflexion et sont enregistrées par un
ensemble de traces (nappes de géophones)
disposées régulièrement le long du profil.
Schéma d’acquisition

Nappe de tir Ligne de tir

Ligne de
réception

Intertrace
Déport latéral Nappe de
réception
2.2. Matérialisation
2.2. Matérialisation des
des profils
profils sur
sur terrain
terrain

Profils en sismique 2D
Positionnement
2.3. Emission sismique
L’émission en sismique est matérialisée sur le
terrain par ce qu’on appelle un point de tir (PT
en abrégé).
Les sources d’énergie les plus utilisées en
Algérie pour confectionner le point de tir sont :
-la source vibratoire ou vibroseis
-la source explosive ou dynamite

Le point de tir est constitué d’un ensemble de


charges ou de vibrations élémentaires disposées
selon une configuration géométrique non
variable et préétablie à l’avance (nappe de tir).
Nappe d’émission dynamite

   
6,25m
    15m 

   

   

longueur de la nappe = 63,75m

4 CHARGE DE 1KG /LIGNE   : charge


DISTANCE ENTRE CHARGES : 15 m
DISTANCE ENTRE LIGNES : 6,25 m : centre de la
nappe
LONGUEUR TOTALE : 63,75 m
TIR CENTRE ENTRE PIQUET
NOMBRE DE CHARGES/PT :4*4
Nappe d’émission vibroseis

   
6,25m
   15m 

   

   

longueur de la nappe = 63,75m


4 VIBROS EN LIGNE   : vibro
DISTANCE ENTRE VIBROS : 15 m
MOVE UP : 6,25 m : centre de la
nappe

LONGUEUR TOTALE : 63,75 m
TIR CENTRE ENTRE PIQUET
NOMBRE DE SWEEP/VP :4*4
FREQUENCE DU SWEEP : 8 – 64 HZ
LONGUEUR DU SWEEP : 10 s
TYPE DE SWEEP : non linéaire (+ 3db/octave)
TAPER : 0,3 s
3. Les sources sismiques
3.1 Dynamite
Caractéristiques
 Bâton d’environ 500gr, de 40 cm de longueur
. et 6 cm de section circulaire, constitué
. principalement de nitroglycérine.
 Nitroglycérine: explosif très
puissant à détonation
instantanée  source impulsive
bien indiquée en sismique.
 A l’explosion  onde de choc de vitesse
3000-10000m/s
 Trous forés pour optimiser l’énergie à
propager
Distances de sécurité

5kg 10kg

Pipe 60 m 120 m

Maison 100 m 200m

Puits 120 m 240 m

BOUTE FEU
Signal dynamite
1.00

Amplitude
0.00
0.00 40.00 8000
.
Temps en ms

- Impulsionnel (durée très courte)


- A bande fréquentielle large (en théorie)

- Il représente la forme idéale de la réflexion


sur les données dynamite.
3.2.Vibroseis

Description

Main lift Mass centering Air bag

Hydraulic actuators

Reaction Mass Air bags


Base-plate

Courtesy of
CGG
3.2.1 Le signal sweep

- Signal source injecté dans le sol pour


provoquer la vibration

- Constitué d’une gamme de fréquences


générées à partir d’un générateur de
sweeps selon une configuration
déterminée à l’avance.
Le signal sweep
Exemple Up-Sweep linéaire, [10Hz,90Hz], 8s, Taper cosinus
de 0.5s

100 3000

75
fréquence 2000
phase
50

1000
25

0 t 0 t
0 1 2 3 4 5 6 7 8 0 1 2 3 4 5 6 7 8
Sweeps linéaires et non-linéaires

Sweep linéaire : Toutes les fréquences ont le


même poids
Sweep logarithmique : Favorise les hautes
fréquences.
Sweep exponentiel : Favorise les basses
fréquences.
3.2.2 La corrélation en vibrosismique
Utilité

