Vous êtes sur la page 1sur 16

INTRODUCTION A LA GEOPHYSIQUE

La géophysique est la science qui étudie les phénomènes physiques dont l'Univers est le siège.

En fait, elle s'occupe plus spécialement de la pesanteur et de la gravitation, du Magnétisme, de l'électricité


terrestre et atmosphérique, du champ électromagnétique naturel ou artificiel, de la sismique réflexion et
réfraction des phénomènes de tremblement de terre, de la Radioactivité de la climatologie, du volcanisme et
tous les problèmes de l'environnement.

Le rayon d'action de la géophysique ne cesse de se développer certaines branches de la science telles que:
L'Astrophysique, la Médecine l'Aéronautique spatiale; font appel dans leur investigation à ces méthodes.

La Géophysique appliquée à la prospection se subdivise en deux branches distinctes:


• La géophysique de surface (Mesures en surface)
• La géophysique interne "Mesures dans les puits "

Cette méthode s'éfforce, par des mesures paramétriques précises de surface, d'étudier, dans une
portion de l'écorce la répartition dans le sous-sol d'un caractère physico-chimique donné, ce caractère
variant d'une couche ou série stratigraphique à l'autre, et d'en déduire par des méthodes d'interprétation
directes la forme, la profondeur ainsi que la puissance de cette formation.
INTRODUCTION A LA GEOPHYSIQUE
Les applications relatives à chaque méthode géophysique
utilisée en surface, en sub surface, en profondeur ou dans les
puits de forage (méthodes des diagraphies, les méthodes
électriques et électromagnétiques , les méthodes gravimétriques
et magnétiques, les méthodes radiométriques, les méthodes
sismiques).

Les techniques d’ exploitation des différentes méthodes


géophysiques depuis l’ acquisition, le prétraitement, le traitement
des données jusqu' à l interprétation phase finale de toutes études
géophysiques.
Classification des méthodes Géophysiques

Classification selon le caractère physico-chimique.

Les caractères physico-chimiques adoptés pour les études


géophysiques doivent, à la fois, être suffisamment
différenciés d'un milieu à l'autre ou d'une roche à l'autre,
afin de bien distinguer les anomalies recherchées.
Densité des roches

• Ce sont les méthodes Gravimétriques qui


étudient l'effet de la répartition des roches du
sous-sol sur le champ de pesanteur terrestre.
• On mesure généralement les variations de
l'accélération "g" de la pesanteur entre les
différents points de la surface du sol: On
utilise pour cela des appareils appelés
"gravimètres".
Propriétés magnétiques des roches.

Ce sont les méthodes magnétiques: susceptibilité magnétique et


magnétisme rémanent qui étudient l'éffet de la répartition des
roches du sous-sol sur les variations du champ magnétique
terrestre d'un point à l'autre de la surface.

Le contraste magnétique entre les roches, permet de localiser les


gisements ferro-magnétiques, grâce à des appareils dits:
magnétomètres, permettant la mesure des variations du champ
magnétique total.
La méthode géophysique utilisée dans ce cas est la
Magnétométrie
Méthodes sismiques
Les méthodes sismiques utilisent soit la réflexion, soit la réfraction des
ondes
pour déceler les discontinuités du sous-sol. Pratiquement, seule la sismique
réflexion est actuellement appliquée pour la reconnaissance des sols.

Les vitesses de propagation des ébranlements dépendent des constantes


élastiques des roches et de leurs densités. Ce sont les méthodes sismiques
qui étudient les temps de propagation des ondes élastiques entre un point
d'explosion et un certain nombre de sismographes convenablement
placés à la surface du sol.

Les temps observés dépendent des trajets parcourus c'est-à-dire à la fois de


la répartition des terrains et de leurs vitesses respectives. On distingue la
sismique réfraction et la sismique réflexion.
Propriétés électriques des roches ( résistivité )

Les méthodes électriques étudient en surface les


potentiels crées par le passage d'un courant dans
le sous sol. Selon les procédés mis en œuvre:
Nous distinguons les sondages électriques,
telluriques et électromagnétiques. Ces derniers
exploitent les propriétés physiques des corps
conducteurs et inducteurs.
Propriétés radioactives

C'est la propriété de certains éléments ou "roches" de se


transformer avec émission de rayonnement ou particules.
Les rayonnements émis produisent sur la matière des
effets d'ionisation, de perturbation du réseau cristallin, de
luminescence, ou d'effet chimique ou calorifique.

