Vous êtes sur la page 1sur 80

LES DOUANES

LES DOUANES
 La douane est une administration fiscale rattachée au ministere des finances.
 13 % des recettes de l’etat proviennent des douanes sous la forme d’impôt indirects.
 Le dumping est le fait d'exporter une marchandise à un prix inférieur à celui pratiqué dans
le pays d'origine – ce afin d'écouler une production à l'extérieur, à prix bas, sans dégrader
le niveau de prix sur le marché intérieur – ou de prendre place de manière offensive sur le
marché extérieur en pratiquant des marges faibles voire nulles. Ce défaut temporaire de
marge à l'export étant compensé
 soit par les marges confortables réalisées sur le marché intérieur,
 soit par les subventions accordées par le gouvernement du pays d'origine des
marchandises.
Le rôle de la douane
 Mission fiscale :
- gérer et récupérer les taxes (TVA sur les produits importés des pays tiers à l’union
européenne)
- percevoir les droits d’ accises : impôt calculé sur les quantités :tabacs, alcools et
produits pétroliers.
- percevoir les taxes à l’importation (pas de taxes à l’exportation)

 Mission de protection
-La douane veille à la qualité et à la sécurité des importations et exportations de
produits, animaux et organismes vivants.
-Surveillance de déplacements de produits radioactifs , déchets toxiques et nuisibles.
-Surveillance de la pollution maritime et de la pêche.
- surveiller les flux de personnes et de marchandises : mission de protection
 Mission économique et statistique
- élaboration des statistiques du commerce extérieur
- lutte contre les pratiques déloyales comme le dumping et la contrefaçon.
- Fait respecter les règles du commerce international.
Les missions de la Douane
Mission Fiscale :
 Sur le plan fiscal, l'action du service des Douanes porte
notamment sur l'assiette le contrôle et la perception :
- des droits de douanes et droits accessoires à l'importation
- des taxes sur le chiffre d'affaires TVA et des taxes spécifiques
afférentes aux produits importés ;
 les recettes douanières constituent la principale source
d'alimentation du budget. pour le Maroc, pays à vocation
essentiellement agricole, il s'agit d'assurer la naissance d'une
industrie Nationale, instrument d'une indépendance véritable
 Mission économique :
Sur le plan économique, l'action des services des douanes porte sur :
- La lutte contre le dumping et la concurrence déloyale ;
- L'application de la réglementation du commerce extérieur et des changes en veillant
en particulier au respect des règles édictées.
 Le contrôle du commerce extérieur se concrétise par la mise en place de toute une
série de mesures partant du principe de la liberté du commerce à l'importation et à
l'exportation jusqu'à la prohibition relative et / ou absolue, assorti de la délivrance
d'une intention d'importation ou d'exportation en passant parle contrôle avant
embarquement des marchandises En permettant à nos entreprises nationales de
s'approvisionner en matières premières à moindre coût, la douane contribue à les
rendre plus performantes. C'est d'ailleurs là qu'apparaît le rôle économique du droit de
douane à savoir combler la différence entre les prix étrangers.
- L'établissement et la diffusion des statistiques du commerce extérieur en vue de
l'information des
Pouvoirs publics et des usagers.
Mission particulière :
En raison de l'implantation des structures de la douane sur
l'étendue du territoire national, les Pouvoirs publics ont
confiés à l'Administration des Douanes, un rôle
prépondérant dans la protection de Certains secteurs de
l'Etat en collaboration ou au compte d'autres
administrations, qui présentent elles Aussi, beaucoup
d'intérêt et cela à différents points de vue :
a) La protection de la santé publique :
- Lutte contre les stupéfiants
- Contrôle des produits périmés
- Contrôle des certificats sanitaire.
b) Protection du consommateur :
- Lutte contre les contrefaçons et les avaries
c) Protection du patrimoine culturel :
- Lutte contre l'exportation frauduleuse des oeuvres d'arts.
 En 2007, la moyenne simple des lignes tarifaires était de 23% (42% pour les produits
agricoles) et la Moyenne pondérée de 9,3% selon la Banque Mondiale. Vous pouvez accéder
au tarif douanier marocain.
 Les produits soumis à des droits de douane plus élevés50% en règle générale mais il existe des
tarifs Exceptionnels allant jusqu'à 300%.Les produits soumis à des droits de douane moins élevés.
Dédouanement
 Les achats et vente de marchandises à des pays tiers. Doivent être
dédouanés.
Lors de la procédure de dédouanement, l’entreprise informe les
autorités douanières du régime douanier correspondant à sa
marchandise et permet d’éventuels contrôles.
L’entreprise doit se soumettre aux procédures de sécurisation des
flux de marchandises puis réaliser la conduite et la mise sous
douane.
 Il existe une telle procédure qui permet de réaliser les déclarations
jusqu’à 10 jours avant l’arrivée et le départ des marchandises.
Les procédures de dédouanement
 La procédure de droit commun DELTA C
Cette procédure oblige le déclarant à transmettre une déclaration aux douanes par
informatique.
On utilise un DAU Document administratif unique + documents exigés par Les douanes
Un contrôle documentaire ou physique peut être réalisé par les douanes.
La procédure de dédouanement domicilié DELTA D
Apres audit l’entreprise peut directement effectuer les formalités douanières au sein des
locaux de l’entreprise. Les locaux seront préalablement agréés par les douanes. Il n’est pas
nécessaire de se déplacer au bureau de douane.
Déclaration simplifiée pour chaque opération
+ déclaration complémentaire périodique qui récapitule toutes les opérations de la période.
Les autres procédures

