Vous êtes sur la page 1sur 44

BURKINA FASO

********
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DES
Unité - Progrès - Justice
AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES
(MAAH)
**********
REGION DE LA BOUCLE DU MOUHOUN
*********
DIRECTION REGIONALE DE
L’AGRICULTURE ET DES
AMENAGEMENTS HYDRAULIQUES
( DRAAH)

FORMATION DES CONSEILLERS DE L’EQUIPE


D’APPUI-CONSEIL DU PERIMETRE DE DI SUR
L’ACTE UNIFORME DE L’OHADA RELATIF AU DROIT
DES SOCIETES COOPERATIVES

Dédougou, les 08,09 et 10 NOVEMBRE 2018


Présentateur : Monsieur Arba BANDE, Chef SRFOMR/ DRAAH-BMH/MAAH
ACTE UNIFORME RELATIF
AU DROIT DES SOCIETES
COOPERATIVES
MODULE I : PRESENTATION DE L’AUSCOOP-OHADA

1. CHAMP D’APPLICATION
2. CATEGORIES DE SOCIETES COOPERATIVES
3. ORGANES ET INSTANCES
4. CREATION ET RECONNAISSANCE
5. NOTION ET CONSTITUTIONS DES PS
6. LES APPORTS
PRESENTATION DE L’AUSC

 Ce sont les Ministres en charge des Finances des pays


africains ayant en partage la langue française qui ont
réfléchi à la création de l’Organisation pour
l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires
(OHADA), un outil de droit pour accompagner l’économie.
 Ils ont sentis la nécessité d’impliquer les Ministres de la
Justice dans la vie de cette organisation.
 L’OHADA compte de nos jours 17 pays membres dont le
Burkina Faso. (Bénin, Cameroun, Centrafrique, Comores,
Congo, Gabon, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale, Mali,
Niger, Sénégal, Tchad, Togo)
PRESENTATION DE L’AUSC (suite)

L’Acte uniforme relatif au droit des sociétés coopératives


est subdivisé en 04 parties :
 Dispositions générales sur la société coopérative

 Dispositions particulières aux différentes Catégories de


sociétés coopératives
 Dispositions pénales

 Dispositions diverses, transitoires et finales.

Il comprend au total 397 articles.


Il couvre toutes les branches de l’activité humaine.
Il reconnaît l’existence de deux types d’organisations :
 Les sociétés coopératives avec Conseil d’Administration

 Et les sociétés coopératives simplifiées.


PRESENTATION DE L’AUSC (suite)
CHAMP D'APPLICATION DE L'ACTE
UNIFORME

 L’AUSC s’applique rigoureusement à toutes sociétés


coopératives, leurs unions ou leurs fédérations, leurs
réseaux coopératifs de moyens ou d’objectifs, dès
lors que la coopérative est située sur le territoire de
l’un des Etats Parties au Traité de l’OHADA, quelle
que soit la nationalité des associés concernés.
 Le statut de la confédération est optionnel mais la
forme coopérative de la confédération est également
soumise à l’AUSC.
PRESENTATION DE L’AUSC (suite)
CHAMP D'APPLICATION DE L'ACTE
UNIFORME
 Les sociétés coopératives commerciales sont néanmoins
régies par le présent AUSC malgré l’existence de l’AU
relatif au droit des sociétés commerciales et au GIE qui
régissait jusque là toutes les sociétés commerciales.
 Les sociétés coopératives qui ont pour objet l’exercice
d’activités bancaires ou financières demeurent soumises,
en plus des dispositions du présent AU, aux dispositions
de droit interne ou communautaire relatives à l’exercice
de ces activités.
CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES
SOCIETES COOPERATIVES
 La définition retenue par l’AUSC est un condensé des
principes coopératifs universellement reconnus. Ainsi
pour l’AUSC :
 « La société coopérative est un groupement
autonome de personnes volontairement
réunies pour satisfaire leurs aspirations et
besoins économiques, sociaux et culturels
communs, au moyen d’une entreprise dont la
propriété et la gestion sont collectives et où le
pouvoir est exercé démocratiquement et selon
les principes coopératifs »
CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES SOCIETES
COOPERATIVES (suite)

