Vous êtes sur la page 1sur 54

La Chine

Nouvelle puissance mondiale


Les principales puissances économiques en 2020
PIB en PPA
160
Chine
140
Sept des dix grandes
120
puissances économiques
Etats-Unis seront asiatiques
100

80

60 Japon

40 Inde Indonésie Allemagne


Corée Thaïlande France
Taiwan
20 Source: Atlas géopolitique et culturel 2005, Le Robert

0
Projection de la Banque mondiale
Évolution du PIB mondial

Pourcentage du PIB mondial en 2004

Autres Ētats-Unis
20%
Ētats-Unis
Inde 28% Union
2% Européenne
Chine Japon
4%

Japon
Chine
12%

Union Inde
Européenne
34%
Autres
Évolution du PIB mondial

Pourcentage du PIB mondial en 2025

Ētats-Unis

A utres
Ētats-Unis
Union
21%
27% Européenne
Japon
Inde
5%
Chine
Chine
15%
Union Inde
Japon Européenne
7% 25%
Autres
Évolution du PIB mondial

Pourcentage du PIB mondial en 2050

Ētats-Unis

Autres
Union
10% Ētats-Unis
26%
Européenne
Inde
17%
Japon

Union Chine
Européenne
15%
Chine Inde
28% Japon
4%
Autres
Emergence de
la Chine
Projet Gorbatchev pour l’URSS (qui s’est effondré dès fin
1989) :

Système Système
Collectiviste + Collectiviste +
Régime Régime
Totalitaire Démocratique
Projet Deng Tchao Pin pour la Chine (qui s’est concrétisé
depuis 1989) :

Système Système
Collectiviste Capitaliste
+ +
Régime Régime
Totalitaire Totalitaire
Le Régime Totalitaire confère à la Chine deux formidables
privilèges pour mettre en œuvre et réussir sa Stratégie
Mercantiliste
Conquérante :

• Une exploitation inouïe de sa main d’œuvre


• Une sous-évaluation, majeure et prolongée, de sa
monnaie contre toutes devises

La Chine a bénéficié aussi d’une formidable erreur commise


par les Etats-Unis :
• Avoir donné le feu vert pour l’adhésion de la Chine à
l’OMC (intervenue fin 2001).
Pour comprimer les coûts salariaux horaires (et pour
favoriser leur commerce extérieur), il existe un seul
facteur commun entre la Chine et les pays émergents
(Brésil, Inde, Mexique,Turquie…) :
L’énorme chômage rural.
Pour comprimer davantage les coûts salariaux horaires
(et pour favoriser encore plus son commerce extérieur) :
la Chine ajoute trois facteurs spécifiques :

1. Le refus de tout droit civil à la population


2. La politique de l’enfant unique (depuis 1978)
3. Le passeport intérieur, le hukou (qui existe en Chine
depuis toujours)

Tous les trois relèvent de son régime totalitaire.


Une exploitation inouïe de sa main d’œuvre
Surproduit Social : Comparaison Internationale
Masse salariale en % de la valeur ajoutée

100%

80% 65,1% 64,6% 61,9% 60,5%


60%

40% 25,3%
20%

0%
Etats-Unis France Japon Allemagne Chine

Consommation des ménages en % du PIB

100,0%

80,0% 70,5%
58,2% 59,2% 57,5%
60,0%

40,0% 33,8%

20,0%

0,0%
Etats-Unis France Japon Allemagne Chine
Comparaison du coût horaire textile et heures
travaillées par an

Source : Werner International (2010), Rapport, Bruxelles


Indices comparatifs des salaires horaires et annuels
bruts dans quelques grandes métropoles mondiales

Ville Salaire Revenu Ville Salaire Revenu


horaire* annuel** horaire* annuel**
Zürich 100,0 100,0 Paris 69,0 57,4
New York 93,7 93,6 Sao Paulo 36,6 38,6
Chicago 91,7 83,1 Rio de Janeiro 34,1 33,9
Berlin 87,6 72,6 Shanghai 22,0 23,1
Francfort 87,0 69,1 Pékin 20,3 22,2
Lyon 74,5 62,0 Delhi 17,0 21,8
Tokyo 68,0 76,9 Bombay 15,2 20,4

* Salaires horaires bruts, divisés par le prix du panier de biens et services, sans les loyers
** Revenu annuel net divisé par le prix du panier de biens et services, sans les loyers
Source : UBS (2009), Prices and Earnings, Zürich - Indice 100 : Zürich
Une sous-évaluation majeure et prolongée du yuan
contre toutes devises

Grâce à son régime totalitaire, la Chine a instauré un système qui lui


permet de contrôler le cours du yuan contre dollar et contre euro et, grâce
à cela, de maintenir le yuan extrêmement sous-évalué contre dollar et plus
encore contre euro.