Delta X teleprocédure de dédouanement des envois express de marchandises


Delta P : Prise en charge aéroportuaire des marchandises.Les compagnies aériennes transmettent
la declaration sommaire ou manifeste aérien aux autorités douanières
Delta T Teleprocédure qui remplacera le nouveau système de Transit informatisé (NSTI) système
d’échanges de données constituant une déclaration de transit au sein de l’UE et de l’AELE (Islande
Norvege et Suisse)
LES REGIMES DOUANIERS

 Exportation définitive
Régime appliqué aux marchandises qui quittent définitivement l’UE.
Certaines catégories sont soumises à autorisation : biens culturels, spécimens faune , flore
menacée d’extinction, matériels de guerre.

La plupart des produits sont exportés librement et ne sont soumis à aucun droit de douane.
 Importation définitive
La marchandise importée doit se soumettre aux obligations communautaires en acquittant
les droits de douane, les droits antidumping et se conformer aux normes européennes (CE)
 Les droits de douane sont calculés en fonction de l’espèce tarifaire du produit, de son origine
et de sa valeur.
10 règles à respecter avant d’exporter
1/ Classer le produit à exporter ou à
importer – L’ espèce tarifaire
 Les marchandises sont identifiées et déclarées selon le code TARIC (tarif intégré
communautaire.
Ce code attribue à chaque produit un code de 10 chiffres constituant son espèce tarifaire.
Les 6 premiers chiffres correspondent à la nomenclature international su système harmonisé
(SH) utilisée par toutes les douanes mondiales.
Les 8 premiers chiffres constituent la nomenclature combinée (NC8) communautaire, qui
permet de connaître le tarif douanier commun.
Le Taric à 10 chiffres donne accès aux règlementations communautaires.
 Classer le produit à exporter ou à importer dans la NOMENCLATURE DOUANIERE pour
anticiper les formalités à accomplir lors des différents passages en douane :
produit libre ou réglementé, voire prohibé
- documents à présenter
- droit de douane, taxes diverses et variées en vigueur à l’import
- contraintes normatives…
2/ Déterminer l’ORIGINE DE FABRICATION

2/ Déterminer l’ORIGINE DE FABRICATION du produit afin d’affiner les mesures du commerce


extérieur à appliquer.
 Vous fabriquez ou faites fabriquer : déterminer l’origine selon les règles d’origine de droit
commun (non préférentielle) afin de déclarer l’origine exacte sur un certificat d’origine,
appliquer d’éventuels droits anti-dumping ou d’éventuels quota, décider du marquage
du Made in…
 Si vous avez l'intention d'exporter de l'UE vers un pays tiers dans le cadre d'un régime
préférentiel, il ne suffit pas que le produit soit exporté de l'UE. Le produit doit être originaire
de l'UE. Les règles d'origine vont definir si effectivement votre produit peut être considéré
comme originaire de l'UE et donc recevoir la préférence lors de l'entrée sur le marché du
pays partenaire.
l’origine :

 Elle permet de déterminer :


- les taux des droits applicables à l’importation,
- l’application des réglementations particulières, surtout s’il s’agit d’une origine
préférentielle
- les statistiques du commerce extérieur sur des critères géographiques

 Pour déterminer l’origine du produit, il faut respecter 4 critères cumulatifs :


- dernière transformation substantielle
- entreprise équipée à cet effet
- économiquement justifiée
- donnant lieu à un nouveau produit
 Pour avoir une origine préférentielle, il est obligatoire de faire justifier l’origine par un certificat
d’origine.
- UE / Turquie : ATR
- UE / PED : Model A Form A
- UE / Pays partenaires (AELE, Machrek, Jordanie, Israël) : Eur 1
- UE / Tous les autres pays : Certificat d’origine

AELE: Association européenne de libre-échange, en anglais : European Free Trade Association


ATR

Le certificat de circulation - ATR - certifie


l'origine des marchandises dans les
échanges entre la Communauté et la
Turquie, ce pays ayant conclu avec elle
des accords préférentiels. Il permet aux
marchandises d'être considérées comme
étant d'origine communautaire et de
bénéficier ainsi d'un régime douanier
préférentiel ou de réduction tarifaire.
EUR1
 Le certificat de circulation des marchandises
 Document utile pour bénéficier d'exonération de droits
de douane pour les expéditions de marchandises
originaires et fabriquées dans l'Union Européenne vers
certains pays.
 Il remplace souvent la déclaration d'origine qui est
réservée aux marchandises n'excédant pas 6 000€ de
valeur.
 L'EUR1 peut être utilisé pour les expéditions vers les pays
suivants (liste non exhaustive): Islande, Norvège, Suisse,
Afrique du Sud, pays du Maghreb, Egypte, Mexique, et
la majorité des pays de l'Europe de l'Est qui ne font pas
partie de l'UE.
3/ Déterminer la VALEUR du produit
 Déterminer la VALEUR du produit afin de permettre aux douanes Import de calculer les
droits de douane et autres TVA/Taxes éventuelles.