 La société coopérative peut, en plus de ses


coopérateurs qui en sont les principaux usagers, traiter
avec des usagers non coopérateurs dans les limites
fixées dans les statuts.
 La société coopérative peut exercer dans toutes les
branches de l’activité humaine (elle n’est pas réservée
à l’agriculture et l’élevage).
 Principes coopératifs : Les principes coopératifs retenus
sont ceux retenus par l’ACI et repris par la Loi
N°014/99/AN du Burkina.
 Le coopérateur est toute personne physique ou
morale
CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)
La dénomination sociale
 Toute société coopérative est obligatoirement
désignée par une dénomination sociale
mentionnée dans les statuts.
 La dénomination est modifiable.
L’objet social
 L’objet est constitué par l’activité qu’elle
entreprend.
 NB : Si l’activité est règlementée, la coopérative
doit aussi se conformer aux règles particulières
auxquelles cette activité est soumise.
CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)
Les apports
Chaque coopérateur doit faire un apport à la société
coopérative. Les apports peuvent consister en :
 de l’argent, par apport en numéraires.

 des droits portants sur des biens mobiliers ou


immobiliers, corporels ou incorporels, par apports en
natures : leur évaluation est obligatoire.
 de la main d’œuvre ou du savoir faire, par apports en
industrie.
La société coopérative émet et remet aux coopérateurs, en
représentation de leurs apports, des titres sociaux
appelés parts sociales.
LA SOCIETE COOPERATIVE SIMPLIFIEE (SCS)

Constitution
 La société coopérative simplifiée est constituée avec un
capital social initial dont le montant est indiqué dans
les statuts. Les associés ne disposant pas de fonds
nécessaires à la libération du capital au moment de la
constitution, peuvent prendre l’engagement de procéder
à cette libération par cotisations périodiques dans un
délai fixé par les statuts. Le capital social est divisé en
parts sociales égales dont la valeur nominale est fixée
par les statuts.
 La SCS est constituée entre cinq (05) personnes
physiques ou morales au moins.
LA SOCIETE COOPERATIVE SIMPLIFIEE (suite)
 Le comité de gestion est de trois membres au plus, qui peut
être porté à cinq (05) lorsque les coopérateurs atteignent cent.
 Les statuts organisent l’élection des membres du Comité de
gestion et détermine la durée de leur mandat.
L’assemblée générale
 Les décisions de l’AG ordinaire sont acquises à la majorité des
voix exprimées par les coopérateurs représentant plus de la
moitié du nombre des coopérateurs.
 A la seconde convocation, sauf autres stipulations des statuts,
les décisions sont prises à la majorité des coopérateurs
présents ou représentés.
 La commission de surveillance est l’organe de contrôle de la
société coopérative simplifiée
LA SOCIETE COOPERATIVE AVEC CONSEIL
D’ADMINISTRATION (SCCA)
Constitution
 La SCCA est constituée entre quinze (15) personnes
physiques ou morales au moins.
 Le capital de la SCCA doit être entièrement souscrit
avant l’AG constitutive.
 Les apports en numéraires sont libérés, lors de la
souscription, d’un quart (1/4) au moins de leur
valeur.
 La libération du reliquat doit intervenir dans un délai
qui ne peut excéder trois (03) ans à compter de
l’immatriculation.
LA SOCIETE COOPERATIVE AVEC CONSEIL
D’ADMINISTRATION (suite)

 La SCCA est administrée par un conseil


d’administration composé de trois (03)
administrateurs au moins et de douze
(12) au plus.
 Les statuts organisent l’élection des
administrateurs et déterminent la durée
de leur mandat.
LA SOCIETE COOPERATIVE AVEC CONSEIL
D’ADMINISTRATION (suite)

