Vous êtes sur la page 1sur 16

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Hassiba Ben Bouali-Chlef-
Département Electrotechnique

Présenté par : Dérigé par :


Nouri Amina
Mr.Mostfaoui
Plan du travail
• 1)- Introduction générale
• 2)-La maintenabilité (applications)
• 3)-La disponibilité (applications)
• 4)-La sécurité (applications)
• 5)-Conclusion
Introduction générale
L’exécution de la maintenance dans une entreprise industrielle est d’une importance
capitale pour maintenir les équipements en état de bon fonctionnement. La
maintenance, dans sa plus large définition, est l’ensemble de toutes les opérations de
gestion, de programmation et d’exécution.
La stratégie de la maintenance est l’ensemble des décisions qui conduisent :
à définir le portefeuille d’activités de la production de maintenance, c'est-à-dire, à
décider des politiques de maintenance des matériels (méthodes correctives,
préventives, amélioratives à appliquer à chaque matériel)
et, conjointement, à organiser structurellement le système de conduite et les
ressources productives pour parvenir dans le cadre de la mission impartie (objectifs
techniques, économiques et humains).
La Maintenabilité
La maintenabilité est la probabilité de rétablir un système dans des conditions de
fonctionnement spécifiées, en des limites de temps désirées, lorsque la maintenance
est accomplie dans des conditions données, en utilisant des procédures et des
moyens prescrits.
Maintenabilité = être rapidement dépanné
on distingue 3 types de maintenabilité :
La maintenabilité intrinsèque : elle est « construite » dès la phase de conception à
partir d’un cahier des charges prenant en compte les critères de maintenabilité
(modularité, accessibilité, etc).
La maintenabilité prévisionnelle : elle est également « construite », mais à partir de
l’objectif de disponibilité.
La maintenabilité opérationnelle : elle sera mesurée à partir des historiques
d’interventions.
L’analyse de maintenabilité permettra d’estimer la MTTR ainsi que les lois
probabilistes de maintenabilité (sur les mêmes modèles que la fiabilité).
La maintenabilité :

MTTR : La maintenabilité peut se caractériser par sa MTTR (Mean Time To Repair)


ou encore Moyenne des Temps Techniques de Réparation.

Taux de réparartion :
De façon analogue au taux de défaillance, on définit un taux de réparation μ(t) tel que
La disponibilité
Introduction :
La politique de maintenance d’une entreprise est fondamentalement basée sur la
disponibilité du matériel impliqué dans le système de production. Pour qu'un
équipement présente une bonne disponibilité, il doit :
1)-Avoir le moins possible d'arrêts de production
2)- Etre rapidement remis en bon état s'il tombe en panne
Définition :
La disponibilité est l’aptitude d’un bien à être en état d’accomplir une fonction requise
dans des conditions données, à un instant donné ou durant un intervalle de temps
donné , et se note souvent A(t).
Quantification de la disponibilité :
La disponibilité peut se mesurer :
1)- sur un intervalle de temps donné (disponibilité moyenne),
2)- à un instant donné (disponibilité instantanée),
3)- à la limite, si elle existe, de la disponibilité instantanée lorsque t→∞ (disponibilité
asymptotique) .
Les différents types de disponibilité

1. Disponibilité moyenne :
La disponibilité moyenne sur intervalle de temps donné peut être évaluée par le
rapport suivant :
Où :
TCBF = temps cumulé de bon fonctionnement .
TCI = Temps cumulé d’immobilisation.
2. Disponibilité intrinsèque :
Elle exprime le point de vue du concepteur. Ce dernier a conçu et fabriqué le produit
en lui donnant un certain nombre de caractéristiques intrinsèques, c’est à dire des
caractéristiques qui prennent en compte les conditions d’installation, d’utilisation, de
maintenance et d’environnement, supposées idéales.

• Le calcul de la disponibilité intrinsèque Di fait appel à 3 paramètres :


• TBF : temps de bon fonctionnement
• TTR : temps techniques de réparation
• TTE : temps techniques d’exploitation
3. Disponibilité opérationnelle :
Il s’agit de prendre en compte les conditions réelles d’exploitation et de maintenance.
C’est la disponibilité du point de vue de l’utilisateur.
Le calcul de Do fait appel aux mêmes paramètres TBF, TTR et TTE sauf que ces
3 paramètres ne sont plus basés sur les conditions idéales de fonctionnement
mais sur les conditions réelles (historiques d’exploitation).

On aussi pour la Disponibilité opérationnelle propre :

• MTBF : moyenne des temps de bon fonctionnement


• MTI : moyenne des temps d’indisponibilité
• RT : « ready time » ou temps moyens d’attente, le système étant prêt à fonctionner
• MTL : moyenne des temps logistique
• MTTR : moyenne des temps techniques de réparation
• MTBM : temps moyen entre actions de maintenance préventive ou corrective
• MMT : temps moyen des actions préventives ou correctives
La figure ci-dessous montre les 3 facteurs d’influence de la disponibilité intrinsèque Di:
La figure ci-après schématise les différentes formes de disponibilité et leur contexte :
La Sécurité
la sécurité est une aptitude d’une entité à ne pas conduire à des accidents inacceptables,
on a deux types se sont :
La sécurité innocuité : vise à se protéger des défaillances catastrophiques, dont
les conséquences sont inacceptables vis-à-vis du risque .
La sécurité confidentialité : c’est la prévention d’accès non autorisées à
l’information .
Le risque:
c’est la combinaison de la probabilité d’occurrence d’un dommage et de sa
gravité. La notion de risque est étroitement liée à la sécurité-innocuité
La gestion du risque :
La gestion du risque est aujourd’hui une discipline à part entière . C’est une
approche complémentaire aux concepts de la sûreté de fonctionnement , car elle
s’intéresse au processus d’analyse permettant par la suite de sélectionner les
techniques de sûreté de fonctionnement.
Les étapes de la gestion du risque :
La gestion du risque est un processus itératif qui doit s’effectuer tout au long du
cycle de vie du système. Cette gestion se compose en trois parties :

1. L’analyse de risque
2. L’évaluation du risque
3. La réduction de risque
Cette figure représente : le Processus de gestion du risque
Conclusion
La gestion optimale d’une machine tout au long de sa durée de vie, de la conception au
démantèlement, passe par la recherche d'un compromis entre des objectifs souvent
conflictuels. On distingue d'une part les performances économiques : coûts et
bénéfices, et d'autre part les aspects de maintenabilité, de disponibilité, de la sécurité
des personnes et de la sûreté des installations. Pour apporter des éléments d'aide à la
décision face à ce problème, il est nécessaire de disposer d'outils et méthodes
permettant d'analyser les installations industrielles et d'évaluer quantitativement
leurs performances en termes de maintenance, tout en respectant les contraintes
économiques.