Produits facturés : déclarer en douane la valeur transactionnelle en présentant la


facture commerciale/comptable, indiquant la règle Incoterms® négociée suivi du
lieu convenu.
A l’import en UE, elle s’apparente à la valeur de la marchandise rendue sous les
Incoterms® CIP/CIF/DAP/DAT point d’entrée en première frontière UE (marchandise,
transport et assurance inclus). Quelques rares pays appliquent les droits de douane
sur la valeur arrêtée dans le pays d’exportation (USA, Canada...).
 Elle est appréciée à l’importation et permet de calculer les droits en
douane.
 La valeur en douane est la valeur de la marchandise au point d’entrée de
l’UE.
En maritime il s’agit de la valeur CIF au port européen d’arrivée,c’est la
valeur DAP à la frontière européenne pour du routier, en aérien CIP.
 La valeur imposable au titre de la TVA est la valeur de la marchandise
arrivée à destination, soit : la valeur en douane + les droits de douane + les
autres droits et taxes + le coût de transport de la frontiere UE jusqu’au lieu
de destination
 MEMO
4/ Accéder à la REGLEMENTATION DU
COMMERCE EXTERIEUR
 4/ Une fois ces 3 paramètres de base déterminés, accéder à la REGLEMENTATION DU
COMMERCE EXTERIEUR (formalités, justificatifs d'origine, droits et taxes…)
5/ Etudier les REGIMES DOUANIERS ECONOMIQUES

 Etudier la pertinence de mettre en place un REGIME DOUANIER ECONOMIQUE ou une


facilité fiscale en vue d’économiser droits et taxes
 Les principaux régimes douaniers économiques :
 Vous importez pour réexporter en l’état : ne pas avancer droits et taxes en mettant en
place une « admission temporaire » ou bien un « entrepôt douanier à l’importation ».
 Vous exportez en vue de réimporter en l’état : ne pas payer de droits et taxes sur votre
matériel au moment de la réimportation en mettant en place une « exportation sous
réserve de retour » ou bien un « carnet A.T.A ».
5/ Etudier les REGIMES DOUANIERS ECONOMIQUES

 Vous devez rapatrier du matériel préalablement exporté : vous avez trois ans
pour utiliser le « régime des retours justifiés » et bénéficier de la suspension des
droits et taxes sur du matériel qui revient (non conforme, erreur…).
 Vous importez pour réexporter hors UE après transformation : suspendre les droits
et taxes sur les matières/composants importés en mettant en place le « régime
du perfectionnement actif » (utilisable également pour une réparation).
 Vous exportez hors UE pour transformation et réimportation en UE : s’épargner
des droits et taxes sur la part des matières/composants que vous avez fournis en
mettant en place le « régime du perfectionnement passif » (utilisable également
pour une réparation)
6/ remettre les DOCUMENTS d’accompagnement
exigés au déclarant en douane

 Avant le passage en douane, remettre les DOCUMENTS


d’accompagnement exigés au déclarant en douane chargé d’établir la
déclaration douanière (export ou import).
 Choisir un régime douanier.
7/ Conserver les PREUVES du bon
accomplissement des formalités douanières
 Conserver les PREUVES du bon accomplissement des formalités douanières
 A l’export d’UE : justifier la vente HT via la déclaration douanière Export sur
Document Administratif Unique (DAU), prouvant la sortie du territoire
douanier communautaire.
 A l’import en UE: prouver que les marchandises ne sont pas entrées en
contrebande (!) en conservant la déclaration douanière Import sur
Document Administratif Unique (DAU) ou sur formulaire simplifié (Poste, fret
express…).
 Conserver ces preuves 3 ans + l’année en cours.
8/ Intégrer la douane dans l’entreprise ?

 Etudier la pertinence et la faisabilité de mettre en place une procédure de dédouanement


à domicile, de type Procédure de dédouanement à domicile (PDD) ou Dédouanement
Centralisé National (DCN). Gain de temps, gain d’argent et récupération facilité des
preuves de sortie de l’UE.
 La procédure de dédouanement à domicile (PDD) est accordée à toutes les personnes
habilitées à déclarer en détail les marchandises sous réserve qu'elles remplissent les critères
OEA (Opérateur Economique Agrée) «simplifications douanières» ou «complet».
PDD
1. Qui peut en bénéficier?
 La procédure de dédouanement à domicile (PDD) est accordée à
toutes les personnes habilitées à déclarer en détail les marchandises sous
réserve qu'elles remplissent les critères OEA « simplifications douanières »
ou « complet ». A noter que l'opérateur ne doit pas être nécessairement
titulaire du certificat OEA « simplifications douanières » ou « complet »
mais que ce certificat facilitera la mise en œuvre de la procédure
simplifiée.