 Le mandat de président de conseil d’administration


n’est pas cumulable avec celui d’un président de
comité de gestion de deux sociétés ayant leur siège
dans un même Etat Partie.
 De même, nul ne peut cumuler un mandant de président
de conseil d’administration avec un poste de Directeur
d’une coopérative.
 Le conseil de surveillance : Il est l’organe de contrôle
de la SCCA. Les statuts organisent l’élection des
membres du conseil de surveillance et déterminent la
durée de leur mandat.
LA SOCIETE COOPERATIVE AVEC CONSEIL
D’ADMINISTRATION (suite)

L’assemblée Générale de la SCCA


 Sur première convocation, l’AG ordinaire de la SCCA
délibère valablement avec un quorum qui est la
moitié (1/2) au moins de l’effectif des coopérateurs.
 Au moins un quart de l’effectif des coopérateurs est
exigé pour une délibération valable, en seconde
convocation.
 NB : Lorsque l’effectif des coopérateurs est au – delà

de mille (1000), les statuts peuvent, par dérogation,


prévoir un quorum moins important.
L’UNION DES SOCIETES COOPERATIVES
 Au moins deux sociétés coopératives ayant le ou les mêmes
objets peuvent constituer entre elles, pour la gestion de leurs
intérêts communs, une union de sociétés coopératives.
 L’union est immatriculée au Registre des Sociétés
Coopératives conformément aux dispositions du présent Acte
uniforme relatives à l’immatriculation des sociétés
coopératives et acquiert la personnalité juridique dans les
mêmes conditions.
 Dans le respect du principe de subsidiarité, l’Union des
sociétés coopératives peut exercer toutes activités
économiques.
 les principes qui régissent la société coopérative avec conseil
d’administration s’appliquent à l’union des sociétés
coopératives.
LA FEDERATION DES SOCIETES COOPERATIVES
 Au moins deux unions, même si elles ont des objets
différents, peuvent constituer entre elles une fédération
de sociétés coopératives pour la gestion de leurs
intérêts.
 Une fédération peut accepter comme affiliées des
sociétés coopératives se trouvant dans l’impossibilité de
former ou d’adhérer à une union.
 La fédération de sociétés coopératives est immatriculée
au Registre des Sociétés Coopératives conformément
aux dispositions du présent Acte uniforme relatives à
l’immatriculation des sociétés coopératives et acquiert la
personnalité juridique dans les mêmes conditions
LA FEDERATION (suite)
 La fédération peut exercer des activités économiques
dans l’intérêt de ses affiliées. L’exercice de ces activités
est soumis au respect du principe de subsidiarité par
rapport à celles des unions et sociétés coopératives
affiliées.
 Sous réserve du respect des dispositions légales, la
fédération définit les règles administratives applicables
aux unions et sociétés coopératives affiliées.
 La fédération peut adhérer à des organisations
régionales ou internationales.
 les principes qui régissent l’immatriculation de la société
coopérative avec conseil d’administration s’appliquent à
la fédération des sociétés coopératives
LA CONFEDERATION DES SOCIETES
COOPERATIVES
 La confédération peut revêtir l’une des formes de
groupements reconnues par la législation nationale de
l’Etat concerné.
 En cas d’option pour la forme coopérative, les
dispositions du présent Acte uniforme s’appliquent.
 Au moins deux fédérations, même si elles ont des
objets différents, peuvent constituer entre elles une
confédération de sociétés coopératives pour la
gestion de leurs intérêts. Une confédération peut
accepter comme membres des unions et des sociétés
coopératives se trouvant dans l’impossibilité de former
ou d’adhérer à une fédération.
LA CONFEDERATION (suite)
 La confédération de sociétés coopératives est
immatriculée au Registre des Sociétés Coopératives
conformément aux dispositions du présent Acte
uniforme et acquiert la personnalité juridique dans
les mêmes conditions.
 La confédération peut adhérer à des organisations
régionales ou internationales.
 les principes qui régissent la société coopérative
avec conseil d’administration s’appliquent à la
confédération des sociétés coopératives.
LES RESEAUX COOPÉRATIFS DE MOYENS OU
D’OBJECTIFS
 Les sociétés coopératives, leurs unions, fédérations et
confédérations, n’ayant pas le même lien commun, peuvent
se regrouper en réseaux coopératifs de moyens ou
d’objectifs ayant pour but exclusif de mettre en œuvre pour
une durée déterminée, tous les moyens propres à faciliter ou
à développer l'activité de leurs membres, à améliorer ou à
accroître les résultats de cette activité, ou encore, en vue de
réaliser des objectifs destinés à la promotion des principes
coopératifs.
 Les réseaux coopératifs de moyens ou d’objectifs peuvent
être constitués entre organisations ne relevant pas du même
ressort territorial, ou entre organisations non constituées
dans le même Etat Partie.
LES RESEAUX COOPÉRATIFS DE MOYENS OU
D’OBJECTIFS (suite)