Contrôle unilatéral absolu du cours de change

Cela ajoute un facteur spécifique de compétitivité pour la Chine à travers le marché


des changes.

L’Inde, le Brésil, l’Indonésie, la Turquie, sont des pays qui sont « trop » démocratiques
pour pouvoir faire respecter par leur population un contrôle des changes assez punitif
pour être efficace. Seuls quelques pays aussi totalitaires que la Chine (le Vietnam)
peuvent tabler sur un contrôle des changes aussi extrêmement efficace.
La Chine: Une économie de dimension
Il y avait 582,6 millions d’habitants en Chine en 1953, 1 milliard en 1982 et
1,37 milliard en 2009. C’est le pays le plus peuplé de la planète;
La pression démographique, certes dans un pays de plus de 9,6 millions de
km2, fait de la main-d’œuvre un levier naturel de la croissance.

Le poids de la Chine en comparaison de celui des autres puissances (données 2008)

Source : À partir du PNUD (2010), Rapport mondial sur le développement humain,


Économica
La Chine : un géant en marche
 Le développement rapide de la Chine s’explique également par
l’autonomie de l’État par rapport à la société civile, mais aussi et surtout
par rapport au capitalisme étranger
 Depuis la fin des années 1970, la Chine a fourni des efforts judicieux afin
de s’adapter au nouveau contexte de l’économie
 En moins de trois décennies, la Chine est devenue le premier marché du
monde
 Les performances de la Chine devraient se consolider au cours des
prochaines années.
• Les mesures de libéralisation adoptées à partir de 2001 commencent à
peine à donner les résultats attendus
• …Notamment, en termes de diversification de l’offre extérieure
• les entreprises chinoises orientent leurs investissements vers les
activités qui présentent les plus grandes incitations
Évolution des IDE à destination de la Chine en comparaison des
flux en direction des autres grands pays
Une croissance commerciale sous protection
 La référence au protectionnisme chinois revient comme un leitmotiv. Cette
accusation appelle des nuances
• Certes, on est loin d’un traitement équitable des entrées et des sorties
de marchandises et de capitaux, qui constituent pourtant l’une des
conditions de son admission à de l’OMC en 2001
• Toutefois, sous la pression de ses partenaires, la Chine a accepté des
assouplissements, mais
 Grâce aux progrès accomplis, la Chine change son mode d’ajustement au
jeu de l’économie mondiale : le pays se hisse vers un modèle
d’industrialisation par substitution des exportations
 Sa nouvelle situation conduit la Chine à opter pour un « protectionnisme
sélectif » : option pour les filières industrielles qui confortent les avantages
comparatifs chinois (entreprises conjointes, etc.)
La spécialisation de la Chine

80

60 Industrie

40

20

Agriculture
-20
Services

-40
Mines
Énergie

-60
67 71 75 79 83 87 91 95 99 03 07

Source : CEPII, CHELEM-International Trade, CHELEM-GDP et CHELEM-Balance of Payments


databases
La Chine
Mythes et réalités
Miracle chinois:

• Croissance: 9.4% de 1978 à 2005, de 147


milliards $US à 2224 milliards
• PIB par habitat: de 340 $US à plus de 1700 US$ en
2005
• Commerce international: de 20 milliards $US en
1978 à 1 422 Milliards en 2005; de moins de 1% du
commerce mondial à 6% en 2005 (9.4%, 1er en
2006?); excédant en 2005: 102 milliards (200
milliards en 2006?)
• Réserves en devises: de 0.17 milliards $US
en 1978 à 1009 milliards en octobre 2006
• Réduction de la pauvreté: de 500 millions à moins de
100 millions
La Chine a dépassé l’Inde de façon brusque et rapide

PIB par habitant

1200
1000
800
China
US$

600
India
400
200
0
1970 1980 1990 2000 2004
Le modèle du développement chinois
est remis en cause …
Le modèle du développement chinois
est remis en cause …

• Croissance vs gains réels


• Croissance vs efficacité économique
• Croissance vs justice sociale
• Croissance vs contraintes en ressources
• Croissance vs développement durable
• Croissance vs résistance extérieure
• Croissance vs développement
Inefficacité de l’économie chinoise

• Deux tiers du financement pour un tiers de la production (étatique)