Ainsi, on exploite les rayonnements suivants: les rayons


alpha, les rayons beta, les rayons gamma.
Choix des méthodes à adopter

Il n'y a pas de règles absolues dans le choix des méthodes à adopter, car les
problèmes qui se posent dans la nature ne sont d'une part, jamais simples, et d'autre
part jamais suffisamment bien définis en ce qui concerne la succession la nature, les
constantes physiques des roches du sous-sol la stabilité ou la linéarité des paramètres.

En outre, les structures que l'on cherche à déceler ou à préciser s'écartent toujours plus
ou moins des types simplifiés classiques (modèle théorique ou expérimental) . A priori, il
faudrait adopter la méthode pour laquelle la caractéristique physique est la plus
différenciée d'une roche à l'autre; la méthode gravimétrique devrait, réussir sur des
formations de densités très différentes les unes des autres.

Mais ce critère est trop vague pour être utilisable réellement. Dans la pratique, le choix
des méthodes géophysiques adopter s'appuie en général, sur d'autres considérations
liées, en dehors de certaines conditions matérielles indépendantes du sous-sol, aux
Possibilités physiques des diverses méthodes devant les problèmes géologiques posés, et
à la recherche du meilleur rendement économique possible dans un cadre
budgétaire donné.
Conditions matérielles indépendantes du sous-sol

La mise en œuvre d'un système d'acquisition de données géophysiques sera


gênée si les conditions naturelles du milieu sont difficiles: en forêt de
pénétration difficile, dans une zone inondée, dans une région très cultivée,
dans un centre urbain, dans des régions perturbées par les lignes de haute
tension ou des lignes de chemin de fer etc...

Mais en outre, chaque méthode à ses difficultés propres:


La gravimétrie redoute les régions montagneuses, parce que les corrections à
faire sur les mesures de pesanteur pour tenir compte du relief autour des
stations et de l'altitude de celles-ci ne seront jamais parfaites.
Les méthodes électriques sont gênées par la proximité de voies ferrées
électrifiées avec retour de courant par le sol. Un pipe-line enterré métallique
donc très conducteur attire le courant et fausse les résultats.
Conditions matérielles indépendantes du sous-sol (suite)

Les mesures magnétiques sont perturbées par la proximité


d'objets en fer, ou même par des roches superficielles contenant
une certaine teneur en éléments ferromagnétiques.

La sismique, avec son matériel relativement lourd, sera en


difficulté si les routes ou pistes sont rares, les pentes raides ,si
les petit forages nécessaires pour enterrer la dynamite sont
pénibles (croûte calcaire en surface cailloutis rendant un
tubage nécessaire,..) si des détériorations sont à craindre sur
des maisons ou ouvrages d'art trop proches des explosions.
Principe d'échelonnement des méthodes géophysiques

 Certaines méthodes sont plus spécialement adaptées aux études de grande


reconnaissance en pays vierges, par leur rapidité de travail et leur coût peu
élevé. Ce sont en particulier les méthodes utilisant des champs naturels:
gravimétrie, méthodes magnétiques, et telluriques. Elles se prêtent mal aux
études quantitatives, et à fortiori si l'on ignore la succession des terrains
constituant le sous-sol et leurs constantes physiques.
 L'objet de ces méthodes est de mettre en évidence des zones anomaliques,
c'est-à-dire des zones où le champ de pesanteur par exemple est
normalement perturbé.
 Le travail d'interprétation consiste à chercher la cause des anomalies
constatées. En prospection du pétrole, on s'éfforcera d'abord de dégager les
anomalies d'origine profonde de celle d'origine plus superficielle ,en se
basant sur l'étalement des anomalies par la
Exemple:

Une large anomalie correspondant à un défaut de pesanteur suggérera une zone d'enfoncement du
socle (subsidence) une anomalie alignée à fort gradient toujours dirigée d'un même côté suggérera une
faille, un changement latéral de faciès
Une anomalie étroite correspondant à un excès de pesanteur suggérera un mouvement tectonique de
type anticlinal, dôme horst, affectant des roches peu profondes (sédimentaires) et pouvant donner lieu à
un réservoir de pétrole éventuel.
En somme, les anomalies géophysiques obtenues par les méthodes de reconnaissance qualitatives,
donnent des indications sur les grands traits de l'ensemble d'un bassin sédimentaire, moyennant des
hypothèses qui restent à contrôler.