 Les initiateurs du réseau conviennent d’un commun


accord du siège et du lieu d’immatriculation de ce
dernier.
 Les formalités de constitution sont identiques à celles de
la société coopérative simplifiée.
 L’administration, la gestion, le fonctionnement et la
dissolution du réseau coopératif de moyens ou
d’objectifs, conformes aux principes coopératifs et aux
dispositions régissant les sociétés coopératives
simplifiées dans la mesure compatible, sont déterminés
par une convention signée des membres.
L’IMMATRICULATION DANS LE REGISTRE DES
SOCIETES COOPERATIVES (RSC)

La société coopérative requiert son immatriculation, dans


le mois de sa constitution, au Registre des Sociétés
Coopératives.
Le Registre des Sociétés Coopératives a pour objet de :
 recevoir l’immatriculation principale et éventuellement
secondaire des sociétés coopératives et de leurs
sociétés faîtières régies par l’AUSC ;
 recevoir également les inscriptions et les mentions
constatant les modifications survenues depuis leur
immatriculation, dans la situation juridique des sociétés
coopératives et des sociétés coopératives faîtières.
L’IMMATRICULATION DANS LE REGISTRE DES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)
 Le Registre des Sociétés Coopératives est tenu au niveau local par l’autorité
administrative chargée de la tenue dudit registre.
 Dans chaque Etat Partie, l’autorité administrative chargée de la tenue du
Registre des Sociétés Coopératives est l’organe déconcentré ou
décentralisé de l’autorité nationale chargée de l’administration
territoriale ou l’autorité compétente, auquel est immédiatement rattaché le
siège de la société coopérative.
 Le Fichier National prévu par l’Acte uniforme portant sur le droit
commercial général centralise les renseignements consignés dans chaque
Registre des Sociétés Coopératives.
 Le Fichier Régional prévu par l’Acte uniforme portant sur le droit
commercial général centralise les renseignements consignés dans chaque
Fichier National.
 Les informations figurant dans les formulaires remis à l’autorité
administrative chargée de la tenue du Registre des sociétés coopératives
sont destinées à l’information du public.
L’IMMATRICULATION DANS LE REGISTRE DES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)
 Toutes les déclarations sont établies en quatre exemplaires sur formulaires
fournis par l’autorité administrative chargée de la tenue du Registre des
Sociétés Coopératives.
 Elles sont revêtues de la signature ou de l’empreinte digitale du déclarant
ou de son mandataire qui doit à la fois justifier de son identité et, sauf s'il
est Avocat ou Notaire, être muni d'une procuration signée du déclarant ou
sur laquelle est apposée son empreinte digitale.
 premier exemplaire est conservé par l’autorité administrative chargée de la
tenue du Registre des Sociétés Coopératives.
 Le deuxième exemplaire est remis au déclarant avec mention de la date et
de la désignation de la formalité effectuée.
 Les troisième et quatrième exemplaires sont adressés par l’autorité
administrative chargée de la tenue du Registre des Sociétés Coopératives
au Fichier National, pour transmission de l’un d’entre eux au Fichier
Régional.
L’IMMATRICULATION DANS LE REGISTRE DES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)
Le Registre des Sociétés Coopératives comprend :
 un registre d'arrivée mentionnant dans l'ordre chronologique la
date et le numéro de chaque déclaration acceptée, les noms,
prénoms ou dénomination sociale du déclarant, ainsi que
l'objet de la déclaration ;
 la collection des dossiers individuels tenus par ordre
alphabétique, lesquels comprennent sous l'indication de leur
dénomination sociale, de leur forme juridique, de la nature de
l'activité exercée, de l'adresse du siège social, l'ensemble des
déclarations, actes et pièces concernant les sociétés
coopératives et leurs sociétés faîtières.
L’IMMATRICULATION DANS LE REGISTRE DES
SOCIETES COOPERATIVES (suite)