- Contracter le signal dans la trace-vibroseis


pour arriver à une trace analogue à celle
obtenue en utilisant une source impulsive
telle que la dynamite.
4. Traces sismiques
r(t) w(t) y(t)
1.00

0.50
Ondelette

0.00
0.10 0.20

-0.50

1.00
Réflectivité
0.50
0 .0 0

-0.50
-1.00

0.50 1.50
0 .0 0 1 .0 0 2 .0 0
1 .0 0
Trace
0.50

0 .0 0

-0.50

-1 .0 0
0.25 0.75 1.25 1.75 2.25
0 .0 0 0 .5 0 1 .0 0 1 .5 0 2 .0 0
Traces vibroseis
1.00
0.50
0.00
-0.50
-1.00
0.00 1.00 2.00 3.00 4.00 5.00 6.00 7.00 8.00
Sweep
1.50 1500.00
0.75 750.00
0.0 0 0.0 0
-0.75 -750.00
-1.50 -1500.00
0.0 0 1.00 2.00 3.00 4.0 0 0.0 0 1.00 2.00 3.00 4.0 0
Réflectivité Trace corrélée

10.00

5.00

0.00

-5.00

-10.00
0.50 1.00 1.50 2.50 3.00 3.50 4.50 5.00 5.50 6.50 7.00 7.50 8.50 9.00 9.50 10.50 11.00 11.50
0.00 2.00 4.00 6.00 8.00 10.00 12.00

Trace non corrélée


Trace dynamite et trace vibroseis
1.50
1.00
0.50
0.00
-0.50
-1.00
-1.50
0.00 0.25 0.50 0.75 1.00 1.25 1.50 1.75 2.00 2.25 2.50 2.75 3.00 3.25 3.50 3.75 4.00 4.25
Réflectivité
1500.00
750.00
0.00
-750.00
-1500.00
0.00 0.25 0.50 0.75 1.00 1.25 1.50 1.75 2.00 2.25 2.50 2.75 3.00 3.25 3.50 3.75 4.00 4.25
Trace vibro corrélée
1.00
0.50
0.00
-0.50
-1.00

0.25 0.50 0.75 1.25 1.50 1.75 2.25 2.50 2.75 3.25 3.50 3.75 4.25
0.00 1.00 2.00 3.00 4.00
Trace dynamite
Protocole de mise en oeuvre

DPG = ESG
DSD = VCE
DPG: DP Generator = ESG: Encoded Sweep Generator
DSD: D Sweep Decoder = VCE : Vibrator Control Electronics
Tests en vibrosismique
Test de similarité
- Contrôler la similarité des signaux à la
sortie des différents vibrateurs

Test de similarité

A
pp
lic
at
io
n
du
gr
ou
nd
fo
rc
e
5. Sismique réflexion et sismique
réfraction

Hypothèses fondamentales

Le sous-sol est supposé:

 élastique
 homogène
 isotrope
5.1 Sismique réflexion

Point de Tir
Surface du sol

WZ

Réflexion Réflecteur 1

Réflecteur 2

: Récepteur
5.1.1 Rayon réfléchi et rayon réfracté

Rayon
Rayon
réfléchi
incident

r 1 V1
i 1 r1
couche1
interface

couche 2 i2 r 2 V2

Rayon
réfracté
5.3 Coefficients de réflexion

1 r
t'
r 1, V1
r 1, V1
Interface

r 2,V2 r 2,V2

t 1 r'

t=1+ r et t’=1+ r’ 