• Un système financier inefficace et partiel: mauvaises créances, 30% du PIB
• 40% de consommation en ressources énergétiques en plus dans les
entreprises sidérurgiques;
30% de plus dans le secteur de l’électricité;
5 fois plus de consommation en eau et 3 fois plus en énergie pour chaque
10 000 yuans de PIB réalisés;
• 80% des accidents mortels pour 35% de la production mondiale de charbon

• Coexistence de la pénurie et de la surproduction (86% de produits
concernés)
• Investissements pour des intérêts politiques
• Investissements spéculatifs (immobilier,…)
Misère sociale et catastrophe environnementale
• 20% des plus pauvres du pays reçoivent moins de 6% des revenus.
• Les salaires atteignent 100 euros par mois, et les ouvriers n’ont que 9 jours
de congés par an !
Chômage massif en Chine. Officiellement de 4,7%, il atteint jusqu’à 35%
dans certaines régions comme le Liaoning.
• Fin 2003, on comptait 27 millions de prolétaires licenciés par les
entreprises d’Etat, qui sont en totale faillite.
• Des millions d’emplois ont été supprimés dans les campagnes où les
révoltes se multiplient et sont matées à la trique. Bilan : ce ne sont pas
moins de 150 millions de paysans migrants qui s’entassent dans des
bidonvilles aux portes des centres urbains de l’Est de la Chine, en quête
d’un travail que la majorité d’entre eux n’aura pas.
• la Chine est d’ores et déjà le deuxième producteur de gaz à effet de serre de
la planète. La pollution urbaine est un fléau : 16 villes chinoises figurent
parmi les 20 plus polluées de la planète.
Les mythes du « Made in China »
Les produits « Made in China » sont le résultat d’une production
organisée globalement.

Ex: pour les 12 millions de portatifs vendus en 2005 par la Chine aux Etats-
Unis, la majorité des pièces clés (écrans, logiciels, cartes son, disques durs, etc.)
sont en réalité importées de partout dans le monde pour être assemblées en
Chine. La véritable contribution chinoise dans ce cas ne dépasse même pas
30% de la valeur finale du produit transigé.

La Chine ne retient qu’une faible partie de la valeurs ajoutée du « made


in China ».

Ex: pour acheter un Airbus 380, la Chine doit exporter 800 millions de
chemises. Une poupée Barbie, produite à 2 $US en Chine, sera vendue en
moyenne à 16 $US aux États-Unis.
La Chine ne veut plus être le « col bleu du monde »

Nouvelle stratégie de développement de la Chine:

• Plus de valeur ajoutée


• Plus d’efficacité
• Plus sociale
• Plus écologique
• Plus diplomatique

Objectifs visés:

- Capacité d’innovation: être parmi les 20 premiers pays innovateurs en 2020


- Niveau de vie: être un pays développé en 2050
La Chine
De la Domination Commerciale…
à la Domination Globale
La suspicion n’est pas nouvelle. Durant les années 1980, le Japon avait essuyé
de façon similaire des critiques répétées sur sa prétendue volonté de construire
sa puissance industrielle à l’abri des protections

• De façon récurrente, les jouets fabriqués en Chine mobilisent les


autorités et les médias aux États-Unis et en Europe autour de la
déloyauté ou du non respect des normes de santé et de travail.

• Des rumeurs circulent également sur le dévoilement ou la reproduction


illicite de secrets industriels

• Beaucoup d’Européens continuent de considérer que l’industrialisation


en Chine repose sur une forte déflation salariale et monétaire
De la guerre des changes à la guerre multidimensionnelle.

Guerre des Guerre


armements commerciale Guerre Guerre
Guerre financière spatiale
monétaire Guerre des changes
+ abolition planétaire des
protections douanières
Guerre Guerre
technologique économique

Guerre diplomatique

Guerre cybernétique
Les lobbys prochinois
à l’étranger
Deviennent plus Premier levier Deuxième levier
Percées
« convaincants » diplomatique diplomatique
technologiques
et plus puissants international international

Percées dans les Budgets importants Marché intérieur Capacité de la Chine


armements, le spatial de recherche chinois à prêter aux pays
et la cybernétique technologique énorme et croissant déficitaires

CHINE CHINE
Budgets élevés PIB élevé Capacité à acheter
Recettes fiscales Excédents
pour l’Armée et et en forte des entreprises
élevées et croissantes commerciaux
pour la Police croissance étrangères
massifs et répétés

