Vous êtes sur la page 1sur 12

-135 km distance entre constantine et batna

-Située dans les Aurès, se trouve localisée dans la partie


orientale
Pays: (Nord-Est) entre 4° et 7° de longitude Est et 35° et
36° de latitude Nord.
Elle se situe à 425 km au Sud-Est d’Alger à la croisée de
Biskra, Sétif, Constantine et Tébessa.
Géographiquement, elle est limitée :
- Au Nord Oum El Bouaghi, Mila et Sétif.
- A l’Est par la wilaya de Khenchela.
- Au Sud par la wilaya de Biskra.
- A l’Ouest par la wilaya de Msila,
La jonction des deux Atlas (Tellien et Saharien)
constitue la particularité de la Wilaya et organise en
même temps la répartition des différents milieux
physiques

-LES HAUTES PLAINES


TELLIENNES
-Les Hautes Plaines steppiques. 3.764
Km2 (31%)
-LES RELIEFS MONTAGNEUX
FORME D’EXTENSION URBAIN TISSU URBAIN
EVOLUTION URBAIN
Timgad est une ville du Nord-Est de l'Algérie
située dans la wilaya de Batna dans les Aurès,
surtout connue pour les vestiges de la ville
romaine de Thamugadi à côté de laquelle elle
est fondée., a été fondée par l'empereur Trajan
en 100 et dotée du statut de colonie. Il s'agit
de la dernière colonie de déduction en Afrique
romaine. Bâtie avec ses temples, ses thermes,
son forum et son grand théâtre, la ville,
initialement d'une superficie de 12 hectares,
finit par en occuper plus d'une cinquantaine.
La ville, au vu de son état de conservation et
du fait qu'on la considérait comme typique de
la ville romaine, a été classée au patrimoine
mondial de l'humanité par l'UNESCO en 1982.
La conservation du site soulève cependant un
certain nombre de problèmes
colonie militaire. Avec son enceinte carrée et son plan
orthogonal commandé par le cardo et le decumanus, les
deux voies perpendiculaires qui traversaient la ville, c’est un
exemple parfait d’urbanisme romain.

11 arc de Trajan 9- Bibliothèque

15- théâtre thermes du sud

Capitole marché - la juxtaposition de deux tracés urbains


-Sa structuration suivant les axes consacrés, cardines et
decumanes départageant la ville en insulae plus ou moins
égales, évoque une planification géométrique issue d'une
opération de castramétation

Thermes de sud forum


Le musée de Timgad (Batna) doit surtout son
importance à sa rare et inestimable mosaïque
s'étendant sur 1.121 m2 qui en fait l'unique musée
d'Algérie à conserver parmi sa collection une aussi
grande aire de mosaïque.

le musée compte 86 mosaïques de diverses tailles dont


84 exposées dans les trois salles ouvertes aux visiteurs
tandis que deux mosaïques dont celle du nègre de
Timgad sont conservées, ajoute le même archéologue.

Mosaïque avec une technique romaine et l'esprit de la


population autochtone

Il est précédé de colonnes corinthiennes, dont le nombre


démontre l'importance de Timgad.
L'arc est orné de pilastres et possède trois ouvertures.
Les baies extérieures, moins importantes que la porte
centrale, sont surmontées de niches qui abritaient des
statuettes. L'entablement des colonnes supporte le
fronton.
LES PUITS
Le forum, place publique, était une place de 50 x 43 m L’eau est puisée dans la nappe phréatique. La
entourée d'arcades. Des statues à la gloire de notables de structure principale des puits se
l'empire se dressaient sur les socles encore visibles. compose de pierres apparentes, grossièrement
équarries. La maçonnerie est de
bonne qualité, elle est presque intacte
très bien conservé, a été construit au IIe siècle en appui sur aujourd’hui encore. Généralement
une petite colline au sud du forum. Les gradins séparés par l’ouverture est circulaire ou carrée, leur margelle
trois paliers pouvaient accueillir jusqu'à 3 500 spectateurs. émerge à peine au ras du sol,
le corps du puits a un volume cylindrique et d’un
la bibliothèque était richement décorée. Des niches creusées diamètre d’environ 1 mètre. (Godet, 1954) en
dans les murs accueillaient les ouvrages qu'on consultait dans signalait la présence d’eau dans certains puits,
une salle de lecture semi-circulaire ce qui prouveque la nappe était peu profonde