La société doit également organiser ses locaux dont une partie est
obligatoirement constituée en magasin de dépôt temporaire (MDT) à
l'importation de telle sorte que les opérations de vérification puissent être
effectuées dans des conditions satisfaisantes
PDD

2. Comment en bénéficier ?

Les modalités d'obtention du bénéfice de cette


procédure sont :
-dépôt d'une demande sur formulaire annexe 67 auprès
du bureau de douane où les opérations seront
domiciliées ;
-audit d'agrément préalable et, si les critères sont remplis,
délivrance d'une autorisation sur modèle annexe 67.
PDD
3. Quel est l'intérêt de la procédure ?

Elle simplifie la tâche des opérateurs puisque le


dédouanement des marchandises s'effectue dans les
locaux de l'entreprise ou dans d'autres lieux désignés ou
agréés par les autorités douanières, sans passage par le
bureau de douane.

Les flux sont traités par le bureau de douane compétent


pour l'entreprise. La procédure peut être combinée avec les
régimes douaniers économiques.
PDD
4. Quelles sont les modalités de fonctionnement de la procédure ?

Pour accomplir les formalités de dédouanement, les opérateurs ont le choix entre deux
téléprocédures :

- un dédouanement en deux étapes, via la téléprocédure Delta D, avec l'établissement d'une


déclaration simplifiée à l'import ou à l'export, (D.S.I ou D.S.E) suivie d'une d'une déclaration
récapitulative, la déclaration complémentaire globale (DCG) qui peut être décadaire ou mensuelle.

A l'importation, la DCG doit être validée et transmise au service au plus tard 5 jours ouvrables après
la fin de la période de globalisation., s'il y a une liquidation des droits et taxes et 10 jours, dans les
autres cas.

A l'exportation, la DCG doit être validée et transmise au service au plus tard 10 jours ouvrables après
la fin de la période de globalisation pour les marchandises qui ne sont pas soumises à perception de
droits et taxes et 5 jours dans les autres cas.
 un dédouanement en une étape, via Delta C domicilié, avec
l'établissement d'une déclaration en détail.

Les deux téléprocédures permettent aux opérateurs bénéficiaires de


transmettre leur DAU ou leur déclaration simplifiée à la douane 24
heures sur 24, 7 jours sur 7. il est aussi possible de transmettre par
anticipation les déclarations et de disposer plus rapidement du statut
douanier de la marchandises.

Les opérateurs peuvent également obtenir sous certaines conditions


un bon à enlever en dehors des heures d'ouverture des bureaux pour
les déclarations qui n'ont pas été sélectionnées en vue d'un contrôle.
9/ Point subsidiaire : échanger en UNION
EUROPEENNE.
Point subsidiaire : échanger en UNION EUROPEENNE. Les points 1 et 2 v
 Vendre HT sur présentation du n° de TVA intra-communautaire du client, à vérifier
sur Pro.Douane, et à porter sur la facture de vente.
 Adresser tous les mois en Douane une Déclaration d’échanges de biens (D.E.B.
Introductions et Expéditions). La DEB sur les introductions est due à partir de 460
000 € d’achats annuels en UE.
 Pour les ventes de biens en UE, conserver un justificatif de sortie du territoire
national (document de transport, preuve d’arrivée…)
 Pour les ventes de services en Union européenne : établir tous les mois
une Déclaration européenne de services (D.E.S.) pour les opérations éligibles.
10/ Faire de la VEILLE réglementaire

 Faire de la VEILLE réglementaire – S’assurer du bon RESPECT en


interne de la REGLEMENTATION douanière .
 Suivre l’évolution des règlementations sur EUR-LEX, le site de la
Douane,
 La mise en application du nouveau CODE DES DOUANES DE
l'UNION
Les droits et taxes à acquitter

 les droits en douane : se calculent sur la valeur en douane à l’importation


(soumis TVA)
2. les taxes parafiscales (TPF) : elles ont pour but la protection des industries
nationales. Elles sont calculées sur la valeur des marchandises importées et sont
soumises à la TVA.
3. les droits d’accises : ils sont perçus sur l’alcool, le tabac, les produits
pétroliers, les huiles minérales. Ils sont perçus ad valorem (valeur EXW) et soumis
à la TVA
4. les droits antidumping : ils servent à protéger le marché européen d’une
concurrence déloyale. Ils font l’objet d’une publication au journal officiel.
http://www.acte-international.com/index.php?page=veille_antidumping_UE
Les valeurs à déclarée

1. les valeurs en douane


2. les valeurs statistiques :
Elles se déclarent à l’import et à l’export. Il s’agit de la valeur du point d’entrée ou de sortie du territoire
national.
3. TVA : il existe 3 régimes de TVA :