 Dès que la demande du requérant est en état,


l’autorité administrative chargée de la tenue du
Registre des Sociétés Coopératives lui attribue un
numéro d'immatriculation et mentionne celui-ci sur le
formulaire remis au déclarant ; elle transmet ensuite
au Fichier National un exemplaire du dossier
individuel et des autres pièces déposées par le
requérant.
DISPOSITIONS TRANSITOIRES
 A l’égard des organisations coopératives nouvelles l’AUSC est la loi
coopérative des Etats Parties à compter se son entrée en vigueur. A ce titre,
il régit la naissance et la vie des organisations à caractère coopératif qui
naîtront dans les Etats Parties.
 Toutefois, les formalités constitutives accomplies antérieurement n'auront pas
à être renouvelées (389).
 A l’égard des organisations coopératives antérieurement constituées l’AUSC
s’applique aussi aux organisations à caractère coopératif constituées dans
chaque Etat Partie avant son entrée en vigueur.
 Ces organisations sont tenues de mettre leurs statuts en harmonie avec les
dispositions de l’AUSC, dans un délai de deux ans à compter de son
entrée en vigueur, en abrogeant, modifiant et remplaçant si nécessaire les
dispositions statutaires qui contredisent l’AUSC : soit en apportant aux
statuts les compléments rendus obligatoires par l’AUSC par voie
d'amendement aux statuts anciens ou par l'adoption de statuts rédigés à
nouveau en toutes leurs dispositions.
Caractéristiq SCOOPS SCOOP-CA Faîtières (union, fédération,
ues confédération)

Type de Personne Personnes Morales sous forme coopérative au moins


membres physique physiques ou (simplifiée et/ou à conseil
admis Principales différences
ou morale morale entred’administration
SCOOPS et SCOOP-CA
Fédération : en principe deux unions de
coopératives au moins
Exception : une société coopérative de 1er
niveau peut être admise si elle est dans
l’impossibilité de former ou d’adhérer à
une union.
Confédération : en principe deux
fédérations de coopératives au moins.
Exception : une société coopérative de 1er
niveau ou une union peuvent être
admises si elles sont dans l’impossibilité
de former ou adhérer à une fédération.
Minimum de 5 au moins 15 au moins 2 au moins
membres Pas de maximum Pas de maximum Pas de maximum