Les murailles d'une épaisseur de 2,50 m élevées avec des


pierres de remploi étaient piquées de huit tours de guêt. La maison de Sertius fut construite sur le tracé
de la muraille. De plan rectangulaire, mesurant
un lieu de sociabilité fondamental qui construit l'identité civique 62 mètres sur 36,5 elle occupe une surface de
et municipale en même temps qu'ils rendent manifeste les 2263 mètres carrés, c’est une des demeures les
principes de la cité antique : nus et partageant le même bain, plus luxueuses de Timgad. Son accès principal,
les citoyens se côtoient de manière indifférenciée : les bains précédé d’un petit portique, et qui comptait
sont souvent peu chers, et occasionnellement gratuits. Leur peut-être à l’origine une entrée tripartite, donne
décoration et leur entretien est aussi l'occasion d'acte sur le cardo maximus
d'évergétisme
20-02-2019 vers Ghoufi

Au coeur de la wilaya de Batna dans la région chaouie de


l’Aurès au nord-est de l’Algérie, les balcons du Ghoufi
surplombent une oasis d’arbres fruitiers et de palmiers
traversée par l’oued Abiod.
Les balcons du Ghoufi sont un exemple typique de
l’architecture vernaculaire et communautaire amazigh
utilisant des matériaux naturels à l’instar de la pierre polie et
des troncs d’arbres
La construction en hauteur de Le site désormais inhabité est situé au sein
la dachra (structure d’un canyon d’une hauteur pouvait varier
traditionnelle de entre 500 mètres et 1200 mètres, composé
regroupement) assure alors de roches sédimentaires et métamorphiques.
deux fonctions essentielles : la Sur les berges de l’oued Abiod aussi connu
protection face aux invasions, sous le nom de Ighzir Amellal, se trouve une
ainsi que l’accès premier à oasis comprenant des palmeraies, des
l’eau vergers ainsi que des jardins potagers
Les balcons du Ghoufi représentent l’un des vestiges des habitations traditionnelles mobilisant des techniques
vernaculaires à même la roche. La beauté du site naturel et archéologique, mais également le modèle
d’urbanisme s’adaptant à l’environnement et au mode de vie en communauté amazigh en font l’un des sites
emblématiques de la région et du pays

Maison a Ghoufi L'hôtel dans la falaise Canyon de Ghoufi

Dar cheikh ath Mimoun


LA MAISON DE GHOUFI

-toutes les maison à Ghoufi appartiennent au type rectangulaire à


terrasse

-les maisons sont construites par les matériaux locaux

Les éléments de construction:


- Le mur: Le mur est composé de moellon plus ou moins gros
qui forme une maçonnerie irrégulière .
- Le toit : Les troncs d’arbre ou de palmier sont la base de la
technique ,Le poids du toit est transmis aux poutres
principales .
- Les ouvertures :
- -La porte: -Étroites, épaisses, lisse et faite en planches taillés
- - le portail de la cour est plus large en préavisant du passage
qu’il faut laisser aux mulet et leur chargement Les lucarnes: -
Très petite ,Se situent dans la partie supérieure des murs - les
formes sont variables généralement à base triangulaire.
- Les escaliers: Les escaliers sont faites en pierre La technique
de pierre consiste à la construction d’une paroi en forme
d’escalier parallèlement à celle de la maison Ils sont faites
aussi en tronc de palmiers
Organisation d’un espace
Nature de site Structure social
(Religion-culture-tradition-mode
de vie)

Constantine la ville
une géologie relativement compliquée, et une
géomorphologie très complexe. Plateaux, Collines,
lieu de production, de le lieu grâce auquel la vie des
Dépressions , Ruptures brutales reproduction et de gens s’organise, se relie à
Pentes donnant ainsi un site hétérogène transformation des celle des autres et acquiert un
Batna relations sociales caractère social.
La jonction des deux Atlas (Tellien et Saharien)
constitue la particularité de la Wilaya et organise en
même temps la répartition des différents milieux
physiques chaque ville a constitué un champ de
bataille pour différents groupes sociaux
auxquels elle a donné naissance

La construction des villes, l’aménagement et le


développement des territoires, se sont faits au
détriment de la préservation d’une nature vierge