- TVA nationale : elle est facturée par le vendeur


- TVA aux pays tiers :
 les TVA à l’exportation se font à taux zéro. Il est cependant obligatoire de marqué «
marchandises destinées à l’exportation ».
 Les TVA à l’importation sont calculées sur la valeur totale de la marchandise au 1er lieu
de destination sur le territoire national. Elle est payée au moment de la mise à la
consommation (MAC).
- TVA intracommunautaire : elles peuvent être réalisées HT à la condition que les deux
entreprises (acheteurs, vendeurs) soient assujetties à leur TVA nationale. Les factures
doivent obligatoirement comporter les 2 numéros de TVA intracommunautaire et la
mention « exonération de TVA selon l’article 262 ter du Code Général des Impôts ».
LES ECHANGES INTRA COMMUNAUTAIRES

LIBERTE DES ECHANGES

DECLARATION D’ECHANGES DE BIENS

PRODUITS SENSIBLES
LES ECHANGES INTRA COMMUNAUTAIRES

 LE REGIME DE LA TVA DANS CE TYPE D’ECHANGES

 LES ACQUISITIONS

 LES LIVRAISONS
LES ACQUISITIONS

 Entreprise désire acheter un bien auprès d'une entreprise établie dans un autre État membre.
Quel est le régime applicable ?
1ère étape : déterminer qui est redevable de la TVA
 Principe
 Le redevable de la TVA due au titre d'une acquisition intracommunautaire dont le lieu se situe
en France est l'acquéreur. Par conséquent, si le bien est livré en France, vous devez acquitter la
TVA en France en appliquant les taux français.
 Certaines acquisitions intracommunautaires sont également exonérées de TVA :
 les acquisitions intracommunautaires de biens dont la livraison en France serait exonérée
(prothèses dentaires fournies par les prothésistes, organes, sang et lait humains, timbres) ;
 les acquisitions intracommunautaires de biens dont l'imposition serait exonérée ;
 les acquisitions intracommunautaires de biens pour lesquelles l'acquéreur, non établi en France
bénéficierait du droit à remboursement total, en application de l'article 271-V du CGI, de la
taxe sur la valeur ajoutée qui serait due au titre de l'acquisition
2ème étape : définir la base d'imposition
 La base d'imposition des acquisitions intracommunautaires est composée par toutes les
sommes, valeurs, biens ou services reçus ou à recevoir par le fournisseur en contrepartie de
l'opération, y compris les subventions directement liées au prix.
 Si le prix est facturé en devises étrangères, il faudra le convertir en euros.
3ème étape : procéder à l'autoliquidation
 L'acquéreur d'une acquisition intracommunautaire doit collecter et déduire sur sa
déclaration la TVA dont il est redevable. C'est ce qu'on appelle l'autoliquidation de la
TVA.
 Même si elle constitue une opération neutre sur le plan financier pour la plupart des
entreprises (sauf les redevables partiels qui ne pourront déduire qu'une partie de la TVA),
l'autoliquidation de la TVA reste obligatoire.
 En cas d'omission, vous vous exposez à l'application d'une amende de 5% sur le montant
de la TVA déductible.
LES LIVRAISONS

Une entreprise souhaite vendre un bien à l'un de vos clients établi dans un
autre État de l'Union européenne. Quel est le régime applicable ?
1ère étape : vérifier que vous remplissez les conditions d'exonération
 En principe, suivant l'article 258 I du Code général des impôts, lorsqu'un bien est
expédié et transporté à partir de la France, quel que soit le lieu de destination
(France, État membre ou État tiers), la TVA française est applicable.
 Les livraisons intracommunautaires sont cependant exonérées de TVA française
lorsque quatre conditions sont remplies :
 la livraison est faite à titre onéreux,
 l'entreprise française est assujettie à la TVA,
 l'acquéreur est assujetti à la TVA de son pays et ne bénéficie pas du régime
dérogatoire (PRBD),
 le bien est expédié ou transporté hors de France.
C'est alors l'acheteur qui verse et déduit la TVA dans son pays.
 Les conditions de bénéfice de l'exonération :
 La facture doit être réalisée HT.
 La facture doit indiquer les numéros d'identification à la TVA du vendeur et de
l'acquéreur, ainsi que la mention "Exonération TVA, article 262 ter I du code
général des impôts".
 Vous devez mentionner l'opération sur votre déclaration de TVA dans la rubrique
"opérations exonérées".
 Vous devez effectuer une déclaration d'échanges de biens (DEB) dans les 10
jours ouvrables qui suivent le mois au cours duquel la TVA est devenue exigible, et
ce quel que soit le montant des livraisons intracommunautaires.
LES ECHANGES AVEC DES PAYS TIERS