Pour contrôler une hypothèse de travail, par exemple qu'une large anomalie gravimétrique correspond
à une zone de subsidence où les terrains sédimentaires sont plus épais, ou pour s'assurer qu'une anomalie
locale à bien pour cause une structure anticlinale, on fait intervenir des méthodes géophysiques de détail,
notamment la sismique réflexion qui donne une bonne précision sur la détermination du sens des
pendages et une estimation généralement bonne des profondeurs, la sismique est une méthode
quantitative.
Souvent le géologue fait appel à la sismique pour préciser l'allure en profondeur d'une structure
affleurant. La seule raison qui empêche d'utiliser la sismique comme méthode, de reconnaissance, c'est sa
lourdeur de mise en œuvre: relativement lente et coûteuse, elle ne peut économiquement être utilisée
que, localement sur une zone intéressante.
La profondeur d'investigation
La profondeur d'investigation varie avec les diverses méthodes. La
sismique réfraction est une méthode peu pénétrante (quelques 1000
à 1500 mètres). Les mesures magnétiques et gravimétriques,
peuvent être influencées par des causes très profondes, mais qui se
superposent à des causes plus superficielles et il est souvent difficile
de les démêler. Les méthodes électriques ont une profondeur
d'investigation qui peut atteindre plusieurs milliers de mètres. Mais
l’interprétation est délicate.
La méthode tellurique et magnétotellurique ont un double
avantage d'avoir une profondeur d'investigation qui englobera toute
la série sédimentaire ainsi que le socle. [Magnétotellurique
par:H.SHOUT et M.DJEDDI -OPU 1992]
La profondeur d'investigation (suite)
La méthode sismique réflexion peut donner des renseignements assez précis jusqu'à
de grandes profondeurs, à condition que les ondes puissent traverser aisément les
premiers terrains et se réfléchir correctement sur les horizons profonds.
La sismique est en quelques sorte plus capricieuse que les autres méthodes: quand
il y a des réflexions on en tire des renseignements précis, mais elle n'en donne pas
partout
Par contre, avec toutes les autres méthodes, on peut toujours indiquer le résultat
de chaque mesure mais l'interprétation en est plus complexe.
En résumé, le choix de la meilleure méthode géophysique sur un problème donné
n'est pas toujours aisé à faire. Lors des études de reconnaissances le choix repose sur
la gravimétrie,le magnétisme ou la magnétotellurique.
Par contre dans des études détaillées et semi détaillées les méthodes qui
s'appliquent mieux sur des stratifications subhorizontales sont: la sismique réflexion
et le sondage électrique, celles qui permettent d'étudier des structures redressées ce
sont la sismique réfraction, tellurique.
Conclusion
L'exploitation conjointe des méthodes géologiques et géophysiques dans le
domaine de l'exploration est acquise chose rêvée il y a quelques années,
l'informatique et la micro-informatique ont joué un rôle fondamental dans leur
rapprochement.

Lorsqu'on envisage une étude géophysique dans une région donnée, le géologue
précise les problèmes qu'il désire résoudre et les connaissances géologiques ou
géophysiques déjà acquises sur cette région.

Dans un cadre budgétaire donné, le géophysicien propose, s'il s'agit de


reconnaissance la méthode qui lui semble préférable, un espacement de stations
assez serrées pour qu'une perturbation interessante ne risque pas de passer
inaperçue, assez large pour que la cadence d'avancement soit suffisante s'il s'agit de
sismique, on précisera les profils principaux à effectuer, et les zones à étudier plus
en détail.

Vous aimerez peut-être aussi