Théoriquement  1  r  1 Pratiquement  0.25  r  0.25


Equation t(x) de l’onde réfléchie

Onde directe :
x
E R
x
t
V0
h0 V0

Onde réfléchie :
M
V1
2
x
t t  2
2 2
0
V0
E'
5.2 Sismique réfraction
5.2.1 Angle d’incidence limite
La notion d'angle limite ou critique est utile
pour identifier le mode de propagation.
• Si l’angle d’incidence de l’onde est
inférieur à l’angle limite, l’onde va se
réfléchir sur l’interface géologique.
• Si l’angle d’incidence est supérieur à
l’angle limite, l’onde va se propager le long
de l’interface.
• Enfin si l’angle d’incidence est nul, on
parle de propagation à incidence normale.
5.2.2 Onde réfractée et équation

x 2h 0
t  cosl
V1 V0
E M' N' R

h0
l V0
l

M N
V1 > V0
Premières arrivées

Réflexions

Film de sismique réflexion - tir au centre


Film de sismique réflexion: tir en bout
6. Couverture multiple

Afin d’améliorer la qualité des données après


enregistrement, on réalise une émission (point
de tir) avec un dispositif (traces actives), qui
permet, en réitérant cette émission par
déplacement, d’atteindre le même point miroir
en subsurface, un nombre N de fois. Ce nombre
N est appelée couverture.
On dit alors qu'on a une couverture d'ordre N si
chaque point miroir est atteint par N rayons
matérialisant des trajets sismiques différents.
6.1 Procédure
Exemple du cas à 12 Points Miroirs pour un PT

PT
1 6 7 12

Horizon

Afin d’avoir une couverture N donnée, constante le


long du profil, tous les tirs doivent avoir lieu aux
emplacements théoriques à intervalles réguliers et
continus.
Explication de la CM
PT1 PT2
1 6 7 12

Horizon

couverture 4
Dispositif en sismique 2D

Cas d’un tir au centre

Demi dispositif
Point de tir
Surface du sol

Réflecteur

Portions de PM
balayées
7.Réception
La réception se fait sur le terrain à l’aide
d’une disposition géométrique préétablie
d’un ensemble de capteurs appelés
géophones (nappe de réception). Cet
ensemble représente un récepteur en
sismique réflexion, il est appelé trace
sismique.
7.1. Géophone

Un géophone est un capteur de vibrations


sismiques, transformant une oscillation
mécanique en un signal électrique oscillatoire.

Géophone électrodynamique
Principe de fonctionnement du géophone

Mouvement
relatif Tension
Vitesse (de sortie)
ou Système Système
Accélération mécanique électrique
(entrée)

Vue extérieure Section verticale


Le géophone doit être planté verticalement pour
diminuer les fausses résonances,(assurer un bon
couplage sol-géophone).
7.2. Equipement terrain

Sert à collecter le signal provenant des


géophones, pour le transmettre vers le labo,
après filtrage amplification et numérisation.

Il est composé :
 de supports de transmission (câbles).
 d’unités d’acquisition de données
 d’une unité d’enregistrement
7.2.1 Support de transmission (câbles)
Il existe deux modes de transmission ; soit par
câble à conducteur métallique ou bien par câble
à fibre optique. Le mixage des deux modes est
également utilisé.

Il y a trois genres de câbles (à fibre optique ou à


conducteur métallique):

• Le câble télémétrique.
• Le câble jumper.
• Le câble d’interconnexion.
Chaine d’acquisition – Câbles
Câble jumper
7.2.1. Les boitiers
(Configuration CGG
(Configuration CGG :: FDU,
FDU, LAUX, LAUL)

Field digiter unit (FDU)

Elle représente l’unité de jonction. Permet de


changer facilement l’intervalle entre unités.

Document Sercel
8.Enregistrement

Unité centrale de contrôle


Convertisseur
La valeur de la tension échantillonnée est codée
en binaire. Pour ce faire, le convertisseur utilise
la méthode des approximations successives.
Formateur
Ensemble de circuits logiques servant à la mise en
format (disposition géométrique sur support
magnétique) des données numérisées, avant
enregistrement sur ce support.
Il existe plusieurs formats d’écriture, entre autres:
Format SEG A , Format SEG B
Format SEG C , Format SEG D
Format SEG Y
9. Bruits en sismique réflexion

En sismique réflexion, le signal représente


la réflexion simple (onde P, en général ).