Capital social -Pas d’obligation de Souscription intégrale du Même règles que les SCOOP-
souscription totale du capital social avec la tenue CA
capital social. de l’AGC.
-possibilité de libération -mais possibilité d’une
d’une partie des parts libération du quart des
sociales et étalement apports en numéraire
progressif du reste selon souscrits et étalement du
une période fixée par les surplus sur une durée
statuts. maximale de 3 ans.
Possibilité de rémunération -pas de rémunération du
du capital social capital social
Dépôt des -dépôt immédiat des fonds -dépôt des fonds Mêmes règles que la SCOOP-
fonds provenant de la libération provenant des apports en CA
des parts sociales dans un numéraires sous 8 jours
compte ouvert au nom de dans un compte spécial
la SCOOPS au sein d’un ouvert au nom de la
établissement bancaire SCOOP-CA en formation
agréé
Organes -Assemblée générale -Assemblée générale Mêmes règles que
sociaux -comité de gestion (3 membres au -Conseil d’administration (3 à 12 la SCOOP-CA
plus) et peut être porté à 5 lorsque membres au plus)
les coopérateurs atteignent 100 -Conseil de surveillance (3 à 5
personnes personnes au plus)
-commission de surveillance (3 à 5 -Responsable chargé de direction
personnes au plus) (facultatif)
-commissariat au Compte -commissariat au Compte est au moins
(facultatif) obligatoire à trois conditions :
1-nombre total de coopérateurs
supérieur à mille ;
2-chiffre d’affaire supérieur à cent
millions ;
-total de bilan supérieur à cinq
millions ;

AG -Les décisions de l’AG ordinaire -Sur première convocation, l’AG Mêmes règles que
sont acquises à la majorité des voix ordinaire de la SCCA délibère la SCOOP-CA
exprimées par les coopérateurs valablement avec un quorum qui est la
représentant plus de la moitié du moitié (1/2) au moins de l’effectif des
nombre des coopérateurs. coopérateurs.
-A la seconde convocation, sauf -Au moins un quart de l’effectif des
autres stipulations des statuts, les coopérateurs est exigé pour une
décisions sont prises à la majorité délibération valable, en seconde
des coopérateurs présents ou convocation.
représentés. -NB : Lorsque l’effectif des
coopérateurs est au – delà de mille
Interdiction du -applicable au seul président du -applicable à tout administrateur Mêmes règles
cumul des comité de gestion (Président et autres postes du conseil que pour la
mandats -il ne peut pas être à la fois d’administration). SCOOP-CA
sociaux dans le président de deux comités de -en outre le Président du conseil
même Etat gestion de SCOOPS d’administration ne peut pas être en
partie -il ne peut pas être président du même temps Président du comité de
comité de gestion d’un SCOOPS gestion d’un SCOOPS.
et président d’un conseil -mais un administrateur peut être
d’administration de SCOOP-CA. membre d’un comité de gestion d’un
-mais le président peut être SCOOPS
administrateur dans un SCOOP-
CA

Prêts -interdiction des prêts, cautions -interdiction des prêts, cautions ou Mêmes règles
ou autorisations de découvert autorisations de découvert consentis que la SCOOP-
accordés par la coopérative aux par la coopérative aux administrateurs CA
personnes physiques qu’ils personnes physiques et aux employés.
soient gérants ou coopérateurs. -la même interdiction est valable pour
-la même interdiction est les conjoints, ascendants et
valable pour les conjoints, descendants de ces personnes visées.
ascendants et descendants de
ces personnes visées.
Droits -droit d’information -droit de communication Mêmes règles que
d’infor
permanente sur toutes les de certains documents la SCOOP-CA
mations
des affaires de la coopérative. selon des procédures
associés -droit de communication, spécifiques telles que
avant la tenue des AG, de détaillées à l’article 351 et
tous les documents relatifs à 352 de l’acte uniforme.
la gestion administrative et
financière de la SCOOPS et
sur les résolutions
proposées.

Vote Non Non -oui


plural -les modalités
d’attribution du vote
plural sont déterminées
par les statuts.