Réserves de change
Chine :Emploi élevé colossales
Pénétration des Capacité à acquérir
Chômage en baisse. pour la Chine
institutions des gisements de
Etats-Unis : chômage Dette extérieure
internationales ressources naturelles
Élevé et délétère colossale
pour les Etats-Unis
Approvisionnements
Chine ; Stabilité sociale et politique Le yuan remplace le mat.premières
Etats-Unis : Déstabilisation intérieure dollar comme à des prix inférieurs
monnaie de réserve au marché
du monde
La « Chinafrique »
Une expression justifiée?
La progression des investissements directs
chinois en Afrique.
Les exportations africaines vers la Chine
Source: Christian Grataloup. Géohistoire de la mondialisation. A.Colin 2009.
LES EXPEDITIONS DE ZENG HE (1405-1433)
La ligne ferroviaire TAN-ZAM (1963-1976,
1860km)
La Chine en Afrique: nouvelle colonisation
ou nouveau modèle de relations
internationales?
1. La progression spectaculaire des intérêts
chinois en Afrique
2. Des relations « gagnant – gagnant » ou
« gagnant – perdant »?
3. L’Afrique, une victime consentante de la
montée en puissance chinoise?
Les investissements chinois en Afrique: quelques exemples (année
2008). Source: CI
Source: OCDE 2010
La part des I.D.E. La part de l’Afrique dans le La part de la Chine dans le
chinois dans le stockcommerce extérieur chinoiscommerce extérieur africain
total d’I.D.E. en en 2009 en 2009
Afrique

3.50% 5.40% 10.60% 11.00%


10% EXPORTATIONS IMPORTATIONS EXPORTATIONS IMPORTATIONS
Des relations « gagnant-gagnant » ou
« gagnant-perdant »?
 « La Chine est l’amie, le partenaire, le
frère de l’Afrique » (Hu Jintao 2008)
 « Nous aidons l’Afrique de tout
cœur » (Wen Jiabao 2006).
L’intensité inégale des liens Chine-Afrique
Algérie

Gambie Burkina F
Nigéria Soudan

Sao Tomé
et P.

Angola
Gambie: pays ayant encore des
relations diplomatiques avec
Taiwan en 2009
Swaziland
Afrique
Angola: 5 pays représentant
du Sud
60% des échanges Chine / Principaux pays
Afrique où la Chine achète
et loue des terres
agricoles.
L’Afrique, une victime
consentante de la montée en
puissance chinoise?
La Chine
à l’OMC: Quelle bilan ?
• À court terme, l’ouverture d’une économie
aussi vaste peut être un événement
perturbateur pour certains pays en
développement;
• A long terme, elle devrait profiter non
seulement à la Chine elle-même, mais aussi
à ses partenaires commerciaux.
Une évolution longue

• Ses exportations sont passées de 10


milliards de dollars en 1978 à 278 milliards
en 2000,
• Se hisse au rang de sixième pays du
monde en termes d’échanges (elle
occupait environ la 30 place à la fin des
e

années 70)
Une évolution longue

• Le ratio commerce extérieur/PIB est passé


de 10 % au début des réformes à environ
40 % à la fin des années 90.
• Le total des entrées d’investissement
direct étranger (IDE) en Chine a atteint 47
milliards de dollars en 2000, plaçant le
pays en deuxième position derrière les
États-Unis.
Pourquoi adhérer à l’OMC ?

• pour pouvoir soutenir la croissance


économique rapide des années 80 et 90
• elle avait besoin d’une impulsion
extérieure afin de surmonter les obstacles
internes à la poursuite des réformes et de
protéger ses intérêts commerciaux.
L’adhésion de la chine menace t-il la
stabilité du commerce mondial ?
• L’émergence de ce pays en tant qu’acteur
majeur de l’économie mondiale conduira
inévitablement à des réorientations de la
production, du commerce, des
investissements et de l’emploi à l’échelle
mondiale.
• Cependant, les conséquences pour les
autres pays de son accession à l’OMC et
de son ouverture accrue en général sont
une question complexe qui doit être
considérée à la fois à court et à long
terme, et dans l’optique non seulement de
l’accès aux marchés, mais aussi du
système commercial multilatéral.
Les engagements de la Chine

• Dans le secteur agricole, elle a promis de consolider


tous les tarifs et de ramener leur niveau moyen de 31,5
à 17,4 %.
• Elle supprimera les aides à l’exportation et augmentera
rapidement le volume des contingents tarifaires pour la
plupart des importations.
Les engagements de la Chine

• Concernant les produits industriels, la Chine s’est


engagée à supprimer les limites quantitatives, à réduire
les droits de douane moyens de 24,6 à 9,4 % en 2005 et
à signer l’Accords sur les technologies de l’information,
qui se traduira par la suppression de tous les droits de
douane sur les équipements de télécommunication, les
semi-conducteurs, les ordinateurs et le matériel
informatique et d’autres produits des technologies de
l’information.