Le bruit représente tout ce qui n’est pas


signal.

On distingue :

9.1 Les bruits aléatoires


9.2 Les bruits organisés
9.1 Les bruits aléatoires

Un bruit est dit aléatoire lorsqu'il n'est pas


prédictible dans le temps et dans l'espace à
partir d'autres événements. D'une trace à
l'autre, en général, ce bruit ne présente
aucune cohérence.

On distingue :

- Bruits d’appareillage

- Bruits ambiants
Les bruits aléatoires

Bruits d’appareillage
9.2. Les bruits organisés
Un bruit est dit organisé si d'un récepteur à l'autre
son enregistrement présente une cohérence sur une
certaine distance.

Parmi ces bruits, on distingue :


- Entraînements
- Réflexions multiples
- Diffractions
- Réfractions
- Onde aérienne (cas de la dynamite)
- Ground - Roll
- harmoniques (cas de la méthode vibroseis)
- Bruit de flûte (sismique marine)
- Effet bulle (sismique marine)
Enregistrement de quelques bruits ambiants
L’atténuation du
ground-roll sur le
terrain est réalisée Premières
arrivées
par un étalement
judicieux des nap-
pes d’émission et
de réception3. Réflexion
Au centre de
traitement, la
méthode essentielle
d’atténuation est
représentée par le
filtrage F-K. Ground roll

Film de sismique réflexion


Les autres bruits
On distingue essentiellement:
Les réflexions multiples

Ce sont des arrivées d’énergie qui, au cours de


leurs trajets, ont subi plusieurs réflexions.
Réflexion Multiple Multiplesformés
simple simple entre les couches
Surface du sol
WZ ou
couched'eau

autres
miroirs

Réflecteur
Exemple de multiple du fond marin
Exemple de multiple du fond marin
10.Filtrage spatial

Le filtrage spatial ou en nombre d'ondes


a pour objectif l ‘élimination du ground roll

Il est réalisé sur le terrain et en amont par


une répartition judicieuse de nappes de
réception ( les géophones constituant la
trace) et d’émission (charges élémentaires de
dynamite ou points vibrés.
10.1 Notion de vitesse apparente
DX
R1 R2
Surface du sol
e
(F)
Front d'onde
V à l'instant t+Dt

M (F)
Front d'onde
(F) à l'instant t

Front d'onde

ΔX V .Δt V V
Va = et sin e   Va 
sin e
Δt ΔX Va
10.2 Principe du filtrage spatial
Frontd'onde (F)
d
Surface du sol
Bruit R1 R2
Front d'onde
(F)

Signal
R1et R2 sont deux récepteurs placés en série et
distants de d.
La direction de propagation étant quasi horizontale, le
bruit arrive sur R2, déphasé par rapport à R1.

La direction de propagation étant quasi verticale, le


signal arrive sur R2, en phase avec R1.
10.4 Interprétation

Tir de bruit réel


Une fois la gamme de bruits organisés
déterminée, il reste à construire les nappes
de réception et de tir à utiliser afin de
pouvoir atténuer au mieux ces bruits.

Les géométries optimales de la trace et de


la source, combinées, doivent donner une
courbe de réponse avec un premier lobe
secondaire minimum et une longueur
maximale entre lobes primaires.
11. Introduction à la sismique 3D
11.1 Avantages de la sismique 3D

 Densité d’information: échantillonnage spatial plus


dense et plus régulier.

 Image obtenue : cube formé d’un ensemble de


sections parallèles, dans deux directions
orthogonales, qui permet de visualiser le sous sol
selon n’importe qu’elle direction.

 Bonne définition de la géométrie des réservoirs les


plus complexes
In-line

Cross-line

Time-slice

Horizon
Time-slice
Carte en isochrones d’un horizon

Courbes
isochrones

Failles

Vous aimerez peut-être aussi