Vote plural : c’est le mécanisme par lequel une personne dispose de plusieurs voix.
Dans le cadre du neuvième acte uniforme, ce sont les statuts qui en déterminent les
modalités d’attribution
STATUTS ET REGLEMENT
INTERIEUR DES SOCIETES
COOPERATIVES
LES STATUTS
Les statuts et le règlement intérieur
constituent le cadre de l’expression de
l’autonomie de la volonté largement
reconnue par l’AUSC aux coopérateurs.
NB : Les statuts constituent le contrat de
société entre les coopérateurs. Ils sont
établis par acte sous-seing privé ou
notarié.
Mentions obligatoires dans les
statuts (Article 18 AUSC) :
Les statuts comportent obligatoirement :
1°) la forme de la société coopérative ;
2°) sa dénomination suivie, le cas échéant, de son sigle ;
3°) la nature et le domaine de son activité et qui forment son objet
social ;
4°) son siège et sa durée ;
5°) le lien commun qui réunit les membres ;
6°) les noms, prénoms et adresse résidentielle de chaque initiateur
;
7°) le nombre précis ou les nombres minimal et maximal de ses
administrateurs ou membres du comité de gestion et toutes
dispositions portant limitation des pouvoirs des administrateurs
ou membres du comité de gestion ;
8°) le nombre précis ou les nombres minimal et maximal des
membres du comité de surveillance ou du conseil de surveillance
et toutes dispositions relatives à l’exercice efficace des missions
de ces organes ;
9°) la durée du mandat des membres du comité de
gestion, du conseil d’administration, du comité de
surveillance et du conseil de surveillance ;
10) toute limite relative au pourcentage maximal
de parts sociales que peut détenir un seul membre
;
11°) une déclaration précisant que la société
coopérative est organisée et exploitée et exerce
ses activités selon les principes coopératifs et le
rappel de ces principes ;
12°) l’identité des apporteurs en numéraires avec
pour chacun d’eux le montant des apports, le
nombre et la valeur des parts sociales remis en
contrepartie de chaque apport ;
13°) l’identité des apporteurs en nature, la nature et l’évaluation
de l’apport effectué par chacun d’eux, le nombre et la valeur des
parts sociales remises en contrepartie de chaque apport, le
régime des biens ou valeurs apportés lorsque leur valeur excède
celle des apports exigés ;
14°) le montant du capital social, les limitations minimales et
maximales y afférentes, la valeur nominale des diverses
catégories de parts, les conditions précises de leur émission ou
souscription ;
15°) les stipulations relatives à la répartition du résultat et
notamment, des excédents et des réserves ;
16°) les modalités de fonctionnement de la société coopérative ;
17°) la signature des initiateurs ou l’apposition de leur empreinte
digitale ;
18°) l’étendue des transactions avec les usagers non
coopérateurs, tout en ayant en vue la sauvegarde de l’autonomie
de la société coopérative ;
Les statuts peuvent également
comporter
1°) toutes dispositions concernant :
- le taux de rendement maximal qui peut
être appliqué aux prêts et aux épargnes
des membres ;
- le taux de rémunération maximale qui
peut être appliqué aux parts de
membres ;
2°) toute limite imposée aux activités
commerciales de la société coopérative.
LE RÈGLEMENT INTÉRIEUR
Le règlement intérieur est établi par acte sous seing
privé ou par acte notarié. Un exemplaire du RI est tenu
à la disposition de tout membre au siège social de la
SCOOP.

Outre les mentions obligatoires des statuts, le


règlement intérieur contient les prescriptions
suivantes :
les conditions de paiement d’indemnités aux membres
du conseil d’administration ou du comité de gestion,
du conseil ou du comité de surveillance, définies dans
le respect des dispositions des articles 225 et 305 ci-
dessous ;
la souscription de parts sociales
supplémentaires et leur nombre par
coopérateur ;
les critères et conditions de suspension
des coopérateurs ;
la possibilité d’attribution d’un droit de
vote plural dans le cas des unions, des
fédérations et des confédérations ;
toutes autres prescriptions jugées
nécessaires pour la réalisation de l’objet
de la société coopérative et conformes aux
principes coopératifs et aux dispositions
impératives du présent Acte uniforme »
(Article 68).
JE VOUS REMERCIE