NECESSITE DE DECLARATION EN DOUANE


PROCEDURE DE DEDOUANEMENT
Qui spécifie 3 COMPOSANTES
EXTRAIT TARIFAIRE
ORIGINE DE LA MARCHANDISE
VALEUR EN DOUANE
LE DEDOUANEMENT
CLASSEMENT TARIFAIRE DES MARCHANDISES
IMPORTANCE DU CLASSEMENT
LA NOMENCLATURE DOUANIERE
CODE TARIC
DAU
DROITS DOUANE/TVA
CONTINGENTS
PREFERENCES TARIFAIRES
CLASSEMENT TARIFAIRE DES MARCHANDISES
 Il vise à déterminer la sous-position ou autre subdivision de la nomenclature combinée dans
laquelle des marchandises données doivent être classées.
 Le classement ne sert pas uniquement à déterminer le taux de droit de douane pour une sous-
position spécifique.
 Ainsi, même si less marchandises sont exemptes de droits de douane, le classement reste
nécessaire pour:
 demander une licence d’importation ou d’exportation;
 déterminer si des restrictions à l’importation ou à l’exportation s’appliquent;
 délivrer un certificat d’origine;
 introduire une demande de restitution à l’exportation ou une autre demande similaire;
 déterminer si un produit est ou non soumis à des droits d’accise;
 savoir si une réduction de la taxe sur la valeur ajoutée s’applique (dans la mesure où la
nomenclature combinée est utilisée comme base de référence).
CLASSEMENT TARIFAIRE DES MARCHANDISES
 Le système de classification de l’Union européenne se compose de 2 éléments:
 La nomenclature combinée (NC): c’est le système de codification à 8 chiffres de l’UE. Elle est
basée sur le système harmonisé de désignation et de codification des marchandises (SH) mis en
place par l’Organisation mondiale des douanes (OMD).

Elle est utilisée pour déterminer le tarif douanier commun, ainsi que pour établir les statistiques du
commerce de l’UE.
 Le tarif intégré (TARIC) fournit des informations sur toutes les mesures de politiques commerciales
et tarifaires applicables à des biens spécifiques dans l’UE (telles que la suspension temporaire
des droits, les droits antidumping, etc).

Il est composé du code à 8 chiffres de la nomenclature combinée, complété par 2 chiffres


supplémentaires (sous-positions du TARIC).
PREFERENCES TARIFAIRES
 Les accords de libre-échange et les préférences unilatérales permettent de bénéficier de
préférences tarifaires, sous certaines conditions.
 es accords de libre-échange ont pour objectif de lever les barrières tarifaires (droits de
douane) et non tarifaires (formalités) au commerce entre deux pays ou groupes de pays.
 Avec ces accords, l'Union européenne entend favoriser la compétitivité de l'économie
européenne. Ces accords sont ainsi essentiels pour permettre à une entreprise d'identifier les
choix stratégiques à réaliser en matière d'approvisionnement à l'extérieur de l'Union
européenne.

Le bénéfice du régime préférentiel établi par les accords de libre-échange est subordonné
à la présentation d'une preuve de l'origine qui doit, en principe, être présentée au moment
du dédouanement. Les tableaux ci-dessous précisent, selon les accords signés par l'Union
européenne, les documents justificatifs de l'origine préférentielle.
 Depuis le 01/07/2013, l'Union européenne regroupe 28 Etats membres : la France, l'Allemagne,
l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, le Danemark, l’Irlande,
l’Espagne, le Portugal, la Grèce, l’Autriche, la Finlande, la Suède, la Hongrie, la Pologne, la
République tchèque, la République slovaque, la Slovénie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie,
Chypre, Malte, la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie.
 Certains pays n’octroient pas de préférences tarifaires aux produits originaires de l’Union
européenne. Avant l’exportation, il convient de vérifier que les produits bénéficient
effectivement d’une préférence tarifaire sur le site de la Commission européenne Market
Access Database.
 Ces accords prévoient que les marchandises originaires des parties contractantes à l’accord
bénéficient de suppression ou de réduction de droits de douane à l’entrée dans le pays
acheteur.
Pour être considérées comme originaires d’un pays, les marchandises doivent avoir été
obtenues dans ce pays, soit entièrement, soit par transformation suffisante des produits non
originaires de ce pays, selon des règles bien précises répertoriées dans les accords.
Dans ce tableau, les accords dans lesquels figurent une clause de non ristourne des droits de
douane sont identifiés par un astérisque
Cette liste contient des liens qui renvoient aux différents accords, leurs dispositions
pertinentes en matière d’origine et de cumul.
Régimes préférentiels
 Pays de l’AELE
 Pays des Balkans occidentaux
 Pays méditerranéens
 Autres pays ou territoires
 Régimes préférentiels autonomes
 Pays et territoires d’outre-mer
 Système des préférences généralisées
 Pays des Balkans occidentaux
 Ceuta et Melilla
http://www.douane.gouv.fr/articles/a11987-liste-des-accords-et-preferences-unilaterales-de-l-union-
europeenne
DAU

Qu'est-ce que le DAU ?


