Vous êtes sur la page 1sur 15

Réalisé par : Youssef MARZOUKI Encadré par : Ahmed ELOUARDI

Ahmed ROUDANI
Loubna FATINE
Yahya Douifi
Management et gouvernance de sport / ENCG CASABLANCA
La gouvernance

l’administration selon la loi 30-09

les associations sportives

le mouvement fédéral

DECRET D’APPLICATION DE LA LOI 30-09


2
règles, normes, protocoles,
conventions, contrats...

La
gouvernance

assure une meilleure afin de prendre des décisions


coordination des parties consensuelles et de lancer des
prenantes d'une organisation actions concertées.
 On entend par « administration » au sens des articles 23, 29, 31, 32, 33, 48, 76, 79et

80 de la loi précitée n° 30.09, l’autorité gouvernementale chargée des sports. On

entend par « administration » au sens des articles 50 et 51 de ladite loi l’autorité

gouvernementale chargée des sports lorsque l’établissement concerné assure la

pratique d’une ou de plusieurs disciplines sportives ou l’autorité gouvernementale

chargée de l’éducation nationale lorsque l’établissement concerné dispense

l’enseignement d’une ou de plusieurs disciplines sportives.


 La création de l’association sportive passe obligatoirement par la création d’une
association selon le dahir n 1-58-376 du 15 novembre 1958 donc , elle subit au
droit des association qui sont généralement réglementés par l’état (ministère de
l’intérieur) déjà l’intervention de l’état est présente généralement sous un angle
de control puisque le droit des association civiles est contrôlé par l’état tandis
dans son fonctionnement que dans sa structure, la bonne gouvernance de l’état
peut se manifester dans le contrôle des activités en matière de politique et
d’idéologie présenté dans l’association et peut être aussi en nombre, mais la
prolifération des associations sportives et leur multiplication laisse leur
gouvernance en terme de suivi de leur activités , en terme aussi d’octroi des
budgets qui se repartisse aléatoirement ainsi que le maintien des mécanismes de
transparence et de contrôle deviennent de plus en plus délicats.
 L’intervention de l’état résident aussi que l’administration est responsable de
garantir le fonctionnement démocratique et de la transparence de la gestion
administrative et financière
 L agrément donné par l’état est un signe fort de l’intervention de l’état et un signe
de la bonne gouvernance
 Cet article nous explique que l’administration est l’organe qui approuve les statuts des

associations sportives à fin d’assurer son bon fonctionnement, ce qui est normal pour une bonne

gouvernance. Mais, le même article discute le sujet des statuts types qui sont édictés par voie

réglementaire, ce qui est illogique alors que chaque discipline a ses propres exigences. En plus,

les statuts de l’association sportive doit être conforme aux statuts de la Fédération Nationale de la

discipline concernée ainsi que la Fédération Internationale.


 Dans cet article, l’agreement des associations sportives est accordé ou retiré par

l’organe étatique, selon si cette association sportive applique ou pas certaines

conditions souscrite noir sur blanc dans le même article. C’est un signe d’une

bonne gouvernance par l’état, sinon, il y aura des problèmes au niveau de

l’association.
 Le passage de l’association sportive à la société sportive est fixé par certaines

conditions exigées par l’état ainsi que cette dernière approuve les statuts de la

société. Il nous semble que ses exigences sont logiques afin de devenir une

société anonyme
 Dans cet article, l’administration intervient pour approuver la convention qui va

relier entre l’association et la société sportive qu’elle a crée, selon certaines

conditions qu’ils doivent respecter. Nous pensons que c’est obligatoire pour une

bonne gouvernance.
 On constate que :

 l’intervention de l’état en plusieurs reprises (articles 23, 25, 26, 27 et 31) Spécialement
au niveau de l’application des fédérations nationales les statuts types exigés par l’état..
Alors que ce n’est pas normal car, les statuts de la fédération sportive doivent être
conforme aux statuts de la fédération mère et l’état doit respecter les lois de la
fédération internationales pour que la fédération nationale puisse participer aux
événements internationale.

 l’état dans cette loi à instaurer un pouvoir au sein de la fédération en plaçant Un


représentant de l'administration siège de droit au comité directeur de la fédération à
titre consultatif. Ce qui est totalement contradictoire avec les dispositions des lois des
fédérations internationales. En effet, Il existe plusieurs anomalies au niveau de
l’intervention de l’état au niveau de cette sous-section, qui doivent être rectifiés afin de
réaliser une bonne gouvernance.
 L’intervention de l’état est citée par l’article 32, 33 et 35 pour assurer la conformité

des statuts aux dispositions de la présente loi. Ainsi Comme pour les fédérations,

on trouve que l’administration est représentée par un membre, qui siège dans le

comité directeur des ligues à titre consultatif, ce qui est ni logique ni nécessaire .
 Dans cette sous section aussi l’intervention de l’état est effectuée pour approuver

ou non les statuts des ligues professionnelles, en plus, les conventions qui vont

réunir la fédération et la ligue professionnelle. Aussi bien, comme au niveau des

ligues amateurs, des fédérations et des associations sportives, l’administration est

représentée par un membre, qui siège dans le comité directeur des ligues à titre

consultatif. Même commentaire !