 Document administratif unique (DAU) C'est le formulaire obligatoire qui doit être rempli,
aussi bien à l'import qu'à l'export, pour toutes les opérations entre l'Union européenne et
un pays tiers.
 Formule de déclaration en douane adopté par les Etats membres de la CEMAC tire ses
caractéristiques de la DUM qui elle-même est issue de la « formule cadre » des Nations
Unis pour les documents commerciaux

* Cemac Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale


CONTINGENTS

 Le contingent tarifaire s'applique aux produits contingentés pour lesquels le taux de


droits à l'importation est plus faible que les produits hors contingent (pour lesquelles les
taux peuvent être élevés)
 Il constitue une exception à la situation normale car il permet, pendant la période de
validité de la mesure et pour un volume de marchandises limité, l'abandon total
(suspension totale) ou partiel (suspension partielle) des droits qui devraient être
normalement payés sur les marchandises importées.
LE DEDOUANEMENT

LA VALEUR EN DOUANE


 A L’IMPORTATION premier point entrée dans l’UE
A L’EXPORTATION point de sortie territoire français
VALEUR STATISTIQUE
LE DEDOUANEMENT

LES PROCEDURES DE DEDOUANEMENT

Procédure DELT@
DAU électronique
LES REGIMES DOUANIERS

 INTERET DU REGIME DOUANIER

 LE REGIME COMMUN
 MLP
 MAC
LES REGIMES DOUANIERS

 LES REGIMES PARTICULIERS

 LE REGIME DE L’ENTREPOT

 IMPORTATION/EXPORTATION

 PUBLIC/PRIVE
LES REGIMES DOUANIERS

 LES REGIMES PARTICULIERS

 L’ADMISSION TEMPORAIRE

 DEFINITION

 CARNET ATA
LES REGIMES DOUANIERS

 LES REGIMES PARTICULIERS

 REGIMES ADAPTES A LA FONCTION DE TRANSFORMATION


 PERFECTIONNEMENT ACTIF
 PERFECTIONNEMENT PASSIF
LES REGIMES DOUANIERS

 LE REGIME DE TRANSIT
 TRANSIT COMMUNAUTAIRE EXTERNE
 TRANSIT COMMUN
 TRANSIT INTERNATIONAL ROUTIER
 TRANSIT COMMUNAUTAIRE INTERNE
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 DEFINITION : OBLIGATION POUR UNE PERSONNE DE PAYER LE MONTANT DES


DROITS A L’IMPORTATION OU A L’EXPORTATION QUI S’APPLIQUENT A DES
MARCHANDISES DETERMINEES SELON LES DISPOSITIONS COMMUNAUTAIRES
EN VIGUEUR.
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 ELLE SE COMPOSE DES DROITS DE DOUANE ET TAXES QUI PERMETTENT LA MLP


 DE LA TVA QUI AUTORISE LA MAC SUR LE TERRITOIRE NATIONAL

DES MARCHANDISES IMPORTEES


LA LIQUIDATION DOUANIERE

 LES DROITS SE CALCULENT LE PLUS SOUVENT SUR LA VALEUR EN DOUANE OU


VALEUR TRANSACTIONNELLE A LAQUELLE ON APPLIQUE LE TAUX DU TARIF
EXTERIEUR COMMUN
 DD=VEDxTAUX TEC
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 LES DD DEPENDENT DE LA VALEUR EN DOUANE ET DE L’INCOTERM


 FACILE A DETERMINER SI TRANSPORT MARITIME (valeur CIF port d’entrée UE)
 SI VALEUR FOB ON AJOUTERA PRIX TRANSPORT MARITIME + ASSURANCE POUR
OBTENIR LA VD.
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 PROBLEME POUR L’AERIEN : Utilisation d’un correctif appelé coefficient


d’aéroport.

 LES COEFFICIENTS SONT DONNES PAR UN REGLEMENT EUROPEEN


 Ex Importation Toronto/Roissy : valeur CIP Roissy = 3 200 €, prix TA : 200 €, coeff :
90 % => VED = [3000+(200x90%)]
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 LA DETERMINATION DE LA TVA
 Montant TVA = assiette de TVA x taux TVA

 Assiette différente selon le régime douanier

 Taux de TVA selon la nature de la marchandise.


LA LIQUIDATION DOUANIERE

 DETTE DOUANIERE =
 DROITS DE DOUANE + MONTANT TVA
 Exemple : une société d’import export importe du Brésil par
voie maritime jusqu’au Havre puis par voie routière jusqu’à
Tours, des vestes de laine aux conditions suivantes :
 Prix départ Brésil formalités douanières ok : 9 000 €
 Transport => Havre : 2 500 €, assurance 100 €
 Transport et assurance Le Havre/Tours : 400 et 50 €
 Taux des DD = 13,2 %
 TVA : taux normal.
LA LIQUIDATION DOUANIERE

 LE CREDIT D’ENLEVEMENT PERMET A L’IMPORTATEUR DE PAYER


PROGRESSIVEMENT LA DETTE DOUANIERE

 LE RECOUVREMENT DE LA LD PEUT SE FAIRE AUPRES DE L’ENTREPRISE ELLE-


MEME OU D’UN INTERMEDIAIRE.
EXEMPLE

 IMPORTATION DU PEROU JUSQU A BORDEAUX DE LAMAS


 PRIX M/DISES + FTES DOUANE 5 600 €
 TRANSPORT MARITIME LE HAVRE 1200€
 ASSURANCE MARITIME 500€
 TRANSPORT ET ASSURANCE ROUTE 850€
 TAUX DD 11%
 TVA 20%
Les Douanes au Maroc
 La Douane marocaine, comme toutes Douane à travers le monde, ne se
contente pas seulement de collecter les impôts. c’est en plus , un acteur dans la
mise à niveau économique et sociale du pays ,de protection de la santé
publique et du patrimoine culturel .c’est un vecteur porteur d'accroissement et le
développement du commerce national et international , précisément par la
promotion et la facilitation des échanges entre le Maroc et le reste du monde.
C’est un vecteur incontournable de mise à niveau socio-économique, qui puise
sa force du développement de l'Administration des Douanes .
 La douane a prévu des obligations administrative ( des documents) et des
obligations fiscaux appelées : droits de douane. Ce sont des impôts prélevés sur
une marchandise importée lors de son passage à la frontière. Ces droits peuvent
être forfaitaires ou représentent un pourcentage du prix (droits « ad valorem *»).

* Un droit ad valorem est un droit exprimé en pourcentage du prix ou de la valeur d'un produit.
Lorsqu'un droit est exprimé autrement qu'en pourcentage (par exemple en euro par tonne), il
peut être estimé comme un pourcentage du prix : cette estimation est l'équivalent ad
valorem.
Les textes de base

1. le code des douanes et impôts indirects 1977:

 Approuvé par le Dahir portant loi N 1-77-339 du 9 octobre 1977:


 Il regroupe les dispositions fondamentales relatives aux opérations de dédouanement
des marchandises. (texte de base)
 Le Dahir portant loi N 1-77-340 du 9 Octobre 1977:
 Détermine la quotités applicables aux marchandises et ouvrages soumis à la taxe
intérieur de consommation, ainsi que les dispositions spécifiques à ces ouvrages et
marchandises
Les textes de base

2. le tarif des droits de douane institué par le Dahir N 157170 du 24 Mai


1957
 Il constitue le document de base en matière des droits de douane
applicables aux marchandises importées
 Les divers lois particulières non douanières, mais qui contient des
dispositions appliquées à l’administration des douanes, comme le code
des investissements.
Les textes de base
3. Les décrets des arrêtés du Ministère de Finance
La Douane et les accords internationaux
 Notre pays a conclu plusieurs accords notamment
 tel l’ accord d'association avec l'Union Européenne visant à libéraliser
progressivement les échanges de biens, services et capitaux.
DES ACCORDS INTERNATIONAUX

 tel que l'Organisation Mondiale des Douanes (OMD), l'Organisation


Mondiale du Commerce (OMC), la Conférence des Nations Unies sur le
Commerce et le Développement (CNUCED) et l'Organisation de la
Conférence Islamique (OCI). Au niveau de l'OMD.
DES ACCORDS MULTILATERAUX
La Douane et le statut avancé

 Entre le Maroc et l’Union européenne un accord commercial au


statut avancé a vu le jour et qui vise le renforcement des relations
bilatérales concernant les liens politiques, le rapprochement
juridique, le parachèvement du processus de libéralisation des
échanges des biens, des services et des droits d’établissement, la
libre circulation des capitaux et des moyens de paiement, la
facilitation des mouvements des personnes à des fins
professionnelles, la coopération en matière sécuritaire et de
contrôle des flux migratoires ainsi que l’implication des partenaires
économiques et des acteurs sociaux dans les deux parties.Le statut
avancé, c'est aussi des implications pour la Douane marocaine.
MADT

 Un magasins (et/ou aires) de dépôt temporaire (MADT) est un espace, agréé pour le stockage des marchandises pondéreuses ou en
conteneurs qui proviennent de l'étranger en attente d'une destination douanière.
 En effet, a l'importation, les marchandises présentées en douane doivent faire l'objet d'une déclaration leur assignant un régime
douanier, au plus tard le jour ouvrable suivant leur arrivée au bureau de douane ou dans les lieux désignés par le service des douanes.
Cependant, afin de répondre aux besoins des opérateurs (attente des documents nécessaires au dédouanement, transactions
commerciales en cours, etc. ... ), les marchandises peuvent être constituées en magasin ou aire de dépôt temporaire.
Ils concernent également les marchandises qui font l'objet d'un transport du bureau d'importation sur un autre bureau de douane sous
le couvert d'une déclaration de transit.
 La durée du séjour des marchandises en MADT est limitée à :
 quarante-cinq jours à compter de la date de dépôt de la déclaration sommaire pour les marchandises qui arrivent par la voie maritime.
 vingt jours à compter de la date de dépôt de la déclaration sommaire dans les autres cas
 un jour franc à compter de la date de dépôt de la déclaration sommaire pour les armes et éléments d'armes des I ère et 4e catégories,
quel que soit le type de magasin ou le mode de transport.

Avec l'entrée en vigueur du code des douanes de l'union (CDU) en mai 2016, les MDT deviennent des IST "Installations de stockage
temporaire".

Read more at https://www.glossaire-international.com/pages/tous-les-termes/magasins-et-aires-de-depot-temporaire-
madt.html#OxJopGxgvkiCzLL7.99

Vous aimerez peut-être aussi